background preloader

Enseigner la littérature : Un défi culturel et politique dans le monde

Enseigner la littérature : Un défi culturel et politique dans le monde
"C'est l'enseignement le plus politique qui puisse exister". Emmanuel Fraisse, professeur à Paris III, démontre cette affirmation dans le numéro 61 de la Revue internationale d'éducation de Sèvres consacré à "Enseignement et littérature dans le monde". S'appuyant sur des analyses de cet enseignement aux Etats-Unis, en Russie, en Chine, au Danemark, à Haïti, au Sénégal, au Québec et en France, E. Fraisse montre que partout l'enseignement de la littérature est un défi, une lutte entre culture nationale et ouverture, entre tradition intellectuelle et utilité, entre crainte et renouveau. Spécialiste des questions comparatistes en éducation, la Revue internationale d'éducation de Sèvres s'attaque à un objet totalement nouveau avec ce numéro 61 : il s'agit de comparer un enseignement avec ses contenus et ses exercices dans des pays extrêmement différents, au-delà de la sphère classique de l'OCDE. De ce voyage, Emmanuel Fraisse ramène quelques certitudes. Related:  Epistémologie de la discipline Français

Une passion pour la littérature suffit-elle pour être professeur de français ? Dans un contexte de « crise des vocations » manifeste depuis plusieurs années – en 2013 on dénombre 108 candidats admissibles pour 200 postes au Capes de lettres classiques –, le ministère de l’Éducation nationale a ouvert sur son site un espace de dialogue à l’usage des candidats potentiels aux concours de recrutement. Des réponses lapidaires sont données aux questions les plus fréquemment posées par ceux qui envisagent une carrière d’enseignant. L’une de celles-ci a particulièrement retenu l’attention de l’École des lettres : Une passion pour la littérature suffit-elle pour être professeur de français ? « L’École des lettres » publie depuis des dizaines d’années des études littéraires et des comptes rendus d’expériences pédagogiques qui contribuent à renouveler la discipline et apportent un soutien précieux aux nouveaux enseignants. courrier@ecoledeslettres.fr Premières contributions • Pascal Caglar – Étrange question. Veut-on que n’importe qui enseigne n’importe quoi ?

ACEF - Accueil Amélioration du français - Accueil Français : Un enseignement bloqué par le conservatisme social ? Qu'est ce qui ne va pas dans l'enseignement du français ? Depuis PISA 2009, on sait que les résultats des jeunes Français ne sont pas fameux. En lecture, 20% des élèves sont en échec scolaire c'est à dire au niveau 1 (le plus faible) dont 8% au niveau 1b et en dessous. C'est plus que la moyenne de l'OCDE qui se tient à 6% aux niveaux 1b et en dessous. Jean-Paul Bronckart, professeur à l'université de Genève, dresse pour le Café une sorte de bilan de l'enseignement du français. Votre analyse de l'enseignement du français sépare nettement l'enseignement de la grammaire de celui de l'expression. Je suis engagé dans la rénovation de l'enseignement grammatical depuis les années 1980. Pour vous cela résulte de résistances sociales ? Il y avait un système notionnel hérité de concepts des années 1930 avec par exemple le complément d'objet direct. Suite à ces résistances il y a eu des replis opportunistes, des retours en arrière, du mixte, bref c'est n'importe quoi. Ce travail n'est pas fait ?

Meilleurs lecteurs à 15 ans, plus instruits et plus riches à 25 ans Audrey Miller, publié le 15 janvier 2013 Une étude récente montre que les jeunes qui affichaient des niveaux supérieurs de compétence en lecture à 15 ans avaient des niveaux plus élevés de scolarité et de revenu à l’âge de 25 ans que ceux des jeunes dont les niveaux de compétence étaient plus faibles. Cette analyse, partie intégrante de l’Enquête auprès des jeunes en transition, vise à cerner les différences dans les parcours de vie qui sont associées aux niveaux de compétence en lecture à 15 ans. On découvre ainsi une relation claire entre le niveau de compétence en lecture à 15 ans et le plus haut niveau de scolarité atteint 10 ans plus tard. On note aussi un écart global de 10 % entre le revenu annuel moyen des jeunes les plus faibles en lecture à 15 ans et celui des plus forts, s’élevant respectivement à 39 902 $ et 44 155 $ en 2009. Pour en savoir plus, consultez le communiqué de Statistique Canada. À propos de l'auteur Audrey Miller Pour suivre l'auteur :

VERBES - Conjugaison française Les apprentissages l mentaires : lire, crire, compter Les Apprentissages élémentaires : lire, écrire, compter Anne-Marie ChartierChercheur associé : Jean Hébrard (EHESS/CRBC) Il serait utile de comparer des corpus sur les pratiques de lecture communes ou spécifiques aux deux enseignements, aux mêmes dates. Publications : Chartier (Anne-Marie) et Hébrard (Jean), Discours sur la lecture 1880-1980, Paris, BPI-Centre Georges Pompidou, 1989, 532 p. Hébrard (Jean) La scolarisation des savoirs élémentaires à l'époque moderne, Histoire de l'éducation, 38, mai 1988, pp. 7-57. Chartier (Anne-Marie) et Hébrard (Jean), "La préhistoire d'une discipline scolaire : l'écriture", Décrire l'écrire, sous la direction de Jacques Fijalkow, Toulouse, Presse de l'Université Toulouse-le-Mirail et CRDP, 1990, pp. 17-32. Chartier (Anne-Marie) et Hébrard (Jean), "Pratiques d'écriture : un éclairage historique", Ecrire et faire écrire, Actes de l'Université d'été, ENS Saint-Cloud, Octobre 1991, coordonnés par C.

Carrefour éducation Mercredi, 9 janvier, 2013 - 14:20 - Association pour la création littéraire chez les jeunes Premier bulletin de la nouvelle année de l'Association pour la Création Littéraire chez les Jeunes (ACLJ). On y rappelle l'approche et la mission de l'Association. L'association s’adresse à toute personne ou organisme sensible à une approche éducative non traditionnelle, fondée sur des liens intergénérationnels et multiculturels destinée aux jeunes dont le français est la langue principale ou seconde. Le processus de cette approche est d’abord basé sur la mise en valeur, en français, de la réalisation des projets des jeunes en lecture et en écriture accompagnés de leurs illustrations, dans lesquels ils pourront se reconnaître et partager leurs œuvres avec les francophones et les francophiles que l’ACLJ rejoint grâce à son réseau de collaborateurs dans plus de vingt pays. Ce mois-ci les sujets du bulletin sont : Pour consulter l'ensemble du bulletin, suivez ce lien

Enseignement/Apprentissage de la Prononciation du Français La lecture et la production d' crit entre primaire et secondaire La lecture et la production d'écrit entre primaire et secondaire Anne-Marie ChartierChercheur associé : Jean Hébrard (EHESS/CRBC) soit au contraire pour adopter des visées communes, assurer la continuité d'un corpus de référence (corpus classique adapté pour le primaire, littérature de jeunesse indtroduite dans le secondaire), voire s'emprunter des exercices et des modalités scolaires de la lecture et de la production d'écrit. Un dépouillement de revue, sur les Cahiers Pédagogiques, de 1947 à 1970, a retracé les transformations de la lecture littéraire pendant la massification du second degré. Publications : Chartier (Anne-Marie) et Hébrard (Jean), Discours sur la lecture 1880-1980, Paris, BPI-Centre Georges Pompidou, 1989, 532 p. Chartier (Anne-Marie), "De nouvelles définitions du lire", Histoire des Bibliothèques françaises, Vol 4, Les Bibliothèques du XXe siècle, 1914-1990, sous la direction de Martine Poulain, Paris, 1992, Éditions Promodis-Cercle de la Librairie, pp 511-525.

Journalistes en herbe : Raconter un pays francophone et enrichir ses compétences La conjugaison de la semaine de la presse avec le numérique donne naissance à de multiples initiatives pour stimuler le goût d’écrire, de partager. Le projet des « journalistes en herbe » propose à des classes de découvrir chaque année un pays francophone . Après le Laos, le Mali, le Sénégal et Haïti, la Tunisie est cette année la destination choisie. Est-ce que vous pouvez rappeler les principes de « Journalistes en herbe » Depuis plusieurs années, l’association Le retour de Zalumée propose une correspondance via Internet entre des élèves français et un journaliste en reportage dans un pays de la francophonie. Pouvez vous nous présenter votre association et ce qui a motivé sa création et le projet ? Journalistes en herbe est né du désir d’un reporter de faire partager à des élèves sa curiosité pour le monde et la joie de ses aventures en profitant des possibilités offertes par l’univers numérique. Cette année, le thème porte sur la révolution tunisienne, pourquoi ce thème ? Des articles

Related: