background preloader

1962 : la crise de Cuba

Related:  Un monde bipolaire au temps de la guerre froide.

De la Lituanie au Kazakhstan, visualisez la dislocation progressive de l’Union soviétique La dissolution de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), en décembre 1991, marque la fin de la guerre froide, mais elle a été aussi été un casse-tête juridique. Créée en 1922 avec le « traité d’Union », l’URSS avait prévu un dispositif juridique qui accordait « le droit de choisir librement de faire sécession de l’Union » dans l’article 26 – un peu comme l’article 50 du TUE qui permet au Royaume-Uni de quitter l’UE – mais l’exercice de ce droit avait été refusé aux républiques qui ont déclaré leur indépendance en 1990 et 1991. Les premières indépendances baltes Les Lituaniens prennent l’initiative : le 11 mars 1990, le Parlement proclame l’indépendance du pays. Moscou réplique alors en établissant un blocus, puis envoie l’Armée rouge neuf mois plus tard, le 11 janvier 1991. La répression fait 14 morts parmi les centaines d’opposants lituaniens non violents. Une cascade d’indépendances après le coup d’Etat manqué République de 3,7 millions d'habitants

Jalons - La réunification de l'Allemagne Henri Sannier Mon cher Bruno, nous vous accueillons ce soir en direct depuis la porte de Brandebourg que vous apercevez juste derrière moi et qui est maintenant le haut lieu de la réunification et de l'unification et de la réconciliation allemande. Alors il y a encore beaucoup de monde dans la rue, vous le voyez, ce sont des gens qui font entendre de la voix depuis tout à l'heure parce qu'il fait un peu frisquet ici. Il faut dire que les gens flânent car c'était aujourd'hui une journée fériée, une journée historique dans toute l'Allemagne. Philippe Rochot Pélerinage au Reichstag, l'ancien parlement à Berlin, pour des milliers d'Allemands qui ont voulu saluer ici l'unité retrouvée ; car c'est là que demain 660 députés des deux Allemagnes assisteront à une séance commune. Inconnu On pourrait rester comme ça pendant des heures à observer les gens, à regarder cette atmosphère.

ina Retour sur la crise des missiles à Cuba, par Daniele Ganser En janvier 1959, l’entrée triomphale à La Havane d’Ernesto « Che » Guevara et de M. Fidel Castro fit craindre à l’administration des Etats-Unis et au président Dwight Eisenhower que le communisme se répande à travers l’Amérique latine. Allié sûr de Washington durant la guerre froide, le dictateur Fulgencio Batista avait été renversé par une guérilla soutenue par l’immense majorité du peuple cubain. Avant même que M. Castro - qui n’était pas alors communiste - mette en œuvre sa réforme agraire, le 17 mai, et commence à exproprier les compagnies américaines, en débutant par les terres de la firme bananière United Fruit Co, le 4 avril 1960, le Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche avait décidé, le 10 mars 1959, qu’il devait être remplacé et étudiait des stratégies pour « mettre en place un nouveau gouvernement à Cuba ». Manipulation des Nations unies Alors que les bombes pleuvaient sur Cuba, Raul Roa appela une nouvelle fois les Nations unies à l’aide. Négociations en coulisse

L'accord de limitation des armements stratégiques SALT 1 Du 25 au 30 mai 1972, Richard Nixon se rend à Moscou. Son voyage ouvre une étape nouvelle dans les relations entre les deux Grands vers la Détente. Les Soviétiques ne tiennent pas à laisser les Etats-Unis se rapprocher trop de la Chine communiste. Le voyage de Nixon est fructueux puisque les deux adversaires de la guerre froide signent une charte pour organiser leurs rapports bilatéraux et l'accord sur la limitation des armements stratégiques. L'accord SALT permet de limiter le nombre de missiles déployés sur la terre ferme et embarqués dans les sous-marins. Le document est de facture classique : pour bien localiser le sujet, l'équipe filme le journaliste en extérieur, avec une vue de la capitale soviétique en arrière-plan. En se plaçant devant le bâtiment où l'événement se produit, le journaliste adopte une attitude très professionnelle.

Jalons - La chute du mur de Berlin Daniel Bilalian En direct... du mur de Berlin : Philippe Rochot. Philippe, une question toute simple pour commencer : Philippe, où êtes-vous ce matin et que se passe-t-il autour de vous ? Philippe Rochot Ecoutez, nous sommes à Check Point Charlie, vous savez que c'était le point de passage réservé aux étrangers, et là tout le monde, les Allemands de l'Est se mélangent aux Polonais qui d'habitude passent la frontière pour aller vendre au marché noir leur caviar sur Postdamer Platz et vous voyez ici il y a une file d'attente d'environ 300 mètres pour passer ; il faut attendre une heure et demi. Oui, on le voit à l'image, en tout cas, là. Je crois que c'est un événement quand même extraordinaire, c'est-à-dire que chacun veut venir saluer à sa manière l'ouverture du mur. Bien.

Crise des missiles à Cuba Date de diffusion : 27 octobre 1962 La Guerre froide connaît son plus grand moment de tension avec la crise des missiles de Cuba. Pendant deux semaines, entre le 16 et le 28 octobre 1962, l'URSS et les États-Unis se livrent une véritable guerre psychologique dont les conséquences auraient pu aboutir à un conflit nucléaire. Mais heureusement, une combinaison de chance et de négociations empêchera la catastrophe. Le 27 octobre, l'équipe de Caméra 62 résume les événements de la crise. Devant le refus de l'administration américaine de lui fournir du pétrole, Cuba se tourne vers l'autre grande puissance, l'URSS, avec qui elle conclut un accord en février 1960. Le nouveau président John F. En mai 1962, Khrouchtchev envoie donc 50 000 soldats, une quarantaine de missiles nucléaires et quatre sous-marins pour protéger Cuba de nouvelles invasions, dans le cadre de l'opération « Anadyr ». Le 2 octobre 1962 s'ouvre l'opération « Kama ». Crise des missiles à Cuba

Episode 71 : La crise des Euromissiles Avec nos partenaires, nous traitons vos données pour les finalités suivantes : le fonctionnement du site, la mesure d'audience et web analyse, la personnalisation, la publicité et le ciblage, les publicités et contenus personnalisés, la mesure de performance des publicités et du contenu, le développement de produit, l'activation des fonctionnalités des réseaux sociaux. Vos préférences seront conservées pendant une durée de 6 mois.

Jalons - La construction du mur de Berlin La ville de Berlin, tout en étant divisée entre les deux blocs, permet jusqu'en 1961 de maintenir des contacts entre les acteurs de la guerre froide, car la coupure n'est pas hermétique : les habitants des deux zones peuvent passer d'une partie de la ville à l'autre, et c'est par Berlin que de nombreux citoyens de RDA gagnent l'Ouest. L'Allemagne de l'Est affronte ainsi une véritable saignée démographique avec le départ vers l'Ouest de trois millions de personnes entre 1949 et 1961. Pour mettre fin à cette situation, le gouvernement de la RDA décide la construction d'un mur pour séparer la ville. La construction du mur a une résonance internationale forte : elle devient l'image de la division de l'Europe mais permet une stabilisation des relations internationales. Jean-Claude Lescure

HISTOIRE : Clouds over Cuba - Webdoc.fr GUERRE FROIDE - Intégralement développé en HTML5, Clouds over Cuba propose à l’internaute de revivre la crise des missiles de Cuba de 1962. Une période troublée des relations entre les États-Unis et l’ex-URSS qui constitue l’un des épisodes les plus marquants de la Guerre froide. Des dizaines de témoignages audio, d’enregistrements vidéo, de photos d’archives et de documents divers sont présentés, en suivant le fil d’une timeline particulièrement appropriée. Une fois visualisées dans le cheminement classique du scénario, ces ressources sont collectées au sein d’un « dossier numérique » qui permet leur consultation ultérieure. Graphiquement, l’oeuvre est tout simplement sublime. L’ambiance sonore est poignante, et colle parfaitement à la consultation de ces archives, pour la plupart en noir et blanc. Une partie de ce webdoc est également consacrée à un docu-fiction, qui évoque ce qui aurait pu se passer si la crise avait perduré.

Jalons - Le début du blocus de Berlin Dès l'hiver 1947-1948, les Alliés se résignent à la division de l'Allemagne en quatre zones. Mais les réunions des Quatre sont conflictuelles et les négociations semblent impossibles. Des violents débats sur l'interdiction du parti socialiste dans les zones occidentales et sur une déclaration polono-tchéco-yougoslave amènent le Conseil des Quatre à abandonner toute tentative de réunion. Le 18 Juin 1948, sans en discuter avec les Soviétiques, les occupants américains, britanniques et français créent dans leur trizone une nouvelle monnaie, le Deutsch Mark, afin de juguler l'inflation. Le 23 Juin, les Soviétiques introduisent à leur tour une nouvelle monnaie dans leur zone tout en bloquant électricité et charbon dans le secteur occidental de Berlin. Le 26 Juin, Truman décide de faire ravitailler la ville par air, sous le commandement du général Clay, jusqu'à ce qu'une solution diplomatique soit trouvée. La ville devient le symbole du combat pour la Liberté.

Ce que la crise des missiles de Cuba nous enseigne sur les conflits d'aujourd'hui Ce mois-ci, nous fêterons le cinquantième anniversaire du début de la crise des missiles de Cuba et depuis cette date, les leçons sur la faiblesse, la force et le compromis n’ont eu de cesse d’être mises en avant par les politiciens, éditorialistes et historiens de tout poil. Mais le problème –et qui n’a pas été sans conséquences pour la politique étrangère américaine –c’est que ces leçons sont des mythes, fondés sur d’authentiques mensonges sur la manière dont cette crise a commencé et comment elle s’est terminée. Un de ces mythes a été minutieusement détruit (même si de nombreuses éminences semblent ne pas le savoir). Mais l’autre mythe, tout aussi pernicieux par son impact (et tout aussi faux), continue d’être entretenu. Supériorité américaine Khrouchtchev a bien exploité ce qu’il tenait pour de la faiblesse chez Kennedy, mais à un autre moment et en un autre lieu: à Berlin, à l’été 1961. Revenons en arrière. La carte de Cuba annotée de la main-même de Kennedy, photographiée en 2005.

Berlin 1989, le jeune homme et le mur A la merci de « la maladie de Berlin » « Il ne se passait rien le matin, rien le midi, rien le soir et rien non plus la nuit », résume-t-il à présent dans le français hésitant de ceux qui ne le parlent plus si souvent. Dans ce cadre monotone à devenir fou, la Berliner Krankheit (la « maladie de Berlin ») le guette, ce mal qui ronge les habitants de Berlin-Ouest qui n'ont pas les moyens de s'évader de temps en temps. Un jour, alors qu'on lui demande s’il est, lui aussi, « un artiste », Thierry Noir acquiesce. Le voilà qui chante dans un groupe. Les festivités du 750e anniversaire de Berlin sont alors en préparation. « Juste un mur moche devant notre porte » Avril 84, deux ans déjà que Thierry Noir vit à Berlin. D’autres expéditions nocturnes suivent.

Related: