background preloader

TEST : Pensée intuitive ou analytique ?

TEST : Pensée intuitive ou analytique ?
Le Test de réflexion cognitive, publié en 2005 par le psychologue Shane Frederick (1), évalue la tendance à utiliser une pensée intuitive ou analytique. Les résultats de ce test, ont montré des études, sont généralement (c'est-à-dire en moyenne, au niveau d'un groupe et pas nécessairement pour chaque personne) en corrélation avec des mesures de l'intelligence telles que le test de quotient intellectuel. Voyez, après avoir répondu aux 3 questions que comporte ce test, comment sont définies les pensées intuitive et analytique. FAITES LE TEST (gratuit, sans inscription.) Pour plus d'informations sur les modes de pensée, voyez les liens plus bas. (1) « Cognitive Reflection Test » : Frederick, S. (2005), Cognitive reflection and decision making, Journal of Economic Perspectives. Psychomédia Tous droits réservés. Related:  Soft Skillsmemoire

Les compétences comportementales, ce nouveau critère de recrutement Pôle emploi présente les nouvelles tendances du recrutement dans son infographie et se concentre sur les nouvelles attentes des recruteurs. Quelles sont les compétences de demain ? Faut-il dire adieu à l’expertise métier et accueillir les compétences comportementales comme le nouveau critère du recrutement ? Pour une majorité d’employeurs, les diplômes n’ont plus autant d’importance aujourd’hui ! 59 % des interrogés considèrent que le diplôme n’est pas un critère essentiel. 60 % des employeurs considèrent que les compétences comportementales sont plus importantes que les compétences techniques. Quelles entreprises favorisent les soft skills et ne prêtent pas trop d’attention au diplôme des candidats ? Mais de quelles compétences parlons-nous ? Quelles sont les principales compétences comportementales qui attirent l’attention des employeurs ? Les employeurs sont majoritairement attirés par ces 3 compétences particulières : S’en suit une longue liste de soft skills.

Quelques outils pour s'organiser Savoir s’organiser demande de la méthode et des outils. Une fois convenablement équipé, et l’esprit clair, on peut partir à l’assaut de n’importe quel projet. Voici un petit point sur les outils – numériques ou non – que j’ai utilisés tout récemment pour mener à bien, en compagnie de Nanoug, notre « grand concours de rentrée ». Peut-être y trouverez-vous quelques idées pour gérer vos projets personnels ou professionnels ? Ah, ce concours… Quelle drôle d’idée. Heureusement, avec Nanoug, nous avions décidés d’être réalistes : nous sommes fixés un délai de préparation suffisamment long – plusieurs semaines – qui nous a permis de ne pas être pris à la gorge par les délais. Une fois de plus, nous avons utilisé l’équation de la réussite, qui permet de mener à bien n’importe quelle sorte de projet, du plus facile au plus complexe. M x A x R x C = Ré (Pour m’en souvenir, je l’appelle « MARC » et je l’ai décrite en détails ici) L’élément à ne jamais négliger est la communication.

Apprendre aux enfants à réfléchir par eux-mêmes En ce moment, notre système d’éducation cherche plus à endoctriner nos enfants qu’à les éduquer. En fait, c’est le cas depuis un certain temps. Il a été demandé à nos jeunes esprits d’accepter l’autorité comme vérité, et à cause cela, les enseignants parlent aux étudiants au lieu de communiquer avec eux. Didactique et méthodes Les enseignants sont devenus des répéteurs d’informations, régurgitant simplement tout ce qu’ils ont appris de leurs propres enseignants, et perpétuant ainsi le recyclage de l’information; cette même information qui a réussi à s’échapper de la surveillance depuis des générations. Apprendre aux enfants: Nécessité d’apprendre à raisonner La formule du modèle de l’éducation met l’accent sur l’élitisme académique et économique, débitant ainsi les travailleurs dociles du système, tout en les encourageant à se conformer à chaque étape d’un chemin. Apprendre aux enfants : Le modèle socratique Les enfants doivent être encouragés à chercher les réponses par eux-mêmes.

Les compétences du 21e siècle Avec l’industrialisation massive, le développement d’une économie et d’une politique mondiales, ainsi que des moyens de transport et de communication, et l’invention d’Internet, qualifier le 20e siècle d’ère de changement résonne comme un euphémisme. Toutefois, en comparaison avec le début du 21e siècle, le monde en était alors possiblement encore seulement aux premiers pas d’une courbe exponentielle de changements ayant le pouvoir de balayer entièrement la manière de vivre que nous connaissions jusqu’ici. Shutterstock / Monkey Business Images La problématique soulevée ci-dessus agit comme trame de fond du rapport de Cynthia Luna Scott qui affirme la nécessité de redéfinir et d’enseigner de nouvelles compétences pour faire face aux principaux défis du 21e siècle. Son texte met en lumière les différentes formes possibles de l’apprentissage dans une ère de mondialisation, de migration, de concurrence internationale et de nouveaux défis environnementaux et politiques. Apprendre à connaître

Le cerveau raconté aux enfants Il y a six ans, le réalisateur Pete Docter et le producteur Jonas Rivera des studios Disney Pixar nous avaient éblouis avec (), film d’animation « oscarisé » au scénario charmant. Ils refont tandem avec (), œuvre où ils ont su se réinventer. les a rencontrés. TORONTO — Les ballons multicolores du long métrage, sorti en 2009, se sont métamorphosés en sphères d’émotions dans , plus récent opus d’animation des studios Disney Pixar, dont la sortie est attendue le 19 juin prochain. Quant au terrain de jeu de l’histoire, il change du tout au tout. Alors que petits et grands étaient invités à faire un grand voyage en ballon au-dessus des Amériques dans , ils seront pratiquement confinés à l’intérieur d’un cerveau humain dans . Le cerveau en question est celui de Riley, une gamine de 11 ans entraînée dans un déménagement de l’État du Minnesota à San Francisco. Joie, tristesse, colère, dégoût, peur. « L’idée originale m’est venue en voyant grandir ma propre fille de 12 ans.

Quelle hiérarchie de valeurs vous motive et guide votre jugement? FAITES LE TEST Mise à jour : Une révision de ce test, le Questionnaire des valeurs par portraits - révisé évalue 19 valeurs fondamentales plutôt que 10. Ce nouveau modèle est beaucoup plus précis et prédit mieux les attitudes et les comportements, soulignent les auteurs. Ce test, le Questionnaire des valeurs par portraits, publié par le chercheur en psychologie sociale Shalom H. Schwartz et ses collègues (1), évalue 10 valeurs fondamentales qui, selon le modèle de ces chercheurs, seraient universelles , c'est-à-dire se retrouveraient dans toutes les cultures. Les valeurs sont des croyances liées aux affects qui, à travers une diversité de contextes, motivent l'action et guident l'évaluation des actions des autres, des politiques, des personnes et des événements. Par exemple, les personnes pour qui l’indépendance est une valeur importante sont alertées si leur indépendance est menacée, malheureuses quand elles ne parviennent pas à la préserver, et heureuses quand elles peuvent l’exercer.

Soft skills, les 15 compétences douces à maîtriser en entreprise Les soft skills, ou compétences comportementales, suscitent de plus en plus l’intérêt des entreprises. Pour être recruté puis être performant au travail, les seules compétences techniques ne suffisent plus. Salariés et manager doivent développer des qualités non professionnelles telles que la créativité ou l’empathie. « A l’inverse des compétences techniques, il n’est pas possible de déléguer aux robots les compétences comportementales ». Jérôme Hoarau, co-auteur avec Fabrice Mauléon et Julien Bouret du Réflexe Soft skills (Dunod 2014), a une bonne nouvelle pour ceux qui craignent la robotisation de l’emploi. Jérôme Hoarau précise : « l’évolution du monde du travail, notamment avec la robotisation, l’automatisation et l’intelligence artificielle, nous oblige à miser sur le capital humain, donc les soft skills. » Les soft skills sont littéralement les « compétences douces », que les auteurs du livre préfèrent qualifier de « compétences comportementales, transversales et humaines ». 1.

Répétition espacée Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La répétition espacée est une technique d'apprentissage qui consiste à se faire interroger (ou s'auto-interroger) d'autant moins souvent qu'on maîtrise la question. Cette méthode part d'un constat apparemment évident : la mémoire humaine n'est pas parfaitement fiable et l'on oublie souvent ce que l'on a appris.Par contre, l'oubli est rarement total, et si l'on apprend à nouveau ce que l'on a déjà appris, on oublie moins vite.Si l'on s'arrange pour réviser une notion à chaque fois que l'on est sur le point de l'oublier, on s'aperçoit que l'on a de moins en moins souvent besoin de réviser la notion. Portail de l’éducation

Le travail à l'heure du collaboratif Même si le malaise des cadres et le stress sont des réalités - très médiatisées - dans l'entreprise en France, il existe aussi un autre visage de la vie au travail. Celui de l'entraide et de la solidarité. Stimulées par l'essor constant du 2.0, ces pratiques vitaminent le lien social et la convivialité. 1 - L'essor des fab labs Les entreprises manifestent un intérêt croissant pour les "fab labs", ces locaux ouverts où se rencontrer et concevoir des objets. "L'innovation collaborative s'accélère depuis deux ans, constate Muriel Garcia, présidente d'Innov'Acteurs, association d'organismes engagés dans la démarche. S'y croisent ingénieurs et techniciens. Une bouffée d'air pour les collaborateurs qui n'ont pas l'occasion d'exprimer leur créativité au quotidien. Car les fab labs se veulent aussi source de plaisir au travail. 2 - Les vertus du coworking 3 - Des échanges de savoirs "Les salariés apprennent à se parler. 4 - Du troc de matériel 5 - Partager le pouvoir

25 biais cognitifs qui nuisent à la pensée rationnelle Les biais cognitifs sont des formes de pensée qui dévient de la pensée logique ou rationnelle et qui ont tendance à être systématiquement utilisées dans diverses situations. Ils constituent des façons rapides et intuitives de porter des jugements ou de prendre des décisions qui sont moins laborieuses qu'un raisonnement analytique qui tiendrait compte de toutes les informations pertinentes. Ces jugements rapides sont souvent utiles mais sont aussi à la base de jugements erronés typiques. Le concept a été introduit au début des années 1970 par les psychologues Daniel Kahneman (prix Nobel en économie en 2002) et Amos Tversky pour expliquer certaines tendances vers des décisions irrationnelles dans le domaine économique. Depuis, une multitude de biais intervenant dans plusieurs domaines ont été identifiés par la recherche en psychologie cognitive et sociale. Certains biais s'expliquent par les ressources cognitives limitées. Voici une liste de 25 biais cognitifs fréquents : Le biais de croyance

Je mémorise... au Ce2 ! 23/06/2013 -> Mise à jour de TOUS les fichiers Ce2. Dans cet article, vous trouverez des documents destinés à l'utilisation de la méthode d'orthographe "Je mémorise... et je sais écrire des mots" de Mme Françoise Picot. Je ne saurais que vous recommander d'acheter ses ouvrages et même de la contacter via son blog (lea.fr) si vous avez des questions... La liste des mots à savoir pour l'année par semaine : Un fichier de traces écrites: La programmation: Les exercices: les corrigés (par nath83) les corrigés (par nath83) les corrigés (par nath83) les corrigés (par nath83) BONUS!! les corrigés (par lili08) Merci à Nath83 qui a effectué les corrigés et repris la mise en forme. Il suffit de cliquer sur "les corrigés" pour télécharger les fichiers ;)

Related: