background preloader

Masculin-féminin : cinq idées reçues sur les études de genre

Masculin-féminin : cinq idées reçues sur les études de genre
L'opposition au mariage pour tous a ravivé un débat lancé en 2011 par l'introduction de la notion de genre dans les manuels de SVT. Ses détracteurs parlent de la "théorie du genre". En protestant contre la loi autorisant le mariage aux personnes de même sexe, les membres de la "Manif pour tous" ont également ravivé la polémique sur le genre. "Le vrai but du mariage homosexuel est d'imposer la théorie du genre", affirment certains détracteurs du mariage pour tous. Ces inquiétudes avaient déjà agité les milieux catholiques en 2011, lorsque le ministère de l'éducation avait annoncé l'introduction du concept de genre dans certains manuels scolaires. Loin d'être une idéologie unifiée, le genre est avant tout un outil conceptuel utilisé par des chercheurs qui travaillent sur les rapports entre hommes et femmes. Le genre est-il une théorie ? >> Lire (édition abonnés) l'entretien avec le chercheur Bruno Perreau : "'Théorie du genre', 'études sur le genre' : quelle différence ?" Related:  sexedocs divers

"Théorie du genre", "études sur le genre" : quelle différence ? LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Mattea Battaglia Bruno Perreau est professeur au MIT et chercheur associé aux universités de Cambridge et Harvard. Il est l'auteur de Penser l'adoption (PUF, 2012). La droite catholique dit redouter la propagation de la "théorie du genre" en France. La "théorie du genre" n'existe que dans la tête des opposants à l'égalité des droits.

Femmes, genre, colonisations | (XIXe-XXe siècle) Les hommes et les femmes ont-ils des cerveaux différents ? "Il est impossible de deviner, en regardant un cerveau adulte, s'il appartient à un homme ou une femme", explique la neurobiologiste Catherine Vidal. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Lucie Soullier En distinguant l'identité sexuelle du sexe biologique, les études de genre affirment que la nature ne suffit pas à faire des hommes et des femmes. Catherine Vidal, neurobiologiste et directrice de recherche à l'Institut Pasteur a travaillé sur la plasticité du cerveau. Le cerveau du fœtus se forme-t-il différemment, au cours de la grossesse, selon que l'enfant à naître est une fille ou un garçon ? Catherine Vidal : Non, il n'y a pas de différence anatomique entre les cerveaux des fœtus filles et garçons. La seule différence que l'on peut relever concerne le contrôle des fonctions physiologiques de la reproduction. Le cerveau continue donc de se former après la naissance de l'enfant ? En grande partie, oui. C'est donc la socialisation qui forge nos cerveaux ? Absolument pas.

J'enseigne le genre. Et je continuerai à le faire. Ce sera un billet énervé. Très énervé. Fatigué aussi. J'enseigne le genre parce que c'est ce que mon programme de Sciences économiques et sociales me demande de faire, n'en déplaise à Vincent Peillon qui double son ignorance crasse des sciences sociales - déjà étonnante pour un philosophe de profession... - d'une méconnaissance absolue de ce qui se passe dans l'administration dont il est le ministre. On étudiera les processus par lesquels l'enfant construit sa personnalité par l'intériorisation/ incorporation de manières de penser et d'agir socialement situées. De quelque façon qu'on le prenne, "la construction sociale des rôles associés au sexe", c'est le genre. J'enseigne le genre parce que c'est un fait. J'enseigne le genre parce que n'importe qui de bonne foi comprends très bien l'expérience de la boîte. Pour faire l'expérience que je vais décrire, nous aurions besoin d'une paire de nouveau-nés, des vrais jumeaux. Aux complices des attaques néo-réationnaires

Les "gender studies" pour les nuls Faut-il enseigner les études de genre (rebaptisées "théorie du genre" par leurs adversaires) à l’école ? La polémique suscitée par cette question révèle le rapport ambivalent que la France entretient à l’égard des gender studies, champ d'étude né aux Etats-Unis, toujours soupçonné de s’inscrire dans une démarche militante, féministe, homo et transsexuelle. En réalité, les études de genre constituent un domaine de recherche pluridisciplinaire dont on peut retracer la genèse, les développements, les références et les enjeux. Dont acte. Le concept de « gender » est né aux Etats-Unis dans les années 1970 d'une réflexion autour du sexe et des rapports hommes / femmes. C'est un psychologue, Robert Stoller (1), qui popularise en 1968 une notion déjà utilisée par ses confrères américains depuis le début des années 1950 pour comprendre la séparation chez certains patients entre corps et identité. Objet et genèse d’un champ de recherche L’élargissement aux minorités sexuelles La greffe française C.

«Il n’y a pas de rapport sexuel», l’art du porno recyclé Réalisé à partir de séquences de making of des films porno de HPG, «Il n’y a pas de rapport sexuel» est un long-métrage de Raphaël Siboni. Travail d’appropriation et de recyclage. Sujet casse-gueule. A l’entrée du cinéma, le public qui attend pour voir le film est plutôt mélangé (hommes, femmes, jeunes, moins jeunes). Et alors ? C’est beau comme un film d’entreprise. Le montage des séquences de making of a été accompli par un jeune plasticien, Raphaël Siboni, dans les limites fixées par le producteur de HPG. 1. Thomas Ruff, ce photographe sans appareil photo, pioche parmi les innombrables images qui circulent sur le Net et les classe par catégorie. Thomas Ruff, Nudes, 1999-∞ 2. William E. Son court-métrage intitulé La Chute du communisme par le prisme du porno gay montre l’avènement d’un nouvel individu, le gay-for-pay (homo pour de l’argent) dans l’ex-URSS. William E Jones, The Fall of Communism as Seen in Gay Pornography, 1998 3. L'artiste Betty Tompkins entre deux Fuck Paintings.

représentations sexuées dans l'audiovisuel Théorie du genre : ce qui froisse les réacs Voici peu, "on ne naît pas femme, on le devient", la cinglante formule de Simone de Beauvoir dénonçant le poids de la société dans la construction de nos identités, faisait consensus sur notre échiquier politique. La cause de l'égalité entre les sexes, de la lutte contre ce conditionnement, semblait entendue. Semblait, car une "nouvelle" droite, celle des irréductibles opposants au mariage gay, prétend aujourd'hui y voir un odieux complot. Garçons et dînette Et ils cognent ! Et l'éditorialiste du quotidien, Yves Thréard, de hurler néanmoins au "décervelage" : "Quand tous les petits garçons sauront jouer à la dînette et que les petites filles s'intéresseront à la course automobile, notre société se portera-t-elle mieux ?" Stéréotypes sexués "Le genre n'est pas une théorie qui aurait ses partisans et ses opposants, explique Laure Bereni, sociologue au CNRS. Il faut regarder du côté des instances religieuses. "Idéologie destructrice pour notre civilisation" La dérision à la rescousse

Sélection commentée de ressources sur la notion de genre La notion de genre* fait son apparition dans les programmes de Première dès la rentrée 2011. On pourra trouver de très nombreux documents de qualité sur Internet, mais un peu éparpillés. Alors, pour faciliter un peu la tâche aux enseignants de lycée qui souhaiteraient en savoir plus, mais aussi à tous ceux et celles qui aimeraient pouvoir se faire un avis sur ce qu’ils entendent à ce sujet depuis quelques temps, voici une sélection de ressources simples d’accès. J’ai fait un petit mélange de références théoriques et de documents plus concrets, pouvant donner des pistes de réflexion ou des idées de travaux pratiques. * Ces derniers temps, les médias se sont emparés de cette notion et en ont souvent donné des définitions au mieux imprécises, au pire fantaisistes. Une petite précision sur le sens de ce mot peut donc s’avérer utile pour éviter tout malentendu. Les documents sont répartis de la manière suivante. 10. Extraits radio Emissions de radio Associations d’éducation populaire 1. 2. 3.

Les "catholiques modérés" face aux études de genre: tentatives de réponse à leurs objections (1) Depuis les polémiques sur les manuels de SVT en 2011, la mise en cause des études de genre a été de plus en plus fréquente sur les réseaux cathos, et est particulièrement présente depuis le début de la polémique sur la mariage gay. Ainsi on voit circuler en boucle un documentaire norvégien dont on soutient qu'il aurait conduit le gouvernement de ce pays à bannir les études de genre (ce qui est faux), le site d'un "observatoire de la théorie du genre", ou encore une page facebook qui sous-entend un lien entre la genèse des études de genre et des tentatives de légitimation de la pédophilie. En réaction, certains blogueurs catholiques tentent de défendre ces études de genre, et combattre ce qui leur parait être des caricatures et des contre-sens, ainsi Anthony Favier, Baroque et fatigué, ou, à un niveau beaucoup plus débutant, moi-même. L'objet de cette série de billets est de parcourir ces objections "modérées" aux études sur le genre, afin de tenter d'y répondre. Toujours selon le CLER:

Related: