background preloader

Documents - sitEColes

Documents - sitEColes
1. Pourquoi enseigner par tâches complexes ? - Pour permettre aux élèves d’acquérir les compétences du socle commun La tâche complexe fait partie intégrante de la notion de compétence, comme le rappelle le préambule du socle commun : "Maîtriser le socle commun de connaissances et de compétences, c’est être capable de mobiliser ses acquis dans les tâches et des situation complexes, à l’école puis dans la vie…". - Pour favoriser la différenciation pédagogique Tous les textes officiels recommandent aux enseignants de différencier leur enseignement - que ce soient les programmes de 2008, la circulaire sur l’aménagement du temps scolaire, la circulaire de rentrée 2010, le référentiel de compétence des enseignants, ou les outils proposés par le ministère aux enseignants tels "Lire au CP" (janvier 2010). En effet, quand on travaille par tâche complexe, on suit le processus suivant : 1. 2. 3. On ne peut pas enseigner uniquement par tâches complexes. 4. 5. 6. Crédit image Fotolia © Related:  A classer-a lire

Arbre à palabres - Le site du Collège du Val du Gy L’idée était d’accrocher dans un arbre de la cour des textes d’élèves sur les déchets afin que tous les élèves puissent les lire et en discuter (palabres). Néanmoins, les branches n’étant pas accessibles, il a été choisi de construire un arbre pour y accrocher ces poèmes. Après avoir réalisé une esquisse à main levée, il a fallu réfléchir à l’emboitement des 2 panneaux pour que l’ensemble soit durable, démontable et transportable tout en restant joli. La découpe a été laissée aux bons soins des agents, Bruno Cauche et Guillaume Vallet. Parallèlement Mme Leroy a travaillé en Français avec les 6eC sur le thème de déchets dans le collège et les élèves ont écrit les poèmes. Ces textes ont été accrochés le jour de l’événement final et restent exposés.

Situations complexes - [ ] Voici un bref aperçu des animations pédagogiques de novembre et décembre 2010 : synthèse opérationnelle de la notion de compétence et distinction de 3 niveaux de compétences. ( ci-dessous) présentation d’un canevas pour concevoir des situations complexes pour la classe (article dans cette rubrique) élaboration par les enseignants de situations complexes à mettre en œuvre dans leur classe (autre article dans cette rubrique) Une compétence est un ensemble de connaissances, de capacités et d’attitudes permettant de mobiliser à bon escient des ressources internes et externes dans le but de répondre de façon appropriée à une situation complexe et inédite. Pour qu’il y ait compétence, il faut que l’élève soit capable de choisir lui-même, parmi les ressources qu’il possède, celle(s) qui convient ou conviennent à la situation présente. Les niveaux d’acquisition d’une compétence : 1. 2. 3.

Une formation adaptée au développement de la compétence professionnelle L’originalité de cette approche, entre autres, est qu’en plus de présenter un cadre nouveau à la formation, elle présente également comment faire développer la compétence. Ce « comment » s’articule autour d’une modalité de la formation, du transfert des apprentissages, de la réflexivité, du cycle d’apprentissage expérientiel, de situations de travail, de pratiques réelles et virtuelles, de l’évaluation en aide aux apprentissages, du contrôle des apprentissages par l’apprenant et de l’accompagnement. Ce concept de formation est mis en place pour favoriser, non seulement la capacité de réaliser les pratiques de la profession dans un milieu de travail, mais aussi le développement de la compétence de la personne pour qu’elle sache agir avec compétence. La formation-action (Le Boterf, 2006) est une modalité de formation permettant de s’approcher le plus près possible de la construction des compétences. Voici ce qui caractérise la formation-action : 1. 2. 3. 4. 5. Like this: J'aime chargement…

Les sciences : un enjeu de société ? (Pascal Ourghanlian) Faire la classe – Les approches disciplinaires Les sciences : un enjeu de société ? Un texte de Pascal Ourghanlian La France manque de scientifiques. À la fois parce qu’elle en forme peu, les filières scientifiques n’attirant que peu les jeunes bacheliers, et parce qu’elle ne sait pas les garder, les plus renommés d’entre eux s’expatriant, principalement pour les vallées informatiques des États-Unis. Tel est du moins le constat fait par les scientifiques français eux-mêmes et par leur institution de tutelle, le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, qui a conduit au lancement d’opérations plus ou moins médiatisées autour de savants français à la réputation internationale avérée (Georges Charpak ou Pierre-Gilles de Gennes) comme « La main à la pâte ». La démarche expérimentale Elle fait l’objet de nombreuses mises en demeure. Quatre principes sont à l’œuvre dans une telle démarche : L’éthique Pascal OurghanlianSeptembre 2006 Notes (7) Voir G.

Le Secret des sources | 12-13 C'est une plongée hebdomadaire dans les coulisses de l'information: le Secret des sources explique comment se fabrique l'information sur une actualité récente ou imminente: quelle liberté pour le reporter, quels questionnements dans les conférences de rédaction, quelles différences de traitement entre médias français et étrangers, quels écueils éditoriaux et déontologiques à surmonter, quelles dérives journalistiques à éviter, et... quel rapport aux sources ? 8 séquences pour résoudre des problèmes au cycle 3- Pédagogie - Direction des services départementaux de l’éducation nationale du 16 Ce document est une progression qui devrait permettre aux élèves de développer une attitude mathématique face à cette tâche complexe que constitue la résolution d’un problème. Celle-ci a été détachée de l’enseignement des techniques opératoires et de la numération afin de casser une représentation de la résolution de problèmes, souvent bien installée chez les élèves, consistant à déterminer au plus vite la "bonne opération" à partir de quelques mots inducteurs de l’énoncé. Quelques lignes directrices ont guidé ce travail : Ce document est le résultat de trois années d’expérimentations dans des classes à cours multiples de la circonscription d’Angoulême Sud et du regard croisé d’enseignants de cycle 3, d’un professeur de mathématiques et d’un conseiller pédagogique.

La formation-action L’originalité de cette approche, entre autres, est qu’en plus de présenter un cadre nouveau à la formation, elle présente également comment faire développer la compétence. Ce «comment?» s’articule autour d’une modalité de la formation, du transfert des apprentissages, de la réflexivité, du cycle d’apprentissage expérientiel, de situations de travail, de pratiques réelles et virtuelles, de l’évaluation en aide aux apprentissages, du contrôle des apprentissages par l’apprenant et de l’accompagnement. Ce concept de formation est mis en place pour favoriser, non seulement la capacité de réaliser les pratiques de la profession dans un milieu de travail, mais aussi le développement de la compétence de la personne pour qu’elle sache agir avec compétence. La formation-action (Le Boterf, 2006) est une modalité de formation permettant de s’approcher le plus possible de la construction des compétences. À suivre … Like this: J'aime chargement…

Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention L’attention est la capacité que nous avons à nous ouvrir à la réalité : l’attention ouvre notre esprit. Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, auteurs de La pédagogie positive, la définissent comme Le mouvement cérébral qui va nous permettre d’orienter notre action en fonction d’un objectif, d’un centre d’intérêt… Grâce à elle, nous captons, par nos cinq sens, les différentes informations en provenance soit de notre environnement, soit de notre ressenti émotionnel ou psychologique. Stanislas Dehaene ajoute que l’attention sert à sélectionner les informations, module massivement l’activité cérébrale et facilite l’apprentissage. Mais l’attention peut être sélective. Quelles conséquences pour l’enseignement ? 2. Stanislas Dehaene écrit : 3. 4.

Ecrire un documentaire ! Une fois n'est pas coutume, je vais faire un article pour partager un travail "tout fait". En farfouillant sur le net à la recherche d'idées intéressantes pour rendre agréable la tâche d'écriture, je suis tombée sur le site de Mrs Madden (en anglais) qui fait plein de choses intéressantes ! Elle a notamment une section dans laquelle elle fait écrire un documentaire à ses élèves. J'ai repris l'idée en ajoutant un mode d'emploi à travailler avec les élèves. Voici d'abord le "mode d'emploi" en couleurs et en noir et blanc (pour un meilleur rendu après passage par la photocopieuse) que je distribue à mes élèves : Voici ensuite les différentes feuilles composant le petit livret : la page de couverture, le sommaire, les pages intérieures (j'en ai mis six mais on peut réduire ou augmenter), le glossaire et la bibliographie. Je photocopie le tout et j'agrafe sur le côté (on peut faire avec une spirale, c'est plus sympa mais ça prend plus de temps et ça coûte plus cher !). COMMENT PROCÉDER ?

Séminaire livret personnel de compétences - Témoignage : mise en œuvre dans la classe La tâche complexe : définition La tâche complexe est une tâche mobilisant des ressources internes (culture, capacités, connaissances, vécu...) et externes (aides méthodologiques, protocoles, fiches techniques, ressources documentaires...). Elle fait donc partie intégrante de la notion de compétence. Dans ce contexte, complexe ne veut pas dire compliqué. La définition retenue dans le texte du socle : « chaque grande compétence du socle est conçue comme une combinaison de connaissances fondamentales pour notre temps, de capacités à les mettre en oeuvre dans des situations variées d’attitudes indispensables tout au long de la vie, comme l’ouverture aux autres, le goût pour la recherche de la vérité,le respect de soi et d’autrui, la curiosité la créativité » La tâche complexe : pourquoi ? « Dans la vie courante, les situations sont toujours complexes, à un degré plus ou moins important. Confronter les élèves à des tâches complexes permet de : On va prendre en compte leurs différences :

Comment deployer une formation action avec skilltech Vous souhaitez permettre à vos équipes d’acquérir de nouvelles compétences tout en étant productif ? Répondre à des objectifs individuels et collectif en simultané ? Chez SKILLTECH, c’est possible. La formation-action consiste à faire d’une pierre deux coups, en mêlant à la fois : Le processus de formation consistant à transmettre des savoirs, savoirs-faire et compétences à vos équipes La résolution d’un problème ou la conduite d’un projet par le biais d’actions concrètes. Véritable gain de temps, le processus de formation et d’action sont confondus et répondent à des objectifs communs mais également individuels. Grâce aux solutions SKILLTECH, vous pourrez apprendre, modéliser et mobiliser des ressources pertinentes face à des situations données.

MENE1504759A Article 1 - Le programme d'enseignement de l'école maternelle est fixé conformément à l'annexe du présent arrêté. Article 2 - Les dispositions relatives au programme de l'école maternelle figurant à l'annexe de l'arrêté du 9 juin 2008 susvisé sont abrogées. Article 3 - Les dispositions du présent arrêté entrent en vigueur à compter de la rentrée scolaire 2015. Article 4 - La directrice générale de l'enseignement scolaire est chargée de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française. Fait le 18 février 2015 Pour la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche et par délégation, La directrice générale de l'enseignement scolaire, Florence Robine Annexe - Programme de l'école maternelle Retrouvez en intégralité le programme d'enseignement de l'école maternelle, qui entre en vigueur à la rentrée 2015, sous sept formats différents : L'école maternelle : un cycle unique, fondamental pour la réussite de tous 1. 1.1. 2.

Les méthodes pédagogiques en information-documentation Agrandir le tableau 1. Typologie des méthodes pédagogiques en information-documentation Les trois grandes méthodes pédagogiques et leurs types sont rapidement présentés ci-dessous à partir de leurs principales caractéristiques et des modèles pédagogiques auxquelles elles se réfèrent. 1.1. Méthode dont le cours est basé sur la transmission verticale d'un savoir. Mais le modèle de référence peut aussi bien être comportementaliste (béhavioriste), lorsque l'objet de l'exposé est prescriptif d'une méthodologie à suivre. Le principal avantage de la méthode expositive réside dans son économie de temps et de moyens. Schéma d’organisation générale de la méthode expositive : phase d'exposition (discours et/ou démonstration)phase d'application (exécution ou reproduction)phase d'évaluation (à partir d'une restitution ou d'une performance) A partir des cas analysés en information-documentation, nous distinguons deux types de méthode expositive : 1.2. Schéma d’organisation générale de la méthode active :

Related: