background preloader

De la science-fiction au design-fiction !

De la science-fiction au design-fiction !
Il y a 4 ans, le thème de Lift était « Où est passé le futur ? » et nul ne semble l’avoir retrouvé depuis. On l’a échangé contre un présent qui semble être devenu perpétuel, rappelle Nicolas Nova en ouverture de cette dernière session de la conférence Lift. Peut-être parce que la représentation qu’on s’en fait est toujours en train de changer… Les techniques du design au service de la fiction On ne présente plus Bruce Sterling (Wikipedia). Image : Bruce Sterling face au public de Lift, photographié par Ivo Näpflin. Bruce Sterling regrette de ne pas avoir inventé le terme de design-fiction (il a été inventé en 2008 par Julian Bleecker). Qu’est-ce que le design-fiction ? La « diégèse » est un terme inventé par des spécialistes du cinéma qui avaient besoin d’un terme pour expliquer des formes narratives qui se rapportaient, qui s’intégraient à l’histoire. Le design-fiction ne produit pas des canulars. Des objets techniques pour interroger le monde Protocells from MST on Vimeo. Hubert Guillaud Related:  bipbipEP

Au-delà du design-fiction : le « design-friction » ? Le design fiction est probablement l’un des meilleurs outils actuels pour (ré)inventer le futur. Formulée dès 2009 par Julian Bleecker (in A Short Essay on Design, Science, Fact and Fiction, à voir aussi en vidéo), cette méthode mêlant design, prospective et créativité connaît depuis un bel essor dans les milieux spécialisés, notamment grâce au concours de l’écrivain-essayiste Bruce Sterling. Celui-ci définit ainsi le design fiction comme « the deliberate use of diegetic prototypes to suspend disbelief about change. […] The important word there is diegetic. It means you’re thinking very seriously about potential objects and services and trying to get people to concentrate on those rather than entire worlds or political trends or geopolitical strategies. Le plus intéressant, dans le design fiction, repose sur son caractère réaliste. « Le design-fiction ne produit pas des canulars. Le design fiction a donc bien des mérites, et à ce titre une vraie responsabilité.

23/01 /2017 – Nicolas Nova : Futurs, design fiction et anthropologie – Postdigital La prospective, et la science-fiction dans sa lecture au premier degré, font classiquement référence à toutes sortes de promesses technologiques plus ou moins grandiloquentes. Celles-ci interrogent à double titre. D’une part, elles renvoient à un doute de plus en prégnant quant à l’idéal de Progrès, et suscitent une méfiance vis-à-vis de la technique. D’autre part, ces promesses correspondent bien souvent à une vision univoque du progrès, particulièrement technique, avec peu de considérations sur ses éventuelles conséquences. Cette présentation abordera dans un premier temps la contribution du design dans la réflexion prospective, ainsi que les conditions nécessaires à son exercice. Nicolas Nova est chercheur, commissaire d’exposition, et enseignant à la Haute École d’art et de design à Genève où il aborde l’ethnographie, l’histoire des cultures numériques et la recherche en design. ENS, 45 rue d’Ulm, Salle Dussane, de 14h à 16h.

Mort : la tech fait le grand saut - Le Blog Cet article est le second de la série Un pavé dans la tech. Après Eros, … Thanatos. Mis à part les selfies meurtriers dont la presse ne cesse de parler, il existe d’autres liens entre innovation technologique et fin de vie. Mort numérique, pages d’hommages sur Facebook, données “afterlife”, crowdfunding pour enterrement ou encore pierres tombales connectées font sauter les verrous des tabous et révolutionnent un secteur qui évoluait jusqu’à présent très lentement. Jusqu’à poser les questions sensibles de l’immortalité et du transhumanisme… Vu de loin, on pourrait imaginer que l’industrie funéraire ne peut pas connaître la crise. Temple Bansho-ji, cimetière japonais. Voici peut-être ce à quoi ressembleront les cimetières de demain. En Europe, si la mutation est moins flagrante, une évolution est clairement en cours. La vidéo fait également sont irruption dans le domaine. Les QR Codes débarquent eux aussi dans les lieux de repos, et font un carton aux États-Unis et en Espagne.

Pourquoi et comment la QVT contribue à la performance globale des organisations ? - Santé / Sécurité au travail Pour le savoir, assistez à cette conférence organisée par l'APAVE, le spécialiste de la maîtrise des risques. Qu’est-ce-que la Qualité de Vie au Travail (QVT) ? RPS, conditions de travail, Bien-être, santé, ergonomie, pénibilité, usure professionnelle, engagement des salariés, égalité homme/femme… ? Quels enjeux ? Ils animeront cette conférence et répondront à vos questions : - Gilles STAQUET, Consultant Santé Sécurité Homme au Travail - Psychologue du travail, APAVE- Marion BRUNET, Consultant Santé Sécurité Homme au Travail - Ergonome, APAVE- Aurélia JACQUEMIN, Manager Consultant Santé Sécurité Homme au Travail, APAVE

Mécénat Pour la personnalité romaine, voir Mécène. Au cœur du mécénat se développe de plus en plus le mécénat d’entreprise[3] qui se définit comme un soutien financier, humain ou matériel apporté sans contrepartie directe par une entreprise, mais aussi grâce à la générosité de certains milliardaires[4]. En fiscalité et en comptabilité, il est considéré comme un don. Concrètement, le mécénat bénéficie d'un régime fiscal avantageux dans la mesure où il existe une disproportion marquée entre le versement et les contreparties reçues. Le mécénat n'est cependant pas à confondre avec le parrainage car il ne demande pas — à l'inverse du parrainage — une contrepartie. Histoire[modifier | modifier le code] Des origines à la Renaissance[modifier | modifier le code] Le mot « mécénat » se réfère au personnage de Caius Cilnius Mæcenas, protecteur des arts et des lettres dans la Rome antique. De la Renaissance au XIXe siècle[modifier | modifier le code] XXe et XXIe siècles[modifier | modifier le code]

Les fermes urbaines, une solution d'avenir I Demain la Ville Architectes, urbanistes, entreprises, collectivités ou simples associations de riverains rivalisent ainsi d’inventivité pour répondre de concert à cette question fondamentale : “comment nourrira-t-on les mégapoles du futur ?” L’agriculture urbaine s’impose dès lors comme une tendance lourde, soutenue par le “local food” ou les jardins partagés. De quoi donner une certaine contenance à cette idée de ville autosuffisante, moins utopique qu’il n’y paraît. Cette ville au ventre plein, qui prend aujourd’hui son envol concret après des années de théorisation, est-elle totalement désirable ? La ville nourricière à l’épreuve de la densité Brooklyn Grangepopupcity.net Au premier plan de ces interrogations, se trouve l’adéquation de l’agriculture urbaine avec les préceptes de l’urbanisme durable dont elle se proclame l’héritière. La ville nourricière à l’épreuve de la santé Brooklyn Grange

Undesign: Critical Practices at the Intersection of Art and Design - 1 Introduction Andrew McNamara, Gretchen Coombs and Gavin Sade 1. ‘What is critical Design?’ Brad Haylock 2. Notes on More-than-Human Architecture Stanislav Roudavski 3. The Un-designability of the Virtual. Design from Problem-solving to Problem finding Betti Marenko 4. Julie Desk - Assistante virtuelle pour la prise de rendez-vous Splacer, le Airbnb de l’évènementiel né en Israël qui perce aux Etats-Unis Assurer la médiation entre des propriétaires de lieux et des personnes qui veulent organiser des événements professionnels, des rassemblements culturels ou encore des mariages… C’est la mission que remplit la plateforme Splacer aux Etats-Unis depuis 2015. "Les restaurants ou les bars qui ouvrent la nuit peuvent par exemple louer leurs espaces pendant la journée", explique Lihi Gerstner, la cofondatrice de cette startup qui a déjà levé 7 millions de dollars et compte 25 employés. "Mais les utilisateurs peuvent aussi opter pour une église abandonnée ou pour une usine, ils cherchent des lieux originaux", précise-t-elle. A New York, Splacer propose aujourd’hui plus de 450 espaces avec des tarifs pouvant aller de 40 $ à 5000 $ de l’heure. Idéal pour les sociétés de production ou encore les photographes qui sont intéressés par ce type de lieux hors du commun, et viennent chercher une offre à moindre coût et simple d’accès. Le kibboutz comme source d’inspiration Anthony Lesme

untitled Dès lors, comment repenser le périmètre et les modalités d’intervention de l’État-providence pour favoriser l’innovation sociale ? Les dynamiques de réflexion à l’œuvre dans le monde soulignent la nécessité pour l’État de se rapprocher du privé en s’engageant dans de nouvelles logiques de performance et en impliquant de nouvelles parties prenantes (associations, entreprises, financeurs privés) dans l’action sociale. Parmi ces innovations, l’étude publiée par l’Institut de l’entreprise s’intéresse aux Social Impact Bonds, dispositif lancé en 2010 au Royaume-Uni, et qui se déploie depuis dans certains pays de l’OCDE. Ce nouvel outil n’est certes pas miraculeux. Toutefois, par sa vocation préventive et sa structure d’alignement des intérêts, il constitue une innovation financière majeure au service du social qui pourrait être expérimentée dès à présent en France.

Related: