background preloader

Vitesse supraluminique

Vitesse supraluminique
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une vitesse supraluminique (superluminal en anglais) désigne une vitesse supérieure à la vitesse de la lumière. Ce terme peut désigner plusieurs phénomènes (le dépassement de la vitesse de la lumière dans le vide ne crée de problèmes théoriques qu'à partir de la découverte de la relativité restreinte) : Historique[modifier | modifier le code] En l'an 50 avant notre ère, Lucrèce semble être le premier auteur à évoquer des vitesses supraluminiques pour des particules, suivant sa conception de la matière et de la lumière[3]. Galilée aurait essayé de mesurer la vitesse de la lumière, sans succès étant donné les moyens dont il disposait[4]. Diagramme de composition des vitesses relativistes. Dès 1907, Arnold Sommerfeld relevait la possibilité de vitesses de groupes supérieures à c dans la théorie maxwellienne de l'électromagnétisme. En physique des particules[modifier | modifier le code] Tachyons[modifier | modifier le code] . Galaxie NGC 4261. Related:  PHYSIQUE

Intrication quantique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Historique[modifier | modifier le code] Le caractère surprenant des états intriqués a pour la première fois été souligné par Einstein, Podolsky et Rosen dans un article de 1935 qui tentait de montrer que la mécanique quantique était incomplète. Dans cet article, les auteurs décrivent une expérience de pensée qui restera connue comme le paradoxe EPR. Définition[modifier | modifier le code] Il est plus aisé de définir ce qu'est un état non intriqué, ou séparable, que de définir directement ce qu'est un état intriqué. État pur[modifier | modifier le code] Dans le cas où le système global {S1+S2} peut être décrit par un vecteur d'état, son état est un vecteur de l'espace de Hilbert . Ces états sont appelés états séparables ou factorisables. , qui n'est pas altéré par les mesures effectuées sur S2. Un état intriqué est par définition un état non séparable, qui s'écrit en général sous la forme C'est donc une superposition d'états d'un système biparti. .

Épisiotomie Épisiotomie médio-latérale. L'épisiotomie est un acte chirurgical consistant à ouvrir le périnée au moment de l'accouchement afin de laisser passer l'enfant. Cette incision a idéalement pour but de sectionner le muscle élévateur de l'anus. La pratique de l'épisiotomie est un geste prophylactique utilisé depuis le XVIIIe siècle et qui reste actuellement assez largement répandu, particulièrement en France, bien que son utilité soit très discutée. Les bénéfices supposés de ce geste sont discutés par la recherche scientifique depuis plusieurs décennies. Statistiques[modifier | modifier le code] Les taux d'épisiotomies sont d'environ 13 % au Royaume-Uni et moins de 6 % en Suède[2]. Les bénéfices anciennement espérés de l'épisiotomie[modifier | modifier le code] L'épisiotomie était censée prévenir des déchirures graves du périnée. De même, on pratiquait l'épisiotomie en espérant diminuer les incontinences urinaires ou fécales. Types d'épisiotomie[modifier | modifier le code] Portail de la médecine

La lévitation des supraconducteurs : l’effet Meissner On fête cette année les 100 ans de la découverte de la supraconductivité. Cet anniversaire est l’occasion de voir un peu partout cette merveilleuse expérience où un aimant lévite au dessus d’un supraconducteur. Je me suis souvent demandé en quoi le fait de conduire le courant sans résistance était responsable de ce phénomène de lévitation. Je ne l’ai appris que bien plus tard, et la réponse est : en rien ! Dans ce billet, je vais tenter de faire un peu la lumière sur ces phénomènes, et montrer en quoi une résistance électrique nulle n’est ni nécessaire ni suffisante pour léviter dans un champ magnétique. Qu’est-ce qu’un conducteur électrique parfait ? Commençons par les classiques : on sait que dans un conducteur électrique, l’intensité et la tension sont reliées par la loi d’Ohm I = U/R. Un conducteur parfait, c’est un matériau dont la résistance électrique est nulle. La chute libre Si on écrit la loi du mouvement ("masse x accélération = somme des forces"), on obtient . L’effet Meissner

Haplogroupe R1b En génétique humaine, l'haplogroupe R1b (R-M343) est un haplogroupe du chromosome Y qui serait apparu il y a plus de 25 000 ans. Cet haplogroupe se compose de trois principaux sous-clades, R1b-M269, très fréquent en Europe de l'Ouest, R1b-V88 qui se retrouve surtout dans certaines parties de l'Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient et R1b-M73 qui se rencontre en Asie du sud et de l'ouest. Ces sous-groupes partagent un ancêtre paternel commun qui aurait vécu il y a environ 15 000 ans. La fréquence la plus élevée de R1-M73 a été trouvée dans la République de Bachkirie (55 %). Aire de répartition de l'haplogroupe R1b en Europe Origine[modifier | modifier le code] L'âge de R1 a été estimé par Tatiana Karafet et al. (2008) entre 12 500 et 25 700 ans avant notre époque, et son apparition s'est probablement produite il y a environ 18 500 ans. Les restes humains les plus anciens porteurs de R1b se retrouvent dans les sites ou individus suivants : Dispersion en Europe[modifier | modifier le code]

Spin Spin is the amount of rotation an object has, taking into account its mass and shape. This is also known as an object’s angular momentum. All objects have some amount of angular momentum. A spinning coin has a little angular momentum; the moon orbiting the earth has a lot. Like energy, angular momentum is a conserved quantity: The total amount is constant, though it can flow from one object to another. Particles, as far as we know, are infinitesimal points of zero size. The angular momentum, or spin, of a single particle is restricted in strange ways. Though particle spins are tiny, they have an impact on our everyday world. It is a fortunate accident of biology that humans have as many eyes as photons have spin states.

Digérer le lait conférait un fort avantage évolutif La capacité à digérer le lactose à l'âge adulte, commune en Europe du Nord et de l'Ouest, a plus fortement modelé l'humanité qu'on ne l'imagine. L'anthropologue généticienne Laure Ségurel, co-autrice d'une publication sur le sujet dans la revue PLoS Biology, a raconté à Sciences et Avenir cette belle histoire inscrite dans l'évolution de notre espèce. Il y a 6.000 ans arrivait en Europe la capacité à digérer le lait Elle débute il y a 10.000 ans, au début du Néolithique, lorsque certaines populations commencent à domestiquer des plantes et des animaux. Cette transition vers l'agriculture est progressive et ne se fait pas partout. Il y a 8.500 ans, les premiers agriculteurs du Croissant Fertile, au Proche-Orient, envahissent l'Europe et remplacent en partie sa population de chasseurs-cueilleurs. C'est du moins ce que supposent les scientifiques, capables depuis 2010 seulement de récupérer et d'analyser de grandes quantités d'ADN d'anciens restes osseux. D’où venait le "patient zéro" ?

Photon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le photon est la particule associée aux ondes électromagnétiques, des ondes radio aux rayons gamma en passant par la lumière visible. L'idée d'une quantification de l'énergie transportée par la lumière a été développée par Albert Einstein en 1905, à partir de l'étude du rayonnement du corps noir par Max Planck, pour expliquer des observations expérimentales qui ne pouvaient être comprises dans le cadre d’un modèle ondulatoire classique de la lumière, mais aussi par souci de cohérence théorique entre la physique statistique et la physique ondulatoire[4]. L'émergence de la mécanique quantique fera de ce quanta d'énergie une particule à part entière. Les photons sont des « paquets » d’énergie élémentaires, ou quanta de rayonnement électromagnétique, qui sont échangés lors de l’absorption ou de l’émission de lumière par la matière. Enfin, en physique des particules, le photon est la particule médiatrice de l’interaction électromagnétique.

Eugène Antoniadi Eugène AntoniadiΕυγένιος Αντωνιάδης Compléments Eugène Michel Antoniadi, de son nom de naissance Eugenios Mihail Antoniadis[2] (Ευγένιος Μιχαήλ Αντωνιάδης), aussi appelé Eugène Michael Antoniadi ou, de façon erronée, Eugène Marie Antoniadi, né le 1er mars 1870 à Constantinople et mort à 73 ans le 10 février 1944 à Paris, est un astronome français d'origine grecque. Biographie[modifier | modifier le code] Né dans une famille grecque de Constantinople (qui deviendra Istanbul en 1930), Eugène Antoniadi commence des études en architecture mais se passionne très vite pour l'astronomie ; il réalise des croquis de la voûte céleste particulièrement précis à l'aide d'une lunette de 75 mm de focale, puis d'une autre de 108 mm. En 1902, il se brouille avec Flammarion, quitte la Société astronomique de France, se rend en Angleterre, puis part en Turquie. En 1927, il est fait chevalier de la Légion d'honneur pour « services rendus à la France en période de guerre ». Écrits[modifier | modifier le code]

Quark Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Description[modifier | modifier le code] La théorie des quarks a été formulée par le physicien Murray Gell-Mann, qui s'est vu attribuer le prix Nobel de physique en 1969. Le terme "quark" provient d'une phrase du roman Finnegans Wake de James Joyce : « Three Quarks for Muster Mark ! Propriétés[modifier | modifier le code] Parenthèse historique[modifier | modifier le code] Originellement, les noms des quarks b (bottom, « tout en bas ») et t (top, « tout en haut »), ont été choisis par analogie avec ceux des quarks u (up, « vers le haut ») et d (down, « vers le bas »). Couleur[modifier | modifier le code] Les quarks possèdent également un autre nombre quantique que l'on a nommé charge de couleur. La couleur ici est une analogie qui rend compte du fait que l'on n'observe jamais de quark seul. Cette interaction « de couleur » est de type tripolaire, alors que l'interaction électromagnétique est dipolaire (+ et -). Notes[modifier | modifier le code]

Loi de Metcalfe Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les liens dans un réseau de 2, 5 puis 12 nœuds. La loi de Metcalfe est une loi théorique et empirique de l'effet de réseau énoncée par Robert Metcalfe (fondateur de la société 3Com et à l'origine du protocole Ethernet). L’utilité d’un réseau est proportionnelle au carré du nombre de ses utilisateurs. Cette loi s'appliquerait sous l'hypothèse d'homogéneité des noeuds du réseau, pouvant être constitué d'agents ou d'objets. Explications[modifier | modifier le code] La loi de Metcalfe explique les effets de réseau liés aux technologies de l'information, applicable à des réseaux comme Internet, les systèmes de réseautage social et le World Wide Web. nœuds est , fonction équivalente à pour tendant vers l'infini. Applications[modifier | modifier le code] La Loi de Metcalfe dit simplement que plus il y a d'utilisateurs dans un réseau, plus ce réseau aura de la valeur. Critiques[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

Related: