background preloader

Le régime méditerranéen rend les cellules cancéreuses mortelles › Santé

Le régime méditerranéen rend les cellules cancéreuses mortelles › Santé
L'apigénine, qui abonde notamment dans le persil, aurait des effets protecteurs vis à vis du cancer. En effet, une étude américaine montre que l'apigénine modifie le processus de régulation génétique dans les cellules cancéreuses, ce qui a pour effet de les rendre à nouveau sensibles au processus de mort cellulaire. Crédits : H. Zell L'apigénine, un composé chimique naturel très présent dans le régime méditerranéen, brise l'immortalité des cellules cancéreuses. On le sait, les cellules cancéreuses ont pour caractéristique de proliférer grâce à une capacité à s'affranchir du processus de mort cellulaire auquel elles devraient normalement être soumises. Cette découverte, effectuée grâce à des travaux menés sur les souris, sera publiée cette semaine dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. Quel est le mode opératoire de l'apigénine ? Selon les auteurs de l'étude, l'apigénine a également pour caractéristique de se lier avec quelque 160 protéines dans l'organisme humain. Related:  zigueCancers

Le citron, un excellent aliment pour votre santé COMPOSITION : En dehors de l’acide citrique, d’acide malique, de citrates de chaux, de potasse, de sucres dont le glucose et le fructose, trés assimilables, il contient beaucoup de sels minéraux et oligo-éléments, le calcium, le fer, la silice, le phosphore, le manganèse, l’iode, et le cuivre. Des vitamines A, B, B2, B3, C et PP. Quant à l’essence elle contient 95% de terpènes qui lui procurent ses propriétés antiseptiques, du linatol, du citral, des aldéhydes. SON ACTION : Action trés nette sur toutes déminéralisations. Il favorise la fixation des sels minéraux les plus importants comme le calcium, le magnésium, le fer, etc… Le citron n’acidifie pas et ne décalcifie pas, au contraire il alcalinise les humeurs. Il est très efficace contre l’artério-sclérose et l’athérosclérose qui résultent d’une consommation exagérée d’aliments riches en acides gras saturés et qui ont tendance à faire monter rapidement le taux de cholestérol. Il est aussi un antiseptique efficace et naturel.

L'immunothérapie fait reculer le mélanome, cancer agressif de (...) Encore désarmés il y a quelques années contre le mélanome, cancer très agressif de la peau, les cancérologues continuent à marquer des points contre cette maladie grâce à l’immunothérapie, selon les résultats de trois nouveaux essais publics Le premier indique une réduction de 25% du risque de récurrence d’un mélanome avancé avec le traitement Yervoy (Ipilimumab) comparativement à un placebo. Cet anticorps du laboratoire Bristol-Myers Squibb agit en stimulant le système immunitaire pour attaquer les cellules cancéreuses. "Il s’agit d’une thérapie prometteuse car nous avons observé moins de réapparition du cancer parmi les patients qui ont un risque très élevé de rechutte arès un traitement chirurgical, a souligné le professeur Alexander Eggermont, directeur général du centre du cancer Gustave Roussy à Paris qui a dirigé cette étude présentée à la conférence annuelle de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) réunie à Chicago Effets secondaires "considérables"

Se fabriquer un séchoir solaire pour conserver sainement fruits et légumes Extrait d’Ekopedia : Séchoir solaire La déshydratation est une technique de conservation très intéressante pour les herbes, les fruits et même les légumes. C’est la méthode de conservation, excluant la lacto-fermentation, qui est la plus saine. Les vitamines, les principes actifs de l’aliment sont conservés, et il est facile après de les reconstituer en les faisant tremper. Plan indicatif : Plan du séchoir (lien d’orignine mais bloqué : A chacune, chacun de fabriquer la variante de son choix. Quelques remarques : * Préférer des panneaux de bois européen type OSB ou DWD * Pour les claies, préférer du tulle plutôt que du grillage ou de la toile plastique, le tulle est un tissu léger adapté pour les claies. Jacky

Le plus inutile et le plus dangereux des dépistages est celui du cancer du sein. Le « dépistage » a tout va est devenu à la mode. Tout comportement de notre corps doit être soumis à de fréquentes et régulières vérifications : surveillance de la tension, de la prostate, du taux de cholestérol, du diabète et bien d'autres pathologies qui nous menacent sournoisement. Il existe ainsi des campagnes-promotions de dépistage qui font la fortune des laboratoires et les belles heures des médias qui n'éprouvent aucune gêne à nous rappeler plusieurs fois par jour qu'il est urgent de faire vérifier notre corps comme nous le faisons pour nos moteurs de voitures. Mais le plus inutile et le plus dangereux des dépistages est celui du cancer du sein. Le Dr Henri Pradal, pharmaco-toxicologue, avait fort bien résumé la situation, il y a trente ans. La dose moyenne de rads reçus en mammographie pour deux images par sein est de 1 à 4 unités, mais d'après le Pr Epstein, la dose peut parfois être dix fois supérieure. Ces recommandations ont été confirmées par la Le Dr William Sylvie SIMON

Pierre FRANCHOMME Pierre FRANCHOMME Conférencier Aromatologue et pharmacologue. Fondateur de “l’École Internationale d’Aromathérapie” Directeur du Centre de Recherche sur les Plantes Médecinales et Aromatiques (spécialisé dans les domaines des anti-oxydants, des anti-inflammatoires et des anti-sénescences) Spécialiste des Huiles Essentielles depuis plus de 35 ans (inventeur du concept sur l'énergétique des huiles essentielles, et de la notion fondamentale de "chémotype" en thérapeutique, inventeur de l'usage thérapeutique de nombreuses huiles essentielles : immortelle, ciste, inule odorante, tea tree, etc...) Expert auprès d’Estée Lauder Auteur du livre de référence : “L’Aromathérapie Exactement”, Ed. Editeur de l’encyclopédie : “La Science de l’Aromathérapie” Responsable d’enseignement et ex-titulaire de la Chaire de Phytothérapie à la FLMNE Ex-chargé de cours pour le DU de phytothérapie à la Faculté de Médecine et Pharmacie de Besançon

Le traitement du cancer existe depuis des décennies: l'histoire de la vitamine B17 (Laetrile) - Le blog de indignons-nous.Nedra-anti-NOM Mardi 3 avril 2 03 /04 /Avr 11:05 Dans les années 1940, le Dr. Ernst T. Krebs, Sr. et son fils (le Dr E.T. Les Docteurs Krebs savaient qu’ils mangeaient de grandes quantités d’abricots, mais ils ne croyaient pas que le fruit contenait des substances pouvant lutter contre le cancer … jusqu’à ce qu’ils ont apprennent que les Hunzakuts mangent également les semences contenues dans les noyaux d’abricot, qui sont riches en nitrilosides ! Il a fallu plusieurs années, et la réalité des essais cliniques effectués à travers le monde, avant qu’un modèle ne soit proposé afin de rationaliser l’utilité de la Laetrile dans la prévention, ainsi que pour le traitement du cancer, après tout ce temps, le nom de « vitamine B17″ fut reçu. urnal AMA, du 7 janvier 1922, il a indiqua : « Les Hunza n’ont pas d’incidence connue avec le cancer. Mais pourquoi n’avez-vous pas entendu parler de la vitamine B17 ? Mais tout ceci n’est-il pas sans danger pour le reste des cellules du corps ?

La biodiversité de mon jardin ou comment préserver et accueillir la biodiversité au jardin Trop de personnes inutilement traitées pour un "cancer Un rapport américain admet que trop de personnes traitées pour un cancer... n’en avaient pas vraiment un. C’est un nouveau pavé dans la mare du dépistage du cancer : selon un rapport commissionné par l’Institut national du cancer américain (NCI), le sur-diagnostic et le mauvais diagnostic du cancer figurent parmi les responsables de l’accroissement de l’épidémie. Actuellement, les cancers du sein et de la prostate sont les cancers les plus fréquemment diagnostiqués chez la femme et l’homme respectivement. Ce sont justement deux cancers qui sont particulièrement soupçonnés de sur-diagnostic et sur-traitement. En effet, selon l’étude publiée dans le Journal of the American Medical Association, ce qu’on appelle souvent « cancer du sein » n’est parfois pas un véritable cancer, mais un problème moins grave : un carcinome canalaire in situ (DCIS), ou « cancer du sein non-invasif », un stade précoce du cancer du sein. Lire aussi : L'Institut national du cancer, octobre rose et ses zones grises

Hôtel à insectes : quels intérêts ? On connaît bien les nichoirs pour les oiseaux du jardin, et on s'intéresse depuis peu aux insectes. Les insectes auxiliaires sont très utiles pour lutter contre les parasites du jardin : leur fournir un abri permet de favoriser cette faune bénéfique. Quels intérêts offre vraiment un hôtel à insectes ? Un abri pour les insectes à installer avant l'arrivée du printemps Les oiseaux ne sont plus les seuls hôtes du jardin à bénéficier de nichoirs : désormais, les insectes auxiliaires ont eux aussi droit à des hôtels, c'est-à-dire des abris destinés à les attirer, les retenir et leur offrir un gîte leur permettant de se reproduire. L'hiver est une bonne période pour installer de tels abris : les travaux de jardinage se faisant plus rares, on a un peu plus de temps pour bricoler une cabane de luxe pour les habitants ailés du jardin. Des insectes pour lutter contre les parasites et assurer la pollinisation Biodiversité et pédagogie Les clés du succès de l'hôtel à insectes En savoir plus :

Silence Média : Un médicament miracle tuant toute forme de cancer Les scientifiques ont peut-être trouvé le Graal dans la guerre contre le cancer, un médicament miracle qui a tué toute forme de tumeur cancéreuse avec qui il est entré en contact. Le médicament bloque une protéine qui se nomme CD47, qui envoie essentiellement le signale « ne pas manger » au système immunitaire du corps selon un article de Science Magazine intitulé “One Icône de liens externes Drug to Shrink All Tumors La protéine est produite dans des cellules sanguines en santé, mais les chercheurs de l’Université de Stanford ont trouvé que les cellules cancéreuses produisent un nombre anormal de protéines, ce qui fausse le système immunitaire et l’empêche de détruire les cellules dangereuses. Jusqu’à maintenant, les scientifiques ont utilisé l’antibiotique sur les souris qui se sont fait injecter des tumeurs cancéreuse humaine pour les seins, ovaires, colon, cerveau, fois et prostate. du Stanford University School of Medicine à Palo Alto, en Californie. Source(s) :institutesofmedicine

Related: