background preloader

La France compte plus d'1,3 million de mètres cubes de déchets nucléaires

La France compte plus d'1,3 million de mètres cubes de déchets nucléaires
Plus de 1,3 million de mètres cubes de déchets nucléaires en tous genres étaient recensés en France fin 2010, un volume appelé à doubler d’ici 2030, selon l’inventaire publié mercredi par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). Ces déchets radioactifs proviennent principalement des centrales nucléaires (59%) mais aussi de laboratoires de recherche (26%), des activités militaires (11%), de l’industrie non nucléaire (3%) et du secteur médical (1%), selon le dernier inventaire de l’Andra. De 1,32 million de mètres cubes fin 2010, ce volume devrait atteindre 2,7 millions de mètres cubes en 2030, selon les nouvelles prévisions. «En France, la production de déchets radioactifs représente l'équivalent de 2 kg par an et par habitant», souligne l’Andra dans son rapport. Des déchets d’origine et de nature extrêmement diverses, qui ne présentent pas tous les mêmes risques, insiste l’organisme public, chargé de concevoir des solutions pour les stocker en toute sécurité.

http://www.liberation.fr/terre/2012/07/11/la-france-comptait-en-2010-13-million-de-metres-cubes-de-dechets-nucleaires_832669

Related:  Le nucléaires ET ses déchetssite internet

Des déchets radioactifs français ont aussi été immergés dans l'Atlantique Plus de 14 000 tonnes de déchets radioactifs ont été immergées à la fin des années 1960 par la France dans des fosses de l'Atlantique, rappelle l'Andra à l'occasion de son inventaire national publié mercredi. Cette pratique a ensuite été abandonnée en 1983. C'est dans le cadre de deux opérations coordonnées à l'époque par l'Agence pour l'énergie nucléaire (AEN) de l'OCDE que la France avait procédé à ces immersions, aux côtés de nombreux autres pays européens. En 1967, l'Allemagne, la Belgique, la France, le Royaume-Uni et les Pays-Bas ont ainsi immergé environ 11 000 tonnes de déchets (36 000 fûts) dans un site à 400 km au large de la Galice (Espagne) par plus de 4 600 mètres de fond. Lire "43 sites pollués par la radioactivité recensés en France"

- Sécurité nucléaire en France : le dispositif actuel et les interrogations après l'accident de Fukushima Saint-Laurent-des-Eaux (41). Centrale nucléaire au pied du village. © La Documentation française Photo : Danièle Taulin-Hommell Depuis le lancement dans les années 1970 d’un grand programme d’équipement nucléaire, la France s’est doté d’un dispositif de sécurité spécifique, associant protection des personnels et de l’environnement, prévention des conséquences d’un accident, traitement des déchets et démantèlement des installations usagées. Constantes, les interrogations sur les risques du nucléaire ont été ravivées par l’accident survenu au Japon en mars 2011.

Eco-mobilier, pour la collecte et le recyclage des déchets d’ameublement Le 12 décembre dernier, 24 distributeurs et fabricants de mobilier* ont créé Eco-mobilier, une société à but non lucratif ayant pour mission d’organiser la filière de recyclage et de valorisation des déchets d’ameublement domestique. Et la tâche n’est pas mince : l’Ademe estime que le gisement à collecter serait de 33 kg/an/habitant. 45% de taux de réutilisation et recyclage des déchets d’ameublement domestique. C’est ce que souhaite atteindre la nouvelle filière Eco-mobilier d’ici à 2015. Actuellement, 2,4 millions de tonnes de meubles sont mis chaque année sur le marché et près de 2 millions de tonnes sont mis au rebut.

Nucléaire : des militants s'introduisent dans un réacteur à la centrale de Nogent-sur-Seine Ce matin à l’aube, des militants de Greenpeace se sont introduits dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube) à 95 kilomètres au sud-est de Paris pour porter un message: “Le nucléaire sûr n’existe pas”. Edit à 7h30 :les militants sont parvenus à monter sur le dôme d’un des deux réacteurs et sont en train de peindre le signe danger sur celui-ci. La suite de l’action à suivre ici : Nucléaire : au coeur du réacteur – liveblog

Vidéos du Réseau "Sortir du nucléaire" Vidéos du Réseau "Sortir du nucléaire" Accueil > Vidéos page < 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |> |... Réseau "Sortir du nucléaire" | Plan du site | La France abrite 1 320 000 m3 de déchets radioactifs L’Andra a promis d’affiner pour la fin de l’année ses prévisions du coût du centre de stockage géologique profond prévu pour les déchets les plus radioactifs. Au 31 décembre 2010, 1,32 million de mètres cubes de déchets radioactifs étaient stockés ou entreposés en France, selon le bilan rendu public mercredi 11 juillet par l’agence nationale pour la gestion des déchets (Andra). Le chiffre total était de 1,15 million de mètres cubes en 2007. « Cette augmentation est normale et correspond à la poursuite de l’activité nucléaire et industrielle », a précisé mercredi 11 juillet le président de l’Andra, le député UMP de l’Oise François-Michel Gonnot. La grande majorité de ces déchets – classés en fonction de leur niveau de radioactivité – est produite par l’industrie nucléaire (EDF et Areva), à hauteur de 59 %. Le reste est issu du secteur de la recherche (CEA) - 26 % - de l’industrie non nucléaire, de la défense et du secteur médical.

L'énergie nucléaire www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre La production mondiale d'énergie nucléaire Au 1er juillet 2014, 388 réacteurs (âge moyen : 28,5 ans) fonctionnaient dans 31 pays différents à travers le monde, ce qui correspond à une capacité de production de 333 GW (gigawatts) et à une production de 2 359 Twh (milliards de KWh) en 2013 (The World Nuclear Industry Status Report 2014). Cinq pays concentrent 68 % de la production d'énergie nucléaire mondiale, par ordre décroissant : Etats-UnisFrance (75 % de la production totale d'électricité mais seulement 18% de la consommation finale d'énergie.)RussieCorée du SudChine Une énergie en déclin

Quand l’Europe se prive de 72 milliards d’euros Le 7 février 2012, Une étude commanditée par la Commission européenne et rendue publique le 13 janvier dernier révèle l’importance des bénéfices économiques, sociaux et environnementaux que pourrait générer la réglementation européenne en matière de déchets si elle était pleinement appliquée. Car si certains pays ont adapté tout ou partie de leur législation aux directives européennes, la plupart restent à la traine. Les manquements constatés concernent notamment la mise en œuvre de la directive cadre déchet.

Related: