background preloader

Terre de liens normandie - convertisseur

Terre de liens normandie - convertisseur
Related:  La voie du mieux

Manger (juste) local n'est pas forcément meilleur pour l'environnement Nourriture locale ne rime pas forcément avec impact moindre sur l’environnement, rappelle le Commissariat général au développement durable (CGDD) dans son note parue en mars dernier. Il existe peu d'études sur le sujet. Mais on sait que si les distances parcourues par les aliments entre producteur et consommateur sont certes petites, la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas pour autant plus faibles. Car ces gaz (CO2, méthane, vapeur d’eau) sont pour moitié émis lors de la phase de production agricole. -> voir aussi l'avis de l'Ademe sur les circuits courts alimentaires de proximité, paru en avril 2012

Des chèvres tondeuses à Morlaix (29) : la SNCF tente l'écopâturage Cela fait près de trois semaines que quatorze chèvres alpines ont pris leurs quartiers sur des parcelles pentues qui jouxtent les venelles menant au premier étage du viaduc. Leur propriétaire ? L'entreprise d'écopâturage, Danved & Co, créée en février 2012 et implantée à Rosporden. « Les quadrupèdes accèdent sans difficulté à des zones où il est compliqué, voire dangereux de faire réaliser un débroussaillage mécanique par des hommes, souligne leur propriétaire. Des chèvres de réforme promises à l'abattoir Sur les terrains à forte pente qui caractérisent la ville, l'expérience, encore en cours, s'annonce pour le moins prometteuse. Herbes, ronces, orties, lierre et autres végétaux ne résistent pas à la dizaine de biquettes qui revient de loin. « Réformées de l'industrie laitière car elles ne produisaient plus ou pas assez, elles étaient toutes promises à l'abattoir.

A food desert in paradise: Solving Hawaii’s fresh vegetable problem Sam Kalalau, a Native Hawaiian who lives in the isolated, rural town of Hana on Maui’s eastern edge, has a dream for his people, many of whom suffer from chronic conditions with dietary links such as obesity, diabetes, and hypertension. Hana is known mostly for its lushness, postcard-perfect beaches, and spectacular oceans views, and less so for its fertile fields. But this produce whisperer helps run Hana Fresh Farm, a seven-acre, certified organic farm situated on a gentle slope and filled with tropical fruit trees, heirloom greens, and fragrant herbs. The 60-year-old also seeks to educate locals and visitors alike about the health benefits of homegrown foods like avocado and papaya over the canned and processed goods transported from the mainland. For local residents, many of whom are Native Hawaiians, Hana Fresh offers one-stop wellness shopping. Hana Fresh Farm’s executive director, Cheryl Vasconcellos, is in the front row, center. But people live here too.

La récolte de la luzerne en foin - ArvalisTv ArvalisTv ARVALIS tv est la web tv de ARVALIS – Institut du végétal ainsi qu’une chaîne thématique de TerreTv. Ce média moderne s’adresse avant tout aux professionnels des filières agricoles et propose une nouvelle façon de découvrir des informations sur les grandes cultures. Il intéressera tout autant le monde de l’enseignement agricole. ARVALIS TV propose divers sujets techniques et économiques et traite d’agronomie, d’environnement, de conduite des cultures, de marchés agricoles, débouchés et qualité des productions. ARVALIS TV assure une qualité d'image pour tout le monde. ARVALIS tv est une webTv en perpétuelle évolution, à l’écoute de vos envies et de vos propositions, et qui n'a de cesse de vous offrir encore plus de programmes de qualité. A propos d’ARVALIS - Institut du végétal ARVALIS – Institut du végétal est un organisme de recherche appliquée agricole. Infos pratiques :

Biodiversité et innovation primées - Lot-et-Garonne Le conseil général a remis, vendredi 19 octobre, pour 18 500 € de prix à 5 lauréats d'un appel à projets, sur la biodiversité d'une part et l'innovation de l'autre. Faisant suite aux états généraux de l'agriculture en Lot-et-Garonne, initiés par le conseil général, ce dernier a lancé un appel à projet pour favoriser la biodiversité et l'innovation. Cinq lauréats ont été désignés : trois dans la catégorie «agriculture et biodiversité», deux dans la catégorie «trophée de l'innovation agricole». Agriculture et biodiversité > Conservatoire végétal régional d'Aquitaine (7 000 €), à Montesquieu pour son projet «La biodiversité, amie du verger». > Domaine de Gueyze, pour son projet d'amélioration de la biodiversité (6 000 €), à Bruch. > EARL Vignoble Hauts de Riquets, Duras (4 000 €), pour son projet «le cercle vertueux de la biodiversité au domaine des Hauts de Riquets «Préserver, renforcer, réhabiliter, cultiver et recycler»». > Cuma de Mézin Innovation 47 (1 000 €).

Vers une culture biologique sans labour Joanne Thiessen Martens et Martin Entz La culture biologique et les cultures sans labour peuvent-elles se rencontrer? Alors qu’au premier abord cela peut paraître comme une union improbable, il y a un intérêt grandissant de développer des systèmes de cultures biologiques sans labour qui rassemblent les avantages des deux systèmes. Le principal bénéficiaire de la culture biologique sans labour est la terre, la ressource la plus importante d’une ferme. Le sol se « construit » naturellement quand la matière organique est ajoutée à la terre. En bout de ligne, la formation du sol implique également la protection de la matière organique du sol qui existe déjà. Il y a eu des débats pour savoir quel système de production est le meilleur pour la formation du sol : biologique ou sans labour. Éliminer le travail du sol de la culture végétale biologique est un grand idéal. L’une de ces méthodes est l’utilisation d’un rouleau à lames pour couper les engrais verts. English Publié en septembre 2008

Lightening the Load: Helping Working Equines in Haiti September 26, 2012 HSI´s veterinary team brings much needed relief to the island´s working animals Humane Society International Watch this video of our equine work in Haiti from earlier this year. by Arna Cohen Examining one emaciated horse after another in a remote Haitian village, Brooke Vrany finally came across a good-looking mule belonging to an elderly man. During the three-day clinic in February, Vrany and a team of Humane Society International equine specialists evaluated more than 200 working horses, donkeys, mules, and burros. Hard at work From sunrise to sundown, the American team supervised and instructed 20 Haitian veterinarians as they administered treatment. Relied on for transporting goods to market, the equines are essential to rural livelihoods, and villagers listened closely as Vrany showed how to modify and pad pack saddles to allow open wounds to heal. Empowering local vets Their new skills will greatly improve the lives of people and animals in their home regions.

Réduisons nos importations de Soja Monsieur le président de la Commission Européenne, Messieurs les Chefs d’Etats et de gouvernement des pays membres de l’Union Européenne, L’Europe importe 75% de ses besoins en protéines végétales pour l’alimentation de ses élevages. L’importance de ces importations découle de la vision traditionnelle de l’agriculture du XXe siècle : privilégiant une agriculture intensive qui se préoccupe peu de la qualité de l’eau, de la protection de la biodiversité, du développement durable et du risque de pénurie. Ainsi ces importations ont de nombreuses conséquences graves : - Répondre à nos besoins nécessite de très grands espaces et c’est ainsi que l’on déforeste l’Amazonie, poumon de la planète, au profit de la monoculture intensive d’un soja majoritairement transgénique. - Ceci entraîne déplacement de populations et destruction de cultures indigènes, destruction de la biodiversité ou encore importantes émissions de gaz à effet de serre. Nous vous demandons donc : Respectueusement,

Afterres 2050 : le scénario qui imagine l'autre modèle agricole de demain Pays de la Loire, 2050. Dans les champs, le maïs a cédé la place aux prairies, avec des légumineuses (comme les haricots, les lentilles, le trèfle ou la luzerne) [1]. Les vaches qui y pâturent sont de race « mixte » : ce sont de bonnes laitières et elles peuvent aussi fournir de très bons steaks. À Notre-dame-des-Landes, définitivement débarrassée du projet d’aéroport, les végétariens de la zone à défendre (ZAD), et autres adeptes de la sobriété heureuse, ont fait des émules. + 600% de légumes en 40 ans Dans les cantines scolaires, au restaurant ou à la maison, les seules denrées venues de loin sont les épices et certains produits de la mer. Retour en 2013. Les Pays de la Loire, région test Afterres2050 décrit l’utilisation possibles des terres en 2050 en France. Quatre conseils régionaux prévoient pour le moment de décliner le scénario national à l’échelon local. Des besoins nutritionnels au paysage agricole Est-ce problématique ? Manger, mais pas seulement Que vont dire les paysans ?

Small planet, big appetites: How to feed a growing world How do we feed ourselves without laying waste to the earth, and ruining everything for the next generation? If you think about it, that’s the existential question for humanity. (As opposed to, say, should I use the Oxford comma? What’s the air-speed velocity of an unladen swallow? And do I wear boxers or briefs?) And it is the question that journalist Sarah Elton tackles in her new book, Consumed: Food for a Finite Planet. Elton wants a food system that allows us to do more than just feed ourselves: She wants agriculture that will allow people and the environment to thrive. NJ It’s not universally accepted that what most people think of as sustainable agriculture — that is, small, organic, biodiverse — is actually sustainable. SE I wrote this book because I wanted to be able to answer this very question — with confidence. When you look at the facts, the status quo is just not sustainable. What’s the alternative? And there’s not a developing world versus developed world split, either.

Related: