background preloader

L’illectronisme, nouvelle grande cause nationale?

L’illectronisme, nouvelle grande cause nationale?
Selon une étude de l'Insee parue en décembre dernier, la France compte 2,5 millions de personnes illettrées. 7% des adultes de 18 à 65 ans ayant été scolarisés en France, mais ayant perdu les acquis de base, souffrent de ce handicap. C’est pourquoi le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a officiellement érigé l’illettrisme grande cause nationale 2013 le 1er mars dernier. Or, outre la lecture, l’écriture ou le calcul, une autre compétence clé —selon les termes de l’Union Européenne— est apparue il y a quelques années: la maîtrise des technologies de l'information et de la communication. Si ceux qui lisent ces lignes ne sont, à priori, pas concernés, une partie non négligeable de la population souffre de ce que l’on appelle «l’illectronisme». La première occurrence du terme serait à attribuer à Lionel Jospin lors d’un discours à Hourtin, en Aquitaine, le 26 août 1999: «L’essor des technologies de l’information ne doit pas creuser un "fossé numérique". Environ 15% des Français concernés

http://www.slate.fr/story/71745/illectronisme-illettrisme-grande-cause-nationale

Related:  Cultures numériquesformationsPédagogie numériqueLes pratiques de lecture des Français

Projet Txto, imprimez et déroulez vos conversations sms Hey ! Ce midi je voulais vous présenter « Txto » qui est un service en ligne qui vous permet d’imprimer les histoires sms contenues dans votre téléphone portable ! Toujours dans cette vague du retour à l’objet, de la matérialité du numérique, ici les sms deviennent de vrais morceaux de vie en papier. « Que vous ayez pleuré, ri ou que vous vous soyez donné le code de l’interphone par sms, Tx.to imprime votre histoire. Agir contre l'illettrisme : l'École se mobilise ! Prévenir l'illettrisme NOR : REDE1327732C Circulaire n° 2013-179 MEN – DGESCO A1-MMLF Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie ; aux directrices et directeurs académiques des services de l'éducation nationale ; aux inspectrices et inspecteurs chargés des circonscriptions du premier degré ; aux inspectrices et inspecteurs d'académie - inspectrices et inspecteurs pédagogiques régionaux ; aux chefs d'établissement ; aux directrices et directeurs d'école. La refondation de l’école de la République est une politique globale destinée à renouer avec la promesse républicaine de la réussite pour tous. Dans cette perspective, elle entend lutter très tôt contre les inégalités pour garantir et sécuriser les apprentissages fondamentaux et permettre à chaque élève de construire un projet porteur de sens.

Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde" Michel Serres est une vigie plantée en haut du mât de notre époque. Du haut de son gréement, de ses 82 ans, de sa culture encyclopédique, de son temps partagé entre les cultures française et américaine qu'il enseigne, ce philosophe académicien nous décrit les changements qu'il observe sur l'équipage humanité que nous sommes. En curieux de tout qu'il est, il guette avec impatience et gourmandise les évolutions qui nous arrivent, comme un des matelots de Colomb aurait scruté l'horizon dans l'espoir de nouvelles terres. Son constat sur notre époque est simple : le monde, depuis cinquante ans, traverse une révolution comme l'humanité n'en a connu jusque-là que deux d'une telle ampleur. Avec un constat pareil, un autre que lui serait grognon et inquiet. Serres est un optimiste impénitent.

Mutation de l'animal lecteur : les nouvelles pratiques de lecture On lit de moins en moins de livres… Mais l'homme pressé d'aujourd'hui, entouré d'écrans, n'a jamais autant lu ! Où l'on découvre que les pratiques de lecture ont connu bien des mutations. « Je crois que nous sommes, dans l'âme, des animaux lecteurs et que l'art de lire, au sens le plus large, définit notre espèce », écrit Alberto Manguel, dans son Nouvel Eloge de la folie (éd.

Une contre-histoire de l'Internet Internet a été créé par des hippies tout en étant financé par des militaires ! Cet improbable choc des cultures a donné naissance à un espace de libertés impossible à censurer ou à contrôler. C’est pourtant ce que cherchent à faire, depuis des années, un certain nombre de responsables politiques, poussant hackers et défenseurs des libertés à entrer dans l’arène politique. Réseau sous surveillance Richard Stallman, l'inventeur des logiciels libres, Rick Falvinge, créateur du Parti pirate suédois (le premier du genre au monde), ou Julian Assange, fondateur de WikiLeaks reclus dans l'ambassade d'Équateur à Londres : au fil des entretiens avec ces militants de la liberté 2.0, les auteurs du documentaire dénoncent avec humour et vigueur les tentatives de régulation d'Internet par les gouvernements et les multinationales, et dévoilent le rapport souvent conflictuel qui persiste entre les acteurs de la culture web et les pouvoirs publics.

L’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI) se mobilise autour de la question de la sécurisation des parcours des apprentis - Mayor Evolution « Nous sommes réunis aujourd’hui pour évoquer les solutions mises en place dans les centres de formation des apprentis (CFA) dont certains stagiaires rencontrent de graves difficultés avec les compétences de base », a annoncé Hervé Fernandez, directeur de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI), le 5 juillet dernier à Paris, dans le cadre de la journée nationale de restitution de l’expérimentation : « Renforcer les compétences de base en apprentissage ». Cette expérimentation, qui a débuté en 2009, est menée par l’ANLCI en partenariat avec les Conseils régionaux et les partenaires institutionnels des territoires. Elle se décline dans 50 CFA volontaires de 9 régions de métropole et d’outre-mer. Elle est soutenue par le Fonds d’expérimentation jeunesse (FEJ), rattaché au ministère des Sports et de la Jeunesse, la Fondation BTP Plus et le ministère de l’Outre-Mer. Source : www.actualite-de-la-formation.fr

La révolution cognitive Je vous recommande vivement cette conférence de Michel Serres, intitulée « Les nouvelles technologies, révolution culturelle et cognitive » (je suis tombé dessus grâce à un tweet de Jérôme Colombain). Outre la vigueur et la clarté de Michel Serres (qui sont impressionnantes), le propos est lui-même passionnant. Il y aborde la manière dont les ordinateurs et internet (ce qu’on appelle souvent les nouvelles technologies) sont en train de modifier radicalement, le temps, l’espace et notre cognition. Michel Serres compare la révolution « internet » à d’autres révolutions dans l’histoire de l’humanité - en lien avec l’émission, le traitement, la réception d’informations - : l’apparition du langage, l’apparition de l’écriture et l’apparition de l’imprimerie. Cela replace les choses dans une échelle temporelle intéressante. Mais si on perd, on gagne.

Par quels moyens peut-on enrayer la baisse de la lecture ? La désaffection pour la littérature est un avatar de la modernité par Myriam Revault d’Allonnes, philosophe, professeure des universités à l’EPHE et chercheuse associée au Cevipof Ya-t-il vraiment une baisse du temps consacré à la lecture ? Je ne suis pas sûre qu’on lise moins qu’auparavant et surtout que le temps consacré à la lecture soit aujourd’hui moins important. L’affirmation est trop globale et il faut affiner l’analyse en fonction de l’âge, de l’activité, des centres d’intérêt, etc. On lit différemment, on lit sans aucun doute autre chose que des livres et surtout la lecture n’est plus, pour les jeunes générations, un moyen privilégié d’apprentissage pour accéder au monde adulte, à ses pratiques et à ses codes. On (mais qui ?)

Internet nous rendrait inapte au travail de concentration. A titre énigmatique, contenu à portée quasi-philosophique. Ceci, à cause / grâce à Nicholas Carr et son livre The Shallows. Nous vivons dans une société d’hyper-consommation, de lecture en diagonale de l’information et de la distraction à tout prix. Boîte à outils pour renforcer les compétences de base des apprentis / CBA / Médiathèque Dans le cadre de cette expérimentation menée depuis 2009 dans 9 régions de métropole et d’outre-mer, auprès de 50 CFA volontaires, avec le soutien du Fonds d’Expérimentation Jeunesse (FEJ), de la Fondation BTP Plus, des Conseils Régionaux et du ministère de l’Outre-mer, des solutions concrètes pour sécuriser les parcours de formation des apprentis ont été proposées aux CFA, ce qui a permis la construction d’outils communs mis à disposition de tous les acteurs de l’apprentissage, à travers cette boîte à outils. Elle constitue un véritable capital de l’ensemble des méthodes de travail, outils, recommandations et préconisations pour agir et a été conçue pour apporter des éléments de réponses aux questions qui se sont posées au cours de l’expérimentation. Les outils proposés dans la boîte à outils sont les suivants :

numérique et enseignement - le numérique en langues vivantes lu dans les textes officiels Les nouvelles exigences du baccalauréat (notamment pour l'épreuve de CO) sont en totale adéquation avec ces orientations. Parallèlement aux programmes, le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL) fixe des objectifs précis de compétences à atteindre à l'oral. Les évaluations qui en découlent impliquent le recours à des enregistrements numériques pour pouvoir évaluer finement les productions des élèves. On encourage donc l'utilisation d'outils nomades (baladeurs, ordinateurs portables, manuels numériques, etc.) pour multiplier les entraînements individuels et adapter des réponses pédagogiques aux besoins des élèves. Le CECRL évoque également le recours à une démarche actionnelle, ce qui est en pleine cohérence avec une démarche d'enseignement par compétences (cf par exemple attentes du socle commun) : les réalisations sonores des élèves sont plus efficaces et plus authentiques en s'appuyant sur des outils numériques.

Crise de la lecture ou crise du livre ? Défense et Illustration de la Lecture française Dire que les Français ne lisent plus, c’est un poncif : cette phrase, on l’a tellement entendue qu’on ne prend même plus la peine de se demander si elle correspond ou non à la réalité. Elle nous berce tant qu’on entendrait presque Finkielkraut en fond sonore, dire que « c’était mieux avant » sur un plateau télé accompagné d’un Philippe Murray déplorant le désastre contemporain. « On ne lit plus », « Les jeunes ne lisent plus », « Les jeunes zappent, incapables de se concentrer plus de cinq minutes sur un même contenu » etc. etc… Protagoniste de la génération Y, je connais ces phrases par cœur. L’expression « crise de la lecture » est devenue monnaie courante et est largement utilisée par les sociologues contemporains.

Related: