background preloader

Le satellite Planck

Le satellite Planck
Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Jeudi matin, au siège de l'Agence spatiale européenne (ESA) à Paris, se tenait la conférence de présentation des premiers résultats cosmologiques de la mission Planck. Les scientifiques y ont dévoilé la première carte du rayonnement de fond cosmologique hyperfréquence couvrant l’intégralité du ciel réalisée par le satellite. "Le plus court chemin qui mène vers l'avenir passe par le passé", c'est en ces mots empruntés au poète Aimé Césaire que Jean-Jacques Dordain, directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA) a présenté la conférence qui se tenait ce matin au siège de l'agence. Lancé en mai 2009, le satellite Planck a été conçu pour remonter à l'origine même de notre Univers afin d'en savoir plus sur ce, à quoi il ressemblait dans ces jeunes années. Une carte d'une précision encore jamais atteinte Des caractéristiques énigmatiques et inattendues Un Univers plus vieux qu'on ne pensait Related:  AstronomieUniversLes Satellites Artificiels

Le télescope géant ALMA Mercredi 13 mars, est inauguré un projet astronomique pharaonique qui prend place en plein désert d’Atacama, au Chili, à plus de 5.000 mètres d'altitude. Grâce au Vaste Réseau d’antennes millimétrique/submillimétrique d'Atacama (ALMA), il sera bientôt possible de percer les secrets de l'origine du cosmos et de révolutionner la science. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Après 10 ans d’attente, l’ALMA, un réseau de radiotélescopes surpuissant, voit enfin le jour. C’est en plein désert d'Atacama, le plus aride au monde, sur le plateau de Chajnantor au Chili, à plus de 5.000 mètres d'altitude, qu’ont été disposées les 66 antennes de l’ALMA. Un télescope géant unique au monde Fonctionnant de concert, ces antennes agiront comme un seul télescope géant de 16 km de diamètre qui sera ainsi unique au monde, et les images prises par ALMA seront traitées par un superordinateur, le Corrélateur. ALMA, une réelle opportunité dans le domaine de l'astrochimie

Station spatiale internationale : news, Définition, photos, vidéos, dossiers, fonds d'écran, membres La Station spatiale internationale ou International space station en anglais (ISS) est une station spatiale placée en orbite terrestre basse. Un projet qui a été lancé en 1983 par les Etats-Unis et la NASA mais auquel participent aujourd'hui également l'Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos), l'Agence spatiale européenne (ESA), l'Agence spatiale japonaise (JAXA) et canadienne. Plus grand des objets artificiels placés en orbite terrestre, la Station spatiale internationale (ISS) est l'un des plus ambitieux projets menés dans le domaine spatial. Un projet qui a été lancé en 1983 par le président des Etats-Unis Ronald Reagan après de nombreuses réflexions menées dans les années 1960 et 1970. Dès 1998, plusieurs vaisseaux spatiaux commencent donc à se relayer pour placer en orbite les composants de la Station. Actuellement, l'ISS compte 13 modules pressurisés dont quatre consacrés aux expériences scientifiques. L'assemblage de l'ISS doit être achevée en 2012. Tout voirMasquer

Science & Environment - How big is space? Big questions demand big answers. And here at Future we have a hard time thinking of a question bigger than: how big is space? So, we set about trying to illustrate it. The resulting picture is so large that we could not squeeze it all on to one image in Photoshop. Instead, we had to create several sections and stitch them together for you. Printed out, the graphic spans 27 pages of A4 paper. But even at this size we only managed to get to the edge of our Solar System – known as the heliosphere. Yet even within this relatively small corner of space, there is a lot packed in there. What is the most distant man-made object? Scroll (and scroll... and scroll) through our monster graphic to explore our cosmic neighbourhood. And if you want to check out the data we used to construct it, you can find it here.

Observation des satellites artificiels Observation des satellites artificiels Par Denis Bergeron Signets: Logiciel Satellite Tracker Suivi des satellites avec un télescope Observation des satellites géostationnaires Observation des satellites Iridium Observation des satellites militaires NOSS Conclusion L'observation des satellites artificiels est un autre domaine fascinant de l'astronomie. Le site web HEAVENS ABOVE est sans doute l'un des meilleurs site web pour nous permettre d'observer la station spatiale internationale ISS, les navettes spatiales STS, les satellites spectaculaires comme les satellites IRIDIUM qui deviennent subitement très brillant de plusieurs magnitudes en quelques secondes: Il suffit au départ d'y entrer nos coordonnées locales (LATITUDE, LONGITUDE). L'AZIMUT se mesure à partir du Nord (ÉTOILE POLAIRE) vers l'EST. L'observation au télescope de la station spatiale ISS et des navettes spatiales STS permet d'y apercevoir les principales structures. Logiciel SATELLITE TRACKER

sites en temps réel Bien sûr que non, vu de France il est bleu-blanc-rouge etvu de Belgique le ciel est noir ! Les poussières de charbon tu vois ? Merci pour cette recherche ce sera utile.Faut encore savoir comment regarder ça à l'air de rien mais c'est pas évident. PS: avant hier après Jupiter j'ai cru voir Saturne, mais je suis loin d'être sûr. PS2: la plus belle chose que j'aie vu dans le ciel c'est quand même quand j'étais marin. Jouer pour rester jeune, rester jeune pour jouer. Mon vélo c'est ma liberté. Suivre le trajet de Hubble en direct sur Google Earth Alors que le célèbre télescope Hubble vient tout juste de réaliser sa millionième observation, nous vous proposons de fêter ce cap dignement en le suivant en direct dans l’interface de Google Earth. Pour rappel, Hubble est un télescope spatial qui se déplace en orbite à 600 kilomètres d’altitude de notre bonne vieille Terre. Pour suivre en direct la position de cet appareil photo ultra-puissant qui nous livre de fabuleux clichés de notre environnement spatial, nous allons donc utiliser le logiciel de cartographie de Google. Pour pouvoir profiter pleinement du spectacle orbital de ce satellite, il faut bien sûr disposer du logiciel gratuit Google Earth sur son ordinateur. Si ce n’est pas le cas, rendez-vous sur le site officiel de l‘éditeur pour procéder au téléchargement. Une fois dotée de cette application, votre machine est à même de pouvoir afficher les données qui nous intéressent. Vous verrez ainsi le fichier s’afficher dans la colonne de gauche intitulée Lieux.

Astronomie EDITION ABONNES - Astrophysique - 24/06/2015 Les fossiles de la Voie lactée Pour comprendre comment la Voie lactée s'est formée, les astronomes traquent les vestiges de petites galaxies déchirées et avalées par notre galaxie il y a fort longtemps. Exobiologie - 07/05/2015 Des membranes cellulaires sans eau Des chercheurs ont montré que des membranes cellulaires stables peuvent se former dans le méthane liquide, à partir de constituants présents dans l’atmosphère de Titan. EDITION ABONNES - Astronomie - 15/04/2015 Neptune : l'erreur de Le Verrier En 1846, sur les indications d'Urbain Le Verrier, on découvre la planète Neptune. Astronomie - 14/04/2015 Des galaxies qui ne font pas leur âge Les astronomes ont observé un quasar très massif et une galaxie riche en poussière dans l’Univers jeune. EDITION ABONNES - Astrophysique - 18/03/2015 Quelle est notre place dans l'Univers ? La vie existe-t-elle ailleurs dans l'Univers ? Astronomie - 01/04/2015 Les diamants de Cérès À l'aube de Cérès

Resultats Scientifiques Cassini-Huygens : Titan, Japet, Encelade Le spectre de Titan observé par CIRS fait apparaître de nombreuses raies moléculaires qui permettent de mesurer la température et la composition chimique de l'atmosphère du satellite. La distribution en latitude de certains composants minoritaires de l'atmosphère de Titan, en particulier C3H8, C4H2, HCN et HC3N, varie fortement avec la latitude. Dans l'atmosphère de Titan, CIRS permet de détecter et de mesurer de nombreuses espèces moléculaires. La cartographie des champs de température et de composition gazeuse permet de tracer la circulation atmosphérique. D'autre part, la concentration de certains composants minoritaires - en particulier C3H8, C4H2, HCN et HC3N - augmente fortement vers le pôle Nord, une caractéristique déjà observée par la sonde Voyager 1 lors de son passage en 1980.

Simulateur des orbites des planètes Les planètes glissent majestueusement sur leurs orbites autour du Soleil, ne laissant apercevoir aucune trace des contraintes gravitationnelles qui les conduisent. Pourtant une orbite est la trajectoire suivie par une planète pour répondre aux contraintes des effets gravitationnels de multiples corps célestes et en particulier du Soleil. Dans le système solaire, toutes les objets, planètes, astéroïdes et comètes tournent dans le même sens autour du Soleil. Mais aucune orbite n'est parfaitement circulaire ni parfaitement coplanaire c'est à dire sur un même plan autour de l'équateur de l'objet central. Si les orbites des planètes ont des inclinaisons très faibles par rapport au plan de l'écliptique, les corps beaucoup moins massifs comme pluton, Éris, les astéroïdes ou les comètes, ont des orbites très inclinées par rapport à ce plan.Les orbites ont un périhélie Du grec ancien peri (autour, proche) et hêlios (soleil).

Related: