background preloader

Video business de la sécurité routière

Video business de la sécurité routière
Tout ce que vous devez savoir sur (pour accéder directement à la Consultation Nationale sur la Sécurité Routière, cliquez ici ) Comme beaucoup de conducteurs, vous vous êtes peut-être déjà fait flasher par un radar dans un endroit qui, de toute évidence, n'avait rien de dangereux. Peut-être même avez-vous fait l'expérience d'un excès de zèle manifeste des forces de l'ordre, sans que vous en compreniez vraiment la raison. La communication des pouvoirs publics affirme que ce système ultra-répressif permet de faire baisser la mortalité routière. Mais qu’en est-il vraimentlorsqu’on regarde les chiffres ? L’année dernière, 15,5 millions d'avis de contravention ont été dressés (sans compter le stationnement], le bilan est de plus en plus lourd pour ceux qui prennent la route souvent. Face à une répression de plus en plus étouffante, le mécontentement grandit et la résistance s'organise du côté des usagers comme des policiers. Qui sont donc ces mécontents de la répression routière? 3 avril 2012. Related:  Affaiblissement démocratiqueSécurité Routière

Pour le respect des droits fondamentaux des lecteurs dans un environnement numérique Communiqué de l'Association des Bibliothécaires de France Le jeudi 14 novembre 2013 lors de l'examen du projet de loi de finance 2014, l'Assemblée nationale approuvait un amendement à la loi rectificative de finance 2013 déposé par la députée Isabelle Attard (EELV). Cet amendement appliquait un taux réduit de TVA à 5,5% aux livres numériques ouverts et sans mesure technique de protection et un taux plein à 19,6% aux livres verrouillés par ces DRM. Le raisonnement est logique. Un lecteur qui achète un livre numérique doté d'un DRM ne peut le consulter sur tous les supports de lecture numérique, ni le prêter, ni le revendre comme bon lui semble. Mais cet amendement n'aura pas fait long feu. L'ABF ne peut que regretter la suppression de cet amendement qui présentait comme le souligne la députée Isabelle Attard un triple avantage.

Le fichier des véhicules assurés (FVA) entre en vigueur ce mardi Les véhicules non assurés vont bientôt être dans le collimateur des forces de l'ordre. En un clin d’œil ou presque, grâce à la plaque d'immatriculation, elles pourront dire si votre véhicule est assuré ou non. Actuellement en France, on estime à 750.000 le nombre d'automobilistes qui roulent sans assurance. Le fichier des véhicules assurés (FVA) annoncé en début d'année, entre officiellement en vigueur ce mardi 4 juin. Les premiers contrôles ne se font pas attendre puisqu'ils débutent dès ce mardi matin à Paris et dans les départements de la petite couronne avant de s'étendre progressivement à tout le territoire. Établi avec les sociétés d'assurances, le FVA va permettre aux policiers de mettre fin aux fausses vignettes sur les pare-brises ou aux attestations en cours de renouvellement. Les peines encourues ne changent pas et peuvent aller jusqu'à 3.750 euros d'amende assortis d'une suspension du permis de conduire et la confiscation du véhicule. À écouter également dans ce journal

L’arnaque de la répression routière : tuer plus pour payer plus France L’arnaque de la répression routière : tuer plus pour payer plus Beaucoup de Français supposent qu’en installant des radars partout, nos dirigeants ont à cœur de nous protéger, d’assurer notr«sécurité». D’autres pensent aussi que l’argent des radars sert à renforcer la sécurité routière, à payer la police ou les routes. Quant au mythe de la «sécurité» grâce aux radars, parlons-en ! Lorsqu’on regarde la courbe de la mortalité routière, avant et après l’installation des radars automatiques, on s’aperçoit que la baisse du nombre de tués sur la route n’a rien à voir avec les radars. Pire : En faisant de la répression par les radars l’alpha et l’oméga de sa politique de sécurité routière… En négligeant tout ce qui a fait le succès de la sécurité routière depuis les années 70 : la prévention, la formation, l’entretien et l’amélioration des routes, une répression ciblée et mesurée… C’est que la répression routière est devenue un incroyable business. La vérité, la voici : Et ils sont colossaux.

Ce neuromarketing qui nous transforme en machine à consommer Le mariage des sciences cognitives et du marketing a donné une discipline, le neuromarketing, qui n'est pas sans poser de nombreuses questions. Avec la publicité, on nous prenait pour des idiots. Désormais, nous n'en aurons plus conscience... Neuromarketing : émoi, et moi ? Aujourd’hui, la publicité est partout : l’espace public en est envahi, les médias - papier, radio, télé, web - nous en abreuvent jusqu’à l’écœurement, nos boîtes aux lettres physiques et virtuelles débordent. Selon Jean-Baptiste Godinot, président de l'association belge RESPIRE, nous subissons entre 2500 et 15 000 impacts publicitaires par jour. Plus un produit est luxueux, raffiné, transformé, industriel, plus la part publicitaire dans son prix est importante. À titre de comparaison, le budget de l’Union européenne pour les sept prochaines années est de 908 milliards d’euros. Consommer : entre émotion et inconscient Un temps, on a considéré que l’acheteur fonctionnait selon une approche en trois phases Tel est pris ?

index Chère Madame, Cher Monsieur, Traqués, taxés, chassés… Voilà le sort réservé aux conducteurs. Car pour les hommes politiques, en tant que conducteur, vous êtes désigné coupable. Eh bien NON ! Vous êtes simplement un citoyen responsable, qui refuse de voir ses libertés rognées et de se faire matraquer, pour des a priori idéologiques déguisés sous la noble cause de la "sécurité routière". Et c'est pour ça que je suis fière de vous compter parmi les sympathisants de Ligue de Défense des Conducteurs. Tout ce que nous arrivons à faire pour combattre cette idéologie anti-voiture, souvent adoptée au doigt mouillé, pour combattre aussi cette répression arbitraire et pour promouvoir à la place une politique intelligente de sécurité routière … … nous le devons à votre présence et à votre engagement au sein du grand mouvement de résistance que constitue la Ligue de Défense des Conducteurs. Et nous devrons être nombreux et déterminés à résister en 2021. Qu'en fera le gouvernement ? Les "ZFE"? Les radars ?

ABD - One Third? The Biggest Lie of All "A third of accidents are caused by speed" The road safety industry have long asserted that speed causes a third of accidents, and this has become a fundamental plank of their road safety thinking, such as it is. However, they admit that proper research into accident causation has never been carried out. [PACTS 1997] The Transport Research Laboratory was commissioned to investigate a new type of form for police officers to report on road traffic accidents they attend. The results of this investigation, published in report TRL323, showed that excess speed was a factor (but not necessarily the only factor) in 7.3% of accidents. Of course, this small problem did not divert the DLTR, who were by this time politically welded to the great 'one third' lie. They got around their little problem by defining all sorts of other accident causes as "speed related" until they managed to get them to add up to a third. On the right are our comments on each of these items. The Truth

Valls sondagière : BVA convainc les français malgré eux Le 16 avril 2014, Manuel Valls présentait le détail du plan de rigueur censé compenser les exonérations de cotisations patronales du « Pacte de responsabilité ». Dès les 17 et 18 avril, l’institut BVA réalisait pour i-Télé et Le Parisien un sondage dont radios, télévisions, journaux, sites de presse en ligne s’empressèrent de résumer la conclusion que chacun pouvait juger, selon son opinion, rassurante ou consternante : le nouveau Premier ministre aurait « convaincu une majorité de français ». Ainsi présentée, cette conclusion relève pourtant d’une grotesque supercherie. Pour s’en rendre compte, il faut, il est vrai, consulter le sondage en détail, plutôt que de prendre pour argent comptant les oracles des sondologues : une démarche critique minimale, manifestement hors de la portée de nombreux commentateurs pressés d’annoncer « ce que pensent les français ». Mais cela même serait sujet à caution. Nul besoin d’être diplômé en statistiques pour relever ces lacunes élémentaires.

Les automobilistes désormais constamment traqués Depuis le 1er mai, les voitures neuves sont désormais équipées d’une boîte noire. Leur but est d’éclaircir les circonstances en cas d’accident, mais soulève aussi de nombreuses questions… Chers automobilistes achetant une voiture neuve, vous êtes maintenant constamment traqués. Et non, on ne parle pas de radars ou de contrôles en tous genres. Désormais, le mouchard se situe dans votre véhicule. Depuis le 1er mai 2022, toutes les voitures neuves sont en effet équipées d’une boîte noire. Sur le modèle de celles des avions, ces dernières enregistrent les 30 secondes précédant un accident ou un accrochage. Le but avancé est, évidemment, d’améliorer le bilan de la sécurité routière et de faire toute la lumière sur les accidents. D’autant que les boîtes noires des voitures ne peuvent pas tout contrôler. Les associations d’usagers s’alarment également du traitement des données. Beaucoup de questions se posent donc à l’heure actuelle. À lire aussi sur Auto-Moto.com :

Discussion:Radar automatique en France Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Perte de l'historique[modifier | modifier le code] Semnoz, il aurait été bien que l'on puisse suivre l'historique. Désolé du fait, mais au départ il s'agissait d'une nouvelle sous-page donc avec l'historique sur la page principale. En fait, si je comprends bien, maintenant, tu as renommé une version ancienne de la page principale, ce qui t'as permis de récupérer l'historique, mais par contre il est perdu sur la page mère. Nouvelle perte[modifier | modifier le code] --TaraO 2 octobre 2007 à 12:28 (CEST) Pourrait-on savoir la nature du texte sous droit d'auteur ? il s'agissait de l'ajout de Bullseye (d · c · b) copié du site (le premier §). Et cela contraint de supprimer les autres contributions ? en fait, entre la version en question et la version propre sans le texte de copyvio, un mois et pas moins de 84 modifications ont eu lieu qui a fallu enlever pour nettoyer proprement l'article. Salut, Bilan?

Jailed for eco-activism, and then jailed for blogging about eco-activism Environmental activist Daniel McGowan is out of prison, but he’s not out of the woods. He was incarcerated for seven years for his alleged involvement in arson at an Oregon lumber company, then thrown back in prison for writing about how his beliefs got him branded a terrorist. He’s now been released, but only after being told he can’t publish his opinions or talk to the press. McGowan is the central figure in the 2012 Oscar-nominated documentary If a Tree Falls, which details the lead-up to his prison sentence for arson credited to the Earth Liberation Front. He was released this past December to a halfway house in New York City. McGowan spent more than two years of his sentence in a Communication Management Unit (CMU), where his contact with the outside world through letters and phone calls was highly restricted. On April 4, three days after McGowan’s post was published, the BOP responded by — what else? From McGowan’s attorneys at the Center for Constitutional Rights:

Nicolas Sarkozy et Gilles de Robien contrôlés en excès de vitesse - Vidéo Ina

Related: