background preloader

Plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires

Plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires
L’or des dictateurs, l’argent du crime, l’évasion fiscale y trouvent refuge. Ils menacent la stabilité financière, la redistribution et la démocratie. Cessons le scandale des paradis fiscaux et judiciaires ! Appel des élus locaux Stop Paradis Fiscaux 17 mars 2014 - A quelques jours des élections municipales, des élus locaux à travers l’Europe lancent un réseau international de collectivités locales « Stop Paradis Fiscaux » J-6 avant les municipales en France, des élus locaux suédois, norvégiens, finlandais, (...) 13 février 2014 - A quoi servent les 1548 filiales offshore des entreprises du CAC40, recensées par la Revue Projet (1) ?

http://www.stopparadisfiscaux.fr/

Related:  MondialisationLa mondialisation en fonctionnementComprendre évasion fiscale et paradis fiscauxParadis fiscauxCartographies - Genealogies - Personnes impliquées

C'est qui le patron ? Passer du libéralisme au délibéralisme L’économie ne se résume pas, comme l’ont souligné Karl Polanyi et Fernand Braudel, à une économie de marché : il y a aussi une économie publique et une économie propre à la société civile. En cette période de crise, où l’efficacité du marché et de l’État sont remis en cause, fleurissent de nombreuses initiatives solidaires. On peut définir ces dernières comme des projets collectifs menés par la société civile en vue de démocratiser l’économie ; on pense ici aux monnaies sociales, aux systèmes d’échanges locaux, aux épiceries solidaires ou encore aux crèches parentales. Parmi ces initiatives solidaires, « C’est qui le patron ?!

Expliquez-nous ... le G7 Au départ, le G7 est le sommet des sept pays les plus industrialisés des années 70. Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie et Canada. Pour comprendre l'histoire du G7 il faut remonter 40 ans en arrière. En novembre 1975, le président français Valery Giscard-d’Estaing organise le premier sommet du G6 à Rambouillet. On parle de G6 parce que le Canada ne fait pas encore partie de ce petit club privilégié.

L'homme qui valait des milliards A 40 ans, Hervé Falciani est l'informaticien qui a livré à plusieurs gouvernements européens les fichiers contenant les noms de milliers de leurs ressortissants ayant des comptes auprès de la filiale suisse de la banque HSBC. Arrêté à Barcelone fin juillet, il attend d’être extradé vers la Suisse. presseurop.eu 24 août 2012 | Partager : Il n'a pas fallu grand chose pour les trouver. Elles étaient là, sur l'écran d'ordinateur devant lequel il travaillait depuis six ans, au siège de la banque HSBC à Genève. Hervé Falciani était chargé d'améliorer les bases de données des clients dans l'une des plus grandes banques du monde et les informations auxquelles il a eu accès en octobre 2006 avaient une valeur inestimable.

14 février, 1 H du matin, Assemblée : un vote historique pour sortir les banques des paradis fiscaux. J’y étais, récit. Devant 4 parlementaires de droite qui auront tenté de repousser et de restreindre le projet jusqu’au bout, les députés de la majorité votent une obligation de transparence sur la présence des banques françaises dans les paradis fiscaux. Une 1ère mondiale. Onze heures. Arrivé dans les tribunes quasi vides de l’hémicycle. En bas aussi, il n’y a pas foule. Les noms des gredins privés qui tiennent les rênes de la dette publique, comme on tient la bride d'un cheval dressé relayé sur un site dont je trouve le slogan fort sympathique : "Les moutons enragés : Les moutons en ont marre, ils s'informent !" La dette de la France, un secret bancaire ? « Je m’étais posé la question, l’ai posé autour de moi, sur le forum, ai effectué des recherches, et aucune véritable réponse n’avait été trouvée. Et voici donc un élément de réponse, déjà très très instructif, pour ENFIN en savoir un peu plus sur la dette française et ses « propriétaires ». Qui détient la dette de la France ? Cette question, chaque contribuable français est en droit de se la poser.

Vers une démondialisation ? La France cesse de perdre ses usines LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Denis Cosnard Pas de champagne, c’est interdit sur le site. Mais du jus d’orange, des petits fours, quelques discours et, bien sûr, un ruban à couper par monsieur le maire. Les dirigeants d’Amoéba ont invité 600 personnes et prévu une jolie fête, mardi 4 octobre, pour inaugurer leur première usine, à Chassieu (Rhône). « C’est la preuve qu’on peut partir d’un brevet lyonnais et arriver quatre ans et demi plus tard à un vrai site industriel », se félicite Fabrice Plasson, président et cofondateur d’Amoéba. L'Iphone un produit mondialisé La sortie récente de l’Iphone 6 est l’occasion de complété le travail autour de ce produit mondialisé. Philippe Chavanne a déjà présenté une séquence complète avec construction d’un croquis autour de cette étude de cas. Des académies comme celle de Guyanne proposent également des pistes de travail.

Les secrets des offshore exposés mondialement (en direct) Parmi les millions de transactions dévoilées, parmi les dizaines de milliers de noms de sociétés et de particuliers provenant de 170 pays de par le monde, figurent des centaines de fraudeurs belges, notamment de nombreux diamantaires anversois d’origine indienne, des conseillers fiscaux des trois régions du pays, des cadres de banques œuvrant pour compte de leurs clients, et de nombreux particuliers d’Anvers, de Bruxelles, d’Uccle, de Waterloo ou de Dinant. Cette révélation inédite est le fruit du travail de 86 journalistes du monde entier qui, sous la direction de l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ, Washington) se sont rassemblés durant quinze mois pour analyser 2,5 millions de fichiers, les comptes de 120.000 sociétés offshore. Au total, la fuite informatique équivaut à 160 fois le volume des câbles diplomatiques révélés par WikiLeaks en 2010.

Paradis fiscaux : vous pouvez agir maintenant ! Après plus de 6 ans de combat acharné, ANTICOR et les organisations de la Plateforme paradis fiscaux et judiciaires (PPFJ) ont enfin obtenu, le vote par l’Assemblée nationale du « reporting » pays par pays. C’est le fruit d’une long travail de plaidoyer auprès de la classe politique, pour affirmer la nécessité de cette mesure de justice : les banques devront dorénavant publier chaque année leur chiffre d’affaire et leur effectif dans chaque pays où elles sont implantées, ainsi que la liste de leurs filiales. Inutile de dire que la filiale aux Bahamas ou à Jersey qui génère $100 millions de chiffre d’affaire avec seulement 5 employés sera immédiatement passée au crible des analyses du fisc et de la société civile ! Mais ce n’est pas fini : la loi de réforme bancaire doit encore être examinée en séance publique au Sénat la semaine du 18 mars. Le résumé de la soirée de ce vote exceptionnel est sur le blog de Christian Chavagneux, rédacteur en chef adjoint d’Alternatives Economiques :

Le complot judéo-maçonnique existe bien mais faut-il le dire? Ils ont toujous été là! Les banquiers juifs. La banque juive qui domine les USA et maintenant l'Europe!

Related: