background preloader

Outils - Les 7 outils de la Qualité - Le diagramme d'Ishikawa

Outils - Les 7 outils de la Qualité - Le diagramme d'Ishikawa
Related:  OUTILS DE RÉSOLUTION DE PROBLÈMES

5M, 7M – Diagramme d’Ishikawa La procédure détaillée de construction d’un diagramme de causes-effet est expliquée dans l’article : Le diagramme d’Ishikawa. C’est un outil efficace et donc l’utilisation est simple.Le champ d'application de la méthode d'Ishikawa s’étend à divers secteurs. Bien qu’à l’origine celle-ci ne retienne que cinq familles de cause, le diagramme de causes-effet reste un outil flexible pouvant être adapté aux conditions particulières de chaque champ d’analyse. Le nombre de famille de causes possibles peut donc varier selon les cas. Cependant, il ne faut pas perdre de vue la distinction claire qui existe entre une cause et une solution. C- Evolution vers un diagramme des 7 M Le diagramme causes-effets, encore appelé « diagramme d'Ishikawa » au départ limité à 5M peut être étendu à un « diagramme des 7 M ».

Outil 1 : Le diagramme d'Ishikawa Le diagramme d'ISHIKAWA, ou diagramme de cause à effet, est une représentation structurée de toutes les causes qui conduisent à une situation. Son intérêt est de permettre aux membres d'un groupe d'avoir une vision partagée et précise des causes possibles d'une situation. Le schéma comprend les facteurs causaux identifiés et catégorisés selon la règle des " 7 M ". la matière, ou les matériaux (de manière générale ce sur quoi on agit dans la situation… il s'agit parfois des élèves !) Cet outil provient du domaine industriel et des démarches qualité. Pour pouvoir identifier marges de manœuvre et possibilités d'évolution, il est nécessaire de considérer les causes négatives (qu'est-ce qui crée ou renforce le problème) et les causes positives (qu'est-ce qui freine le problème et peut être support d'évolution). Les avantages de cet outil sont de : Il présente aussi des inconvénients : Exemple d'utilisation pour étudier, dans un établissement, les causes possibles du chahut des élèves :

Diagramme de causes et effets Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le diagramme de causes et effets, ou diagramme d'Ishikawa, ou diagramme en arêtes de poisson ou encore 5M, est un outil développé par Kaoru Ishikawa en 1962[1] et servant dans la gestion de la qualité. Description et fonctions[modifier | modifier le code] Ce diagramme représente de façon graphique les causes aboutissant à un effet. Il peut être utilisé comme outil de modération d'un remue-méninges et comme outil de visualisation synthétique et de communication des causes identifiées. Il peut être utilisé dans le cadre de recherche de cause d'un problème ou d'identification et gestion des risques lors de la mise en place d'un projet. Ce diagramme se structure habituellement autour du concept des 5 M. Chaque branche reçoit d'autres causes ou catégories hiérarchisées selon leur niveau de détail. Le positionnement des causes met en évidence les causes les plus directes en les plaçant les plus proches de l'arête centrale. ↑ (en) Matthew A.

Comment appliquer le diagramme d’Ishikawa à la gestion de projet? Connaissez-vous le diagramme de causes et effets appelé aussi diagramme d’Ishikawa ou encore diagramme en arêtes de poisson ou bien de manière plus courte le diagramme 5M? Il s’agit d’un outil conçu par Kaoru Ishikawa (1915 – 1989). Ishikawa était un ingénieur japonais qui a travaillé pour Nissan et qui fit partie de la Juse, l’Organisation des ingénieurs et des scientifiques japonais dans laquelle se retrouvaient pour échanger leurs idées de grands noms de la gestion de la qualité tels que Deming, Taguchi ou encore Juran. A quoi sert le diagramme d’Ishikawa? Le diagramme d’Ishikawa permet d’analyser les grandes catégories de causes pour parvenir à un effet particulier. Il est particulièrement bien adapté à la gestion des risques qui fait partie de la gestion du projet. Les catégories de causes commencent toutes par la lettre M, ce qui permet de les mémoriser facilement : Comment construire votre diagramme d’Ishikawa? Machines : Nombre d’imprimantes et de serveurs insuffisants Claire Cornic

Diagramme de causes et effets Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Diagramme de causes et effets, ou diagramme d'Ishikawa, ou diagramme en arêtes de poisson ou encore 5M, est un outil développé par Kaoru Ishikawa en 1962[1] et servant dans la gestion de la qualité. Description et fonctions[modifier | modifier le code] Ce diagramme représente de façon graphique les causes aboutissant à un effet. Il peut être utilisé comme outil de modération d'un remue-méninges et comme outil de visualisation synthétique et de communication des causes identifiées. Il peut être utilisé dans le cadre de recherche de cause d'un problème ou d'identification et gestion des risques lors de la mise en place d'un projet. Ce diagramme se structure habituellement autour du concept des 5 M. Chaque branche reçoit d'autres causes ou catégories hiérarchisées selon leur niveau de détail. Le positionnement des causes met en évidence les causes les plus directes en les plaçant les plus proches de l'arête centrale. ↑ (en) Matthew A.

Diagramme de GANTT, suivez le guide de la planification projet ! Diagramme de cause-effets Présentation Ce diagramme, sous l'aspect d'une arête de poisson, est composé d'un tronc principal au bout duquel est indiqué l'effet étudié et de 5 branches correspondant à 5 familles de causes : Main d'oeuvre, (Connaissances, compétences, comportement, organisation del'équipe de travail...) Milieu, (Environnement de réalisation de la tâche :température, luminosité, humidité, pression, ambiance...) Les noms des différentes famille pourront être adapté aux différentes situations de résolution de problèmes. Etapes Pour construire le diagramme , les étapes suivantes devront être menées : 1. Utilisez la méthode QQOQCP. 2. Utilisez la méthode Brainstorming. 3. Main d'oeuvre Milieu, Matière Méthode Moyens 4. (Exemple : on considère l'axe méthode, on vérifie que les causes déjà présentes sont pertinentes et on comlplète le diqgramme si de nouvelles idées apparaissent) 5. Cette étape peut évenutuelement se faire par un vote et on pourra utiliser la table suivante : 6. 7.

Arbre de problèmes 3. Comment construire un arbre à problèmes 3.1 Pré-requis Le processus d’analyse d’une situation problématique et construction d’un arbre à problèmes passe normalement par huit étapes. Idéalement la création d'un arbre à problèmes devrait être un évènement participatif, conduit par un animateur. 3.2 Ressources Les ressources de départ peuvent comprendre : mur, tableau blanc ou feuilles de flip-chart, pour y accrocher les problèmes, post-it, feuilles de papier ou de carton pour y inscrire chacun des problèmes, feutres, papier collant, ficelle. Pour la dernière étape, il est intéressant d’avoir un appareil photographique et d’utiliser un logiciel de dessin graphique tel que yEd, Visio ou autre. 3.3 Déroulement Etape 1: Le but de la première étape est de réfléchir aux problèmes que les parties prenantes considèrent comme une priorité. Etape 2: Choisir un problème de démarrage ou central parmi ceux détectés pendant l'exercice de réflexion approfondie. 4. 5.

DIAGRAMME ISHIKAWA Diagramme de Gantt Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Gantt. Le diagramme de Gantt (Harmonogram Adamieckiego[1]) est un outil utilisé (souvent en complément d'un réseau PERT) en ordonnancement et en gestion de projet et permettant de visualiser dans le temps les diverses tâches composant un projet. Il s'agit d'une représentation d'un graphe connexe, valué et orienté, qui permet de représenter graphiquement l'avancement du projet. Le premier diagramme de ce type (appelé Harmonogram Adamieckiego) fut réalisé par l'ingénieur polonais Karol Adamiecki en 1896. Enjeux du diagramme de Gantt[modifier | modifier le code] Cet outil répond à deux objectifs : planifier de façon optimale ainsi que communiquer sur le planning établi et les choix qu'il impose. de déterminer les dates de réalisation d'un projet ;d'identifier les marges existantes sur certaines tâches ;de visualiser d'un seul coup d'œil le retard ou l'avancement des travaux. Voir aussi[modifier | modifier le code]

Cadre logique 2 Mise en oeuvre 2.1 Ressources Pour procéder à une approche par cadre logique et élaborer la matrice selon les indications ci-dessous, il importe de disposer de l'ensemble des informations liées au projet envisagé. Et prendre du temps, quitte à y revenir à plusieurs reprises pour compléter, corriger les différents éléments. Les hypothèses doivent être examinées avec attention de manière à vérifier que le projet vise juste, que ses objectifs spécifiques et globaux répondent effectivement à des besoins. Le cadre logique est normalement complété par les documents suivants : Liste des livrable (qui permettent d’obtenir les résultats) ; Liste des blocs/paquets de travail ; Liste des activités ; Echéancier des activités dans le temps – diagramme de Gantt ; Liste des ressources (humaines, matérielles et prestations externes) ; Budget financier du projet ; Autres jugés nécessaires. 2.2 Construction du cadre logique 2.2.1 Séquence générale de construction La logique est la suivante : 3. 4.

METHODE DES QUESTIONS CLES : CQQCOQP

Related: