background preloader

BTS Assurance

BTS Assurance

http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Formation/Formations/Post-bac/BTS-Assurance

Related:  lou07BTSAprès STMG

Comment un individu devient-il acteur dans une organisation ? - Réviser le cours - Sciences de gestion L'individu, qui possède des caractéristiques propres, devient un acteur au sein de l'organisation par les relations formelles et informelles qu'il établit dans son activité de travail. Il communique et interagit donc en permanence, en cherchant non seulement à affirmer son individualité mais également à s'inscrire dans l'action collective. C'est en partie de cette tension que naissent les phénomènes relationnels au sein des organisations. 1. Les différents éléments influençant le comportement de l'individu La personnalité

Les BTS et DUT après le bac sciences et technologies du management et de la gestion (STMG) Plus de la moitié des bacheliers STMG optent pour un BTS ou un DUT préparant aux métiers des services. Accessibles sur dossier, ces formations associent, pendant 2 ans, cours théoriques, pratique professionnelle et stages de terrain. Une fois diplômé à bac + 2, possibilité d'entrer sur le marché du travail ou de continuer ses études, en licence pro (pour 1 an) ou vers des cursus plus longs. © Jérôme Pallé/ONISEP Plus de la moitié des bacheliers STMG poursuivent leurs études en BTS ou DUT dans le secteur des services. À lire aussi

Classe préparatoire Economique et Commerciale - Site du lycée de la Venise Verte Bacheliers STMG : osez les Grandes Écoles de Commerce ! publié le 14/01/2011, mis à jour le 06/02/2014, par Guy Boursier • Bacheliers STMG Préparez en deux ans les concours d’entrée aux écoles supérieures de commerce et de management (ESC La Rochelle, INSEEC Bordeaux-Paris, Audencia Nantes, HEC, ...).

L'organisation, avant tout une histoire humaine Toute entreprise, quelle que soit son activité, se doit de mettre en place une organisation. Cette organisation est, non seulement indissociable de son fonctionnement, mais particulièrement cruciale dans la mesure où elle va déterminer de façon certaine l’avenir de l’entreprise – "l’organisation, c’est aussi le résultat", Jean-Pierre Richard. Une telle certitude peut d’ailleurs apparaître bien audacieuse dans un contexte aussi changeant que celui de l’entreprise et aussi soumis aux aléas de marchés. Et pourtant, si la solidité d’une entreprise est probablement le fruit d’un subtil compromis entre des intérêts individuels, corrélés à des intérêts collectifs, dans un environnement complexe et en perpétuel mouvement, il n’en demeure pas moins que l’entreprise qui fonctionne convenablement répond à quelques critères bien identifiés, dont l’organisation est sans doute la pierre angulaire. Qu'est-ce qu’une organisation d’entreprise ? Une organisation est aussi faite de subjectivité

La prépa ECT : économique et commerciale, option technologique L’option technologique (ECT) des classes préparatoires économiques permet d’entrer dans les mêmes écoles de commerce et de management que les voies ECS (prépa économique et commerciale, option scientifique) et ECE (prépa économique et commerciale, option économique). Cette CPGE (classe préparatoire aux grandes écoles) est proposée dans une quarantaine de lycées. © Sergey Nivens - Fotolia.com À lire aussi

Les émotions au travail: ennemies à combattre ou énergie à exploiter? [Express yourself]Joie, peur, tristesse, colère, surprise, dégoût... Les émotions ont-elles droit de cité dans nos entreprises? A l'évidence trop peu. Que faire après un bac STMG ? Les débouchés, les métiers Les bacheliers Sciences et Technologies du Management et de la Gestion se dirigent en majorité vers des filières courtes. Mais rien n’empêche les plus studieux d’entre eux d’envisager des études longues. Le bac STMG (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion), procure un bon bagage économique et technologique pour un départ en BTS ou DUT, mais aussi, même si ces destinations sont moins prisées, en écoles ou universités. Les débouchés sont nombreux et n’excluent pas la possibilité de faire ses études, en deux, trois ou cinq ans.

sciences économiques et sociales - Des individus aux groupes sociaux Fiche-séance 2 : Les types de groupes sociaux - deux heures Activité 1 : Etude de document (objectif : distinguer groupes primaires et groupes secondaires) Document 1 Le sociologue américain Charles Horton Cooley a proposé en 1909 dans Social Organisation une distinction très importante entre groupes primaires et groupes secondaires. Les groupes primaires, qui sont généralement de petite taille, sontdéfinis comme des groupes de face à face ou dominent les rapports interpersonnels. L'identification des individus au collectif est forte et les rapports de sympathie, decoopération et d'aide mutuelle dominent au sein du groupe ; si l'existence de rapports de compétition au sein du groupen'est pas pour autant entièrement exclue, ces derniers restent toujours emprunts de loyauté, la satisfaction de l'intérêt personnel étant subordonnée à l'intérêt collectif [...]

La culture d’entreprise : facteur de compétitivité ? Ce rôle dépasse le simple objectif de création de richesses. Parallèlement, jusqu’à l’émergence des grands groupes industriels au milieu du XXe siècle, et dans la continuité d’une époque dominée par la bourgeoisie commerçante, l’entreprise était animée par un "esprit maison". Celui-ci se résumait en quelques principes simples : le "client roi", l’honnêteté, la ponctualité, le goût de l’effort.

La culture d’entreprise : à quoi ça sert ? Si Carrefour peut être comparé à Auchan, H&M à Zara, ou encore la Macif à la Matmut, ces entreprises sont pourtant différentes et uniques par leur culture, et ce principe s’applique à toutes les organisations quel que soit leur secteur d’activité ou leur taille. Qu’appelle-t-on culture d’entreprise ? En quoi est-elle si importante ? Eléments de réponse. Zoom sur les composantes de la culture d’entreprise Sentiment d’appartenance - version imprimable " L'être humain a besoin d'appartenir à un groupe, de s'associer à autrui, de sentir qu 'il est rattaché à un réseau relationnel. Le sentiment d'appartenance nourrit l'estime de soi sociale (ou valeur que l'on se donne dans un groupe). L'estime de soi sociale se développe lorsque l'élève prend conscience qu'il est important pour son enseignant et pour les autres élèves de sa classe. L'élève se sent alors impliqué dans un réseau relationnel, une "niche sociale" à laquelle il s'identifie. Le sentiment d'appartenance devient l'antidote au sentiment de solitude. Le sentiment d'appartenance se développe grâce à l'éclatement de l'égocentrisme et par l'adoption de rôles et de responsabilités qui contribuent au bon fonctionnement du groupe.

La culture d’entreprise, épisode 1 / 2. La culture d’entreprise est un thème très à la mode dans le monde des affaires. Qu’est-ce que la culture d’entreprise ? Pourquoi et comment la renforcer ? C’est ce que nous allons voir dans ce premier épisode de notre série en deux volets. La relation d'autorité employeur-employé Notes On notera que, pour Coase, la relation d’autorité intrafirme se traduit par un commandement de l’employeur sur ses employés : l’employeur est celui qui donne des ordres à ses employés. Herbert Simon, en 1951, reprendra ce point de vue. Nous suivrons pour notre part, dans ce texte, cette problématique.

Related:  BTSGRETA MPNbts assurance