background preloader

Animaux

Facebook Twitter

L'ADN de bisons et les peintures rupestres prouvent que les bisons européens sont hybrides. HYBRIDATION. 820 bisons sont représentés sur les murs des grottes européennes, soit 21% de la totalité des ornements rupestres. Mais il existe deux formes bien distinctes de bisons sur lesquels les spécialistes s’interrogent depuis de nombreuses années. En cherchant à connaître les évolutions climatiques de l’Eurasie, le Docteur Julien Sourbier et le Professeur Alan Cooper de l’université d’Adélaïde (Australie) ont en fait découvert les origines du bison européen, Bison bonasus : il s’agirait du fruit d’une hybridation entre le bison des steppes (Bison priscus) et l’auroch (Bos primigenius), ancêtre des bovins actuels.

Les résultats de leur découverte, qui permettent une nouvelle interprétation des peintures rupestres, ont été publiés dans Nature le 18 octobre 2016. Une hybridation pour s’adapter aux conditions climatiques Le mystère des peintures rupestre résolu Les peintures rupestres de cette période représentent deux formes de bisons à la morphologie différente. Le loup, deux fois domestiqué ? Le chien descend du loup.

Le loup, deux fois domestiqué ?

Et plutôt deux fois qu’une, si l’on en croit de nouvelles analyses sur l’origine débattue de notre meilleur ami. La domestication du loup, qui a conduit à l’apparition du premier animal façonné par l’homme, en fonction de ses propres besoins, reste un sujet très discuté. La dernière étude en date pourrait réconcilier deux positions opposées, expliquent ses signataires dans la revue Science du 3 juin. « Combinés, nos résultats suggèrent que les chiens auraient pu être domestiqués indépendamment dans l’est et dans l’ouest de l’Eurasie à partir de populations distinctes de loups, écrivent les chercheurs.

Les chiens d’Asie auraient pu ensuite voyager vers l’Europe, avec l’homme, où ils auraient partiellement remplacé les chiens paléolithiques européens. » En science, chacun cherche son chien : certaines équipes estiment qu’il est apparu en Europe il y a plus de 30 000 ans environ. Un canidé préhistorique récémment découvert grâce à une unique molaire. MOLAIRE.

Un canidé préhistorique récémment découvert grâce à une unique molaire

Voilà sur quoi se base la découverte d'une nouvelle espèce de canidé préhistorique. C'est avec une molaire droite de la mâchoire supérieure que des paléontologues de l'Université de Pennsylvanie, aux États-Unis, ont pu identifier et nommer Cynarctus wangi. Les détails de cette découverte ont été compilés dans un article du Journal of Paleontology. 7 dents éclairent la migration des singes entre les Amériques. NOUVEAU MONDE.

7 dents éclairent la migration des singes entre les Amériques

C’est lors de travaux pour l’élargissement du canal de Panama, dans la formation fossilifère de Las Cascadas, qu’ont été découvertes ces sept dents qui suggèrent que les platyrhiniens, ou singes du nouveau monde, occupaient cette zone beaucoup plus tôt que prévu. Elles datent en effet de 21 millions d’années et à l’époque l’isthme de Panama qui relie l’Amérique du Nord et du Sud n’était pas formé et une vaste bande d’eau de 160 kilomètres de large séparait l’Amérique du Sud et ce qui est aujourd’hui le Panama. Cette terre était par contre connectée à l’Amérique du Nord dont elle constituait la pointe et la majorité des fossiles de mammifères retrouvés à Las Cascadas ont des origines nord-américaines et ressemblent à ceux retrouvés au Texas, en Floride et au Mexique.

Un crocodile gavial préhistorique découvert au Pérou. Un fossile explique l'origine des gibbons - Sciences - Numerama. Un fossile retrouvé en Catalogne explique l'origine commune des gibbons et des grands singes.

Un fossile explique l'origine des gibbons - Sciences - Numerama

Un squelette vieux de 11,6 millions d’années a été identifié sur le site de fouilles d’Abocador de Can Mata en Catalogne. Pour les archéologues, il s’agit d’une espèce encore inconnue, baptisée Pliobates, qui serait un ancêtre commun aux petits singes sans queue de la famille des hylobatidés, dont font partie les gibbons, et aux grands singes, principalement les gorilles, les orang-outans et les chimpanzés. Le site d’Abocador a déjà permis la découverte de plus de 80 espèces de mammifères. Des lionceaux gelés depuis au moins 10 000 ans. Des lionceaux des cavernes retrouvés congelés en Sibérie Les cadavres presque intacts de deux lionceaux de l’espèce Lion des cavernes ont été retrouvés dans le permafrost sibérien dans la république de Sakha (Yakoutie).

Des lionceaux gelés depuis au moins 10 000 ans

Une découverte et une première Ce sont non seulement les cadavres de deux lions des cavernes découverts les mieux conservés, mais également une première, car ce sont des lionceaux âgés approximativement de 18 mois. Les « momies » ont été mises à jour pendant l’été 2015. La région est très riche en découvertes et a déjà permis de retrouver d’autres animaux congelés, comme des mammouths ou un rhinocéros laineux. Cette actualité a été diffusée avant que les premiers éléments de l’étude ne soient publiés (prévus pour novembre). On peut supposer que la tentation était trop forte pour les chercheurs (et leur sponsor The Siberian Times !). Les premiers résultats des études seront publiés fin novembre 2015.

Sources DailyMail The SiberianTimes. Un cousin à larges ailes du vélociraptor découvert en Chine. Deux mètres de long, 20 kilos de carcasse, deux petits bras et de longues plumes.

Un cousin à larges ailes du vélociraptor découvert en Chine

Voilà le portrait-robot du Zhenyuanlong suni, le plus gros dinosaure fossilisé avec ses plumes découvert dans la province de Liaoning en Chine. Ce nouveau spécimen de dinosaures aurait vécu au crétacé, il y a environ 125 millions d’années, selon une étude publiée jeudi dans Scientific Reports (Nature). Les tyrannosaures avaient-ils l'instinct grégaire ? JURASSIC PRESQUE – Les dinosaures devraient leur disparition à une mauvaise coïncidence.

REUTERS/Vincent West Avec ce “si”, Paris ne serait certainement pas en bouteille.

JURASSIC PRESQUE – Les dinosaures devraient leur disparition à une mauvaise coïncidence

Paris ne serait certainement pas du tout, d’ailleurs. Des toilettes publiques de… 235 millions d’années. Il y a dans la paléontologie un peu de l'excitation des enfants le matin de Noël, qui se demandent quelles merveilles ils vont bien découvrir sous le sapin.

Des toilettes publiques de… 235 millions d’années

On a les trouvailles attendues mais aussi des surprises. C'est ce qui est récemment arrivé à une équipe argentine fouillant, dans la province de La Rioja, le site de Los Chañares, recouvert d'une formation géologique très riche en fossiles animaux qui a déjà révélé des centaines de spécimens de tétrapodes. Le chien serait originaire d’Europe. D’où vient le chien ?

Le chien serait originaire d’Europe

S’il a récemment été suggéré que ce dernier est d’abord apparu au Moyen-Orient , une nouvelle étude émet plutôt l’hypothèse qu’il serait en réalité originaire d’Europe. Ces travaux, publiés le 15 novembre 2013 dans la revue Science, suggèrent en effet que le chien domestique moderne est très probablement issu d’un groupe de loups aujourd’hui disparu, qui évoluait en Europe il y a 18 800 à 32 100 ans. Pour parvenir à ce résultat, Robert Wayne (Université de Californie à Los Angeles, États-Unis) et ses collègues ont analysé l’ADN mitochondrial présent dans les ossements de 10 animaux présentant des caractéristiques anatomiques analogue à celle du loup, et huit ossements issus d’animaux anatomiquement proches du chien moderne.

Le mammouth. Répartition géographique Originaire d'Afrique les espèces de mammouths se sont ensuite répandues sur le continent européen (entre -2 et -3 millions d’années), puis en Amérique du Nord (-1,5 millions d’années), probablement en passant par le détroit de Bering.

Le mammouth

Caractéristiques de l’animal Les mammouths mesuraient entre 3 et 5 mètres au garrot et pesaient en moyenne de 4 à 6 tonnes suivant l’espèce. Le mammouth le plus imposant était Mammuthus sungari, dont le poids était compris entre 6 et 8 tonnes. La femelle était beaucoup plus petite que le mâle. Animaux préhistoire-animaux prehistoire-smilodon-megaceros-mammouth-mégacéros-dent de sabre-aurochs-rennes-renne-bison-bisons. Le chien domestique, des origines réfutées - Actualités. Nouvelles origines pour le chien domestique...

Une nouvelle étude finlandaise suggère que les chiens domestiques ont évolué à partir des loups européens qui ont rencontré les chasseurs-cueilleurs au Paléolithique. Les chiens domestiques auraient évolué à partir d'un groupe de loups (aujourd’hui disparus) qui sont entrés en contact avec les chasseurs-cueilleurs européens entre -18 800 et -32 100 ans. L’étude Publiée dans la revue Science, cette nouvelle génétique a comparé l’ADN mitochondrial de plusieurs dizaines de loups et de chiens. Pour retrouver les grandes lignes de la généalogie du chien, l’équipe, dirigée par Olaf Thalmann (Université de Turku) a d’abord étudié l’ADN mitochondrial de 18 canidés fossiles. Ce sont ensuite 49 ADN de loups actuels et 77 de chiens modernes qui ont été séquencés.