background preloader

L’erreur pour apprendre

L’erreur pour apprendre
L’erreur est un impondérable de l’acte d’apprendre. Omniprésente, multiforme, pernicieuse, maligne, entêtante, saugrenue, obstinée ou accoucheuse, révélatrice, elle est encore souvent mal perçue et sanctionnée dans notre système scolaire. L’erreur a des statuts divers, elle questionne et interpelle. Qui n’a pas connu le découragement en corrigeant des copies qui révèleraient tant les failles des élèves que de l’enseignement, voire de l’enseignant ? Pourtant, les professeurs savent qu’il est nécessaire de prendre en compte les erreurs des élèves pour les faire progresser. Mais comment faire ? Si les enseignants ont bien conscience que « l’erreur est un outil pour enseigner », pour reprendre les mots de Jean-Pierre Astolfi, savent-ils pour autant comment s’y prendre ? Vous trouverez dans ce dossier des récits et des méthodes issus des expériences de praticiens, mais aussi des articles abordant les différentes dimensions de l’erreur en pédagogie.

http://www.cahiers-pedagogiques.com/L-erreur-pour-apprendre

Related:  apprendreDe l'erreurEvaMémoire de recherche - Erreurs et apprentissage

Quelle place accorder à l’erreur dans sa pratique pédagogique ? Au plus près des besoins de l’enfant – Accompagner l’élève Quelle place accorder à l’erreur dans sa pratique pédagogique ? Un texte de Daniel Calin À l’école, les erreurs ont longtemps été des fautes. L’erreur, une étape nécessaire de l’apprentissage - Éducation prioritaire L’erreur est considérée comme une étape de l’apprentissage, nécessaire et source d’enseignements pour tous. L’apprentissage n’est pas un processus linéaire. Il passe par essais, tâtonnements, erreurs, échecs… Il y a donc pour les élèves un droit à l’erreur qui doit être reconnu et pris en compte. Le travail sur l’erreur permet d’instaurer un climat de confiance dans lequel l’erreur n’est plus stigmatisée mais devient un matériau collectif pour la construction du savoir. Pour l’élève, le retour réflexif sur l’erreur est une voie propice pour accéder à une meilleure compréhension de la notion étudiée. Par ce travail, il découvre aussi son propre fonctionnement intellectuel et gagne en autonomie.

Etude de la correction entre pairs sur OpenClassrooms Préambule : ce billet a été rédigé par Matthieu Schaller, doctorant en astrophysique, qui a co-écrit avec moi le cours de C++. Il a aussi conçu une partie des activités en correction par les pairs qui accompagnent depuis peu le cours. Nous avons beaucoup échangé ensemble ces dernières semaines sur ce mécanisme de correction entre élèves, ce qui l’a amené à étudier leur comportement. C’est ce qu’il vous partage dans ce billet. :o) Erreur et apprentissage L’erreur est souvent considérée comme un dysfonctionnement dans l’apprentissage. Or, c’est aussi une trace de l’activité cognitive de l’élève, de la façon dont il a réfléchi, raisonné, compris… S’appuyer sur l’analyse des erreurs des élèves, pour proposer des situations d’apprentissage pertinentes, est incontournable pour les enseignants. C’est une façon d’envisager le statut de l’erreur de manière positive et de permettre aux élèves de dédramatiser des moments où ils se sentent en échec. La question des erreurs pour les élèves malades présente des points communs avec celle de l’ensemble des élèves, mais renvoie également à des interrogations spécifiques en lien avec leurs besoins éducatifs particuliers (BEP). BEP (Besoins Éducatifs Particuliers) Les répercussions des maladies sur la scolarisation peuvent entraîner des besoins éducatifs particuliers (BEP).

« Comment s’exercer à apprendre" de Pascal Lafourcade et Isabelle Lebrun « Comment s’exercer à apprendre" de Pascal Lafourcade et Isabelle Lebrun vient de sortir aux éditions De Boeck, 2015. Voici ce qu'en disent les auteurs : "Dans notre pratique d’enseignants, nous avons fréquemment vérifié cette affirmation, également validée scientifiquement par de nombreux pédagogues. Comment notre cerveau apprend-il ? Et comment en tenir compte ?

L’erreur, un passage obligé dans la maîtrise des savoirs et des connaissances Réalisé par: Lahouam M - moussa 23 Cet exposé intitulé : « L’erreur, passage obligé dans la maîtrise des savoirs et des connaissances », est un travail simplifié inspiré de plusieurs études réalisées dans le domaine et qui sont (référencées dans le texte avec les noms de leurs auteurs), dans le but de rendre encore plus facile la compréhension du concept de l’erreur.I-Introduction Dans l'apprentissage scolaire, Il est inévitable que l'élève, au cours de sa formation, fasse des erreurs. Si, traditionnellement, le concept d'erreur est lié à l'idée de faute avec ses connotations négatives, la pédagogie actuelle préconise que les erreurs des élèves soient prises en compte par leurs enseignants.

Les objectifs pédagogiques : guide pratique (3/3) Les objectifs pédagogiques : guide pratique (3/3) Un objectif pédagogique doit être exprimé avec précision et clarté, mais ce n’est pas suffisant : Pour être complet, un objectif pédagogique devrait comporter (« devrait », car dans la pratique, les objectifs pédagogiques comportent rarement tous ces éléments) : Un comportement observable (c’est-à-dire vérifiable de manière formelle) : le comportement est indiqué par le verbe dont l’apprenant est le sujet, par exemple :« être capable de remplacer un disque dur SATA défectueux par un disque en bon état ayant les même caractéristiques techniques »Des conditions d’exécution, précisant comment est effectuée l’action, par exemple :« en utilisant la documentation constructeur n° XY-385″Des critères de performances, qui précisent les limites d’acceptation de l’action effectuée, par exemple :« en moins de 30 minutes, et avec un taux d’erreur de moins de 5% » Quelques exemples d’objectifs pédagogiques précis et complets :

Neurosciences : l'erreur, un signal d'apprentissage (pour une vision positive de l'erreur) Pour une vision positive de l’erreur dans l’apprentissage Dans le système éducatif français, se tromper est rarement vu de manière positive. L’élève qui se trompe, qui est dans l’erreur, est un “mauvais” élève. Le “bon” élève est au contraire celui qui ne se trompe pas. Cette conception négative de l’erreur dans l’apprentissage va de pair avec une vision positive de la réussite. Aimer apprendre Accueil > Dossiers et articles > Aimer apprendre Qui n’a jamais connu l’exaltation d’avoir appris quelque chose et d’en tirer un résultat, ne serait-ce que d’avoir lu tout seul une première bande dessinée ou d’avoir programmé sa première page web ? La capacité de démontrer son savoir est la seule certitude qu’on peut obtenir.

Erreur et apprentissage - SAPEA Information Auteur : Philippe Dessus, Espé & LSE, Univ. Grenoble Alpes. Le quizz a été réalisé par Émilie Besse, projet ReflexPro. Date de création : Janvier 2006. Outils pour l'Évaluation Fiches repères Le cahier de fiches repères est constitué de fiches repères destinées à accompagner les équipes pédagogiques. Elle fixent un cadre national pour les pratiques tout en proposant des pistes de réflexion pour organiser les apprentissages, évaluer les compétences, piloter la mise en oeuvre du socle dans les établissements, gérer la liaison inter-degrés et inter-cycles.Livret personnel de compétences, Repères pour sa mise en œuvre au collègeDGESCO, mai 2010 Outils

Rôle des erreurs dans l'apprentissage Lorsque l’on demande aux élèves ce qu’ils ressentent lorsqu’ils commettent des erreurs à l’école, les sentiments de honte et de colère prédominent largement. L’erreur, en tant que “faute”, est un signe de faiblesse, soit que l’élève n’ait pas été capable de saisir le contenu de la leçon (et donc, par raccourci, soit “stupide”), soit qu’il n’ait pas fourni le travail nécessaire pour maîtriser ce contenu (et dans ce cas, on aurait à faire à un “fainéant”). Si l’on en croit certains comme par exemple Peter Gumbel, auteur du livre “On achève bien les écoliers“ (Grasset, 2010) ou encore Claire Blondel dans sa conférence Tedx “L’éducation positive“, cette conception de la faute engendre chez les élèves la peur de prendre des risques (on pourrait dire une bêtise: il vaut mieux se taire) et un manque de créativité. Or au XIXème siècle, la prise de risque et la créativité sont de puissants moteurs de réussite personnelle et professionnelle. Sources complémentaires:

Collège : Apprendre à apprendre en autonomie "Comment les amener à trouver du plaisir à être curieux ?". É. Denos, professeure de lettres à La Ferté Bernard semble avoir trouvé la méthode. Sur le site de l'académie de Nantes elle explique comment elle fait en classe pour rendre ses élèves acteurs. " Lors de ces séances, la professeure met en place quelques travaux de groupes ponctuels pour susciter de premiers échanges entre élèves.

Related: