background preloader

Comment naissent et évoluent les rumeurs sur les médias sociaux ?

Comment naissent et évoluent les rumeurs sur les médias sociaux ?
« Désigner nommément le mal, c’était le faire exister, en rechercher la cause, c’était avouer son inquiétude, s’exposer aux rumeurs ». Franck Pavloff Vous avez certainement tous entendu parler du bug Facebook qui aurait dévoilé par inadvertance les messages privés (de 2007 à 2009) de millions d’utilisateurs. Une inquiétude grandissante qui n’a pas pris le temps de vérifier l’exactitude des manifestations reprochées avant de lancer la rumeur d’une bévue chez Facebook. Hier, la CNIL a rendu son verdict, sans appel, il s’agit d’un mal entendu et non d’un bug inexcusable. Mais au-delà de la propagation de cette information, ce qu’il est intéressant d’observer, c’est que d’autres annonces annexes ont surgit pour agrémenter les doutes créés et surfer sur cette focalisation autour du média. Ce cas de figure témoigne de la nécessité de prendre du recul sur ce que l’on peut entendre et lire. Face à la cadence infernale de l’actualité, les nouveautés deviennent rapidement obsolètes. Conclusion

http://www.psycheduweb.fr/comment-naissent-et-evoluent-les-rumeurs-sur-les-medias-sociaux/

Related:  Réseaux sociaux : crise et bad buzzdésinformation - intoxGestion de crise 2.0Citoyenneté numériqueEMI / EMC = Parcours citoyen :

Petite cuisine des bad buzz - TRIBUNE Dernièrement, Cuisinella, a vouloir trop jouer avec les codes des vidéos virales, s'est pris les pieds dans les fleurs du tapis et a vu le Web fortement relayer sa vidéo mais pas pour les bonnes raisons. Même si la marque s'est excusée publiquement par le biais d'un communiqué de presse envoyé le soir même où elle y explique ses partis-pris créatifs et défend sa position, elle a décidé de retirer sa communication via cette vidéo. Bien souvent, la critique sur les médias sociaux fait peur aux marques qui reculent devant la vox populi alors que ce n'est que la minorité qui s'exprime sur ces supports. Que ce soit Gap avec l'histoire autour de son logo il y a quelques temps maintenant, ou plus récemment Zara qui a cédé face à Greenpeace (qui avait utilisé la page Facebook de sa marque pour faire entendre ses arguments écologiques), les marques, qui entament le dialogue avec les internautes, ne savent pas toujours comment traiter les voix contradictoires avec leur position officielle.

Pour l'évaluation, un exemple de hoax Précisons bien que ce qu’annonce le texte qui suit est absolument faux ! Comme dans le premier exemple, les adresses et les destinataires ont été anonymés ! De : « direction »(direction@mon_entreprise.fr) Répondre à : direction@mon_entreprise.fr Date : Tue, 9 Jan 2001 13:14:45 +0100 À : « LISTE DIRECTEURS » (mailto:directeur1@mon_entreprise.fr) (mailto:directeur2@mon_entreprise.fr) (mailto:directeur3@mon_entreprise.fr) (mailto:directeur4@mon_entreprise.fr) (mailto:directeur5@mon_entreprise.fr) (directeur6@mon_entreprise.fr) Objet : [directeurs] alerte virus potable — - Original Message --- From : Alain (compta@entreprise_a.com)

Le buzz sur les médias sociaux, pour le meilleur...mais surtout pour le pire 26inShare Edito : [Petite pause propagande en attendant le prochain dossier] Vous allez découvrir 5 astuces pour anticiper et gérer un bad buzz sur Internet… Quoi, ce blog aurait-il succombé aux sirènes rutilantes du prosélytisme guère catholique, prêchant le titre racoleur pour crucifier la concurrence d’un nombre de RT pouvant ressusciter le blog ? (Hum Hum pardon, c’est juste que j’attends avec impatience “le jour du seigneur” à la télé dimanche

Le droit d’auteur et le droit à l’image Les droits d’auteur ont 200 ans d’existence, les droits d’auteur ont été modernisés par la loi de 1957 incorporée au Code de la Propriété Intellectuelle. Le Code de Propriété Intellectuelle (CPI) protège les droits d’auteur sur toutes les œuvres de l’esprit. Le site Web : Les technologies de l’information et de la communication donnent souvent l’illusion à l’utilisateur qu’il peut disposer librement de tout ce qu’il trouve sur « la toile ». Il est fréquent d’entendre : "C’est sur Internet ; c’est du libre ! donc je peux tout faire, tout prendre !"

Changer l’éducation pour vivre ensemble la société numérique Cette vision strictement utilitaire du numérique se retrouve dans le discours institutionnel de l’école, relayé par l’encadrement, lequel est généralement et désespérément vide de toute autre dimension. Les professeurs, confortés en cela par leur hiérarchie, se complaisent à évoquer leur « utilisation du numérique », réussissant même à dire ce qui est numérique et ce qui ne l’est pas, comme si cette distinction avait encore du sens ! Le numérique élargit en effet son cercle d’influence aux domaines politique, institutionnel, économique ou commercial, technologique bien sûr, auxquels il propose de nouveaux modèles. Les entreprises, par exemple, mettent les dimensions humaines et organisationnelles au cœur de leur transformation numérique, bien avant les modifications techniques. Ainsi, peu à peu, depuis une bonne vingtaine d’années, à force de dérives sémantiques successives et d’inculture chronique, l’école s’est éloignée de la société et des pratiques de sa jeunesse. Comment faire ?

Communication de crise sur les médias sociaux : et les mêmes dans tout ça ? Brian Solis évoquait dans une tribune la question d’être antisocial à l’heure des médias sociaux, à savoir la nécessité pour les entreprises d’appréhender les codes socioculturels de leurs communautés afin de se les approprier pour communiquer avec efficience. Tout comme les hippies dans les années 70, les punks dans les années 80, le hip-hop dans les années 90, une véritable contre-culture s’est créée sur le Web qui tend à se normaliser, au sens où elle n’est plus le fait d’un petit groupe et sort des barrières pour devenir populaire. Les lolcats, par exemple, ne font plus rire qu’une communauté restreinte, mais se sont généralisés.

Rumeur ou information ? Niveau 4ème, 3ème, Lycée Quelle est la différence entre une rumeur et une information ? C’est précisément au journaliste qu’il incombe tout particulièrement d’établir la différence entre les deux. Pour celui qui l’apprend, une information possède au moins deux caractéristiques essentielles : elle a un auteur (le journaliste) et une source authentifiée, généralement précisée par le journal qui la publie, lequel se porte garant de cette information. Bad buzz : mieux vaut prévenir que subir Quel est le point commun entre La Redoute, Kit Kat, Malabar, Monoprix ou encore Quick ? Toutes ces marques ont subi un "bad buzz" sur le Web. Ronan Boussicaud, community manager à l'agence UseWeb (spécialisée dans la création de sites internet, les solutions e-commerce, les campagnes d'e-mailing, les webapplications smartphones, le référencement naturel et les liens commerciaux), explique les bons conseils à suivre pour éviter les bad buzz, mais aussi comment réagir positivement face à eux. Selon Ronan Boussicaud, "bad buzz ne signifie pas échec mais opportunités", car il permet de : détecter des processus défaillants, apprendre à mieux se connaître, résoudre des problèmes récurrents et/ou majeurs, transformer des clients mécontents en ambassadeurs, adopter des réflexions stratégiques, affiner sa communication de crise et enfin perfectionner son positionnement online. Le cycle de vie d'un bad buzz :

Identité numérique : Qui êtes-vous sur le Web? « Avez-vous une pièce d’identité? » est une question qui prend une importance insoupçonnée lorsqu’il est question de l’univers numérique. En effet, au-delà du fait d’avoir ou non une adresse de courriel ou un compte Facebook, toutes les traces que nous laissons contribuent à forger notre identité numérique. Définir l’identité numérique est tout de même difficile en soi. On sait tous un peu de quoi il s’agit, mais on ne saisit pas toujours l’étendue de sa portée. Dans le milieu scolaire, il semble particulièrement important d’aborder la question avec les élèves. « En surfant sur le web, nous laissons derrière nous une traînée de données numériques que d’autres peuvent copier, coupler, analyser, détourner ou même vendre, souvent à notre insu et sans notre accord.

"J'aime les patates" le jeu qui va vous faire aimer l'EMC "C’est le boutte qui fait déborder le vase… Découragé, tu pètes une coche. Ben oui, choque-toi parce que c’est vrai que ç’a pas d’allure!" Le jeu "J'aime les patates" n e peut pas cacher son origine : c'est un jeu québécois réalisé par l'Office National du Film du Québec.

Comment naissent et évoluent les rumeurs sur les médias sociaux ?. In : BOUSSICAUD Ronan. La psyché du web social [en ligne]. 3 octobre 2012 [Consulté le juin 2016]. Disponible à l'adresse by return Jun 11

Related: