background preloader

3 modèles économiques innovants sur Internet: freemium, box e-commerce ...., Le Carnet d'une aventurière du Web

3 modèles économiques innovants sur Internet: freemium, box e-commerce ...., Le Carnet d'une aventurière du Web
Déterminer son business model est sans doute l’étape la plus complexe dans la création d’une entreprise. Réaliser et valider un business model est un exercice d’équilibriste qui demande à la fois une capacité à se projeter pour inventer de nouvelles façons de consommer et de la discipline, du réalisme dans l’exécution. Groupon par exemple est né « Thepoint.com » avec la promesse de regrouper des consommateurs pour leur faire réaliser des économies. Son offre ne rencontrant pas son public, le produit et business model ont évolué vers la distribution locale de coupons fortement discountés et déjà négociés. A quoi sert un modèle économique ? Un modèle économique ou business model (BM) décrit les principes selon lesquels une organisation crée, capture et délivre de la valeur. Modèle pour schématiser son business model 3 business models innovants sur Internet Le business model freemium Mailchimp, un service web de routage d’emailing place la limite sur la taille de la base d’emailing.

http://www.lucie-pinzano.com/2012/5-modeles-economiques-internet-innovants/

Related:  modèles économiquesMarketing et design webExposé sur la gratuité

Qu'est-ce que le Growth Hacking ? - Toile de Fond Le growth hacking est un concept venu de la Silicon Valley qui commence à avoir ses échos en France. Dans le meilleur des cas, vous êtes déjà tombé sur l’article d’introduction au growth hacking sur Presse citron. Mais voilà, ce n’est pas encore très clair… Et puis d’ailleurs, c’est pas facile à prononcer tout ça… Pas de problème, on va reprendre les choses dans l’ordre. Mobizel, développement d'applications iPhone, Android pour smartphones et tablettes tactiles La fonctionnalité de l’In App Purchase donne la possibilité de vendre du contenu additionnel à l’intérieur même d’une application mobile (smartphone et tablette). D’après une étude réalisée par Flurry en 2015, les revenus générés par les achats In-App sont passés de 21 milliards de dollars en 2014 à 33 milliards prévisionnels de dollars pour 2015. Une croissance qui dépasse pour la première fois celle de la publicité mobile (source). Apple récupère 30% des revenus émanant des achats intégrésWindows Store : les applications mobiles avec achats intégrés génèrent 55% du trafic au Q1 2015 (source).D’après une étude App Annie en 2014, 98% des revenus du mois de mai de la plateforme Google Play provenaient des applications freemium (source).

Les business models du gratuit sur Internet Rentabiliser le gratuité Vous souvenez-vous de l’époque où il fallait payer pour disposer d’une messagerie sur Internet ? Depuis que Google a donné un coup de pied dans la fourmilière en lançant Gmail, bon nombre de services sont désormais gratuits sur le Web. Les start-ups sont-elles pour autant des entreprises philanthropiques? Voici comment rentabiliser votre site tout en proposant gratuitement vos services.

Facebook toujours plus riche, toujours plus gros et mégalo «Même les arbres ne grimpent pas jusqu’au ciel»… C’est à se demander si le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, n’aurait pas pour projet de faire mentir la logique imparable de ce vieux dicton de Wall Street qui tente pourtant régulièrement de ramener sur terre les Montgolfière de l’Internet. Après Google, Apple et Amazon, le «F» de l’acronyme GAFA a annoncé mercredi soir à la clôture de la Bourse de New York des résultats financiers canons, encore et toujours supérieurs aux prévisions des analystes, surfant sur une croissance dopée aux «Like» de ses quelque 1,5 milliard d’utilisateurs. Pour le troisième trimestre (de juillet à septembre) de l'exercice 2015, le «Social Network» a vu son chiffre d’affaires bondir de 41 % sur un an à plus de 4,5 milliards de dollars (4,1 milliards d’euros) et il a engrangé au passage un profit record sur cette période de 891 millions de dollars (820 millions d’euros), en hausse de 11 %. Plus de 300 milliards à Wall Street 8 milliards de vidéos vues

Comment choisir le bon business model pour se lancer sur le web Rendre son site rentable, c’est le nerf de la guerre pour ceux qui se lancent sur la Toile. A chaque Web entrepreneur de trouver la formule la mieux adaptée à son projet pour transformer son idée en succès économique. C’est grâce à sa femme, qui avait sillonné Paris pour trouver une paire de chaussures, que Yoann Le Berrigaud a eu l’idée, en 2005, de créer Sarenza, aujour­d’hui leader français de la vente de chaussures en ligne (*). Vendre sur Internet un produit que la plupart des gens essaient avant d’acheter, le pari était osé. La création de valeur sur Internet La création de valeur sur Internet 35 Les outils de l 'intermédiation : web/e-mail La mise en relation des ordinateurs par un réseau a d'abord permis l'échange de fichiers selon des procédures plus ou moins lourdes ; cet usage existe encore aujourd'hui, le protocole de transfert de fichiers (FTP) est largement utilisé. Mais les outils qui structurent actuellement les échanges sur Internet sont plus sophistiqués : le web ne se limite pas à un protocole plus pratique de transfert de fichiers et l'e-mail offre plus de services qu'un simple « courrier électronique », compris comme l'envoi d'un message privé électronique d'un individu à un autre. Le web est un graphe orienté de pages, chacune contenant : -des informations (texte, images, séquences animées, sons) en format HTML lisibles par des browsers disponibles gratuitement sur le réseau ; il existe divers programmes, périphériques au browser qui permettent de lire les images animées, les séquences musicales, etc

Quand les TUNA succèdent aux GAFA Les quatre géants de l’économie numérique (Google, Amazon, Facebook et Apple) les fameux GAFA, seraient-ils déjà dépassés ? Loin de là. Mais un nouveau quatuor du digital bouscule les modèles. Voici venus les NATU — ou les TUNA — au choix ! Les modèles d’affaires du web 2.0 Les sites web 2.0 offrent toujours un accès gratuit à leurs services. Leur économie repose donc sur la capacité à valoriser les activités et les échanges qui se développent sur le site de manière à générer des revenus autour de ce service gratuit. Jean-Samuel Beuscart, Christophe Dacheux et Kevin Mellet, chercheurs au laboratoire Sense d’Orange Labs ont cherché à identifier les différentes modalités de monétisation de la présence et de l’activité des utilisateurs. L’occasion, à travers la modularité de ces différentes combinaisons, de mieux identifier et comprendre les modèles d’affaire du web 2.0. On peut identifier quatre modalités distinctes de monétisation de la présence et de l’activité des utilisateurs.

Le tout gratuit n’est pas le modèle économique du futur Et si les industries de contenus n’avaient encore rien vu… Et si le futur commençait seulement maintenant qu'existe une génération qui a toujours été connectée à un smartphone, sur lequel les plus jeunes des pays développés regardent 2 à 3 vidéos par jour ? Telle est la conviction du cabinet de conseil Bain & Company qui publie une étude intitulée "Génération #hashtag". Pour les producteurs de contenus, qu’il s’agisse de musique ou de films, d’informations ou de services, cela va avoir des conséquences stratégiques essentielles. Ils vont devoir passer d’un monde numérisé à un monde "numérique natif". Pour bien comprendre, l’exemple de la musique est éclairant.

Des droits voisins pour protéger le lien hypertexte La « taxe Google » réapparaît dans une (version fuitée) d’une communication de la Commission européenne, avant première de la révision d’une directive européenne sur le droit d’auteur et les droits voisins adoptée il y a près de 15 ans, en 2001. C’est qu’indique l’eurodéputée Julia Reda, sur son blog, L’idée n’est pas nouvelle ; on entend faire payer les moteurs de recherche et les portails référençant des articles de presse librement accessibles sur le Web, considérant que moteurs et portails s’enrichissent en profitant de l’investissement réalisé par les entreprises de presse.

[Outils] Les 3 étapes à suivre pour optimiser sa landing page et augmenter les conversions Neil Patel, le fondateur de Crazy Egg et KISSmetrics, a récemment mis en ligne une infographie qui va plaire à tous les adeptes du Growth Hacking sur un thème fondamental: l’optimisation de sa landing page, c’est à dire la page web sur laquelle vont arriver vos visiteurs. La première impression des visiteurs doit être bonne, alors autant la peaufiner et faire en sorte que cette impression se transforme en action. L’action souhaitée sur une landing page peut différer selon les besoins: achat d’un produit, inscription à une newsletter ou à une démo, partage de l’information ou encore réduction du taux de rebond. Dans l’infographie qui suit, Neil Patel distingue 3 étapes clés pour augmenter les taux de conversion d’une landing page.

La gratuité sur Internet : une mise en perspective de différents business models - Blog digital par Pierre Toulemonde, Master Webmarketing ESSCA Les succès de Youtube ou Spotify poussent de plus en plus d’entreprises du Web à intégrer la gratuité dans leur stratégie. Pour certains experts, ce cap de la gratuité est considéré comme un passage obligatoire ; ainsi Chris Anderson (2009) assure que « Toute industrie qui devient digitale devient ensuite gratuite». Si la gratuité est l’avenir d’Internet pour Anderson, les stratégies qui permettent de transformer une offre gratuite en un business model rentable sont encore peu connues du grand public.

La blockchain : bien au-delà de l’ubérisation ? La technologie blockchain est le support de la monnaie numérique « Bitcoin ». Le Bitcoin n’est pas simplement une monnaie parmi d’autres : elle repose sur un système de transactions qui se caractérise par l’absence d’un tiers de confiance extérieur aux acteurs de l’échange. Dans l’univers de Bitcoin, il n’y a donc pas de banque venant garantir et certifier la véracité des échanges effectués. Grâce à la blockchain, chaque utilisateur de la monnaie, via l’échange informatisé, est partie prenante du contrôle des données communiquées. Il se crée ainsi une base de données décentralisée, interactive, qui permet à chaque « bitcoin » et à chaque transaction d’être traçable et ainsi vérifiable.

La gratuité est-elle l’avenir de l’économie ? La gratuité est l’avenir de l’économie clame Chris Anderson (blog) qui prépare dans cet article pour la revue Wired, dont il est rédacteur en chef, son prochain livre intitulé Free. Chris Anderson rappelle tout d’abord que la gratuité s’inscrit dans un processus commercial classique, comme l’a exploré avec succès Gillette, en offrant ses rasoirs et en faisant payer ses lames. Mais avec l’internet, une nouvelle gratuité s’est développée, fondée sur des coûts de reproduction nuls du fait de la numérisation, et sous la pléthore de l’offre qui tire encore plus les prix vers le zéro absolu. Un peu comme si Gillette devait maintenant offrir le rasoir et la lame et percevoir son argent sur autre chose. « Il n’y a jamais eu un marché plus concurrentiel que l’internet, et chaque jour le coût marginal de l’information devient plus proche de rien du tout », explique le brillant éditorialiste.

Related: