background preloader

Recordmydesktop

Recordmydesktop
RecordMyDesktop est un logiciel permettant d'effectuer des screencast, c'est-à-dire de capturer une vidéo de ce qui se passe sur votre bureau. Il permet de capturer l'image, mais également le son. Il fournit une vidéo au format Ogg Théora, qui offre une bonne qualité mais qui nécessite une compression importante. L'interface graphique de RecordMyDesktop est conçue pour le bureau GNOME. Pré-requis Disposer d'une connexion à Internet configurée et activée. Installation Utilisation Vous pouvez lancer RecordMyDesktop de deux façons : en passant par la méthode graphique, ou bien par la ligne de commande. Graphique Lancez l'application via le dash (Ubuntu 11.04 et ultérieures) ou via le menu Applications → Son et vidéo → gtk-recordMyDesktop. Si vous le lancez, une boule rouge apparaît dans votre zone de notification : Vous pouvez également lancer l'interface graphique de recordMyDesktop via le terminal (toutes versions d'Ubuntu) en exécutant la commande suivante : gtk-recordmydesktop Ligne de commande Related:  Créer des cours en ligneClasse inversée - Flipped classroom

Les outils qui rendent possible la classe inversée 1. Introduction à l’infonuagique Quiconque a déjà travaillé avec la vidéo sait à quel point ce média est « lourd » côté informatique. Un enregistrement d’une minute de bonne qualité occupe beaucoup d’espace sur l’ordinateur. C’est pourquoi on a recours à un service comme YouTube. On dépose la vidéo une première fois, mais le visionnement devient ensuite très simple et rapide. Le fait de déposer un fichier (dans ce cas-ci, un fichier vidéo) sur un service en ligne pour y avoir accès de partout s’appelle l’infonuagique, ou l’informatique en nuage. Il existe d’autres applications de l’infonuagique. 2. Pour la création de capsules vidéo originales, il y a différentes façons de procéder. La méthode « enregistreur d’écran » La première façon d’envisager la fabrication de vidéo est d’enregistrer ce qu’on voit à l’écran, tout simplement. - Application ShowMe (application iPad, gratuite) - Enregistreur vidéo Activinspire (tableau interactif Activboard) - Camtasia (logiciel commercial Mac et PC) 3.

TIC et pédagogie inversée Le concept de pédagogie inversée est de plus en plus populaire actuellement même si cette approche est loin d'être novatrice, comme on le constate dans ce billet d'eSchoolNews consacré au flipped learning. Un certain nombre de contributions en ligne s'en font néanmoins l'écho depuis le début de l'année 2012. Qu'est-ce que la pédagogie inversée ? Pour reprendre la définition de ZoneTIC, la pédagogie inversée est "une stratégie d’enseignement où la partie magistrale du cours est donnée à faire en devoir, à la maison, alors que les traditionnels devoirs, donc les travaux, problèmes et autres activités, sont réalisés en classe". Cette approche aux contours encore flous repose à l'évidence sur l'usage des outils numériques et vise à éviter la dérive d'un enseignement trop frontal et magistral. Blog, carte mentale et pédagogie inversée Vous trouverez ci-dessous un exemple de carte mis à disposition par l'auteur via la plateforme de partage XMindShare : Innovation et pédagogie inversée

Forum des Enseignants Innovants et de l'Innovation Educative Liberio | Simple eBook creation and publishing. Enjeux du logiciel libre, standards ouverts et interopérabilité Les capsules de profs c’est bien… Les capsules d’élèves c’est mieux ! Cet article fait suite à celui-ci (d’où son titre). On voit fleurir de plus en plus de capsules vidéos d’enseignants (je m’inclus dans le lot) et c’est une très bonne chose ! Comme vous le savez sûrement, je regroupe d’ailleurs les miennes sur L’idée est vraiment chouette et nous vient de nos amis Canadiens. La capsule du prof est ludique, visuelle, simple à comprendre, donc un plus pour l’élève mais, on en revient toujours à la même chose : les élèves auteurs, les apprentissages au travers de tâches complexes mais surtout concrètes ! De la même manière que je propose aux élèves de réaliser des webdocumentaires en science et en Histoire, la création de capsules a été systématisée et je leur demande régulièrement maintenant de réaliser de très courtes vidéos qui reprennent des notions de français ou de maths qu’ils étudient. Ils le font en groupe et discutent et argumentent sur leurs choix de présentation. Voici quelques capsules réalisées par les élèves.

Îlots, classe inversée, MOOCs : les nouveaux visages de l’autoformation des enseignants Le succès qu’a rencontré l’article du Monde sur l’incompréhension des élites face aux enjeux d’une société numérique est révélateur des forces qui sous-tendent tout débat au sein du monde éducatif français. Des îlots bonifiés à la classe inversée, ces pratiques pédagogiques questionnent les cadres de l’Education nationale. En effet, ils se diffusent comme traînée de poudre d’établissement en établissement sans utiliser aucun canal officiel. La formation initiale et continue semblent bien démunies face à ces innovations pédagogiques qui parfois naissent mais surtout fleurissent sur la toile, par le biais des réseaux sociaux, des sites communautaires et autres agrégateurs de flux. Du coup, méfiance généralisée face à cette autoformation spontanée de la part des enseignants. Sans pouvoir contrôler, certains préfèrent discréditer plutôt que d’accueillir avec bienveillance ces pratiques d’autoformation. J'aime : J'aime chargement…

J'enseigne moins, ils apprennent mieux ... I teach less, they learn better Des lecteurs de ce Blog m’ont demandé de présenter un dispositif concret où je mets en action les cinq facettes de mon modèle d’apprentissage ou encore l’intégration des compétences dans l’enseignement … Voici une présentation de l’un de mes cours, un dispositif hybride dans lequel je mets en pratique ces idées (une version antérieure de cette présentation a été publiée dans notre journal « Résonances » de janvier 2011). Je l’ai écrite sous la forme d’une interview … que je me fais à moi-même … une opération de réflexivité ! La rédaction : Marcel Lebrun, on vous connaît comme conseiller « technopédagogique » à l’IPM, moins comme enseignant. Même si on peut le deviner, qu’enseignez-vous au juste ? Marcel Lebrun : Et bien oui, outre mon travail à l’IPM, je donne des cours de technologies pour la formation, l’enseignement et l’apprentissage, des cours finalement assez éloignés de la préoccupation instrumentaliste. R : Et vos publics ? Objectifs et méthodes ML : Non et oui ! Informations

Related: