background preloader

Outil 1 : Le diagramme d'Ishikawa

Outil 1 : Le diagramme d'Ishikawa
Le diagramme d'ISHIKAWA, ou diagramme de cause à effet, est une représentation structurée de toutes les causes qui conduisent à une situation. Son intérêt est de permettre aux membres d'un groupe d'avoir une vision partagée et précise des causes possibles d'une situation. Le schéma comprend les facteurs causaux identifiés et catégorisés selon la règle des " 7 M ". En effet, il a été repéré que les facteurs causaux relèvent généralement de ces sept catégories : la matière, ou les matériaux (de manière générale ce sur quoi on agit dans la situation… il s'agit parfois des élèves !) Cet outil provient du domaine industriel et des démarches qualité. Pour pouvoir identifier marges de manœuvre et possibilités d'évolution, il est nécessaire de considérer les causes négatives (qu'est-ce qui crée ou renforce le problème) et les causes positives (qu'est-ce qui freine le problème et peut être support d'évolution). Les avantages de cet outil sont de : Il présente aussi des inconvénients : Related:  Analyser le problème ou le besoinmtd

Le diagramme de Pareto Diagramme de Pareto Le diagramme de Pareto est un moyen simple pour classer les phénomènes par ordre d’importance. Le diagramme de Pareto est un histogramme dont les plus grandes colonnes sont conventionnellement à gauche et vont décroissant vers la droite. La popularité des diagrammes de Pareto provient d'une part parce que de nombreux phénomènes observés obéissent à la loi des 20/80, et que d'autre part si 20% des causes produisent 80% des effets, il suffit de travailler sur ces 20% là pour influencer fortement le phénomène. Dans un environnement industriel, les points d'amélioration potentiels sont quasi innombrables. Kaizen, Lean thinking Les illustrations de l'utilisation des diagrammes de Pareto sont aussi nombreuses que variées, citons à titre d'exemples : Pour déterminer les priorités et la pertinence d'une action, le recours à des outils simples d'analyse et d'aide à la décision tels que les diagrammes de Pareto et le QQOQCP peuvent se révéler forts utiles. Exemple : Voir aussi

MindMeister Comment appliquer le diagramme d’Ishikawa à la gestion de projet? Connaissez-vous le diagramme de causes et effets appelé aussi diagramme d’Ishikawa ou encore diagramme en arêtes de poisson ou bien de manière plus courte le diagramme 5M? Il s’agit d’un outil conçu par Kaoru Ishikawa (1915 – 1989). Ishikawa était un ingénieur japonais qui a travaillé pour Nissan et qui fit partie de la Juse, l’Organisation des ingénieurs et des scientifiques japonais dans laquelle se retrouvaient pour échanger leurs idées de grands noms de la gestion de la qualité tels que Deming, Taguchi ou encore Juran. A quoi sert le diagramme d’Ishikawa? Le diagramme d’Ishikawa permet d’analyser les grandes catégories de causes pour parvenir à un effet particulier. Il est particulièrement bien adapté à la gestion des risques qui fait partie de la gestion du projet. Les catégories de causes commencent toutes par la lettre M, ce qui permet de les mémoriser facilement : Comment construire votre diagramme d’Ishikawa? Machines : Nombre d’imprimantes et de serveurs insuffisants Claire Cornic

The IT Balanced Scorecard The essentials of this study were delivered at the ISACA International Meeting and Conference in July of 1999 in Denver, Colorado, USA by Ronald Saull. The discussion and study results were based on events that occurred and dynamics in place at Great-West Life Assurance Company/ London Life/Investors Group, Canada, signified by the acronym GLI. As investments in information technology continue to increase, so too does the reliance of most organizations on their in-place technical infrastructure and the performance of their IT function. Defining the Balanced Scorecard (BSC) Beginning in 1992, Kaplan and Norton wrote a series of articles which introduced the concept of the balanced scorecard. Kaplan and Norton believed the real value of the BSC method was as a strategic management system. Moving toward the IT Balanced Scorecard (IT BSC) In 1997, Van Grembergen and Van Bruggen adapted the traditional BSC for use by a corporate information technology department. The Road Ahead Next Steps:

Construire un diagramme d'Ishikawa et savoir l'utiliser Qualifiez l'effet Il s'agit couramment du problème que vous cherchez à résoudre. Exemple : une baisse de marge, une démotivation chez vos collaborateurs, de fréquentes ruptures de stock, un besoin en fonds de roulement en constante évolution...Des dysfonctionnements, mais pas seulement. Il est également fort intéressant d'user et d'abuser de cette méthodologie dans la recherche de leviers sur lesquels s'appuyer pour atteindre un objectif . Décrivez l'effet de manière factuel. Pas d'opinion ni de jugement . Pour chaque branche, recherchez les causes racines si ces dernières n'ont pas été découvertes.

Diagramme de Pareto Cette page est composée de deux parties : La première partie vous permet de découvrir l'outil et ses étapes de construction. La seconde partie vous propose un mode d'emploi pour le construire avec Excel. Le Pareto en cinq questions Pourquoi l'utiliser ? Le diagramme de Pareto permet de : hiérarchiser les problèmes en fonction du nombre d'occurrences (nombre d'apparitions) de ceux-ci. définir des priorités Sélectionner les problèmes les plus important. Le Pareto est utile pour identifier sur quelles causes agir en priorité pour améliorer de façon significative la situation. De quoi s'agit-il ? Il s'agit d'un graphique à barres dont les valeurs sont classées dans un ordre décroissant. Dans quel contexte l'utiliser ? D'une façon générale il peut s'utiliser dans n'importe quelle démarche de progrès. Sur quel principe s'appuie-t-il ? Les 20/80 Cet outil met en évidence la loi des 80/20. La méthode ABC Il s'agit d'une variante des 20/80 qui propose cette fois-ci un découpage en 3 segments. 1. 2. 3. 4.

Explorez les sciences du numérique ANOVA. / Statistiques. / Aide mémoire R. Aide-memoire-R > Statistiques > ANOVA L'objectif est de savoir si une variable numérique a des valeurs significativement différentes selon plusieurs catégories (i.e., selon les valeurs d'un facteur). Plus précisémment, on teste l'hypothèse nulle : il y a au moins deux catégories pour lesquelles les moyennes de la variable sont différentes. ANOVA à un facteur (one-way): fr <- data.frame(var = c(10, 4, 5, 3, 3, 7, 2, 6, 2, 8, 5, 9, 5), categ = factor(c("c", "a", "b", "a", "b", "b", "a", "b", "a", "c", "c", "c", "b"))) tes <- oneway.test(var ~ categ, fr) on peut récupérer la p-value en faisant tes$p.value (valeur renvoyée est de la classe htest) par défaut, le test ne fait pas l'hypothèse que les variances sont égales. si on peut faire l'hypothèse que les variances sont égales : tes <- oneway.test(var ~ categ, fr, var.equal = TRUE) si le facteur a 2 valeurs, on va avoir exactement les mêmes valeurs qu'en faisant un t-test. ANOVA à deux facteurs : donne :

Diagramme de causes et effets Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le diagramme de causes et effets, ou diagramme d'Ishikawa, ou diagramme en arêtes de poisson ou encore 5M, est un outil développé par Kaoru Ishikawa en 1962[1] et servant dans la gestion de la qualité. Description et fonctions[modifier | modifier le code] Ce diagramme représente de façon graphique les causes aboutissant à un effet. Ce diagramme se structure habituellement autour du concept des 5 M. Chaque branche reçoit d'autres causes ou catégories hiérarchisées selon leur niveau de détail. Le positionnement des causes met en évidence les causes les plus directes en les plaçant les plus proches de l'arête centrale. Variantes[modifier | modifier le code] Les termes « Moyens » ou « Machines » remplacent parfois la catégorie « Matériel ». Une caractéristique peut également être ajoutée dans les univers de production avec un neuvième « M », celui de « Maintenance ». Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ (en) Matthew A.

Related: