background preloader

Bertolt Brecht

Bertolt Brecht
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Brecht. Bertolt Brecht Bertolt Brecht en 1948 Le Brecht-Denkmal de Fritz Cremer devant le Berliner Ensemble. Bertolt Brecht (né Eugen Berthold Friedrich Brecht le 10 février 1898 à Augsbourg, en Bavière - 14 août 1956 à Berlin-Est) est un dramaturge, metteur en scène, critique théâtral et poète allemand du XXe siècle (naturalisé autrichien en 1950). Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse[modifier | modifier le code] Bertolt Brecht est d'origine bourgeoise, fils d'un père catholique, dirigeant d'une fabrique de papier, et d'une mère protestante[1]. La montée du nazisme[modifier | modifier le code] À partir de 1930, les nationaux socialistes commencent à interrompre avec véhémence les représentations des pièces de Brecht. L'exil[modifier | modifier le code] Bertolt Brecht en RDA[modifier | modifier le code] Réaction de Brecht aux événements du 17 juin 1953[modifier | modifier le code] Related:  Communistes (H)

Léon Trotski Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Léon Trotski (ou Trotsky, voire Trotzky ou Trotzki[1] ; en russe : Лев Троцкий), de son vrai nom Lev Davidovitch Bronstein (en russe : Лев Давидович Бронштейн), né le à Ianovka (Ukraine actuelle) et mort assassiné le à Mexico (Mexique), est un révolutionnaire et homme politique russo-soviétique. Militant marxiste, du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR) puis, à partir de l'été 1917, bolchevik, il est plusieurs fois déporté en Sibérie ou exilé de Russie, et est notamment président du soviet de Pétrograd lors de la révolution russe de 1905. En 1917, il est le principal acteur, avec Lénine, de la Révolution d'Octobre qui permet aux bolcheviks d'arriver au pouvoir. Il s'oppose à la bureaucratisation du régime et à Staline en prenant la tête de l'Opposition de gauche ; Staline le fait finalement chasser du gouvernement (1924) et du Parti communiste (1927), puis l'exile en Asie centrale avant de le bannir d'URSS (1929).

La Résistible Ascension d'Arturo Ui Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Résistible Ascension d'Arturo Ui (Der aufhaltsame Aufstieg des Arturo Ui) est une pièce de théâtre de Bertolt Brecht écrite en 1941. Collaboratrice : Margarete Steffin. On peut la ranger dans la catégorie du théâtre épique. Composée de 17 scènes, elle est une parabole sur la prise de pouvoir d'Hitler et son extension. §Genèse[modifier | modifier le code] La première trace d'un intérêt de Brecht pour le thème de Ui est rapportée par Walter Benjamin à propos d'un entretien avec Brecht en 1934[1]. Brecht est arrivé aux États-Unis en juillet 1941 et avait l'intention d'y faire jouer la pièce. « Hoffman Reynolds Hays a entrepris un travail héroïque et a réalisé en 8 jours une traduction du « Ui ». §Contenu[modifier | modifier le code] La situation économique à Chicago est difficile. Par ailleurs, Arturo Ui désespère de réussir à contrôler le commerce de légumes de Chicago. Réunion du conseil municipal. Le procès des incendiaires a lieu.

Bertolt Brecht Poète et auteur dramatique allemand (Augsbourg 1898-Berlin-Est 1956). « Le monde d'aujourd'hui peut-il être rendu par le théâtre ? » À cette question que posait Friedrich Dürrenmatt au cinquième colloque de Darmstadt sur le théâtre, Brecht entreprit de répondre dans une courte lettre parue dans l'hebdomadaire Sonntag le 8 mai 1955 : « La question de savoir si le monde peut être rendu par le théâtre est une question sociale. » Brecht affirmait ainsi que la forme dramatique est liée à la vie de l'homme en société, et que toute réflexion sur l'esthétique théâtrale passe par la considération critique des phénomènes politiques, économiques et sociaux qui préoccupent les hommes contemporains. « Je vins dans les villes au temps du désordre quand la famine y régnait. Lorsque Brecht commence à se passionner pour le théâtre, l'Allemagne garde encore sa confiance au grand état-major et à l'expressionnisme. Brecht se reconnaît mal dans cette ascendance. Asocial dans une société asociale Auteur Acteur

Rainer Werner Fassbinder Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Rainer Werner Fassbinder Rainer Werner Fassbinder est un réalisateur allemand, né le à Bad Wörishofen (Bavière) et mort le à Munich. Il est l’un des représentants majeurs du nouveau cinéma allemand des années 1960-1970. Il a été également acteur, auteur et metteur en scène de théâtre. Biographie[modifier | modifier le code] Fils d’un médecin, Hellmuth Fassbinder, et d’une traductrice, Liselotte Eder, née Pempeit (dite aussi Lilo Pempeit) (1922–1993), il est enfant unique, au grand dam de ses parents, qui divorcent en 1951 : le jeune Rainer a alors six ans. Il s’intéresse très jeune au cinéma, dévorant films sur films. Il réalise en 1965, un premier court métrage (This Night) qui semble avoir été perdu. Ainsi, naissent en 1969, L'amour est plus froid que la mort (Liebe ist kälter als der Tod) et Le Bouc (Katzelmacher). À partir de 1972 ses films évoluent : ils deviennent plus professionnels et étoffés. Filmographie[modifier | modifier le code]

la préface de cromwell Thème La Préface de Cromwell (1827) est une véritable défense et une illustration du drame romantique. Le drame hugolien engendre une révolution qui remet en question les préceptes dont la tragédie est dotée depuis le Grand Siècle, notamment la règle fondamentale des trois unités. Selon cette règle, l'intrigue devait former un tout (unité d'action), cependant que la scène devait ne représenter qu'un seul lieu (unité de lieu) et la durée des événements représentés ne pas dépasser vingt-quatre heures (unité de temps). Résumé La Théorie des trois âges On peut distinguer trois grandes époques dans l'histoire de l'humanité auxquelles correspondent leur propre expression littéraire Les temps primitifs Les hommes encore proche de l'innocence universelle s'adonnent à la vie pastorale, ils sont naïfs et pieux. Les temps antiques Les États se constituent, les guerres naissent de leur constitution même. Les temps modernes le spiritualisme chrétien pose le corps et l'âme, la terre au ciel. Extraits

Grigori Zinoviev Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Zinoviev. Grigori Evseïevitch Zinoviev (en russe : Григо́рий Евсе́евич Зино́вьев), de son vrai nom Ovseï-Gerchen Aronovitch Radomyslski-Apfelbaum, né à Elizavethrad le 23 septembre (11 septembre) 1883 et mort le 25 août 1936 à Moscou, est un révolutionnaire bolchevik. Biographie[modifier | modifier le code] Avant la Révolution[modifier | modifier le code] Grigori Zinoviev en 1910. Né en Ukraine en 1883 de parents juifs journaliers agricoles, autodidacte confirmé, Zinoviev « est épais, avec un visage consulaire plutôt pâle, massif, une abondante chevelure ébouriffée, un regard gris bleu[1] ». Poursuivi par la police, il quitte la Russie de 1908 à 1917. De la Révolution aux années 1930[modifier | modifier le code] En effet, l'Opposition unifiée tient peu de temps dans le bastion de Léningrad. La fin[modifier | modifier le code] Les contradictions et les échecs d’un disciple de Lénine[modifier | modifier le code]

Le Cercle de craie caucasien Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Cercle de craie caucasien (Der kaukasische Kreidekreis) est une pièce de théâtre écrite en 1945 et publiée en 1949 du dramaturge allemand Bertolt Brecht. Collaboratrice : Margarete Steffin (pièce commencée avant 1941). §Argument[modifier | modifier le code] Le prologue et l’épilogue de cette pièce se passent dans un kolkhoze, le reste de la pièce est un récit dans le récit, raconté par les habitants du kolkhoze. Lors d'un attentat révolutionnaire, le gouverneur Georgi Abachvilli est assassiné. À qui l’enfant sera-t-il accordé ? Inspirée à la fois d’une pièce de théâtre chinoise de Li Qianfu, Le Cercle de craie (mise en scène vingt ans plus tôt par le poète et dramaturge allemand Klabund) et du jugement de Salomon, cette œuvre importante de Brecht traite d'un des thèmes de prédilection de l’auteur, à savoir la nécessité de la bonté, ou sa suffisance. §Productions dans la francophonie[modifier | modifier le code]

La dialectique marxiste G. Politzer IV° partie : Étude de la dialectique Chapître II - Les lois de la dialectique Première loi : le changement dialectique Ce que l’on entend par le mouvement dialectique. La première loi de la dialectique commence par constater que « rien ne reste là où il est, rien ne demeure ce qu'il est ». Voici une pomme. Dans le premier cas, nous donnerons une description de ce fruit, sa forme, sa couleur. Si nous voulons étudier la pomme en nous plaçant du point de vue dialectique, nous nous placerons du point de vue du mouvement ; non pas du mouvement de la pomme lorsqu'elle roule et se déplace, mais du mouvement de son évolution. Voilà ce que l'on appelle étudier les choses du point de vue du mouvement. Pour bien situer cette façon de voir les choses, nous allons encore prendre deux exemples : la terre et la société. En nous plaçant du point de vue métaphysique, nous décrirons la forme de la terre dans tous ses détails. Mais qu'est-ce que le « devenir » dont parle Engels dans sa définition ?

Erwin Piscator Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Piscator à Berlin vers 1927. Erwin Piscator par Hermann zur Strassen (1958). Communiste, il a créé le théâtre prolétarien. Biographie[modifier | modifier le code] Piscator est né dans une famille calviniste de Hesse. En 1918, il rejoint le groupe des dadaïstes berlinois. De 1924 à 1927, il est le metteur en scène attaché à la Volksbühne, qui est un des théâtres les plus connus de Berlin. En 1928, il met en scène une adaptation du célèbre roman de l'auteur tchèque Jaroslav Hašek, Le brave soldat Chveik. Avec l'arrivée des nazis au pouvoir en 1933, Piscator fuit l'Allemagne pour la France, puis les États Unis, où il sera victime de la chasse aux sorcières pendant les années 1950, notamment à cause de son théâtre prolétarien. Théâtre et politique[modifier | modifier le code] Erwin Piscator est un metteur en scène qui se sert du théâtre comme outil politique. Le drame documentaire est une spécialité de Piscator. Sur les autres projets Wikimedia :

Florence NAUGRETTE : "Publier Cromwell et sa Préface : une provocation fondatrice" Retour Communication au Groupe Hugo du 8 mars 2002 . Ce texte peut être téléchargé soit tel quel, soit aux formats doc ou Pdf Note liminaire : ce texte est la version remaniée de ma communication au colloque « Impossibles Théâtres », qui s’est déroulé les 11-12 et 13 juin 2001 à l’Université de Grenoble, organisé par Bertrand Vibert, Jean-François Louette et Bernadette Bosc. Il peut paraître vain de se poser encore une fois la question du lien entre Cromwell et sa préface, qui a fait l’objet de travaux approfondis et décisifs, notamment ceux de Anne Ubersfeld, Claude Duchet et Guy Rosa[1]. Il paraît toujours délicat ou hasardeux d’attribuer à tel ou tel texte le titre d’œuvre fondatrice d’un mouvement ou d’un genre. Dans le cas du drame romantique, l’histoire littéraire a retenu Cromwell pour jouer ce rôle. Et pourtant, Cromwell n’est sans doute pas une pièce injouable. Cromwell injouable ? Champ de forces Trois défis à la scène contemporaine Cela dit, passons. […] Le Chef des ouvriers.

Sergueï Kirov Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Kirov. Sergueï Mironovitch Kostrikov (en russe : Сергей Миронович Костриков), dit Kirov, né le 27 mars (15 mars) 1886, mort assassiné le 1er décembre 1934, est un révolutionnaire bolchevik et homme politique soviétique. Son assassinat marque le début des Grandes Purges de la période stalinienne en URSS. Origines[modifier | modifier le code] Serge Kostrikov est né à Ourjoum, village de Russie, dans une famille pauvre. Début de carrière au sein du Parti 1904-1917[modifier | modifier le code] L'ascension durant la guerre civile[modifier | modifier le code] Son ascension est alors fulgurante : élu candidat au Comité central au Xe Congrès en 1921, il en est membre dès 1923. Une popularité croissante au sein du Comité central[modifier | modifier le code] Kirov lors du XVIIe Congrès, en 1934. Suppléant du Politburo depuis le 19 décembre 1927, Kirov y est intégré comme membre titulaire en juillet 1930[5].

Pour vous redonner goût à la lecture, des femmes vous lisent un livre avec un vibromasseur en marche Si certaines personnes sont accros à leur écran de smartphone ou de télévision, d’autres préfèrent se détendre en dévorant des livres durant leur temps libre. Pour rajouter un peu de piment à ce moment de détente, un réalisateur a mis en scène des femmes en pleine lecture avec un vibromasseur en marche : un concept original dans lequel la culture devient un divin plaisir ! DGS vous propose de découvrir le résultat de cette excitante lecture… Ce projet déjanté, intitulé Hysterical Literature est l’oeuvre du photographe et réalisateur new-yorkais Clayton Cubitt. Stoya «Necrophilia Variations», de Supervert Alicia «Leaves of Grass», de Walt Whitman Danielle «Still Life With Woodpecker», de Tom Robbins Teresa «Sexing The Cherry», de Jeanette Winterson Amanda «A Clockwork Orange», de Anthony Burgess Margaret «Sleeping Beauty», de A.N. Stormy «American Psycho», de Easton Ellis Solé «Beloved», de Toni Morrison

L'analyse de phrases Télécharger cette fiche (format RTF) I Phrase simple et complexe : les propositions A) Les phrases simples et complexes se différencient selon le nombre de verbes conjugués qu’elles contiennent : - phrase simple : un seul verbe conjugué. - phrase complexe : plusieurs verbes conjugués. B) Le verbe est le centre de la proposition. On a donc autant de propositions dans une phrase que de verbes-noyaux (tous les verbes conjugués + les infinitifs et les participes qui ont leur propre sujet). II Propositions indépendantes, principales et subordonnées A) Lorsqu’une proposition peut être écrite seule et en entier sans que cela modifie son sens, c’est qu’elle ne dépend de rien d’autre dans la phrase. B) Certaines propositions au contraire dépendent d’une autre ou bien dirigent le sens d’une autre. III Mode de liaison entre les propositions dans une phrase C) Deux propositions peuvent enfin être dans une relation de subordination. IV Les différentes natures de subordonnées et leurs fonctions

Rosa von Praunheim Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Rosa von Praunheim Rosa von Praunheim, de son vrai nom Holger Bernhard Bruno Mischwitzky, est un écrivain et réalisateur allemand, né à Riga (Lettonie) le . Biographie[modifier | modifier le code] Militant LGBT, il choisit son pseudonyme en référence au triangle rose attribué aux homosexuels par les nazis. Avec entre autres le réalisateur Werner Schroeter, il accompagne le mouvement de libération gay en Allemagne par ses livres et ses courts-métrages (Ce n'est pas l'homosexuel qui est pervers, mais la situation dans laquelle il vit, 1970). Il est élu membre de l'Académie des arts de Berlin en 2009[1]. Livres[modifier | modifier le code] Männer, Rauschgift und der Tod. 1967Oh Muvie. 1968, Fotoroman mit Elfie MikeschSex und Karriere. Filmographie sélective[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code]

Related: