background preloader

"Pourquoi stocker toutes nos vies sur des serveurs aux Etats-Unis ?"

"Pourquoi stocker toutes nos vies sur des serveurs aux Etats-Unis ?"
Jérémie Zimmermann, porte-parole de la Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, était l'invité d'un chat avec les lecteurs du Monde.fr, mercredi 12 juin. Ark : Comment est-il possible que des programmes aussi sensibles que Prism puissent être approuvés par le Congrès américain, et que personne (le public) n'en sache rien ? Est-ce que l'objectif du programme est masqué ? Vaste question, qui a trait en grande partie à l'attitude des Etats-Unis à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Un ensemble de projets législatifs ont depuis sans cesse augmenté, de façon disproportionnée, les pouvoirs de la NSA et du FBI. Depuis 2003, des lanceurs d'alerte chez AT&T (un des plus gros opérateurs télécom américains) ont indiqué que la NSA dupliquait, pour en faire ce qu'elle voulait, les communications internationales. >> Lire : "Surveillance électronique : comment Washington espionne les Européens" On le savait. Related:  SPYS

Le premier homme infecté par un virus informatique PUCE RFID. Retour sur ce qui pourrait être le synopsis d’un film de science-fiction. En 2010, l'ingénieur Mark Gasson, de l'université de Reading en Grande-Bretagne, a bel et bien implanté un virus informatique dans la puce RFID située sous sa peau. L’utilisation des puces électroniques à radio-identification (RFID) n’est pas nouvelle. Ces puces, pas plus grandes qu’un grain de riz, sont généralement utilisées sur les animaux: elles ont notamment remplacé le « tatouage » des chiens et des chats. Plus récemment, certaines sociétés ont proposé à leurs clients l’implantation de ces puces sous-cutanées en guise de porte-monnaie électronique ou de badge d’accès. ALERTER. Bref, le premier décès humain imputable à un programme informatique n’est pas pour demain, mais l’expérience de Mark Gosson met en évidence un aspect du bio-hacking auquel il faudra être attentif dans le futur.

BOSTON • Les réseaux sociaux, ce formidable outil policier "Comment serons-nous accueillis sur le sol américain avec nos passeports russes maintenant que nous sommes devenus à leurs yeux des compatriotes des frères Tsarnaev ?", s'inquiète un ami qui s'apprête à s'envoler pour les Etats-Unis. Il ne manquait plus que la "piste russe" dans les attentats de Boston pour finir de détériorer les relations déjà tendues entre Moscou et Washington. Les autorités sont heureusement plus avisées. D'une situation de liberté sans limites à l'état de siège Et si la demande avait émané de services de renseignement plus "amicaux", comme les Britanniques, par exemple, le résultat aurait-il été le même ? La traque des frères Tsarnaev est certainement la première opération de police retransmise en direct et faisant un usage massif des réseaux sociaux (les Tsarnaev étaient sur Vkontakte [réseau social russe] et Twitter). Des moyens différents, le même lavage de cerveau La méthode russe est moins efficace

Solitude : 72% des Français disent se sentir moins seuls grâce à l’espionnage permanent de la NSA La surveillance informatique comme solution à l’isolement ? Début juin, Edward Snowden, un ancien consultant de la CIA et de la NSA rendait public l’existence de PRISM, un programme de surveillance par Internet dont le gouvernement américain se sert pour espionner les communications du monde entier. Une révélation qui a provoqué depuis une vague d’indignation. La surprise est de taille puisque près de 7 Français sur 10 avouent, grâce à la NSA, ne plus souffrir psychologiquement du sentiment de solitude, véritable fléau dans l’Hexagone depuis des années. Une compagnie inespérée Émile a 72 ans. Depuis des années déjà, le Secours Populaire Français lutte comme il peut contre la solitude des seniors. Cet effet bénéfique de l’espionnage sur le moral des Français les plus isolés, les Etats-Unis comptent bien s’appuyer dessus pour légitimer leurs procédés parfois contestables. Un système de réponse automatique

Iain Duncan Smith's wages and the uncertain nature of online petitions | Dean Burnett | Science I'd like to say I support the sentiment behind the change.org petition demanding that Iain Duncan Smith back up his claims and live on £53 a week. I'm a scientist; of course I think that extraordinary claims should have extraordinary evidence to support them. However, it's important to consider alternative explanations too. Maybe Duncan Smith thinks £53 is worth considerably more than it actually is. The above is a joke (I hope), but of course it's a serious matter for many people. Online petitions are a fascinating phenomenon of modern society, but how useful are they really? The importance of making a point shouldn't be understated. As always, there are counterarguments. The aforementioned Duncan Smith petition is presented as if it's completely serious in its intentions, and it may well have been when it was devised. This is often the case, as there's still a lot of uncertainty as to how "legitimate" online petitions are. Obviously there are numerous variables to take into account.

Allons-nous vers une guerre contre les robots ? High Tech Publié le avril 5th, 2013 | Rédigé par Mohammed Khial | Après le iPod, le iPad, le iMac et la iWatch serait-il venu le temps de penser l’iRobot ? C’est la question que pose Scott Erckert le président de la société américaine Rethink lorsqu’il évoque la commercialisation d’un robot de fer, d’un robot à tout faire. Le transhumanisme pour la production industrielle Présenté comme une révolution technologique de grande ampleur dans les colonnes du Times Magazine le 26 mars dernier, le robot humanoïde baptisé Baxter s’apprête à envahir le marché mondial de l’équipement industriel. En attendant une amélioration des algorithmes qui ne saurait tarder, le robot demande une attention toute particulière puisque ce n’est que par le mimétisme que l’on peut lui enseigner les différentes étapes d’une opération. Dans son entreprise de séduction, Baxter ne compte pas s’arrêter là et voit les choses en grand. Et si Baxter cachait un Dexter ? Commentaires

Canadian man to sell house for Bitcoin virtual currency 20 March 2013Last updated at 17:17 GMT Mr More says that a Bitcoin payment would help a new venture he is planning A Canadian man is hoping to be the first person to sell his house for virtual currency Bitcoins. Entrepreneur Taylor More listed his two-bedroom Alberta bungalow, asking 405,000 Canadian dollars (£261,000; $395,000) - or the equivalent in Bitcoins. He says the first reaction of his family was that of a shock. Bitcoins are now a widely used alternative payments system and one Bitcoin is currently worth about £37. "Bitcoins are really hard to get your hands on if you want to get them in large quantities," Mr More told the BBC. "I have a couple projects that I want to get started, and they will take a lot of Bitcoins." He did not get into detail on his new venture, only saying that it should "get Bitcoins more mainstream". Privacy for users Unlike other currencies, Bitcoins are not issued by a central bank or other centralised authority.

Voir le sujet - [Dossier] La furtivité du B-2 Spirit Les projets d’amélioration du B-2 Cet avion furtif est réputé pour être un avion mystérieux et beaucoup de bruits courent disant qu’il pourrait utiliser certaines technologies inédites. Cependant, aucune information officielle ne circule et il est donc difficile de faire le point. Outre les améliorations relatives au revêtement anti-radar, à l’armement, etc., il n’y a que peu de sources qui se recoupent au sujet des nouvelles technologies utilisées. Toutefois, nous allons décrire celle qui semble la plus réalisable, à savoir l’utilisation de la magnétohydrodynamique. Evolution du revêtement Le B-2 Spirit a longtemps souffert d’un problème de grande ampleur : la maintenance de son revêtement exige beaucoup de travail au sol, et implique l’utilisation fréquente de bande et de calfeutrant. La production des matériaux RAM est passée de 26 à 12 semaines et les périodes de test ont été optimisées, permettant d’épargner encore plusieurs jours d’immobilisation du B-2. La magnétohydrodynamique

INTERNET • Tous à la chasse au plagiat Le site communautaire LobbyPlag.eu invite les internautes à débusquer les copier-coller des lobbyistes dans les directives de Bruxelles. 5 mars 2013 | Partager : Qui a dit que les outils informatiques de recherche en plein texte ne servaient qu’à faire tomber des ministres ayant usurpé leur titre de docteur [voir CI n° 1163, du 14 février 2013] ? Richard Gutjahr définit Bruxelles comme un “service de reprographie”. Vidéo de Jan Philipp Albrecht Bien sûr, on ne saurait reprocher au secteur privé de bien faire son travail et de veiller à ses intérêts. Les lobbyistes se bousculent au portillon des politiques. On peut saluer le fait que les internautes mettent autant d’ardeur à retrouver l’origine des textes de loi européens. Jetez votre box, connectez-vous à l'internet associatif ! - Neutralité du net Alors que les attaques contre la neutralité du net se font de plus en plus pressantes, que les révélations sur la surveillance du réseau se succèdent, il est temps de redécouvrir une autre manière de se connecter à Internet. Passer de consommateur chez Orange ou Free à adhérent d’un Fournisseur d’accès à internet (FAI) associatif, c’est possible. Mode d’emploi. Si vous lisez ces lignes, c’est que vous disposez certainement d’une connexion internet. Qui vous connecte ? Orange, Free ou SFR probablement. La plus ancienne de ces associations, French Data Network a été créée en 1992, bien avant les offres des géants actuels. Du très local au national « Parmi les membres de la Fédération, tous ont des modèles et des modes de fonctionnement différents, du très local au national », décrit son président Benjamin Bayart. L’accès à internet fourni par Sameswireless provient d’un réseau wifi envoyé par une antenne relais depuis la commune voisine. Les FAI dont vous êtes les héros Mathieu Lapprand

FRANCE • A quoi sert la France ? A résister à Amazon Depuis quelque temps, je me demande à quoi sert la France. Je ne suis pas le premier – les gouvernements français successifs se sont penchés sur la question depuis Charles de Gaulle, la laissant sans réponse à côté des factures encore sous enveloppe, quand ils devaient céder la place à leurs successeurs. Enfin, je crois que j'ai trouvé. C'est l'impressionnante fessée* que la ministre de la Culture et romancière Aurélie Filippetti a administrée à Amazon et à ses ambitions de domination intergalactique qui m'a convaincu que le pays des TGV, des très gros porteurs qui ne se remplissent pas de fumée au décollage [allusion à l'incident du 26 juin 2013 dans un avion de la Delta Air Lines] et du merveilleux petit mot non* avait quelque chose à nous apprendre. Filippetti est montée au créneau devant le Parlement pour défendre le prix unique du livre, qui a permis à tant de librairies indépendantes et d'éditeurs de survivre. Amazon plume les consommateurs Comprenez-moi bien.

Petit cours de novlangue Connaissez-vous la novlangue? Il s’agit d’une langue inventée par Georges Orwell dans le roman 1984 qui bizarrement, n’a jamais été adapté au cinéma en tant que super-production alors que le roman l’aurait largement mérité, tout juste un téléfilm très mauvais et mal joué….mais c’est une opinion toute personnelle…Un sujet sur le forum abordait déjà ce sujet mais de manière si succincte qu’un rappel plus complet est utile. Par extension, on peut dire que ce langage est très utilisé par les politiciens en général qui peuvent ainsi nous raconter n’importe quoi tout en nous faisant croire que ce qu’ils disent est très intéressant (ou pas…), et qui permet également de nous dire quelque chose tout en signifiant réellement le contraire, cela sans être explicite (ça va? Pas trop dur à suivre?). Maintenant je vous propose un petit dictionnaire de novlangue et vous allez découvrir que cette technique est beaucoup utilisée par nos politiciens.

Le terrorisme publicitaire LE MONDE | • Mis à jour le | Par Hans Magnus Enzensberger (Poète, écrivain, traducteur et journaliste) Elle fut toujours bruyante. Aujourd'hui, on peut encore entendre, sur un certain nombre de marchés, la voix des camelots. Des natures moins snobs participent aujourd'hui comme jadis à des jeux-concours, échangent des bons de réduction et comparent remises et promotions-bonnes affaires. Même si la clientèle ingénue ne veut rien en savoir, il est un fait : la politique s'est très vite emparée de la publicité –− l'inverse étant tout aussi vrai. Au cours des années de crise et de guerre civile qui succédèrent en Allemagne à la première guerre mondiale, la propagande avait atteint des proportions effrayantes. Après 1945, il devint inenvisageable de faire des affaires avec des paroles du genre « Un peuple, un Reich, un Führer », ou avec des mises en scène de réunions politiques de masse à la Leni Riefenstahl. La publicité a ainsi adopté une nouvelle dimension politique.

Related: