background preloader

Animaux préhistoire-animaux prehistoire-smilodon-megaceros-mammouth-mégacéros-dent de sabre-aurochs-rennes-renne-bison-bisons

Animaux préhistoire-animaux prehistoire-smilodon-megaceros-mammouth-mégacéros-dent de sabre-aurochs-rennes-renne-bison-bisons
Related:  AnimauxPaléonthologie - A Classer

Le mammouth Répartition géographique Originaire d'Afrique les espèces de mammouths se sont ensuite répandues sur le continent européen (entre -2 et -3 millions d’années), puis en Amérique du Nord (-1,5 millions d’années), probablement en passant par le détroit de Bering. Caractéristiques de l’animal Les mammouths mesuraient entre 3 et 5 mètres au garrot et pesaient en moyenne de 4 à 6 tonnes suivant l’espèce. Le mammouth le plus imposant était Mammuthus sungari, dont le poids était compris entre 6 et 8 tonnes. La femelle était beaucoup plus petite que le mâle. Mode de vie Par analogie avec les tribus d’éléphants actuels on peut supposer qu’un troupeau de mammouths devait être composé d’une femelle dominante et de plusieurs femelles accompagnées de leurs petits. Rapports entre le mammouth et l’homme Aux temps glaciaires la recherche de nourriture devait être une quête perpétuelle pour les hommes. Où voir des restes ou reconstitutions de mammouths ? Références :

Les chevaux de la préhistoire Par un étrange concours de circonstances, en 1879, le cartographe Nicolaï Przewalski en mission dans l’Altaï mongol découvre une espèce inconnue de cheval sauvage alors que le préhistorien Marcelino Sanz de Sautuola met à jour par hasard les premières peintures rupestres dans la grotte d’Altamira. La ressemblance entre les représentations de chevaux et le petit équidé mongol conduit la communauté scientifique de l’époque à le considérer comme un survivant de la préhistoire. Devenu mythe, l’animal est ramené dans les cours d’Europe ce qui paradoxalement, accélère sa disparition en Mongolie, mais le sauve de l’extinction. Le film enquête sur les raisons de la prédominance du cheval dans l’art du paléolithique et cherche à élucider la question de la filiation entre le cheval de la préhistoire et le cheval de Przewalski. Paléontologues, historiens de l’art, zoologues aident à déchiffrer cette énigme. Informations internes, les supports ne sont pas vendus.

Le chien domestique, des origines réfutées - Actualités Nouvelles origines pour le chien domestique... Une nouvelle étude finlandaise suggère que les chiens domestiques ont évolué à partir des loups européens qui ont rencontré les chasseurs-cueilleurs au Paléolithique. Les chiens domestiques auraient évolué à partir d'un groupe de loups (aujourd’hui disparus) qui sont entrés en contact avec les chasseurs-cueilleurs européens entre -18 800 et -32 100 ans. L’étude Publiée dans la revue Science, cette nouvelle génétique a comparé l’ADN mitochondrial de plusieurs dizaines de loups et de chiens. Pour retrouver les grandes lignes de la généalogie du chien, l’équipe, dirigée par Olaf Thalmann (Université de Turku) a d’abord étudié l’ADN mitochondrial de 18 canidés fossiles. Ce sont ensuite 49 ADN de loups actuels et 77 de chiens modernes qui ont été séquencés. Les loups européens (fossiles) à l'origine du chien domestique ? «Nous ne nous attendions pas à ce que l'ascendance entre les populations soit aussi clairement défini", déclare Thalmann.

Helmut, le mammouth de Seine-et-Marne a t-il été chassé par l'homme ? Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Mardi, des archéologues français ont annoncé la découverte d'un squelette quasi-complet de mammouth qu'ils ont prénommé "Helmut". L'annonce de la découverte exceptionnelle s'est largement répandue depuis le début de la semaine. Depuis 1859, c'est la quatrième fois qu'une telle trouvaille est réalisée. Néanmoins, les particularités ne s'arrêtent pas là puisque les ossements ne sont étalés que dans un espace très restreint ce qui facilite les fouilles qui ont commencé depuis à peine deux semaines. Une preuve rare de la coexistence de Néandertal et des mammouths Le mystère ne se porte cependant pas que sur les causes de la mort puisque outre les ossements d'Helmut, les archéologues ont aussi trouvé deux éclats de silex près du crâne du mammouth âgé de 50.000 à 200.000 ans. Mais le scénario reste flou.

Le chien serait originaire d’Europe D’où vient le chien ? S’il a récemment été suggéré que ce dernier est d’abord apparu au Moyen-Orient , une nouvelle étude émet plutôt l’hypothèse qu’il serait en réalité originaire d’Europe. Ces travaux, publiés le 15 novembre 2013 dans la revue Science, suggèrent en effet que le chien domestique moderne est très probablement issu d’un groupe de loups aujourd’hui disparu, qui évoluait en Europe il y a 18 800 à 32 100 ans. Pour parvenir à ce résultat, Robert Wayne (Université de Californie à Los Angeles, États-Unis) et ses collègues ont analysé l’ADN mitochondrial présent dans les ossements de 10 animaux présentant des caractéristiques anatomiques analogue à celle du loup, et huit ossements issus d’animaux anatomiquement proches du chien moderne. Des ossements dont les plus récents étaient âgés d’un millier d’années, tandis que les plus anciens remontaient à 32 000 ans. Crédit photo : Del Baston

Des nanodiamants renforcent la thèse de l'astéroïde tueur de mammouths Un groupe de chercheurs a publié récemment un article annonçant la découverte dans les sédiments d’un lac mexicain, de traces d’impact d’un petit corps céleste. Déjà retrouvées en Amérique du Nord, ces traces seraient celles d'un impact, survenu il a presque 13.000 ans, qui aurait contribué à de nombreuses extinctions d’espèces, dont les mammouths. Il y a 12.900 ans en Amérique du Nord, l’écosystème a brutalement changé, entraînant plusieurs extinctions. Cette thèse est soutenue par plusieurs chercheurs depuis quelques années, appuyée par la découverte dans différents sites d'Amérique du Nord de couches géologiques contenant des nanodiamants et autres matériaux exotiques qu’il est difficile d’expliquer autrement que par un impact de corps célestes, bien que l’hypothèse d’une éruption volcanique n’ait pas été écartée. Des nanodiamants d'impacts extraterrestres En plus de ces nanodiamants, des sphérules d’impact fusionnées apparaissent parfois au microscope électronique.

Des toilettes publiques de… 235 millions d’années Il y a dans la paléontologie un peu de l'excitation des enfants le matin de Noël, qui se demandent quelles merveilles ils vont bien découvrir sous le sapin. On a les trouvailles attendues mais aussi des surprises. C'est ce qui est récemment arrivé à une équipe argentine fouillant, dans la province de La Rioja, le site de Los Chañares, recouvert d'une formation géologique très riche en fossiles animaux qui a déjà révélé des centaines de spécimens de tétrapodes. Mais, dans le cas présent, la surprise n'était pas la découverte d'un fabuleux squelette inédit. Ainsi qu'ils le relatent dans une étude publiée le 28 novembre par Scientific Reports, ces chercheurs sont tombés sur... des champs de coprolithes, c'est-à-dire des excréments fossilisés. Distantes les unes des autres d'environ 1,5 km, ces huit parcelles mesurent de 400 à 900 m2 et comptent parfois jusqu'à 94 coprolithes au mètre carré. La découverte de ces champs de coprolithes est intéressante à maints égards.

Les plus anciens animaux marcheurs étaient... des poissons La marche, une pratique vieille de plus de 420 millions d’années Les scientifiques ont alors eu l'idée d'étudier le cerveau de la bestiole. Surprise : les raies utilisent exactement les mêmes neurones pour marcher que les vertébrés terrestres. En plus des neurones, Leucoraja montre d'autres similitudes anatomiques avec les tétrapodes dans sa façon de marcher, à savoir une alternance gauche-droite et une extension-flexion réciproque de ses nageoires. JURASSIC PRESQUE – Les dinosaures devraient leur disparition à une mauvaise coïncidence REUTERS/Vincent West Avec ce “si”, Paris ne serait certainement pas en bouteille. Paris ne serait certainement pas du tout, d’ailleurs. L’hypothèse, que relaie le Guardian lundi 28 juillet, est en effet la suivante : si l’astéroïde qui a frappé la planète Terre il y a 66 millions d’années avait choisi de le faire “à un moment plus commode”, les dinosaures y galoperaient encore, et les humains n’y gambaderaient toujours pas. Pour rappel, l’une des théories les plus crédibles permettant d’expliquer la soudaine disparition des dinosaures est la chute d’un astéroïde large d’une dizaine de kilomètres dans la péninsule du Yucatan, au Mexique. Or, d’après Steve Brusatte, paléontologue à l’université d’Edimbourg (Ecosse), la triste spirale aurait pu être évitée si l’événement déclencheur s’était produit “quelques millions d’années plus tôt ou quelques millions d’années plus tard”. “Et si les dinosaures ne s’étaient pas éteints, les mammifères n’auraient pas eu l’opportunité d’éclore.

Découverte d'une inquiétante espèce de ver géant vieille de 400 millions d’années - Sciencesetavenir.fr Si le ver des sables de l'oeuvre de science-fiction Dune a de quoi faire frémir, celui-ci, d’une taille plus modeste, n’en demeure pas moins peu ragoutant. Le fossile de ver géant primitif a été découvert par une équipe internationale de scientifiques de l’Université de Bristol, de Lund en Suède et du Musée royal de L’Ontario. Petite particularité de cette charmante créature, elle remporte le titre de la plus grande mâchoire jamais enregistrée sur ces êtres vivants. Soit des scolecodonts (mâchoires des vers polychaete) d'environ 1cm et visibles à l'oeil nue. "Lorsque j'ai demandé des précisions à propos de l'échelle, nous nous sommes rendus compte qu'elle était relativement parlante car énorme ! Habituellement, ces fossiles mesurent de 0,1 à 2 mm "Il a été très difficile d'estimer sa taille en premier lieu, mais nous avons essayé au mieux de nos capacités en utilisant des analogues modernes. Un cousin éloigné d’une espèce toujours bien vivante ! © Youtube / cbloo Ver bobbit

Un cousin à larges ailes du vélociraptor découvert en Chine Deux mètres de long, 20 kilos de carcasse, deux petits bras et de longues plumes. Voilà le portrait-robot du Zhenyuanlong suni, le plus gros dinosaure fossilisé avec ses plumes découvert dans la province de Liaoning en Chine. Ce nouveau spécimen de dinosaures aurait vécu au crétacé, il y a environ 125 millions d’années, selon une étude publiée jeudi dans Scientific Reports (Nature). « Le fossile est si bien conservé que nous pouvons voir les plumes d’une grande partie de son corps, y compris une série de grandes plumes accrochées sur ses bras », explique Steve Brusatte de l’université d’Edimbourg en Ecosse, coauteur de l’étude. « Si vous aviez vu Zhenyuanlong vivant, je ne pense pas que vous auriez fait la différence entre lui et, disons, un vautour », déclare le chercheur. « Pourquoi cet animal a-t-il des ailes ? » « Peut-être qu’elles lui servaient à parader, ou à protéger ses œufs dans le nid.

La toute première fleur était hermaphrodite SCIENCE - A quoi ressemblait la première fleur, l'ancêtre de toutes les fleurs que nous connaissons aujourd'hui? Des chercheurs pensent être parvenus à dresser son portrait-robot: elle était hermaphrodite et ses organes ressemblant à des pétales étaient organisés en cercles concentriques, selon une étude publiée mardi 1er août dans la revue Nature Communications C'est la première fois que l'on montre que l'ancêtre de toutes les fleurs possédait à la fois des parties femelles (carpelles) et mâles (étamines) même si, pour les botanistes, "cela ne devrait pas constituer une surprise", déclare à l'AFP Hervé Sauquet, principal auteur et coordonnateur de cette étude 36 chercheurs de 13 pays se sont réunis autour du projet "eFlower", pour combiner les données sur la structure florale des espèces actuelles et le tout dernier arbre évolutif des plantes à fleurs, construit à partir des informations génétiques des différentes espèces. Une fleur portée par un petit arbre Wikimedia Commons

Des lionceaux gelés depuis au moins 10 000 ans Des lionceaux des cavernes retrouvés congelés en Sibérie Les cadavres presque intacts de deux lionceaux de l’espèce Lion des cavernes ont été retrouvés dans le permafrost sibérien dans la république de Sakha (Yakoutie). Une découverte et une première Ce sont non seulement les cadavres de deux lions des cavernes découverts les mieux conservés, mais également une première, car ce sont des lionceaux âgés approximativement de 18 mois. Les « momies » ont été mises à jour pendant l’été 2015. La région est très riche en découvertes et a déjà permis de retrouver d’autres animaux congelés, comme des mammouths ou un rhinocéros laineux. Cette actualité a été diffusée avant que les premiers éléments de l’étude ne soient publiés (prévus pour novembre). Des lionceaux de plus de 10 000 ans A priori aucun élément ne permet encore de dater précisément la période à laquelle les petits sont décédés. Les premiers résultats des études seront publiés fin novembre 2015. Sources DailyMail The SiberianTimes

Un fossile d’oiseau de 130 millions d’années a conservé ses plumes et ses couleurs COULEUR. Grâce à cette nouvelle découverte, les dinosaures ont repris des couleurs ! En effet, l’oiseau fossile hors du commun trouvé dans des dépôts lacustres chinois en 2008 a livré ses secrets. La fameuse protéine enfin révélée Via des méthodes de microscopie électronique et des techniques immunologiques, les chercheurs ont pu identifier les deux structures pigmentaires présentes dans les plumes fossilisées. Un fossile de dinosaure exceptionnel Daté de 130 millions d’années, il s’agit du premier fossile retrouvé ayant gardé sa pigmentation.

Related: