background preloader

Comment les enfants apprennent à lire et à écrire

Comment les enfants apprennent à lire et à écrire
On dénombre aujourd’hui environ 3 000 langues différentes sur Terre, mais seules 200 d’entre elles s’écrivent. Un milliard d’êtres humains ont le chinois pour langue maternelle. L’anglais et l’espagnol sont les langues maternelles de 400 millions de personnes respectivement. Pour un peu moins de 300 millions d’individus, ce sont l’arabe ou l’hindi. Le français est la langue maternelle d’à peine 80 millions de personnes. Les différentes manières d’écrire On distingue deux manières d’écrire. Stefan Siebers enseigne l’hébreu à l’Université de Düsseldorf. La langue chinoise a recourt à des idéogrammes. Les phases d’apprentissage de l’écriture Pour apprendre notre alphabet latin, les enfants passent par plusieurs phases : pour commencer, ils doivent apprendre que l’écriture ne consiste pas à dessiner de quelconques signes mais qu’elle sert à retenir un sens. Ensuite, les enfants doivent comprendre que notre système d’écriture repose sur des signes arrêtés que sont les lettres. Barbara Fuchs

http://www.arte.tv/fr/apprendre-a-lire-et-a-ecrire/7360080,CmC=7400312.html

Related:  dyslexieLANGUESEduquer aux écrans, cognition chez l'enfant, apprentissage...

Lecture Romans Histoire à quatre voix Pistes de travail Lecture des quatre voix Comparaison des voix 1 et 2 Questions Janus, le chat des bois La liste des fournitures Pistes de travail Mots croisés 1 Mots croisés 2 Mots croisés 3 ORL : Nom ou verbe ORL : Noms propres et noms communs Vocabulaire Avons-nous vraiment besoin de l'écriture ? Comparée à d’autres techniques culturelles comme la représentation d’images, l’écriture est relativement récente. Elle est d’abord apparue dans au moins trois foyers de civilisations : en Chine, en Mésopotamie et en Amérique centrale. Elle y prend des formes et y répond à des fonctions très diverses, et s’y est étendue et développée de manières dissemblables.

Être hypersensible. Une faiblesse ou une force ? Malheureusement, en raison de ma nature profonde d’hypersensible, je suis condamnée à souffrir un peu plus que les autres, pour à peu près n’importe quoi ou n’importe qui. Pour un bruit, une odeur, un mot, un souvenir, une vision, un sentiment… mes 5 sens sont exacerbés et me font passer facilement d’une intensité profondément joyeuse à une sombre tristesse. Rarement dans un état neutre, je pourrais passer pour une personne bipolaire, ce que je ne suis pourtant pas. Pour me consoler, je me rappelle ce que j’ai lu quelque part : la profondeur spirituelle d’une personne se compare à celle de sa sensibilité. Souffrir un peu plus que les autres, un peu plus souvent.

Sylvie Cèbe : un outil pour apprendre aux élèves à comprendre. Depuis plusieurs années, Sylvie Cèbe et Roland Goigoux ont organisé une recherche sur l'apprentissage de la compréhension des élèves de 8 à 13 ans, en collaboration avec 250 enseignants, avec l'optique de mettre au point des outils pour la classe. En effet, depuis que les évaluations internationales sont publiées, on sait à la fois que l’école fait bien son travail pour 80% d'élèves, mais qu’on constate des différences d’efficience précoces et cumulatives. Au CE2, 4% ne maîtrisent pas le décodage, 15 à 20% ont du mal à comprendre. En 6e ou aux journées de la JAPD, 20% ont une compréhension défaillante.

Ce que les enfants devraient apprendre à propos de leur cerveau à l’école - Publications pédagogiques - Les sites web conseillés par Instit.info Suite à une étude menée sur des enfants de 4 à 13 ans, les psychologues Peter Marshall et Christina Comalli ont découvert que les jeunes enfants ne connaissent ni les fonctions ni le fonctionnement de leur cerveau. Les scientifiques attribuent cet état de fait à plusieurs facteurs : 1. les parents et les enseignants ne mentionnent que très rarement le cerveau quand ils apprennent aux enfants comment leurs corps fonctionnent. Par ailleurs, les adultes utilisent peu le mot « cerveau » dans leurs conversations avec des enfants. Par exemple, les programmes scolaires du primaire indiquent l’étude des os, des articulations et des muscles dès le CE2 mais n’abordent pas la question du cerveau ou de la mémoire. 2. l’enseignement portant sur l’anatomie et les fonctionnalités du cerveau ne commence qu’au collège.

Dépistage et Diagnostic : DYScernons les enfants DYS On dénombre six troubles DYS qui apparaissent au cours du développement de l’enfant et persistent à l’âge adulte : la dyslexie et la dysorthographie, la dysphasie, la dyspraxie, les troubles d’attention avec ou sans hyperactivité, les troubles spécifiques du développement des processus mnésiques et la dyscalculie. Ces différents troubles sont innés et peuvent avoir de grandes répercussions sur la vie scolaire, professionnelle et sociale des enfants qui en sont atteints. C’est pourquoi le repérage, le dépistage et le diagnostic sont primordiaux pour que la prise en charge de ces enfants soit la plus précoce possible.

Comment le cerveau assimile une nouvelle langue Apprendre sa propre langue est déjà un défi cérébral en soi. Alors, qu'en est-il quand il faut maîtriser une autre langue que la sienne ? Et pourquoi est-il si difficile d'apprendre une langue appartenant à une autre famille que la sienne, alors que nous manipulons finalement assez bien d'autres codes complexes comme les mathématiques par exemple ? Comment le cerveau fait-il pour maîtriser une langue? Même si les recherches récentes montrent que de nombreuses régions de notre cerveau s'activent lors de la moindre opération mentale, les fonctions utiles au langage trouvent leur source dans deux aires qui ont donc une importance primordiale : l'aire de Wernicke et l'aire de Broca.

Fonctions cognitives chez l’enfant, clés de compréhension Le séminaire de formation "fonctions cognitives chez l'enfant" a répondu aux souhaits des associations de parents de mieux appréhender ce que recouvrent les fonctions cognitives dans le développement et les apprentissages de l'enfant, afin de mieux comprendre la nature des troubles qui handicapent certains enfants. Dans cette optique le séminaire a abordé de manière transversale les principales fonctions cognitives en synthétisant les avancées scientifiques et en dégageant les notions de base et les connaissances incontournables sur la cognition de l'enfant. 358 personnes ont participé à ce séminaire en 2012 et en 2013. Ce séminaire a été filmé et séquencé en 8 parties. Ressources documentaires Feuilletez le dossier documentaire

Pascal PERRAT de la dyslexie a la creativite. Un cancre génial témoignages conseils De la dyslexie dyslexie à la créativité Je ne suis allé à l’école qu’à 6 ans, du fait de la guerre... Jusque là, j’étais un enfant heureux. Je ne savais pas que j’allais devenir un cancre… C’est lorsque j’ai dû apprendre à lire, écrire et compter, que je les choses se sont gâtées. Impossible d’écrire un mot sans inverser ses syllabes, de rédiger une phrase sans fautes.

Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention L’attention est la capacité que nous avons à nous ouvrir à la réalité : l’attention ouvre notre esprit. Symphonie pour DYS Les notes qui dansent et qui se mélangent sur la partition, les rythmes et les mélodies difficiles à appréhender… Tenter l’apprentissage de la musique pour un enfant DYS serait de toutes les manières l’envoyer directement à l’échec ? Et bien non ! Grâce à une pédagogie adaptée, la pratique de la musique peut devenir un véritable atout pour faciliter les apprentissages scolaires, notamment par la confiance que retrouve l’enfant dans le processus d’apprentissage qui n’est plus synonyme d’échec. De plus, de récentes recherches scientifiques ont prouvé qu’un entrainement musical régulier permettait des transferts d’apprentissages et de nombreux autres effets bénéfiques sur les troubles du langage. Cette pédagogie spécifique, proposée notamment par l’association MeloDys s’appuie sur les méthodes dites actives et se caractérise par une approche pédagogique multi-sensorielle, et la création d’un matériel pédagogique adapté.

Ludification, jeux et jeux sérieux : un expert explique les subtilités Depuis quelques années, on entend beaucoup parler de ludification de l’apprentissage et de jeux sérieux. Toutefois, il y a une différence importante entre ces concepts. Un expert explique. Afin de démêler le jeu, le jeu sérieux et la ludification, je me suis entretenu récemment avec Richard Landers, professeur de psychologie à l’université américaine Old Dominion et chercheur spécialisé dans le domaine de l’apprentissage et de la ludification. École branchée : Nous entendons souvent le terme « ludification ». Pouvez-vous nous dire ce que c’est concrètement dans un contexte scolaire?

Dyslexie : Quand la dyslexie devient un point fort ! Dimanche 22 mai 7 22 /05 /Mai 21:34 Une discipline où les dyslexiques se distinguent vraiment... Publié par Express.be écrit par Audrey Duperron le 19 Mai 2011. Les parents d’enfants dyslexiques se désespèrent souvent que leur progéniture n’obtienne pas de bons résultats à l’école, s’inquiétant pour leur avenir. Quatre Américains sur cinq associaient la dyslexie avec un retard mental, dans un sondage de 2010. Ils ont tous tort.

Graphisme et construction de la pensée Affiche créative (crédits Julie Trévily) Qui n'a jamais été confronté à un doute devant un raisonnement ou la faisabilité d'un projet? Un de ces moments où l'on pressent une faille, sans pour autant être capable de la voir et encore moins d'y remédier. Qu'il s'agisse d'exposer à d'autres ses idées ou bien de construire son propre raisonnement, le dessin, qu'il soit esquisse ou dessin technique de grande précision, peut être d'un grand secours.

Related: