background preloader

Euripide

Euripide
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Euripide (en grec ancien Εὐριπίδης / Euripídês), né à Salamine vers 480 av. J.-C., mort en Macédoine en 406 av. J.-C., est un des trois grands tragiques de l'Athènes classique, avec Eschyle et Sophocle. Biographie[modifier | modifier le code] Sources[modifier | modifier le code] La vie d'Euripide est mal connue, les sources anciennes étant tardives et reprenant sur son compte des éléments douteux, souvent colportés par les poètes comiques dont il fut la cible[4] : on possède ainsi une Vie, écrite par un auteur anonyme, mêlant de nombreuses légendes à des faits crédibles ; un chapitre des Nuits Attiques d’Aulu-Gelle[5] consacré à Euripide ; trois épigrammes funéraires de l’Anthologie palatine[6]. Pour Justina Gregory, les détails biographiques proviennent presque entièrement de trois sources invérifiables[7] : Débuts[modifier | modifier le code] Euripide participe également à des jeux gymniques, et est couronné aux jeux théséens[9]. ↑ . Related:  Littérature & Philosophie grecqueThéâtre Grèce antique

Eschyle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Eschyle (en grec ancien Αἰσχύλος / Aiskhúlos), né à Éleusis (Attique) vers 526 av. J.-C., mort à Géla (Sicile) en 456 av. Éléments biographiques[modifier | modifier le code] La vie d'Eschyle est très mal connue[4]. Contemporain des guerres menées contre les Perses, il prend part à dix ans d'intervalle à la bataille de Marathon en 490 av. Eschyle rejoint ensuite la Sicile (où il s'est déjà rendu, à l'invitation du tyran de Syracuse Hiéron, après la représentation des Perses). Les pièces[modifier | modifier le code] Les Perses[modifier | modifier le code] Elle relate la bataille de Salamine du point de vue des Perses défaits de Xerxès : la pièce joue donc sur un paradoxe, en relatant une catastrophe ressentie comme triomphe par le public athénien. Les Sept contre Thèbes[modifier | modifier le code] Étéocle attend l'attaque des sept chefs contre Thèbes, parmi lesquels son frère exilé Polynice et prépare la défense thébaine. Éditions

Les Troyennes Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Troyennes (en grec : Τρῳάδες / Trōiádes) est une tragédie d’Euripide, représentée pour la première fois durant les Grandes Dionysies du printemps de 415 av. J.C. La particularité des Troyennes réside dans son appartenance à une trilogie : alors que l’Alexandros traite des origines de la guerre de Troie, l’action du Palamède se déroule pendant le siège de la ville (un peu avant les événements narrés dans l’Iliade) ; les Troyennes clôt la trilogie en évoquant le sort des dernières survivantes d’Ilion après la prise de la ville par les Grecs. Personnages[modifier | modifier le code] Résumé de la pièce[modifier | modifier le code] Lieu du drame : dans le camp grec, devant Troie. Analyse[modifier | modifier le code] Au niveau formel, la particularité des Troyennes réside dans sa linéarité : l'intrigue est pour ainsi dire absente et laisse place à des scènes quasi-individuelles, en partie fermées sur elles-mêmes.

Bio Sophocle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sophocle Buste de Sophocle Éléments biographiques[modifier | modifier le code] Les détails de la vie de Sophocle sont connus, bien qu'assez mal, grâce à une compilation anonyme[3], à la Souda[4] et aux mentions d'auteurs comme Plutarque ou Athénée[5]. La carrière d'auteur tragique de Sophocle débute au plus tôt en 468 av. Sophocle meurt en 407 ou 405 av. Les pièces[modifier | modifier le code] Sophocle est l'auteur de cent vingt-trois tragédies[4],[8], ainsi que des drames satyriques[9]. On peut remarquer que sur les pièces subsistantes, trois concernent directement le cycle thébain (Antigone, Œdipe roi et Œdipe à Colone), trois concernent le cycle troyen (Ajax, Électre et Philoctète), la dernière étant consacrée à Héraclès (Les Trachiniennes). Ajax[modifier | modifier le code] Peut-être représentée vers 445 av. Antigone[modifier | modifier le code] Les Trachiniennes[modifier | modifier le code] Œdipe roi[modifier | modifier le code] Éditions

Alcée de Mytilène Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Alcée. Alcée de Mytilène (en grec ancien Ἀλκαῖος / Alkaĩos, en latin Alcaeus) est un poète grec de l'époque archaïque né vers l’an 630 av. J.-C Représentant de la poésie lyrique monodique, le Canon alexandrin voit en Alcée le second des poètes lyriques grecs. Biographie[modifier | modifier le code] Natif de Mytilène, la ville la plus importante de l’île de Lesbos, sa famille fut activement engagée dans la politique locale de sa ville natale. Œuvres[modifier | modifier le code] Ses poèmes ne nous sont transmis que partiellement : il s’agit d'hymnes, de chants politiques et belliqueux, de louanges du vin et de la bonne table, de chants d’amour. Un aperçu des hymnes est possible grâce à une paraphrase de son Hymne à Apollon par le sophiste Himérius (IVe siècle de l'ère chrétienne). La frontière est parfois difficile à établir entre les poèmes politiques et les chansons de table. E.

Pseudo-Apollodore Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pseudo-Apollodore Œuvres principales « Pseudo-Apollodore » est le nom donné à l'auteur de la Bibliothèque, anciennement attribué à Apollodore d'Athènes (IIe siècle av. La plus importante des sources de la Bibliothèque que nous avons perdues est le travail de Phérécyde d'Athènes, un mythographe du Ve siècle av. Le texte que nous avons à l'heure actuelle est fragmentaire. §Voir aussi[modifier | modifier le code] §Articles connexes[modifier | modifier le code] §Bibliographie[modifier | modifier le code] Marc Huys '125 Years of Scholarship on Apollodoros the Mythographer: A Bibilographical Survey.' §Liens externes[modifier | modifier le code]

Les Perses Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Perses (en grec ancien Περσαι / Persai) est le titre d'une tragédie grecque d'Eschyle jouée en 472 av. J.-C. au théâtre de Dionysos, sur les flancs de l'Acropole à Athènes. Contexte[modifier | modifier le code] Cette tragédie fut écrite après les victoires grecques de Salamine et de Platée (Eschyle ayant participé à la première). Texte[modifier | modifier le code] Plan[modifier | modifier le code] parodos-prologue : partie anapestique ; partie lyrique ; conclusion anapestiquepremier épisode : la reine, le chœur ; le Messager : récit et kommos (lamentation)intermède choraldeuxième épisode : la reine, le chœurintermède choraltroisième épisode : l'ombre de Darius, la reine puis le chœurintermède choralexodos lyrique : le chœur, Xerxès Voir aussi[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code] Sur les autres projets Wikimedia :

Bio Eschyle Poète tragique grec (Éleusis vers 525-Gela, Sicile, 456 avant J.-C.). Introduction Une Vie anonyme a conservé son épitaphe : « Eschyle d'Athènes, fils d'Euphorion, est ici couché sans vie sous ce monument, dans la terre féconde de Géla. La présence du divin Simplicité de l'action, simplicité des personnages, prédominance du sentiment religieux, tels sont les caractères essentiels de la tragédie eschyléenne. Le dépouillement de la tragédie est à la mesure de la métaphysique qui la gouverne. La théologie d'Eschyle implique donc que toute vie humaine obéit à des desseins supérieurs. « L'Orestie » La seule trilogie d'Eschyle qui soit parvenue jusqu'à nous, l'Orestie, compte parmi l'ensemble le plus achevé de la tragédie grecque. À cette question, les Choéphores donnent une terrible réponse : « C'est piété de payer le crime par le crime » (123). Imagination dramatique et lyrisme L'œuvre d'Eschyle Eschyle aurait composé quatre-vingt-dix tragédies, dont sept sont parvenues jusqu'à nous.

Sappho Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Sapho. Sappho Sappho lisant un poème à ses amies, vase de Vari, vers 440-430 av. Œuvres principales Hymne à AphroditePoème « L'égal des dieux » (fr. 31) Sappho (en grec ancien Σαπφώ) est une poétesse grecque de l'Antiquité qui a vécu aux VIIe siècle et VIe siècle av. Très célèbre dans l'Antiquité, son œuvre poétique ne subsiste plus qu'à l'état de fragments. Sappho et ses noms[modifier | modifier le code] Sapphô est connue comme étant « la Lesbienne », c'est-à-dire, au départ par antonomase, « la personne célèbre de Lesbos ». Le problème des sources[modifier | modifier le code] On possède peu de données sûres concernant Sapphô. Selon certaines sources historiques, ses œuvres, transmises jusqu'au XIe siècle, auraient été brûlées en 1073, en même temps que celles des autres poètes lyriques[3]. Interprétations contradictoires du personnage[modifier | modifier le code] Vie de Sappho[modifier | modifier le code] — Trad.

Aristote Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aristote (Ἀριστοτέλης) Philosophie grecque Antiquité Portrait d'après un original en bronze de Lysippe. Véritable encyclopédiste, il s'est beaucoup intéressé aux arts (musique, rhétorique, théâtre) et aux sciences (physique, biologie, cosmologie) de son époque ; il en théorisa les principes et effectua des recherches empiriques pour les appuyer. Son époque est marquée par le renouveau du royaume de Macédoine et le déclin de l’influence de la démocratie athénienne. Biographie[modifier | modifier le code] Buste d'Aristote. Les années de jeunesse[modifier | modifier le code] Vers -367, alors âgé de 17 ans, il est envoyé à l’Académie de Platon[6]. La maturité[modifier | modifier le code] Il s’intéresse alors à la vie politique locale mais ne peut y participer du fait de son statut de métèque (« étranger » à la cité). En -338 Philippe II de Macédoine soumet Athènes où Aristote revient en -335. La formation du lycée[modifier | modifier le code]

Œdipe roi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Œdipe roi est l'une des plus fameuses tragédies de Sophocle et elle a connu une postérité abondante, inspirant nombre de dramaturges et d'artistes et suscitant de nombreuses interprétations allant des études mythologiques à la psychanalyse. Résumé[modifier | modifier le code] Dans l'intervalle, Œdipe raconte à Jocaste son enfance. Il se croyait fils de Polybe, le roi de Corinthe, mais après avoir été traité de bâtard par un homme ivre lors d'un banquet, il alla consulter l'oracle de Delphes afin de connaître l'identité de ses vrais parents. Œdipe aveugle recommandant ses enfants aux dieux, Bénigne Gagneraux, 1784. Le troisième épisode s'ouvre sur l'arrivée d'un messager, un vieillard, qui apprend à tous la mort de Polybe, roi de Corinthe, qu'Œdipe croit être son père. Généalogie des Labdacides dans Œdipe roi[modifier | modifier le code] Genèse et création[modifier | modifier le code] Interprétations de l'intrigue[modifier | modifier le code]

Vidéos de théâtre sur theatre-video.net - des vidéos de spectacles, des entretiens et des rencontres avec des auteurs, des metteurs en scène et des comédiens Évangile selon Thomas Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’évangile selon Thomas est un écrit apocryphe chrétien qui figure dans la deuxième partie du codex II de Nag Hammadi. Il s'agit d'un recueil de sentences — des logia — qui, selon l’incipit du texte, auraient été prononcées par Jésus et transcrites par « Didyme Jude Thomas ». Découverte[modifier | modifier le code] Avant cette découverte on ne connaissait que moins de dix logia de ce texte grâce à des fragments en grec datant de la fin du IIe ou du début du IIIe siècle, notamment ceux retrouvés dans des fouilles à Oxyrhynque[N 3],[N 4]. L’évangile de Thomas retrouvé à Nag-Hammadi figurait dans le même codex — le II — que d'autres textes chrétiens eux aussi dans leur version copte[N 5]. Contenu[modifier | modifier le code] Nag Hammadi Codex II, folio 32, le début de l’évangile selon Thomas Il n’y est pas fait mention de la naissance de Jésus, de sa mort ou de sa résurrection. Titre[modifier | modifier le code] Datation[modifier | modifier le code]

Related: