background preloader

La totalité de nos communications espionnées par un supercalculateur

La totalité de nos communications espionnées par un supercalculateur
Enquête. La DGSE collecte et stocke l'ensemble des mails, SMS, relevés d'appels téléphoniques, accès à Facebook, Twitter..., en dehors de tout contrôle. Si les révélations sur le programme d'espionnage américain Prism ont provoqué un concert d'indignation en Europe, la France, elle, n'a que faiblement protesté. Pour deux excellentes raisons : Paris était déjà au courant. Et fait la même chose. Le Monde est en mesure de révéler que la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE, les services spéciaux) collecte systématiquement les signaux électromagnétiques émis par les ordinateurs ou les téléphones en France, tout comme les flux entre les Français et l'étranger : la totalité de nos communications sont espionnées. Si cette immense base de données n'était utilisée que par la DGSE qui n'officie que hors des frontières françaises, l'affaire serait déjà illégale. > Lire aussi : "Tous les services de renseignement occidentaux s'espionnent" Un dispositif clandestin Absence de contrôle Related:  VISIONS DU MONDESurveillance des outils numériquesNet, espace de liberté surveillée

Notre civilisation est condamnée, selon une étude de la Nasa Comme les Romains ou les Mayas avant nous, notre civilisation moderne et industrielle pourrait bien être condamnée à disparaître. C’est ce qu’assure une étude du Centre de vols spatiaux Goddard de la Nasa, rapportée par The Guardian. Ce n’est pas la première fois que l’on prédit la fin du monde. Mais cette fois-ci, ce sont des scientifiques qui avancent l’effondrement de la «civilisation industrialisée». La Radio Télévision Belge (RTBF) appuie en outre la «crédibilité» de cette étude sur le fait qu’elle a été publiée par le «très sérieux Elsevier Journal Ecological Economics». publicité Emmenés par le mathématicien Safa Motesharri, ces chercheurs basent leurs recherches sur un modèle appelé «HANDY», pour Human and And Natural DYnamical. Cette «dynamique nature-humanité» leur a permis d’identifier les facteurs qui ont conduit à la chute d’anciennes civilisations: «la population, le climat, l’eau, l’agriculture, et l’énergie». À lire aussi sur Slate.fr

Google tire les ficelles de l’oubli Ambiance studieuse au Forum des Images de Paris : Google avait loué jeudi la grande «salle 500» pour y organiser une réunion sur le thème du droit à l’oubli. C’est le troisième événement du genre, et pas le dernier : après Madrid, Rome et Paris, on brainstormera à Varsovie, Berlin, Londres et Bruxelles en l’espace de deux mois. Et en quel honneur revient-il à la multinationale américaine de jouer les GO dans ce débat de société à l’heure numérique ? C’est la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) qui l’a voulu, répond Google. Au mois de mai, elle a jugé le cas d’un citoyen espagnol qui se plaignait de voir ressortir son souci de saisie immobilière, vieux de 1998, quand on tapait ses prénom et nom dans le moteur de recherche. Contre l’avis de l’avocat général, la cour a donné raison à l’internaute : Google a dû «déréférencer» la page qui lui posait problème pour qu’elle n’apparaisse plus dans les résultats de recherche. «Effacer l’effacement». Illégitimité. Les outsiders.

La DGSE a le « droit » d’espionner ton Wi-Fi, ton GSM et ton GPS aussi La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE, les services spéciaux français) ne serait pas, en l'état, en mesure de collecter "systématiquement les signaux électromagnétiques émis par les ordinateurs ou les téléphones en France". Une chose est de stocker "tous les mots de passe" qu'elle a pu intercepter sur les "réseaux grand public", comme je l'avais écrit en 2010 (voir Frenchelon: la DGSE est en « 1ère division »), une autre est de pouvoir espionner "la totalité de nos communications", en France, comme l'écrivait Le Monde, la semaine passée, avec ses "Révélations sur le Big Brother français". A contrario, et comme l'écrivait Le Monde mi-juin, la DGSE est bien "au cœur d'un programme de surveillance d'Internet" lui permettant de surveiller "le flux du trafic Internet entre la France et l'étranger en dehors de tout cadre légal"... Le monde a bien changé depuis les plombiers de la DST Espionner les FAI ? Une fausse bonne idée Comment les internautes sont mis sur écoute

La France aussi a son système d’espionnage à grande échelle Le Monde révèle ce jeudi que la France possède un programme d’espionnage à grande échelle, similaire à celui des Etats-Unis révélé par Edward Snowden. Tout y passe: relevés téléphoniques, SMS, mails, connexion à Facebook ou Twitter, fax. L’ensemble des communications «électromagnétiques émis par les ordinateurs ou les téléphones en France, tout comme les flux entre les Français et l'étranger» sont collectés et stockés systématiquement pendant des années par la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), explique le quotidien. Un système exploité «en toute discrétion, en marge de la légalité et hors de tout contrôle sérieux», non seulement par la DGSE mais aussi par les sept autres services de renseignement français. Recréer un journal intime numérique C’est moins le «contenu» qui est visé par les recherches que le «contenant» par ce système baptisé sobrement «infrastructure de mutualisation». Un système «a-légal» Mais officiellement, le son de cloche est bien différent.

Et Facebook inventa le Robocopyright "social"… 3 décembre 2013 : alors que nos libertés numériques partent déjà bien en lambeaux, Facebook s’est vu accorder un brevet sur un dispositif de contrôle des contenus circulant sur un réseau social qui fait littéralement froid dans le dos, en mélangeant allègrement le Copyright Madness, Big Brother et Minority Report. C’est le site TorrentFreaks qui explique que Facebook a déposé un brevet sur une méthode permettant d’utiliser les informations de profils d’utilisateurs et des "signes sociaux" pour déterminer si des contenus partagés sont piratés ou non. Les données mises à contribution pour réaliser ces analyses incluent les centres d’intérêt déclarés par les membres du réseau, leur localisation géographique et leurs relations sociales. Mais Facebook franchit cette fois un pas de plus vers la dystopie, car il ne s’agit plus de marquer les contenus, mais les utilisateurs eux-mêmes, en les profilant selon leur "propension à pirater". Surveiller et prévoir Yes, I’M A Cop : Robocop. Like this:

O fim da Geração Kardashian - Vida & Estilo - Estadão Normalmente, todo comportamento em excesso gera um tendência contrária. Por exemplo, se todas as meninas saírem com a barriga de fora, os formadores de opinião logo perdem o interesse e começam a usar blusas mais compridas - no caso até o joelho - como já está acontecendo nos meios underground em Londres e Nova York. Assim sempre caminhou a humanidade. Quando algo cai no gosto popular, os grupos dos ditadores de tendências mudam de direção e, aos poucos, arrastam todos com eles. Mas o que acontece quando o piloto some e a massa se torna a grande formadora de opinião? Eu chamo esse fenômeno de Geração Kardashian, graças à musa Kim (@kimkardashian), que é a principal referência deste movimento. Kim é a representante oficial do que é valorizado hoje. A Geração Kardashian exclui logo de cara os cidadãos que não estão adequados à vida na frente das câmeras. Ao me desconectar, surgiu a seguinte reflexão: Será que a privacidade voltará a moda? Eu confesso: amo a Kim.

Petits (et grands) secrets des photos numériques Dans les smartphones saisis au cours de leurs enquêtes, les gendarmes ont appris à exploiter une nouvelle mine de renseignements : les données techniques des photos prises par les suspects et leur entourage. Lorsque vous prenez une photo avec un téléphone, vous créez, sans le savoir, un fichier technique en mode texte qui s'intègre à l'image. Ces métadonnées, écrites dans un format baptisé EXIF (Exchangeable Image File Format), sont invisibles et inaccessibles pour l'utilisateur de base, mais il est possible de les extraire, par exemple grâce à un logiciel baptisé EXIFTool, téléchargeable gratuitement. Le résultat est spectaculaire : le fichier EXIF d'une photo prise par un Samsung Galaxy S comporte 104 lignes, celui d'un iPhone 4S d'Apple 160 lignes. Des dizaines de détails A lui seul, le contenu visuel de vos photos raconte un peu de votre vie (vacances, travail, sorties, et fréquentations sociales, familiales, intimes…). Collaboration avec les services de stockage en ligne Yves Eudes

"Pourquoi stocker toutes nos vies sur des serveurs aux Etats-Unis ?" Jérémie Zimmermann, porte-parole de la Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, était l'invité d'un chat avec les lecteurs du Monde.fr, mercredi 12 juin. Ark : Comment est-il possible que des programmes aussi sensibles que Prism puissent être approuvés par le Congrès américain, et que personne (le public) n'en sache rien ? Est-ce que l'objectif du programme est masqué ? Un acte du Congrès est public, me semble-t-il. Vaste question, qui a trait en grande partie à l'attitude des Etats-Unis à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Un ensemble de projets législatifs ont depuis sans cesse augmenté, de façon disproportionnée, les pouvoirs de la NSA et du FBI. Depuis 2003, des lanceurs d'alerte chez AT&T (un des plus gros opérateurs télécom américains) ont indiqué que la NSA dupliquait, pour en faire ce qu'elle voulait, les communications internationales. >> Lire : "Surveillance électronique : comment Washington espionne les Européens"

Collusion Tracking & privacy Not all tracking is bad. Many services rely on user data to provide relevant content and enhance your online experience. But tracking can happen without the user’s knowledge. That’s not okay for some. It should be you who decides when, how and if you want your browsing data to be shared. Explore the database In the Lightbeam database, you will be able to browse first and third-party connection data uploaded by donors who use the Lightbeam add-on. A partir de janvier 2014, vous devrez déposer un double de vos clés en mairie En raison des risques toujours accrus de terrorisme et de piratage industriel, le gouvernement a décoché un nouveau projet de loi dans un soucis de sécurité nationale bien naturel qui rassurera tout bon citoyen en lui imposant de déposer un double de ses clés d’habitations et de véhicules à la mairie de son lieu de résidence principale. Diverses administrations comme la police, les douanes ou certaines sociétés privées accréditées comme la SACEM auront alors la possibilité de disposer à leur guise de ces doubles afin d’entrer chez vous quand bon leur semble, 24h/24 et sans préavis, ceci afin de fouiller vos affaires pour savoir si vous cachez du matériel explosif, des fichiers MP3 sans facture, ou suite à toute autre requête d’une marque ou d’un ayant droit quelconque. Le but est également de soulager la justice en l’excluant du circuit de contrôle des citoyens, évitant ainsi d’inutiles lourdeurs administratives et cette ridicule obsession du respect du droit. Il faut se renseigner.

Related: