background preloader

Monnaies alternatives : Jean François Noubel at TEDxDunkerque

Monnaies alternatives : Jean François Noubel at TEDxDunkerque

http://www.youtube.com/watch?v=E4pnp6ODIEU

Related:  NOUBEL Jean-François - CIRI IRIC - The Transitioner

Fantômas, les nains de jardin, Foucault, et la forêt qui pousse Fantômas, les nains de jardin, Foucault, et la forêt qui pousse... Fantômas, les nains de jardin, Foucault, et la forêt qui pousse... Mohamed Merah a succombé aux balles du RAID, après 10 jours de psychose en France. Même depuis ma retraite d’écriture au Mexique, je ne pouvais échapper aux échos venant de mes proches et amis. J’ai fini par m’offrir un petit bain de presse pour constater l’immense couverture médiatique, les manifestations de solidarité, les minutes de silence, la pléthore de témoignages destinés à nourrir les reportages gloutons du “toujours plus” car, comme on sait, les médias ont horreur du vide.

Analyser son compte Twitter avec Twitonomy Selon les réseaux sociaux, les outils statistiques intégrés sont assez différents. Facebook propose une solution assez complète via les Insights, quand Google+ et Twitter s’arrêtent à des chiffres très limités. Pour obtenir des chiffres exhaustifs pour Google+, le mieux est de passer par All my Plus, un outil externe très bien conçu. HEC - Intelligence collective et monnaies alternatives - par Jean-François Noubel Le stade Dubaï du capitalisme - de Mike Davis [Fiche de lecture] [Fiche de lecture] : Domitille de la Morinerie Mike Davis, sociologue urbain, se place dans cet ouvrage au cœur d’un débat : la ville de Dubaï est-elle un symbole parfait de réussite et de prospérité ou un exemple frappant du décadentisme à l’occidental ? Il déconstruit l’ensemble du système politique et économique qui...

La carte de France des alternatives : 89 révolutions locales pour un changement global Elles sont ancrées dans l’écologie et dans l’innovation sociale. Elles ont en commun de proposer des réponses concrètes, à contre-courant du modèle économique dominant : la coopération plutôt que la concurrence, le souci du bien commun plutôt que la cupidité individuelle, le partage plutôt que l’accaparement, la préservation de l’environnement plutôt que sa destruction, la solidarité et l’ouverture à l’Autre plutôt que le repli sur soi et la xénophobie. Elles constituent souvent des réponses immédiates à des enjeux quotidiens : se nourrir sans s’empoisonner, créer des emplois, redonner du sens au travail et à l’activité économique, favoriser l’économie locale, proposer des logements de qualité et financièrement accessibles, s’éclairer sans polluer, mutualiser des savoirs, partager des biens et des services, renouveler la démocratie locale… Voir la carte Nous les avons classées en deux grandes familles (la signification de chaque icône figure en bas de la carte).

iKarma Après plusieurs années d'activité en tant que contrôleur de gestion, j'ai enrichi mon approche des organisations et de leur pilotage en passant par le prisme du Développement Durable et de l'économie sociale et solidaires (ESS). Aujourd'hui très engagé dans la promotion d'un nouveau pilotage des organisations, j'offre un accompagnement qui ouvre vers une gestion responsable et raisonnée. La gestion doit être capable de mettre en valeur toutes les richesses, notamment celles qui ont été écartées de nos tableaux de bord classiques. Ma démarche s'enrichit au quotidien de nouvelles formes et de nouveaux outils développant notre intelligence collective au bénéfice du plus grand nombre

La pairjectivité : de l’intelligence des foules à l’expertise collective La fédération de très nombreuses micro-expertises peut aboutir à une expertise globale de grande qualité. Cette fédération est permise à grande échelle par le réseau internet. Toutes les subjectivités ne se valent pas et leur pertinence varie en fonction de l’intérêt à agir. Il ne suffit pas d’additionner les subjectivités, il faut les pondérer. Une revalidation régulière est nécessaire pour éviter les dérives et les manipulations. Dans un article précédent, nous avons vu que l’objectivité en tant que support exclusif de la science atteint des limites liées à la complexité des phénomènes étudiés.

J'ai 20 ans, je veux sauver la planète D'une voix posée, Alexandre prend la parole. Il a préparé son discours méticuleusement et égraine ses souvenirs. Son enfance, d'abord, où se mêlent les longues heures passées à observer, impuissant, les sans-abri de sa ville, Vincennes, et le regard sévère des passants posé sur le petit garçon trop curieux. Son appétence pour le sport, aussi, qui le propulsera vers un Master spécialisé, ainsi qu'une première expérience de conseiller en équipement sportif, à Barcelone. L'idée, enfin, du jeune homme de 25 ans à son retour en France: concilier sa passion et la resocialisation des sans-logis de l'Est parisien: "Avec Sport pour Toit, je veux que les SDF puissent assister et participer à des événements sportifs, un tournoi de pingpong par exemple, pour les aider à retrouver combativité, hygiène de vie et confiance en eux."

Flattr est-il réellement une arnaque ? Comme je l’ai dit en commentaire, j’aimerais réagir un peu plus en détail au billet de Rom1v sur Flattr. Ce billet est très proche de ces trois billets de Stéphane Laborde (@Galuel) : On pourra déjà remarquer une évolution amusante du raisonnement de Stéphane La borde au cours de l’année 2010. Tous ces articles, y compris celui de Rom1v (dont je trouve les autres articles habituellement passionnants), sont construits de la même manière et arrivent aux mêmes conclusions.

Sikana, une «arche de Noé des savoir-faire» Recevez nos newsletters : Une start-up lilloise, fondée par deux jeunes diplômés, se propose de lutter contre la pauvreté en diffusant gratuitement, à travers le monde, des milliers de vidéos éducatives. «Une aventure cool et pleine de sens». Voilà comment Sikana définit son projet. Il s’agit d’une gigantesque encyclopédie en ligne permettant aux plus déshérités de développer une compétence, via des vidéos éducatives, afin de trouver un travail ou, plus simplement, de leur donner envie d’apprendre. Et le public ne manque pas, puisque les économistes chiffrent à quatre milliards le nombre de personnes vivant avec moins de 2 dollars par jour.

Jean-Michel Cornu : "Un particulier peut créer sa propre monnaie" JMC - Le fait que ce sujet, plus ancien qu'on ne le pense généralement, prenne une nouvelle dimension est dû à plusieurs facteurs : la crise financière et monétaire bien sûr, mais aussi l'arrivée depuis quelques mois de plates-formes permettant de créer sa monnaie sur internet ou sur téléphone mobile qui devraient démocratiser la conception et la diffusion de monnaies complémentaires. Nous devrions donc avoir une émergence de ce que l'on appelle l'innovation ascendante (une innovation faites par un très grand nombre de personnes plutôt que réservée à un petit nombre de chercheurs spécialisés). Pour prendre un exemple, le fait que l'informatique et les réseaux soient passés dans le monde de l'innovation ascendante grace aux micro ordinateurs, au Web et plus récemment au Web 2.0 fait que depuis 1993, la naissance du Web, jusqu'à nos jours il y a eu plus d'innovations (technologiques mais aussi de service ou d'usage) que depuis la naissance de l'humanité jusquà 1993.

Quel est votre score d’influence ? - Blogs InternetActu.net La lecture de la semaine, elle nous vient du New York Times, et de Stephanie Rosenbloom, qui est reporter au service Style. Imaginez un monde, commence Stephanie Rosenbloom, où nous serait assigné un nombre mesurant notre niveau d’influence. Ce nombre nous permettrait de grimper dans la hiérarchie, d’être surclassés dans les hôtels et de gagner des friandises au supermarché. Mais au cas où votre score d’influence serait bas, pas de promotion, pas de suite à l’hôtel, pas de petits gâteaux offerts. Ce n’est pas de la science-fiction. Monnaies libres = free currencies? Depuis près d’un an que j’ai quitté l’association du Transitioner, j’entends parler et j’utilise très fréquemment l’expression des “monnaies libres” pour parler de ces nouveaux indicateurs, d’une grande libération de la monnaie telle que nous la connaissons aujourd’hui, mais aussi d’un spectre de lecture plus large de la Richesse. Après un an de recherche, de navigation, de voyages dans l’univers de la richesse, des indicateurs de richesse et des moyens d’échange de ces richesses, j’aimerai revenir pour clarifier ce que nous mettons et mélangeons souvent dans “monnaies libres”. Les différentes formes de richesse J’ai appris avec The transitioner qu’il y avait différents types de richesse, celle qui peut s’échanger: les biens, les services, le temps, celle qui peut se mesurer: la qualité, la taille, la complexité, et enfin la richesse qui peut se reconnaître: l’amour, la beauté, la splendeur etc.. Les différentes formes de richesse 1) n’ont pas accès à la monnaie traditionnelle

Related: