background preloader

Suffit-il de suivre des cours en ligne pour apprendre

Suffit-il de suivre des cours en ligne pour apprendre
Liminaire : Ce texte termine l’année 2012. Il est certes un peu long, mais surtout il mérite des enrichissements… au plaisir de vous lire… en 2013 Le développement de iTunesU incorporé à IOS6 sur iPad, celui de iBooks Author et celui de Course Builder qui viennent d’apparaître, laissent entrevoir une question qui n’est pas non plus souvent explicitée dans de nombreux projets de mise en ligne de cours. Suffit-il de suivre ces cours pour apprendre ? Cette question qui semblera naïve à nombre de lecteurs est pourtant récurrente au cours des cinquante dernières années, dès lors que la technologie a été utilisée pour des fins d’enseignement. Un récent article du journal les échos ( renvoie à cette idée du développement de cours en ligne ce que le ministère semble penser. Il semble bien que l’on n’ait pas bien réfléchit à plusieurs question dont la plus importante est celle des compétences pour apprendre dans un tel contexte etc ‘est celle sur laquelle nous terminerons ce propos

http://www.brunodevauchelle.com/blog/?p=1278

Related:  FormationsEnseignement

Nouvelles pédagogies : redonner le plaisir d’apprendre Lorsqu’il présente sa nouvelle école de management, France Business School (réunion des ESC Amiens, Brest, Clermont-Ferrand et de l’Escem Tours-Poitiers) Patrick Molle, son directeur, insiste moins sur les stratégies, l’international, le recrutement que sur « la nécessité de donner le plaisir d’apprendre » à ses élèves. « Il faut donner un côté ludique aux apprentissages », insiste-t-il encore avant d’enfoncer le clou : « Transmettre le savoir n’est pas le métier principal de l’enseignant ». Stupeur dans la salle. Mais quel est ce métier alors ? « La pédagogie est un domaine trop souvent passé sous silence à l’université alors que l’accompagnement des étudiants est aussi un véritable enjeu pédagogique », explique de son côté Jean-Luc Vayssière, président de l’université Versailles Saint-Quentin, sur son blog. Le campus de Poitiers de France Business School Échanger, discuter, en finir avec la passivité des élèves

PNF Lettres : 3 La refondation du français à l'ère du numérique Mercredi 21 novembre 2012, le séminaire PNF Lettres s'est déplacé au Centre National des Arts et Métiers pour déplacer lui-même ses réflexions sur le terrain de la pédagogie : comment le numérique peut-il aider à revitaliser l'apprentissage d'une matière, le français, fragilisée par la disparition d'une civilisation, celle du livre ? Des ateliers pédagogiques ont notamment permis de saisir combien certains enseignants explorent, en simultané et parfois en collaboration avec les penseurs et les écrivains, les voies nouvelles de la lecture-écriture-publication : ses nouveaux lieux (les réseaux sociaux, les œuvres numériques ...), ses nouvelles modalités (l'écriture collective, la lecture interactive... ), ses nouvelles postures (par exemple le devenir auteur du lecteur), ses nouveaux gestes (couper, copier, coller, relier…), ses nouvelles potentialités (mettre la créativité au cœur de l'école pour inviter l'élève à devenir comme poète de lui même). Ateliers pédagogiques

L’e-learning est-il mort ? Entreprise / Emploi L’e-learning, défini par la Commission européenne comme étant "l’utilisation des nouvelles technologies multimédias et de l’Internet pour améliorer la qualité de l’apprentissage en facilitant l’accès à des ressources et des services, ainsi que les échanges et la collaboration à distance", s’est largement répandu dans l’enseignement et le monde professionnel depuis l’aube des années 2000. Aujourd’hui, de nouveaux concepts apparaissent et jalonnent les articles de recherche, conférences et autres rencontres d’experts technopédagogiques. Plutôt que de e-learning, on parlera alors de social learning. Le développement des équipements mobiles (cellulaires, ordinateurs portables, clés 3G, tablettes, Smartphones) permet des accès nomades à Internet, ce qui modifie profondément l’environnement d’apprentissage, la salle de cours disparaissant au profit de n’importe quel espace physique (bureau, salon, chambre, bus, train, avion ou tout endroit public ou privé).

Carl Rogers Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Rogers. Carl Rogers Le Mobile Learning un apprentissage nomade Je trouve que le Mobile Learning est une modalité pédagogique très intéressante pour la formation professionnelle et le monde l’éducation. En effet d’un coté vous avez une formation à distance diffusée via des supports de type tablettes et smartphones et de l’autre des apprenants qui suivent leur formation de n’importe quel lieu via un appareil mobile. Le Mobile Learning donne à la fois une flexibilité et une accessibilité à la formation tout en étant un complément aux autres modalités Elearning et Blended learning. Pour illustrer cette réflexion je vous recommande de visionner les conférences des dernières rencontres bretonnes TICE et du Elearning 2012 qui avaient pour thématiques l’apprentissage des langues en ligne et l’apprentissage en situation de mobilité.

Les 7 clés de la mémoire Comment retenir ? Comment mémoriser son cours en vue des examens ? Comment retenir des listes de chiffres ou de noms ? Au-delà des techniques mnémotechniques – que j’aborderai dans d’autres billets – il y a quelques principes à pratiquer d’urgence pour favoriser une bonne mémoire. J’en ai illustré 7 sur cette carte heuristique. Ils ne feront pas de vous des champions de la mémoire. Connectivisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sugata Mitra a mené une étude durant dix ans et démontre que les enfants sont capables d'apprendre (de coapprendre), seuls, sans professeur, c'est-à-dire par eux-mêmes avec un ordinateur, internet et/ou des supports de cours. Il conclut que l'éducation est un système qui s'auto-organise et où l'apprentissage est le phénomène émergent[2],[3].

Les tendances qui rythmeront la formation professionnelle en 2013 Le marché de la formation professionnelle vit actuellement de grands changements et le contexte économique est fortement perturbé. CSP Formation, troisième organisme de formation professionnelle en France, revient sur les facteurs qui donnent un nouvel horizon au marché.Dans cette période incertaine, la nécessité du retour aux sources – back to basics - n’est plus à prouver. CSP Formation note ainsi un engouement pour les formations "management de proximité", "audit" ou encore "pilotage des prestataires".Les formations liées au management des risques, à la pénibilité au travail, au stress et aux risques psychosociaux ont également le vent en poupe !

Comment redresser la position de la France dans le classement Pisa (...) Temps long. Temps d’éducation... « C’est long de faire un enfant. » C’est sur cette formule de Christian Forestier que s’est ouverte la conférence organisée jeudi 13 décembre par l’institut Aspen, à l’Institut français de la mode, « Comment redresser la position de la France dans le classement Pisa ? » Deux tables rondes et un débat ont longuement donné la parole à nos intervenants dont on peut retenir des idées fortes. Christian Forestier rappelle que d’après Pisa (école et collège) 2000 nous avions 15 % de mauvais lecteurs. En 2009 on est à 19 %... Désapprendre, apprendre à apprendre: les objectifs éducatifs du XXIème siècle ? Réunis à la conférence La French touch de l'éducation organisée par Leeaarn le 28 mai dernier, les professionnels de l'innovation éducative avaient un peu le sentiment d'être aux avant-garde d'une révolution. Et on les comprend : de l'explosion des cours en ligne à l'arrivée des classes virtuelles en passant par la gamification, les technologies éducatives n'avaient jamais porté autant de promesses. Des enseignants innovants au spécialiste des politiques éducatives qu'est Gilles Babinet, en passant par des chercheurs et de jeunes entrepreneurs comme les fondateurs de Carpe Dièse, tous sont venus partager leur vision de l'éducation avec un constat assez univoque : il est temps que le système éducatif s'ouvre aux opportunités nouvelles offertes par la révolution numérique.

Cours en ligne ouvert et massif Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour l’article homophone, voir Mook. Un cours en ligne ouvert et massif[1],[2] (CLOM[3]), également appelé cours en ligne ouvert à tous ou simplement cours en ligne (termes officiels recommandés par la Commission générale de terminologie[3]) ou encore cours en ligne ouvert aux masses[4] ; en anglais : massive open online course, dont le sigle MOOC est également utilisé dans les sources francophones), constitue un exemple de formation ouverte et à distance en télé-enseignement.

J'enseigne moins, ils apprennent mieux ... I teach less, they learn better Des lecteurs de ce Blog m’ont demandé de présenter un dispositif concret où je mets en action les cinq facettes de mon modèle d’apprentissage ou encore l’intégration des compétences dans l’enseignement … Voici une présentation de l’un de mes cours, un dispositif hybride dans lequel je mets en pratique ces idées (une version antérieure de cette présentation a été publiée dans notre journal « Résonances » de janvier 2011). Je l’ai écrite sous la forme d’une interview … que je me fais à moi-même … une opération de réflexivité ! La rédaction : Marcel Lebrun, on vous connaît comme conseiller « technopédagogique » à l’IPM, moins comme enseignant. Même si on peut le deviner, qu’enseignez-vous au juste ? Marcel Lebrun : Et bien oui, outre mon travail à l’IPM, je donne des cours de technologies pour la formation, l’enseignement et l’apprentissage, des cours finalement assez éloignés de la préoccupation instrumentaliste. R : Et vos publics ?

Pourquoi les jeunes n’aiment plus les livres. La culture expliquée à Finkielkraut Le duel Alain Finkielkraut/Michel Serres (“Répliques” du 8 décembre) a suscité des réactions de sympathie dans mon cercle d’amis. Résistant à la paranoïa décliniste de l’animateur de France Culture, le vieux philosophe s’est tenu ferme au schéma des Anciens et des Modernes. Obligeant son hôte à endosser le costume du “grand-papa ronchon”, Serres n’a pas hésité à lui balancer in fine une bombe à fragmentation: tout le raffinement intellectuel de la nation la plus cultivée du monde n’a pas empêché l’Allemagne de sombrer dans la barbarie nazie… Au delà d’un échange qui doit toute sa saveur au respect imposé de force au plus jeune par les titres du plus ancien, on peut préciser la réponse à la question initiale posée par Finkielkraut, en substance: pourquoi les jeunes n’aiment-ils plus les livres (mais les jeux vidéos et internet)? Qu’est-ce qui donne envie d’un produit culturel? La qualité de l’œuvre n’est qu’un facteur secondaire.

Related: