background preloader

La représentation figurée du prophète Muhammad

La représentation figurée du prophète Muhammad
L’islam et ses pratiques, pas plus que tout autre phénomène humain, n’échappent aux mutations au fil de l’histoire. La question de la représentation figurée en général, et de celle du prophète de l’islam en particulier, a été diversement tranchée selon les périodes et les milieux. Si elle a parfois déclenché des débats animés, elle ne semble pas avoir posé un problème majeur ou permanent aux croyants musulmans ni à leurs juristes (Naef 2004). Les polémiques récentes, parmi les plus vives qu’aient connues l’histoire, sont attisées par le fait que les images qui les ont déclenchées sont des caricatures ; elles alimentent l’idée fausse et essentialiste que, « de tout temps », l’islam aurait interdit la représentation de son prophète, voire toute représentation humaine. Illustration 1 : Muhammad reçoit la révélation de l’ange Gabriel. Illustration 2 : Muhammad, sous la forme d’un nimbe dorée (en haut à gauche de l’image), détruit les idoles de la Kaaba. Bibliographie

http://ifpo.hypotheses.org/4445

Related:  Représentations dans l'Islam du prophète Mahometcours de religionMoyen AgeL'image, une expression controverséelaïcité

Naissance de l’Islam. Dinosoria Mise au point sur le nom du Prophète En Occident, le Prophète est connu sous le nom de Mahomet. Cependant, il s'avère que le vrai nom est Mohammed qui signifie en arabe "Le loué, le béni, ou le digne". Je laisse d'ailleurs à Mr. Vic et Mr. Miftah qui gèrent le site myjanaty.com le soin de nous expliquer la véritable signification du nom du prophète. Racisme et antisémitisme, des chiffres inquiétants, par Dominique Vidal (Le Monde diplomatique, 17 avril 2015) «Le racisme, l’antisémitisme, la haine des musulmans, des étrangers, l’homophobie augmentent de manière insupportable dans notre pays », a martelé M. Manuel Valls alors qu’il présentait une série de mesures pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme, ce vendredi 17 avril. Deux semaines auparavant, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH (1)) publiait son rapport annuel, un document qui propose à la fois des statistiques et une enquête permettant d’appréhender l’évolution de ces phénomènes depuis 1990. Voir aussi notre dossier : « Attentats de Paris, l’onde de choc », Le Monde diplomatique, février 2015.Ces instruments ne prétendent certes pas à la perfection. Les statistiques du ministère de l’intérieur ne recensent que les plaintes déposées — elles ne le sont pas toutes, loin de là. Et un sondage, même avec un échantillon représentatif, des questions sérieusement préparées et des entretiens à domicile, reste un sondage.

Le Nom de la Rose pour étudier la vie dans un monastère Le Nom de la Rose : au fil de l’enquête, l’Histoire… Pour comprendre l’organisation de la vie dans un monastère et le rôle de l’Inquisition à l’époque médiévale, nous allons suivre le moine franciscain Guillaume de Baskerville au fil de son enquête dans une abbaye du Nord de l’Italie … Adapté du roman d’Umberto Ecco, ce film de Jean-Jacques Annaud est un thriller captivant, une œuvre majeure du cinéma européen. Le roman comporte toutefois selon le site Hérodote une erreur historique : Islam : l’interminable débat sur la représentation du prophète - Moyen-Orient En 1976, le cinéaste syrien Moustapha Akaad sort son film Mahomet, Le Messager de Dieu, avec Anthony Quinn. Dans ce long-métrage racontant la vie du prophète, le personnage de Mahomet n’est jamais représenté, pour ainsi « coller » à la tradition musulmane de non-représentation du prophète. « En islam, il y a un principe de base théologique, voire existentiel, témoigne l'ancien directeur du Centre de recherche sur l'islamisme et la radicalisation, le politologue d'origine iranienne, exilé au Danemark, Mehdi Mozaffari. Il y a un créateur, c’est Allah. Tous les êtres animés, humains et animaux, ne peuvent être représentés car ils sont une création d’Allah. S’ils sont peints à leur tour par un artiste, ils deviennent alors la création d’un autre créateur ».

Construire une pédagogie de la laïcité ? A la suite des attentats de Janvier 2015 le ministère de l'Education nationale a pris un certain nombre de décisions pour accompagner la mobilisation de l'école et de ses partenaires pour les valeurs de la République. Il s'agissait avant tout de mettre en place une formation des personnels sur la laïcité et les valeurs de la République étonnamment absente jusque là de la formation initiale et continue des personnels enseignants comme d'ailleurs de l'encadrement. Former des formateurs est donc un préalable. Torah, Bible, Coran S'appuyant sur un verset du Coran rejetant les statues des idoles et sur un hadîth accusant les faiseurs d'images de vouloir rivaliser avec Dieu, seul créateur et insuffleur de vie, certains théologiens musulmans ont condamné formellement la représentation des êtres animés. Cet interdit de la figuration, strictement appliqué pour le Coran et les ouvrages de hadîths ou de fiqh, a favorisé l'émergence des arts de la calligraphie et d'une ornementation fondée uniquement sur l'arabesque et la géométrie. Pourtant, des représentations figurées, parmi lesquelles on peut voir Muhammad, sa famille et les prophètes bibliques, ont existé dans d'autres genres littéraires, épopées, chroniques historiques, Qisas al-anbiyyâ' (Histoires des prophètes), particulièrement dans les mondes iranien, turc et indien. La représentation des personnages bibliques Trouve-t-on les personnages bibliques dans la tradition iconographique musulmane de l'art du livre ?

La tyrannie de la beauté La beauté est injuste. Elle crée des inégalités entre individus qui, bien que non dites, ont de très fortes implications sur le marché de l’amour ou sur celui du travail. Par Jean-François Dortier. On peut débattre sans fin de la beauté. La laideur, elle, est indiscutable. Dans Les Mots (1964), Jean-Paul Sartre se rappelle comme d’un véritable traumatisme le jour où, à l’âge de 7 ans, on lui a coupé les cheveux. «Selon une légende, une jeune fille vierge pouvait aider à capturer une licorne» Après un voyage au Japon, les six tapisseries dites de La Dame à la licorne, datées des années 1500 et souvent considérées comme la «Joconde» du musée de Cluny sont de retour dans celui-ci, à Paris. Chacune d’entre elles illustre un sens : le goût, l’ouïe, l’odorat, la vue, le toucher. Quant à la sixième, sur laquelle on trouve l’inscription «Mon seul désir», elle reste jusqu’ici mystérieuse. La tenture a été découverte en 1841 par Prosper Mérimée dans le château de Boussac, alors sous-préfecture de la Creuse. Elle entra immédiatement dans la légende grâce aux écrits de Georges Sand et Rainer Maria Rilke.

Related: