background preloader

Fiche de lecture

Fiche de lecture
L’apprentissage de l’abstraction Britt-Mari Barth collection RETZ, 1987 Edition revue et augmentée en 2001, 255 pages La difficulté de l’abstraction : Les élèves confondent souvent le mot et le sens - comme si les mots étaient le sens. Les élèves font également la confusion entre les éléments pertinents et non pertinents. L’auteur fait alors l’hypothèse que l’enseignant peut aider les élèves à mobiliser leurs capacités intellectuelles en ajustant sa pédagogie. Le savoir et son élaboration : apprendre quoi et comment ? Référence aux travaux du psychologue US Jérôme Bruner, notamment sur la façon dont les individus cherchent à organiser le monde qui les entoure = construire des concepts. L’auteur propose de distinguer derrière le terme « abstraction » le concept (le produit) et l’opération mentale menant au concept (le processus). Un concept (le produit) se distingue d’un autre par ses attributs essentiels, ceux qui permettent de l’identifier. L’activité comporte trois phases : 3) L’abstraction

http://www.ac-grenoble.fr/disciplines/ses/Content/stages/FC_pedago_2007/Fiches_de_lecture/Britt_Mari_Barth.htm

Related:  OralOutils et Techniques

Oral - Pratique et enseignement Toutes les actions ont potentiellement une orientation communicative. On l’a dit 1, nous ne pouvons pas ne pas communiquer. Verbalement, par le geste ou l’immobilité, par l’action ou le refus de l’action. La fonction-langage : une approche du langage oral et écrit L’écriture est un langage. Elle est liée au langage parlé, mais pas identique. Comment apprend-on le lang age, c’est-à-dire l’activité de parler-penser que prolonge celle de lire et écrire ? (D’après un exposé de Laurence Lentin)

Pour une approche intégrée du travail sur l’oral Le vendredi 16 avril 2004. La question de l’enseignement de l’oral ne me semble pas pouvoir être une sous-partie de la didactique du français, à côté de la lecture littéraire, la grammaire ou la production d’écrits, parce qu’elle est toujours englobante par rapport aux autres activités disciplinaires, même s’il ne faut pas confondre interactions et enseignement de l’oral. On conçoit les limites, ne serait-ce qu’en termes d’efficacité et de transfert, d’une didactique techniciste de l’oral, limitée à des séquences épisodiques sans que soient modifiés le régime de la parole scolaire et la place donnée à l’élève. Cela pose des problèmes à la formation : l’oral est un sujet chaud, par sa dimension politique et idéologique, mais aussi parce qu’il engage fortement la personne de l’enseignant, partie prenante de la relation où s’exerce la parole des élèves, son mode d’intervention dans la classe et l’ensemble de son travail quotidien. 1.

Enseigner l’oral à l’école Parmi les trois domaines constitutifs de la maîtrise de la langue que sont le LIRE / DIRE / ECRIRE, la place et l'enseignement du DIRE restent à construire : que fait-on quand on parle ? Peut-on parler de grammaire de l'oral ? Comment construire le passage de la langue orale naturelle de l'élève aux codes de l'écrit ? Quelle est la place et la fonction de l'oral dans les apprentissages ? Quels genres de l'oral enseigner et comment ? Quelles interactions entre oral et écrit ...

Quelle place pour l'oral ? Et si apprendre l'oral pouvait faciliter les apprentissages moteurs Guillaume Harent Tout le monde s'accorde à dire que la maîtrise de l'oral est un outil essentiel et une compétence fondamentale pour trouver sa place dans notre société de communication. Il est alors légitime de penser que l'ensemble des maillons de notre système éducatif tente de contribuer à cette préparation.Mais de quel oral parle-t-on ?" L'oral, ce n'est pas uniquement le temps de parole des élèves : c'est aussi l'écoute, les attitudes du corps et la gestuelle, c'est la gestion complexe de relations interindividuelles. "" L'oral, c'est en effet l'écoute tout autant que l'expression, le silence tout autant que la parole, le jeu des regards autant que celui des mots, c'est aussi la gestion des échanges et de la prise de parole " (Rapport de A. Quand on parle d'" oral ", on l'associe immédiatement à une technique qui s'acquiert en français. À l'inverse, les cours " d'action motrice " paraissent loin de cette préoccupation.

L’oral, un enseignement impossible ? 1S’il est un domaine où il n’y a pas de consensus dans la société française sur ce qu’il convient de faire, c’est bien le domaine scolaire. Est notamment en question tout ce qui concerne la langue et son enseignement et plus particulièrement tout ce qui concerne l’oral. 2Les enseignants sont l’objet de critiques parfaitement contradictoires et d’injonctions également contradictoires venant tout à la fois du grand public et de l’institution : – On déplore que l’école utilise une langue trop éloignée de celle des élèves au point que cette langue est souvent présentée comme une langue étrangère pour ces derniers, ou même comme une langue morte, et en même temps on accuse les enseignants de parler comme leurs élèves et de laisser ceux-ci utiliser dans la classe la langue de la cité, voire celle de la « rue ». On reproche aux manuels de prendre pour modèle la langue littéraire et en même temps d’écarter les textes patrimoniaux.

oral.html Travailler l’oral en classe (1), chacun est convaincu qu’il faut le faire ... Et pourtant, cela ne se fait guère . À cela deux raisons majeures : L'oral, quelles pratiques dans la classe ? La nécessaire parole pour apprendre Quels sont les moments de parole dans une classe où est mise en oeuvre une pédagogie basée sur l'expression, la recherche et la coopération ? Le présent dossier fait écho aux travaux du FORUM DE LA RENTRÉE 1999 qui s’est tenu à l’initiative de l’Institut Départemental de l’École Moderne du Haut-Rhin (68), le 28 août 1999 à l’école élémentaire d’Ottmarsheim.* * Dossier paru dans la revue «Chantiers Pédagogiques de l’Est», numéro 307, d’octobre 1999

Programme, ressources et évaluation - Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Le domaine « Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions » met en avant les deux objectifs prioritaires de l'école maternelle : « la stimulation et la structuration du langage oral » et « l'entrée progressive dans la culture de l'écrit ». Les ressources pédagogiques se composent de quatre parties : l'oral, le lien oral-écrit, l'écrit, littérature et documentaires. Des vidéos de situations de classe, des fiches-repères, des tableaux d'indicateurs viennent enrichir les différents documents. L'oral

Des constats - Nurvero Le vocabulaire : Constats Cette année, l'accent sur la circonscription a été mis sur ce pôle, le vocabulaire : Quelques "trucs" pour faire parler ses élèves en classe de FLE Vous est-il arrivé d’avoir des élèves qui restent muets face à vos questions ? Des élèves qui préfèrent se taire plutôt que de s’exprimer spontanément ? Des élèves qui ont vraiment du mal à prendre la parole à l’oral ? Or, nous le savons, c’est en parlant qu’on apprend à parler. Notre devoir de prof de langue étrangère ou de prof de FLE est de donner des instruments à nos élèves afin qu’ils parlent. Alors, comment les stimuler ? Utiliser Anim’histoires au CE1: langage, lecture, production d'écrit Après avoir utilisé l’outil Anim’histoires des éditions Retz tel qu’il est proposé par ses auteurs (voir la description de cette utilisation), j’ai proposé à des élèves de CE1 une version « augmentée » à leur niveau. Cette séquence s’adresse à des enfants allophones nés en France ; l’attention a donc beaucoup porté sur la syntaxe et la mémorisation du lexique, en particulier sur le genre des noms. Cependant, les compétences travaillées en langage oral, lecture et vocabulaire s’inscrivent dans les nouveaux programmes : Phase 1 : Remue-méninges J’ai annoncé aux élèves le lieu de la prochaine histoire : un marché, et leur ai demandé de dire tous les mots qui leur venaient à l’esprit. Pour les aider, je leur ai posé les questions : Qu’est-ce qu’on peut voir au marché ?

Documents 1. Les programmes officiels Programme d’enseignement de l’école maternelle : B.O. spécial n°2 du 26 mars 2015

Related: