background preloader

Hallucinant] Audition de Pierre Condamin-Gerbier au Sénat

Hallucinant] Audition de Pierre Condamin-Gerbier au Sénat
Le 12 juin 2013, Pierre Condamin-Gerbier, ancien banquier de la banque suisse de Cahuzac, Reyl & Cnie, et ancien responsable de l’UMP en Suisse, a été auditionné par le Sénat.Ses déclarations sont stupéfiantes…“Il y a parfois des petits miracles au Sénat. Devant des bancs presque vides et dans l’indifférence de la presse, la Commission d’enquête sur le rôle des banques dans l’évasion fiscale a auditionné, mercredi 12 juin, le banquier de Genève Pierre Condamin-Gerbier, qui en une petite heure, en aura dit plus que le retentissant Cash Investigation d’Elise Lucet diffusé la veille.” émoin principal dans l’affaire Cahuzac, ce Français et ex-employé de Reyl & Cie multiplie les révélations sur le système bancaire suisse. Une médiatisation qui crée le malaise à Genève. Il assurait, la semaine dernière, avoir dans les mains une liste de quinze personnalités politiques françaises disposant de comptes en Suisse. «Quand l’affaire Cahuzac a explosé, je me suis dit que je devais parler» Bien sûr. Related:  Banques complices du système

Taille des secteurs bancaires en zone euro (donc, par exemple, pour la France, si 5% des bilans bancaires tombent en défaut, c'est 20% de PIB à ponctionner pour recapitaliser, sans compter l'effet récessif) Et l'évolution de la taille des bilans bancaires, en enlevant le Luxembourg : Pour la France, on voit bien le passage de 250% à 400% en 14 ans d'euro qui guérit des écrouelles et fait faire caca des arcs en ciel... Et en zoomant encore, on voit bien la dictature du sur endettement de tout et tous se mettre en place dans tous les pays importants d'Europe, Allemagne mise à part : Naturellement, tout ça va s'effondrer. On comprend que devant la perspective de l'effondrement de cet immense château de cartes, les politiques qui ont été complices de tout ça, parlent désormais d'instaurer le bail in en lieu et place du bailout...

Le scandaleux arrangement financier avec la banque HSBC prouve que la guerre contre la drogue n'est qu'une farce. (Rolling Stone) -- Matt Taibbi Cette semaine Breuer a signé avec le géant bancaire HSBC un accord qui constitue l’insulte suprême à tous les gens ordinaires qui ont vu leurs vies basculer à la suite d’une affaire de drogue. Malgré que HSBC ait avoué le blanchiment de milliards de dollars des cartels de la drogue colombiens et mexicains (entre autres) et la violation de toute une série de lois importantes sur les pratiques bancaires, Breuer et le Ministère de la Justice US ont choisi de ne pas poursuivre la banque, optant pour la signature d’un accord historique de 1,9 milliards de dollars, ce qu’un commentateur a fait remarquer est l’équivalent de cinq semaines de chiffre d’affaires de la banque. Les transactions de blanchiment étaient menées si ouvertement qu’elles auraient probablement pu être repérées depuis l’espace. Pas besoin d’être un génie pour comprendre qu’un tel raisonnement est totalement faussé. Ils se sont non seulement vendus aux trafiquants de drogue, mais l’ont fait pour une somme modique.

Banques et paradis fiscaux : « Mesdames et Messieurs les députés, encore un effort ! » Publié le 12 février 2013 Il faut exiger des banques qu’elles publient leurs bénéfices et leurs impôts par pays © CCFD-Terre Solidaire En obligeant les banques à donner quelques informations sur leur présence dans chaque pays (filiales, chiffre d’affaire, effectifs), la Commission des Finances de l’Assemblée nationale a mis un pied dans la porte. La Plate-forme paradis fiscaux et judiciaires juge encourageant l’amendement adopté par la Commission des Finances de l’Assemblée nationale, le 6 février 2013, qui oblige les banques à dévoiler leur présence, leur chiffre d’affaires et leurs effectifs pays par pays. A partir de ce jour (12 février 2013), la loi bancaire est débattue en séance plénière à l’Assemblée nationale. Plusieurs députés, emmenés notamment par Dominique Potier (PS) et Eric Alauzet (EELV), ont déposé des amendements en ce sens. La bataille qui s’engage aujourd’hui dans l’Hémicycle s’annonce rude. Contact : CCFD-Terre Solidaire Karine Appy 01 44 82 80 67- 06 66 12 33 02

Paradis fiscaux : les banques françaises enfin contraintes à la transparence - Réforme bancaire La réforme bancaire est toujours en discussion au Parlement. Et – surprise ! – elle pourrait contenir au moins une véritable avancée : l’obligation pour les banques de publier toutes leurs données concernant leurs activités dans les paradis fiscaux. De quoi faciliter la lutte contre l’évasion fiscale et les dissuader de trop recourir à d’obscures opérations financières, au risque de ruiner totalement leur réputation. Heureusement que certains députés et sénateurs sont plus offensifs que le gouvernement. C’est désormais chose faite : à l’initiative des groupes EELV et socialiste au Sénat, un amendement, voté le 21 mars, oblige les banques à publier leurs bénéfices, impôts et subventions dans toutes leurs filiales à l’étranger. Un effet très dissuasif La victoire est double : cette obligation concerne toutes les filiales, et pas seulement les 18 territoires considérés par Bercy comme des paradis fiscaux. « Cela aura un effet dissuasif. Après les banques, les multinationales ? Ivan du Roy

Evasion fiscale - Documentaire Arte HD 12 Septembre 2013 Démentiel : les banksters sont désormais “Trop gros pour aller en prison” ! [C’est la façade du bankster UBS à Locarno, en Suisse. Le climat et l’environnement sont infiniment plus agréables qu’à Luxembourg, mais on y pratique aussi le recel de fraude fiscale à grande échelle] On en lit des trucs sur Internet ! Mais heureusement il y a des jours d’exception. Mes images sont mal choisies car la lumière peut aussi être bénéfique. Ce journaliste s’appelle Matt Taibbi. Un grand merci à Madame Laetsgo, qui écrit à ses heures sur le blog collectif “Ruminances”, qui lit et commente par ici, et qui est aussi l’un de mes plus efficaces hauts-parleurs dans ce capharnaüm qu’est Twitter. Des liens, ici, il y en a pléthore. Or là : paf ! Je le dis et le répète, la finance a pris une place démesurée sur cette planète, et comme un cancer qui commence à métastaser, il faut l’arrêter par tous les moyens. Vous ne me croyez pas ? Ces deux banques ont récemment été convaincues de malfaisance répétée et généralisée. Tous corrompus, tous aux ordres. Et voilà.

banques à la lumière des archives de la guerre mondiale banques à la lumière des archives de la guerre mondiale Voici une conférence remarquable d’Annie Lacroix-riz, qui nous révèle les véritables implications et agissements de la politique et des banques pendant les 2 guerres. Elle fournit des milliers de preuves de ce vaste complot grâce à l’accès aux archives de guerres dont le droit à la consultation à été ouvert récemment. Annie Lacroiz-Riz, ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, agrégée d’histoire, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 7, a notamment publié Le Vatican, l’Europe et le Reich et Industriels et banquiers sous l’Occupation (Armand Colin). Elle a abordé de nombreux sujets brulants tel qu’un article sur la « famine génocidaire » en Ukraine en 1933 (Holodomor), où Lacroix-Riz remet en cause les sources - provenant des chancelleries allemandes et italiennes de concert avec le Vatican - ayant servi à prouver le caractère organisé du Holodomor et à en évaluer le nombre de morts. Sources : www.lepost.fr

Levée du secret bancaire, actionnaires mécontents... Les banques suisses traversent des temps difficiles Est-ce la perspective d'un dividende en cash et non plus en actions, annoncée deux jours plus tôt ? La publication, le 24 avril, d'un bénéfice net multiplié par près de 30, au premier trimestre ? Toujours est-il que les actionnaires de Credit Suisse ont voté en faveur du plan de rémunération des dirigeants proposé par la banque, lors de l'assemblée générale annuelle de cette dernière, qui s'est tenue ce vendredi. La fondation Ethos hostile à la rémunération du patron d'UBS Il y a deux semaines, ISS avait été entendue par les actionnaires de Julius Baer. Une pression croissante pour lever le secret bancaire Les temps ne sont décidément pas simples pour les banques suisses. Jusqu'à 65 milliards retirés des coffres d'UBS et de Credit Suisse Le hic, c'est que ces activités dissimulées figurent parmi les plus lucratives des banques suisses.

Related: