background preloader

Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

Un thème classique de l’archéologie, mais aussi un sujet-piège où il est difficile de faire le tri entre les voies gallo-romaines, les chemins gaulois et ceux du moyen-âge. Ici, la carte satellite sert de support au tracé de ces voies, et le lecteur peut apporter sa pierre pour améliorer la qualité de l’information. Sources : voies antiques du Pays des Santons : l’abbé Lacurie dans Bulletin monumental - Tome 10 - 1844 (voir ce document) voies antiques de l’Angoumois : Bulletins et mémoires de la SAHC Carte des voies antiques du Pays des Santons Hypothèses retenues pour ces tracésComment participer au tracé de cette carte (affiner ou rectifier les itinéraires, indiquer une nouvelle voie, etc. Hypothèses retenues pour le tracé sur la carte satellite Novioregum : le lieu retenu est Barzan, tout en sachant que cela reste une hypothèse à confirmer. Tamnum : le tracé passe par Consac, sans que cela signifie que Consac=Tamnum, hypothèse restant à confirmer. les sources documentaires sur cette voie. Related:  histoire

Principales voies romaines (sous Hadrien) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Voie. Carte des principales voies romaines sous Hadrien (vers 125). Par ailleurs, Voie romaine peut être une partie d'un odonyme, c'est-à-dire, un indicateur du type de voie suivi d'un nom propre. Premières voies stratégiques[modifier | modifier le code] Un exemple de voie pavée via munita à Pompéi.(1). L'expansion du réseau, un outil commercial[modifier | modifier le code] Au fur et à mesure de l'expansion de l'Empire, l'administration va ainsi adapter le même schéma aux nouvelles provinces. L'apogée du réseau ou la fin de l'Empire[modifier | modifier le code] À partir du IIIe siècle, le monde romain, bien à l'abri derrière le limes, sa frontière fortifiée, est peu à peu débordé par les peuples venus de l'est : c'est le début des grandes invasions. La construction des voies romaines[modifier | modifier le code] Élaboration du tracé[modifier | modifier le code] Le chantier de la voie[modifier | modifier le code]

Châteaumeillant : découverte d'un chariot romain du III ème siècle L'oppidum gaulois de Chateaumeillant - Mediolanum, vestige de la guerre des Gaules L'oppidum gaulois de Chateaumeillant (Cher) , cité dans la table de Peutinger sous le nom de Mediolanum fait l'objet de fouilles archéologiques depuis 2001 dirigées par Sophie Krausz de l'université de Bordeaux 3 . Cet oppidum, fondé au II ème siècle avant JC, faisait partie du territoire (civitas) des Bituriges Cubes, dont la capitale était Avaricum (Bourges). Son nom, Mediolanum Biturigum , vient du gaulois Mediolanon "centre du territoire". Dès le IIème siècle , l'élite gauloise de cette forteresse a très vite commercé avec l'Italie, comme en témoignent les centaines d'amphores de vins greco-italiques découvertes sur le site dès le XIXème siècle . Le site a connu deux incendies, un vers -100 avant JC, l'autre au milieu du Ier siècle avant JC.

De la naissance à la chute de l'empire romain Cette carte fait partie d’un ensemble de 8 cartes animées portant sur Rome et son empire Rome, à l’origine modeste cité d’Italie, finit par dominer l’ensemble de la Méditerranée. La ville a d'abord connu la royauté, puis la République et enfin l'Empire. De -753 à -509 Rome est gouvernée par des rois. Après Romulus le fondateur légendaire, viennent des rois d'origine sabine, puis des rois étrusques dont le dernier est Tarquin le Superbe. Sous la République la ville est gouvernée par le sénat, aux mains des patriciens*, et par deux consuls* élus chaque année. Rome s’agrandit peu à peu en luttant contre ses voisins, les Latins* et les Étrusques*, puis en occupant le sud de la péninsule où les Grecs ont fondé de nombreuses colonies. Au cours des Guerres puniques, Rome combat Carthage, et s’approprie progressivement ses territoires en Méditerranée occidentale. À l’ouest, Rome pénètre en Gaule méridionale et s’empare d’une large partie de l’Espagne. Le plus célèbre d’entre eux est Jules César.

Le réseau routier de l'Empire romain. Au point de vue stratégique, la défense de l'empire romain n'était pas seulement assurée aux frontières; les mesures prises de ce côté furent complétées par la construction d'un vaste réseau de routes, routes militaires d'abord, mais qui servirent à tous les besoins d'une circulation d'hommes et de marchandises de plus en plus active. Nous ne nous occuperons de ces routes qu'au point de vue politique. L'importance de ces grandes voies était telle qu'Auguste s'en fit attribuer l'administration par une loi spéciale (20 av. ; de là elles rayonnaient vers les extrémités de l'Empire. , on se rendait en Campanie , puis dans l'Italie méridionale jusqu'à Rhegium ; de là on passait en Sicile et la route longeait la côte septentrionale de l'île, par Palerme, gagnant Lilybée; on s'y embarquait pour Carthage d'où partaient deux grandes routes, dont l'une fut prolongée jusqu'à Tingis (Tanger) vers l'Atlantique, l'autre jusqu'à Alexandrie en Egypte . et la Syrie arrivait à Antioche. . . vers Byzance . .

Les premières communautés chrétiennes (Ier siècle) Histoire à la carte Accueil Histoire à la carte > L'histoire du christianisme (1ère partie) > De la naissance à la chute de l'empire romain Dossier : L'histoire du christianisme (1ère partie)Un exemple de carte animée : Les premières communautés chrétiennes (Ier siècle) Cette carte fait partie d’un ensemble de 17 cartes animées à venir. Afficher la carte plein écran en appuyant sur le bouton "plein écran" ci-dessus © Histoire à la carte - Crédits l'Antiquité romaine : menu Le voyage d'Ulysse, diaporamas sonorisés réalisés avec Louvre.edu et texteimage (pour ceux qui ont l'ADSL) attention ! vous devrez patienter quelques minutes pour le préchargement avant de visionner les diaporamas ! Le voyage d'Ulysse : de l'ïle de Calypso au rivage des Phéaciens Ulysse et le cyclope Ulysse chez Circé la magicienne Ulysse au pays des morts Ulysse en mer : les sirènes, entre Charybde et Scylla Les oeuvres des diaporamas : Le voyage d'Ulysse : de l'ïle de Calypso au rivage des Phéaciens Les oeuvres des diaporamas : Ulysse et le Cyclope Les oeuvres des diaporamas : Ulysse chez Circé la magicienne Les oeuvres des diaporamas : Ulysse au pays des morts Les oeuvres des diaporamas : Ulysse en mer : les sirènes, entre Charybde et Scylla Les "Incorruptibles"2005-2006 : le jeu de l'oie de Titus Flaminius Du labyrinthe au jeu de l'oie Les règles du jeu L'intrigue La civilisation Le coin des latinistes ou le plateau expliqué pas à pas Approfondissement : Dictionnaire de la civilisation gréco-romaine

Liste de voies romaines Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article propose une Liste des voies romaines, classées par anciens ensembles géopolitiques de l'époque impériale : Voies romaines en Gaule[modifier | modifier le code] Voies romaines en Corse[modifier | modifier le code] Via Corsica, de Mariana par Aleria, Præsidium, Portus Favonius vers Pallas (côte Est de la Corse). Voies romaines en Hispanie et en Lusitanie[modifier | modifier le code] Voies en Bretagne romaine, vers 150 Voies en Bretagne romaine, vers 410 Voies romaines en Grande-Bretagne (Britannia)[modifier | modifier le code] Voies romaines transalpines[modifier | modifier le code] Ces routes relient l'Italie à l'Allemagne, l'Autriche, la Slovénie actuelles. Voies romaines en Germanie[modifier | modifier le code] Voies romaines des régions du Danube Il s'agit de routes reliant les colonies de Rhénanie au reste de l'Empire, et de diverses routes stratégiques liés au Limes[2]. Voies romaines dans les Balkans[modifier | modifier le code] Atlas :

Grandes découvertes Grandes découvertes est l'expression qui désigne généralement les explorations maritimes entreprises par les puissances européennes aux xve et xvie siècles. Durant cette période, les monarchies et de riches compagnies commerciales financent de grandes expéditions dans le but d'explorer le monde, cartographier la planète et établir des contacts directs avec l'Afrique, l'Amérique, l'Asie et l'Océanie. L'expression d’Âge des découvertes est également utilisée par les cartographes. Les Portugais vont explorer les côtes de l'Afrique sous l'impulsion du prince Henri dit « le Navigateur ». Au même titre que la Renaissance, l'« Âge des découvertes » constitue un pont entre Moyen Âge et Époque moderne. Alors que ces événements étaient autrefois regroupés sous l'expression « ère des grandes découvertes », l'historiographie contemporaine met en avant l'aspect bilatéral de la rencontre de deux civilisations[1]. Contexte[modifier | modifier le code] Prélude (1241-1438)[modifier | modifier le code]

Related: