background preloader

Fiche de lecture

Fiche de lecture
L’apprentissage de l’abstraction Britt-Mari Barth collection RETZ, 1987 Edition revue et augmentée en 2001, 255 pages La difficulté de l’abstraction : Les élèves confondent souvent le mot et le sens - comme si les mots étaient le sens. Les élèves font également la confusion entre les éléments pertinents et non pertinents. L’auteur fait alors l’hypothèse que l’enseignant peut aider les élèves à mobiliser leurs capacités intellectuelles en ajustant sa pédagogie. Le savoir et son élaboration : apprendre quoi et comment ? Référence aux travaux du psychologue US Jérôme Bruner, notamment sur la façon dont les individus cherchent à organiser le monde qui les entoure = construire des concepts. L’auteur propose de distinguer derrière le terme « abstraction » le concept (le produit) et l’opération mentale menant au concept (le processus). Un concept (le produit) se distingue d’un autre par ses attributs essentiels, ceux qui permettent de l’identifier. L’activité comporte trois phases : 3) L’abstraction Related:  OralLecturesOutils et Techniques

Oral - Pratique et enseignement Toutes les actions ont potentiellement une orientation communicative. On l’a dit 1, nous ne pouvons pas ne pas communiquer. Verbalement, par le geste ou l’immobilité, par l’action ou le refus de l’action. Le langage, et singulièrement le langage oral, est un moyen d’organiser le monde, d’y affirmer sa place. Pourtant, dans le champ scolaire, l’expression de la nécessité d’un enseignement/apprentissage systématique de l’oral est relativement récente, et il faut attendre les programmes et instructions élaborés dans les années 1990 pour que soit affirmée, pour l’oral, une place équivalente à celle accordée à l’enseignement/apprentissage de l’écrit, par exemple . C’est que, dans les représentations communément partagées, la communication orale se présente comme une activité spontanée, dont la maîtrise est assurée par une pratique constante, de façon empirique et largement non réflexive. 1. La notion de « pratique sociale de référence » a été proposée par J. 2. 3. a. l’oral spontané c. 4. a.

Britt-Mari Barth, biographie et bibliographie Britt-Mari Barth est professeure émérite à l'Institut supérieur de pédagogie de l'Institut catholique de Paris. Elle a été professeure invitée à l’Université de Harvard en 1993 – 1994, à l'Université catholique de Louvain-la-Neuve en 1999-2000 et à l'Université catholique de l'Ouest en 2003-2009. Ses travaux portent sur le processus enseigner-apprendre, notamment sur le rôle de l’enseignant dans la médiation socio-cognitive des apprentissages. Traduite en huit langues, elle est l'auteure de trois ouvrages : L'Apprentissage de l'abstraction, Le Savoir en construction et Élève chercheur, enseignant médiateur –donner du sens aux savoirs (éditions Retz, Paris, et éditions Chenelière, Montréal). Partant de l’expérience du terrain, la réflexion sur les processus enseigner/apprendre est à l’origine de sa recherche. Elle est actuellement impliquée dans des dispositifs de recherche et de formation des enseignants.

L’échelle d’abstraction pour accompagner le changement L’alignement est une propriété essentielle à la planification efficace, à la résolution de problème et au leadership. (Robert Dilts) L’échelle des niveaux logiques ou échelle d’abstraction, est un outil d’analyse et d’intervention très puissant, complémentaire des techniques de créativité. Dans cet atelier du 2 avril 2015, nous avons exploré les utilisations multiples de cette échelle, tant en ingénierie du changement qu’en questionnement en profondeur ou en facilitation créative. Public – consultants et coachs, connaissant l’échelle des niveaux logiques developpée par Robert Dilts, et désirant enrichir son utilisation, de façon plus créative; – animateurs, consultants ou formateurs connaissant bien les techniques de créativité et voulant s’approprier cet outil puissant pour leurs démarches d’intervention. Objectifs – s’approprier ou se réapproprier l’échelle des niveaux logiques et ses utilisations multiples: Contenu Démarche Pour en savoir plus sur l’outil :

Enseigner - Apprendre avec Britt-Mari Barth « À l’origine de mon travail, il y avait le constat que les élèves ne s’engageaient pas vraiment dans leurs apprentissages, beaucoup s’ennuyaient ou s’inquiétaient… D’où, mon envie de mieux comprendre le processus enseigner-apprendre pour identifier les facteurs qui étayent ce processus. » Britt-Mari Barth dirige le Laboratoire de recherche pour le développement sociocognitif (LAREDESCO). Elle est l’auteure de trois ouvrages de référence : L'Apprentissage de l'abstraction, Le savoir en construction et Elève chercheur, enseignant médiateur, donner du sens aux savoirs (éditions Retz). Vos travaux, depuis 25 ans, vous ont conduit à élaborer une pédagogique connue sous le nom de « l'apprentissage de concepts »… Il s’agit pour l’enseignant d’entrer dans les apprentissages par un processus de conceptualisation - plutôt que par le contenu - et ainsi amener les élèves à construire le sens de ce contenu. L’intelligence n’est pas que pur intellect. Conceptualisation ? Intersubjectivité ? Notes :

La fonction-langage : une approche du langage oral et écrit L’écriture est un langage. Elle est liée au langage parlé, mais pas identique. Comment apprend-on le lang age, c’est-à-dire l’activité de parler-penser que prolonge celle de lire et écrire ? (D’après un exposé de Laurence Lentin) La population la plus pauvre a besoin de prendre la parole et d’être écoutée. Que connaissons-nous du fonctionnement universel du langage sous son aspect anthropologique ? Soulignons d’emblée que l’on peut pratiquement dire la même chose de l’écriture. L’hypothèse sur laquelle je fonde mes travaux, la thèse forte de départ est que « tout être humain peut apprendre à penser-parler. » Tout être humain, porte en lui, à la naissance, la capacité d’apprendre à penser et parler, puis, dans les sociétés où on lit et écrit, à lire et écrire. Il est important de voir que le langage est à la fois commun à tous et propre à chacun. Le langage, dans ma perspective, n’est pas un outil, il a des caractéristiques beaucoup plus profondes. Indications bibliographiques succinctes

Britt-Mari Barth: Livres, Biographie, écrits ... L'échelle d'abstraction Description L’échelle d’abstraction est développée dans le cadre du Creative Problem Solving Process (CPS) (Creative Education Foundation, 2010) en tant qu’outil de divergence dans un dispositif créatif. Ce que nous pensons être un problème s’avère souvent cacher un autre problème plus important soit parce que la visibilité que l’on a du problème avec le contexte qui l’entoure est limitée, soit parce que l’énoncé du problème n’est pas adéquat. Dans le cas d’un projet, ne pas adresser le problème adéquat avec un énoncé approprié peut engendrer un grand nombre de difficultés et mener à l’échec du projet. L’échelle d’abstraction est une méthode de clarification de la vision et du problème rencontré. Elle vise à adresser le bon problème dans un dispositif créatif et à envisager des énoncés du problème ou de la vision à plusieurs niveaux afin de permettre la reformulation de l’énoncé le plus utile pour la tâche à réaliser. Contexte d’utilisation Intentions Participants Matériel Durée Mise en oeuvre

Des Pieds a la Tete : architecture et pedagogie a Lille: Ateliers Journées du Patrimoine 2012 à EURALILLE A l'occasion des Journées du Patrimoine 2012, Des pieds à la Tête a organisé pour la SPL EURALILLE un cycle d'atelier d'initiation à l'urbanisme et à l'architecture destiné aux enfants de 6 à 12 ans. Le thème: "Imaginer Euralille du futur". Chaque participant devenait durant deux heures l'architecte d'un îlot urbain. Et c'est par l'assemblage de tous ces îlot que prenait forme le nouveau quartier rêvé par les enfants. Voir le programme sur le site des Journées Européennes du Patrimoine Pour une approche intégrée du travail sur l’oral Le vendredi 16 avril 2004. La question de l’enseignement de l’oral ne me semble pas pouvoir être une sous-partie de la didactique du français, à côté de la lecture littéraire, la grammaire ou la production d’écrits, parce qu’elle est toujours englobante par rapport aux autres activités disciplinaires, même s’il ne faut pas confondre interactions et enseignement de l’oral. On conçoit les limites, ne serait-ce qu’en termes d’efficacité et de transfert, d’une didactique techniciste de l’oral, limitée à des séquences épisodiques sans que soient modifiés le régime de la parole scolaire et la place donnée à l’élève. Cela pose des problèmes à la formation : l’oral est un sujet chaud, par sa dimension politique et idéologique, mais aussi parce qu’il engage fortement la personne de l’enseignant, partie prenante de la relation où s’exerce la parole des élèves, son mode d’intervention dans la classe et l’ensemble de son travail quotidien. 1. 2. Ces fils rouges seraient de différents ordres.

Elève chercheur, enseignant médiateur - broché - Britt-Mari Barth - Achat Livre ou ebook - Prix Fnac.com Mêlant intimement théorie et pratique, cet ouvrage participe aux efforts multiples et convergents qui œuvrent pour donner du sens aux savoirs, rétablir la confiance et la motivation des enseignants et des élèves, et créer une école en cohérence avec notre temps. Depuis les années 1980, Britt-Mari Barth a constamment mobilisé les apports de la psychologie cognitive et culturelle au niveau international pour analyser les fondements de la relation pédagogique. En faisant émerger plusieurs concepts clés pour décrire les situations en classe, et en comprendre le dynamisme ou les blocages, elle a contribué à renouveler la vision des processus en jeu entre l'enseignant, les apprenants et les savoirs et proposé des voies nouvelles plus efficaces. En prolongement de ses deux précédents ouvrages, L'Apprentissage de l'abstraction et Le Savoir en construction, devenus des références en pédagogie, Britt-Mari Barth poursuit ici sa recherche de nouveaux paradigmes.

"Quest School" et pensée systémique « Que se passerait-il si les élèves apprenaient à résoudre des problèmes difficiles concernant leurs vies, leurs communautés et le monde en général ? Que se passerait-il s’ils pouvaient comprendre comment les facteurs d’un problème seraient liés et usaient de ces connaissances pour amorcer des changements positifs dans le monde ? » Autrement, dit que se passerait s’ils devenaient… changeur de monde ? Lire cet article en PDF : changeur monde Ne serait-il pas formidable si, dès onze ans, nous étions formés à changer le monde, avec esprit critique et réflexion, indépendamment des idéologies dominantes ou dangereuses ? Ce n’est pas un rêve farfelu, c’est une des visées de la bien réelle école Quest to Learn ainsi que d’autres « Quest Schools », des écoles « gamifiées », inspirées par le monde du numérique, notamment celui du jeu-vidéo (on en a parlé ici). La pensée systémique est une pensée qui demande un recul, une vision d’ensemble interdisciplinaire, dans plusieurs champs possibles.

Enseigner l’oral à l’école Parmi les trois domaines constitutifs de la maîtrise de la langue que sont le LIRE / DIRE / ECRIRE, la place et l'enseignement du DIRE restent à construire : que fait-on quand on parle ? Peut-on parler de grammaire de l'oral ? Comment construire le passage de la langue orale naturelle de l'élève aux codes de l'écrit ? Quelle est la place et la fonction de l'oral dans les apprentissages ? Quels genres de l'oral enseigner et comment ? Quelles interactions entre oral et écrit ... L’oral vecteur d’apprentissage Quelles conditions à la compréhension de l’oral ? Montaigne, Les Essais, Livre III, Chapitre XIII « De l’expérience » 1595. Pour faire prendre conscience aux élèves que parler ne fait pas appel aux mêmes règles qu'écrire, que le code oral a ses spécificités, on peut partir d'une situation concrètes comme, par exemple, l'enregistrement d'un échange entre élèves ou bien encore l'interview d'un personnage comme celle du photographe Doisneau donnée ici à titre d'exemple. A retenir : L’exposé

Bibliographie 'Sélection privée' Bibliographie« Sélection privée » Alain, Propos sur l’éducation, P.U.F., Paris, 1932. Articles originaux publiés de 1913 à 1931.Didier Anzieu, Le psychodrame analytique chez l’enfant et l’adolescent, col. Bibliothèque de psychanalyse, P.U.F., Paris, 1979 (2e édition refondue).

Related: