background preloader

Les USA sont-il encore une hyperpuissance ? Réponse

Les USA sont-il encore une hyperpuissance ? Réponse
VINGT ANS après la « Fin de l’histoire » [1], quelles nouvelles de l’ « Hyperpuissance » ? A l’instar de la trilogie des Mousquetaires de Dumas, le Vingt ans après de l’Amérique post- guerre froide (ou post-moderne si l’on préfère) nous a gratifié d’aventures rebondissantes qui nous incitent à dresser un bilan improbable de ces deux dernières décennies. A l’heure où se profile une élection présidentielle importante, cet inventaire devrait nous aider à mieux comprendre si l’Amérique aura dans l’avenir la volonté de s’engager activement dans les affaires de ce monde ou si, au contraire, elle renoncera à assumer les responsabilités qui lui incombent en tant que première puissance mondiale. Les Etats-Unis et le paradoxe de la puissance Dans le domaine du sport, on dit souvent qu’il est plus difficile de défendre un titre que de l’acquérir. Le cas des Etats-Unis est très particulier. Dans les faits, le peuple américain s’est montré à toutes les époques profondément isolationniste. . . . .

http://www.diploweb.com/Etats-Unis-Hyperpuissance-Vingt.html

Related:  Les Etats-Unis et le mondeTHÈME : LA PUISSANCE

Hubert Védrine - La gouvernance mondiale - Les Experts du Dessous des cartes À lire : « Comptes à rebours », Hubert Védrine. Prix de l’Essai L’Express 2018. Éditions Fayard, 2018. "Les Experts du Dessous des Cartes" proposent des vidéos courtes, précises et prédictives sur de grandes problématiques du monde contemporain, en donnant la parole à des spécialistes de géopolitique, chercheurs, analystes, anciens ministres, essayistes etc. qui s’engagent à répondre clairement à une question d’avenir : vivrons-nous la guerre des religions ? La catastrophe nucléaire peut-elle avoir lieu ? Histoire de la politique étrangère américaine - Thucydide.com La fondation des Etats-Unis s’est réalisée sur une base religieuse et idéaliste : les immigrants européens arrivant dans le « nouveau monde » voulaient y construire un état idéal, qui s’opposerait aux états belligérants et décadents de la vieille Europe. De là découlent deux caractéristiques essentielles et en partie contradictoires, nées aux XVIIè, XVIIIè et XIXè siècles qui guident encore aujourd’hui en grande partie les différents concepts de la politique étrangère américaine : - d’une part, les Etats-Unis ont développé une croyance en leur degré de perfection, ce qui les a amenés à concevoir l’idée d’une « destinée manifeste », c’est à dire d’une mission civilisatrice qui leur était dévolue pour propager leur modèle sur leur continent et au-delà (expansionnisme messianique). Alors que l’année 2000 avait vu l’arrivée au fauteuil de Président d’un homme élu majoritairement sur un programme de politique intérieure, quatre ans plus tard la nouvelle campagne présidentielle de George W.

Une audition « hostile » pour les dirigeants des GAFA - Le Monde - 30/07/2020 « Historique », « attendue », « inédite », l’audition des dirigeants des GAFA, Sundar Pichai (Alphabet, maison mère de Google), Tim Cook (Apple), Mark Zuckerberg (Facebook) et Jeff Bezos (Amazon) par la commission judiciaire de la Chambre des représentants à Washington, mercredi 29 juillet, a permis aux élus américains de les questionner, parfois avec rudesse, sur d’éventuels abus de position dominante, un travail inégalé depuis les années 90 et les accusations contre Microsoft. Lire aussi Une audition inédite pour les PDG de Google, Amazon, Facebook et Apple La séance qui a duré 5 h 30 heures s’est aussi révélée politique. Juges et parties

L'intervention des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale Contexte historique L’intervention des Américains Les Etats-Unis, qui avaient d’abord résolu de rester neutres, en 1914, sont entrés en guerre, le 6 avril 1917, aux côtés de l’Entente – France, Royaume-Uni, Russie – et de ses alliés – Belgique, Serbie, Japon, puis Italie, Roumanie, Portugal, Grèce et Chine. La « guerre sous-marine à outrance » décidée par les Allemands qui torpillent les navires commerciaux neutres et leurs intrigues au Mexique ont précipité les Américains dans l’autre camp.

Comment la très populaire appli chinoise TikTok se trouve prise en étau entre les Etats-Unis et la Chine TikTok ne sera pas un nouveau Huawei : contrairement au leader mondial des télécoms, soupçonné à l’étranger mais soutenu bec et ongles par Pékin, TikTok n’a pas le soutien de la Chine. Pire, alors que la maison mère, ByteDance, est forcée à vendre l’application pour qu’elle puisse continuer à fonctionner aux Etats-Unis, son fondateur est l’objet de vives critiques en Chine, où les nationalistes l’accusent d’être un traître à la patrie parce qu’il cherche à vendre plutôt que de tenir tête à l’administration de Trump. Ou comment la première start-up chinoise à rencontrer un vrai succès hors de ses frontières s’est retrouvée entre le marteau chinois et l’enclume américaine alors que le conflit entre les deux premières puissances mondiales s’envenime.

Chronologie des interventions américaines dans le monde Voici une chronologie non-exhaustive des différentes interventions impérialistes des États-Unis dans le monde depuis le Manifest Destiny de 1845. Une idéologie de colonisation, sous la présidence de James Polk, selon laquelle les États-Unis ont pour mission divine d’apporter la démocratie et la civilisation vers l’Ouest, sur les terres amérindiennes. Au début du XXème siècle, le président Théodore Roosevelt a repris le concept afin de justifier l’expansionnisme et l’interventionnisme des États-Unis hors de ses frontières quand les intérêts américains étaient menacés. Il déclara notamment : « Je crois que Dieu a présidé à la naissance de cette nation et que nous sommes choisis pour montrer la voie aux nations du monde dans leur marche sur les sentiers de la liberté. » 1846 : Mexique.

Le Monde - Août 2020 - Les universités américaines menacées de déclin Chaque année, le classement de Shanghaï célèbre un trompe-l’œil : la grandeur de l’université américaine. Comme bien des mystifications réussies, celle-ci repose sur un solide fond de vérité. La cinquantaine d’universités américaines qui émargent dans tous les top 100 mondiaux n’usurpent pas leur rang, de Harvard à Stanford, en passant par Columbia, Princeton, Yale ou Berkeley… Mais elles constituent l’exception qui confirme la règle.

Kartable Le 11 septembre 2001, les attentats à New York et Washington abasourdissent les Américains et le monde entier. Ces attentats sont revendiqués par Al-Qaïda, une organisation islamiste radicale dirigée par Ben Laden. George W. Bush parle de partir en "croisade" contre l'"axe du mal", dans lequel il intègre l'Afghanistan, l'Irak, la Corée du Nord et l'Iran. Les États-Unis réagissent rapidement et, en octobre 2001, dans le cadre d'un mandat onusien, une coalition dominée par les Américains envahit l'Afghanistan qui héberge Al-Qaïda.

Related: