background preloader

Are you a feminist?

Are you a feminist?
Related:  FondamentauxViolences faites aux femmes (et parfois aussi aux hommes)

...pour être laissée à des rigolos Moi : Tagazok, gars. . Moi : Ah, ben, ça tombe bien, je me suis justement retiré dans un fjord perdu de la Norvège pour réfléchir au sens des propositions humoristiques. Lui : ... Moi : Bon, d'accord, je suis juste occupé à ré-exploser Ganondorf. Tu vois, il y a une référence à l'homosexualité. Lui : D'accord, on retrouve bien le décalage non ? Lui : Tu es sûr que c'est un bon exemple ? Lui : Et le fait qu'on ne "le pense pas", ça ne peut pas être un élément qui modifie le sens de la proposition alors ? Note : Une fois de plus, ce dialogue, bien qu'inspiré de faits réels, est fictif : je ne m'arrête jamais au milieu d'un boss.

Mon corps m'appartient Hello all, Comme vous l’avez sûrement remarqué, la galerie Mon corps m’appartient a vécu un standby monstrueux de plusieurs moi. Les raisons en sont multiples, la principale étant que je n’ai pas du tout eu le temps d’ouvrir Tumblr pendant des mois (alors que j’y étais auparavant assez accro), et que j’ai dû me concentrer sur d’autres projets personnels urgents et très importants. Ayant repris des études à la rentrée et ayant vraiment envie que ça se passe pour le mieux, j’ai décidé de demander à ma meilleure amie, du Tumblr misandre-radicale de m’aider pour tout ce qui est modération des nouvelles photos. La galerie reprend donc du service et c’est 100% grâce à ma super copine, donc un gigantesque merci à elle, en qui j’ai toute confiance et qui a déjà commencé à s’occuper du chantier que j’ai laissé, avec efficacité et bienveillance.

La pilule du féminisme – Entrez dans la matrice J’ai avalé la pilule du féminisme. Cette expression, on l’entend souvent de la part des féministes, ou – si vous préférez – dans la bouche de celles et ceux qui se sont rendus compte. Une métaphore bien trouvée et dans laquelle on peut lire une référence à la pilule contraceptive, cette pastille journalière pour laquelle les féministes se sont battu·e·s et ont vaincu. Mais pas seulement. Le webcomic Sinfest du nippo-américain Tastuya Ishida illustre parfaitement ce processus dans sa série The Sisterhood (qui commence ici). La Sororité. La pilule rouge… – Pop. Mon Dieu. Et le sexisme, soudain, est partout. Dans la bouche du présentateur d’une éternelle émission matinale quand, à l’annonce d’une chronique sur un triolet de nouveaux talents féminins, demande immédiatement si elles sont jolies – ce sont des artistes, c’est leur voix et leur talent qui nous intéresse. Dans la bouche de vos amis, de votre famille, quand ils parlent de comportements de « garçons » et de « filles ». Like this:

Le sexisme expliqué à ceux qui n'y croient pas . Il y a des gens qui, simplement, refusent d'y croire : ça n'existerait pas, et puis c'est naturel, et de toutes façons, c'est la même chose pour les hommes. Freud racontait une histoire rigolote qui sonnait un peu comme ça, à propos d'un chaudron percé, mais passons : je ne suis pas là pour faire la psychanalyse du déni. Je vais plutôt essayer d'expliquer pourquoi le dernier argument, selon lequel les hommes aussi seraient discriminés, ne marche pas. Et pour cela, je vais me baser, one more time, sur la sexualisation dans les jeux vidéo. L'exemple de la sexualisation dans les jeux vidéo est intéressant parce qu'il a fait l'objet de réactions très claires dans le sens du "c'est pareil pour les hommes" : vous pouvez vous reporter aux commentaires des deux articles que Mar_lard a consacré à ce thème pour avoir quelques illustrations, ainsi qu'à ceux de mon dernier billet sur le thème. Il en va de même pour Ken. Ce n'est pas faux. Mais ce n'est pas tout.

L'humour est une chose trop sérieuse... Lui : Wah, hé, faut que je te montre un truc, tu vas trop te marrer. C'est un test dans le dernier Consoles +, c'est trop bon. Moi : ... Lui : Tu ris pas ? Moi : Désolé, le sexisme, ça me fait pas franchement rire. Lui : Wah, c'est bon, c'est de l'humour quoi. Note : ce dialogue est évidemment fictif, bien qu'inspiré de nombreuses discussions réelles : personne n'est capable de m'écouter aussi longtemps.

« Illusions of the Body », des clichés qui célèbrent le(s) corps humain(s) Illusions of the Body est une série de photos par Gracie Hagen, dans laquelle elle déconstruit les canons de beauté en présentant les mêmes corps dans diverses postures. C'est une évidence : certaines postures sont plus flatteuses que d'autres. Aux femmes, par exemple, on apprend à redresser la tête gracieusement, à rejeter les épaules en arrière pour faire ressortir la poitrine, à cambrer les reins, à porter des talons qui galbent les fesses et affinent les jambes... Gracie Hagen, dans sa très belle série de photos Illusions of the Body (Les illusions du corps), s'est penchée sur ce sujet en immortalisant deux fois ses modèles : une première fois dans une pose flatteuse, une seconde dans une posture moins gracieuse. Elle explique sa démarche ainsi : « Illusions of the Body s'attaque aux normes régissant ce à quoi on pense que nos corps doivent ressembler. Un bien beau message délivré via des photos assez frappantes. Partage sur les réseaux sociaux & viens réagir sur le forum !

Contre le masculinisme. Petit guide d'autodéfense intellectuelle Cette brochure se veut un outil « d’autodéfense intellectuelle » : nous proposons ici quelques pistes pour identifier les discours et les pratiques de ce mouvement réactionnaire que l’on nomme le masculinisme, de manière à pouvoir mieux les repérer et les « démonter ». Pour nous, tout a commencé à Grenoble, un soir de janvier 2011, où nous nous sommes retrouvé.e.s quelques potes à la projection d’un documentaire intitulé « Des hommes en vrai » [1] ; projection organisée par la mairie de Grenoble et en présence des membres du Réseau Hommes Rhône-Alpes (voir la partie 1). Nous avons été atterré.e.s par ce que nous avons vu et entendu ce soir-là, et nous avons alors décidé de réagir. Nous avons commencé à mieux nous informer sur « le masculinisme » et à mettre en place un travail de veille. Cette brochure est la retranscription de cet exposé, augmentée des recherches que nous avons effectuées depuis. Le texte se découpe en quatre parties. Collectif Stop.Masculinisme, juin 2012.

Moi je suis pas féministe, mais… Est-ce que ça t’arrive de commencer une phrase par «Moi je suis pas féministe, mais…»? De rire de ces féministes qui sont extrémistes, insensées, à côté de la plaque? Si on te décrivait comme féministe, tu trouverais ça insultant? Eh bien j’ai une mauvaise nouvelle pour toi: tu es peut-être bien un ou une féministe quand même. En fait il y a un test assez simple. Tu crois que les hommes et les femmes devraient avoir les mêmes droits et les mêmes opportunités dans la vie.Tu comprends qu’on n’y est pas encore vraiment, et que la majorité des inégalités affectent les femmes. C’est aussi simple que ça. Bien sûr je n’ai pas l’intention de te forcer à porter une étiquette. Dans la suite de cet article, je parlerai de ce qu’est le féminisme — à mon sens — et de ce qu’il n’est pas. Le féminisme c’est… C’est un peu large comme définition, mais c’est fait exprès. Et puis il y a le mot lui-même, «féminisme». Je pense que «féminisme» est un mot légitime et utile, pour deux raisons:

15 mauvaises raisons de ne pas être féministe Publié initialement le 23 juillet 2011 Parce que parfois, on a l’impression que tous les prétextes sont bons… « Je ne suis pas d’accord avec les féministes » Sauf si tu es contre les droits des femmes, ça va être compliqué de ne pas être d’accord avec les féministes, tout simplement parce que leurs positions sont incroyablement variées. Si tu penses que les hommes viennent de Mars, tu es féministe essentialiste (tu crois qu’il y a une « essence » masculine ou féminine). Si tu penses qu’on est humains avant tout, tu es anti-essentialiste. « Je n’aime pas les mots en -isme » Les mots en -isme sont souvent des concepts. « Les féministes s’occupent des mauvais combats » Les anti-féministes citent souvent les Chiennes de Garde comme exemple du féminisme français. « Les féministes répètent toujours la même chose » Bah elles seraient ravies d’arrêter, mais comme la situation ne change pas… les discours non plus. Formidable. « Je trouve qu’on est déjà allées trop loin dans l’égalité » Non.

Le manuel du vrai mec A tous les faux mec de ma vie: je vous aime les mecs ! Le vrai mec est un drôle d’animal. Au niveau évolutif, on pourrait le classer comme chaînon manquant entre le chien en rut et l’amibe, si ça ne faisait pas autant plaisir aux créationnistes. Et ce serait oublier son petit côté robotisé qui fait de lui un animal pas tout à fait organique. Mais tellement fonctionnel ! Mais qu’est-ce qu’un vrai mec? Le vrai mec promène donc son patrimoine génétique et le distribue fièrement et avec une grande prodigalité, sans forcément regarder sur qui ou sur quoi il saute. Car oui, sous ses dehors d’androïde priapique, le vrai mec ressent quelque chose: l’envie de baiser, et il ne faudrait pas voir à l’en priver. La pire chose qu’il puisse arriver au vrai mec, c’est d’être castré. Attention Mesdames et Mesdemoiselles, n’oubliez pas le caractère monofonctionnel du vrai mec. Faire la cuisine, y compris chauffer des pâtes. Attention, le vrai mec peut être dangereux. Le monde va à vau-l’eau.

What No One Else Will Tell You About Feminism But this is the problem you bring up a contentious issue, ask if you a feminist if you believe differently and say you don't want to talk about the issue. A little too cute no? I think you can clearly be a feminist and think abortion is wrong, a bad choice, perhaps even immoral. You can try to persuade women not to get them and refuse to get one yourself even if you know your baby is going to die within weeks of birth. You can do all that and be a feminist. It is the legal issue that is more problematic. So why would the state have the right to demand that women of reproductive age donate their bodies to bring another citizen to life? Additionally, the attempt to control this choice is fought over just as hard even if the individual to be born wil die in a few weeks or months, even if that death will painful, or prolonged torment (like Tay-Sachs).

Face ils gagnent, pile je perds – Le terrible dilemme des feministes. | L'air de rien… Traduit depuis The Terrible Bargain We Have Regretfully StruckPublié par Melissa McEwan le 14 août 2009 sur shakesville.com [Trigger Warning] C’est la réputation des féministes et aussi ma propre réputation cultivée depuis cinq ans grâce à ce blog, pourtant, non, je ne déteste pas les hommes. Beaucoup de misogynes détestent les femmes parce qu’un jour, une femme leur a fait un sale coup et ils s’en servent pour justifier leur haine de toutes les femmes. La plupart des lettres de menaces que je reçois vient d’hommes. Mais je ne déteste pas les hommes, parce que je joue selon des règles différentes. Il y a aussi quelques hommes que je déteste probablement, des hommes pour qui j’ai un profond mépris, mais ce n’est pas parce qu’ils sont des hommes. Non, je ne déteste pas les hommes. Il serait cependant juste de dire que je n’ai pas facilement confiance en eux. Ma méfiance n’est pas, comme on pourrait s’y attendre, une conséquence des actes de violence et d’humiliation que j’ai subis. J'aime :

Related: