background preloader

Du CDI au 3C : ou comment "vendre" un produit projet

Du CDI au 3C : ou comment "vendre" un produit projet
Philippe Chavernac, professeur documentaliste au Lycée professionnel Gustave Ferrié, à Paris, a lancé, le 7 juin dernier, un débat qui a déjà été engagé par ailleurs, sans l’honnêteté intellectuelle, éventuellement, de le signaler [1]. Il nous parle, à force de raccourcis, de l’histoire de la documentation en milieu scolaire et des changements nécessaires pour ce métier, avec le 3C comme conclusion, ou fin de l’histoire [2]. Cet article permet de faire un point sur l’argumentation développée pour défendre l’idée du passage du Centre de Documentation et d’Information au Centre de Connaissances et de Culture. Ce changement, faut-il le rappeler, n’est pas une simple vue de l’esprit pour l’intégration des nouvelles technologies dans les établissements. Il me semble qu’on a largement dépassé cette question, d’ailleurs, avec un réel consensus sur la nécessité de cette intégration, plus ou moins prise en charge ensuite par les Conseils généraux et Conseils régionaux. M. En outre, si M. M. Related:  Learning center 3C Design Thinking

FADBEN formalisation des contenus d’enseignement qui relèvent du domaine de spécialité du professeur documentaliste, à savoir l’information-documentation, qu’il doit enseigner en prenant appui, non seulement sur les ressources du Centre de documentation et d’information (CDI) qu’il gère en tant que système didactisé, mais encore sur les gisements d’informations en ligne à partir desquels peuvent être construits par les élèves les savoirs de l’information-documentation et de la culture informationnelle. La FADBEN revendique la totale reconnaissance par l’institution et l’inscription dans les textes officiels de la responsabilité pédagogique et didactique du professeur documentaliste, conformément à son statut de certifié en documentation. La FADBEN revendique le maintien des personnels dans le corps des professeurs certifiés, la poursuite de leur recrutement par CAPES et la création d’une inspection pédagogique régionale et générale spécifique à l’information-documentation.

- Les Trois Couronnes - Didactique de l'Information Documentation - Pascal Duplessis A l’heure de « l’apprentissage connecté », des conditions techniques risibles… Pour commencer ce compte-rendu, présentons le cadre logistique de cette journée… Dès l’arrivée des participants, une constatation est faite : la salle prévue pour effectuer la journée ne permet pas de contenir l’ensemble du public présent. Dès lors, il est demandé à tous les professeurs documentalistes encore debout de se rendre dans une salle au sous-sol, pour suivre la journée… en visio-conférence. Est-ce utile de préciser que nous n’avons pas, depuis cette salle au sous-sol, eu la possibilité d’entendre les questions éventuelles posées dans la salle « du haut », n’entendant que les réponses de l’IPR ? … Introduction : Franck Laurent, IA-IPR EVS La journée débute par une introduction du directeur du CRDP de Lille, puis de Franck Laurent, IA-IPR EVS, coordonnateur de la Documentation dans l’Académie. Intervention de Pauline Innegraeve « Exemples à travers le monde » Que retenir de cette intervention ?

Du CDI au 3C (Centre de connaissances et de culture) Le Learning center est de nouveau d’actualité sous l’appellation francisée de centre de connaissances et de culture simplifié en 3C. De quoi s’agit-il ? La circulaire de rentrée 2012, parue le 27 mars 2012, fait intervenir pour la première fois l’appellation de centre de connaissances et de culture dans le septième point, sous rubrique : Innover, expérimenter et évaluer : trois piliers pour une école des réussites. Orientations et instructions pour la préparation de la rentrée 2012 circulaire n° 2012-056 du 27-3-2012 émanant deu MEN DGESCO. "Ainsi, dans le cadre d’expérimentations, les établissements peuvent réfléchir à la mise en œuvre de « centres de connaissances et de culture » (3C). Apprendre autrement à l’ère du numérique Le second rapport Fourgous du 24 février 2012 a été mis en ligne début avril 2012. En savoir plus lettre de rentrée 2012 : le CDI ne deviendra pas un learning centre... Le LC-3C de Schiltigheim, un modèle déjà obsolète Article de Gildas Dimier du 4 Avril 2012.

Le collège Philippe Cousteau en tant que Centre de Connaissances et de Culture Suite à diverses formations et documents reçus au sein du collège de Brienon-sur-Armançon (Yonne), la CPE ainsi que la professeure documentaliste ont jugé intéressant de faire une expérimentation concernant la mise en place du Centre de connaissances et de culture (3C). Ce système de fonctionnement n’est certes pas obligatoire mais leur est apparu comme intéressant pour donner ou redonner du sens au temps hors classe des élèves. Voici comment leur réflexion a été mise en place et ce qu’il en a résulté. Par Ambre Sevic, professeur-documentaliste et Jessica Canu, CPE au collège Philippe Cousteau (Brienon-sur-Armançon, 89).asevic@ac-dijon.fr Le document intitulé « Vers des centres de connaissance et de culture » créé par la DGESCO avait déjà attiré notre regard à toutes les deux et nous avons donc décidé de mener une réflexion quant à ce projet. Où ? Quand ? Le problème actuel réside encore sur cette question puisque nous essayons de mettre à disposition ces endroits à chaque heure. Qui ?

Documentation : Du CDI au CCC dans les établissements scolaires ? CLDP, SDI, CDI, CCC,… s’agit-il uniquement d’un changement d’acronyme ? Internet, ressources numériques, tablettes, liseuses, wikipédia, moteurs de recherche, e-sidoc,… De nouveaux outils, de nouvelles sources d’information, n’est-ce pas le bon moment pour réfléchir à notre profession ? Lançons le débat ! « Et si on enseignait vraiment le numérique ? Lente évolution Si vous prenez Google Maps et que vous zoomez sur un établissement scolaire, que voyez-vous depuis de très nombreuses décennies ? Une place centrale Souvent central, au « cœur » de l’établissement diront certains… se trouve le CDI ou Centre de Documentation et d’Information. La « révolution » des réseaux Depuis cette date, quelques changements technologiques sont apparus et en particulier la transformation des supports d’information avec le passage du papier à la digitalisation, permettant d’obtenir du contenu via un contenant accessible à tous, à tout moment et en tout lieu. Motivation par les réseaux Et le CCC est arrivé...

CRDP-Académie d'Amiens Le CRDP et l’IPR EVS de l’académie d’Amiens ont organisé le 19 octobre 2011 une journée académique des documentalistes autour de la thématique : « Le professeur-documentaliste : évolutions du métier et de ses missions à l’heure des learning centres ». Jean-Louis Durpaire, IGEN EVS, en charge du dossier au niveau national, est intervenu pendant la matinée. Les missions du documentaliste dans le cadre du développement des technologies nouvelles, au cœur des réformes (l’école du socle et des lycées) ont été abordé sous différentes formes (exposés, témoignages, échanges). La politique documentaire y a trouvé naturellement sa place. Le programme de la journée est téléchargeable ici. Accédez à l’intégralité de l’intervention de Jean-Louis Durpaire, IGEN EVS, en vidéo, ci-dessous : Introduction : le point de vue de l’expert Qu’est-ce qu’un CDI en 2011 Le CDI : un espace à repenser parmi d’autres espaces Retour sur les origines et la naissance des CDI Etat de la recherche.

Vademecum 3C ®© Le Ministère de l’Éducation nationale, ancienne promotion, rend public, à la veille des passations de pouvoir, une pilule qui paraît déjà difficile à avaler pour les professeurs documentalistes. Vademecum 3C ®©. Prescrit sans ordonnance ni décret, ce texte répond à l’idée d’une expérimentation conseillée par la circulaire de rentrée 2012 [1]. Après un blocage de plusieurs années sur l’évolution nationale du CDI, limitée sur des idées très bureaucratiques d’une politique documentaire qui mettait à l’écart toute autre ambition pédagogique réelle, l’institution souhaite inspirer des changements, après le Pacifi, sans grande considération pour le travail effectué depuis toutes ces années par les professeurs documentalistes, qui travaillent souvent tant dans l’expérimentation que ce terme peut ne plus avoir beaucoup de sens à leur goût. Vade me cum, recta in murum Les pistes d’action de la première fiche se dégagent de cette problématique essentielle. Vade me cum, immobile Conclusio

Centres de connaissances et de culture : quelle dimension politique ? Les réactions suscitées sur une liste professionnelle des professeurs-documentalistes par mon récent billet sur l’expérimentation proposée d’évolution des centres de documentation et d’information (CDI) en centres de connaissances et de culture[1] me conduisent à revenir sur la dimension politique de cette orientation. La loi d’orientation pour l’avenir de l’école du 23 avril 2005 stipule dans son article 2 qu’«outre la transmission des connaissances, la nation fixe comme mission première à l’école de faire partager aux élèves les valeurs de la République». Elle réaffirme ainsi on ne peut plus clairement : - la place essentielle des savoirs dans la formation scolaire - la dimension politique de la mission de l’école ; le code de l’éducation rappelle, dans son article L 111.1, que « dans l’exercice de leurs missions, les personnels mettent en œuvre ces valeurs ». On le sait aussi, notre enseignement secondaire a du mal à tenir les deux bouts de cette chaîne.

Centres de connaissances et de culture(s): vers la refondation de la pédagogie ? Le 7 novembre, lors d’une rencontre avec les professeurs-documentalistes de la Dordogne, l’occasion m’a été donnée de répondre aux questions légitimes qu’ils se posent sur la démarche d’expérimentation, proposée en 2012 par la DGESCO, de transformation des centres de documentation et d’information en centres de connaissances et de cultures (CCC ou 3C)[1]. Je livre ici quelques unes des questions posées et les réponses qui leur ont été apportées. La notion de service qui est au cœur des CCC est-elle compatible avec nos missions d'enseignements ? Un élève demandeur d'un service acceptera-t-il d'être accompagné dans une démarche de formation souvent plus longue que la réponse au besoin exprimé ? - il sait vers qui se tourner en cas de besoin, quand il n’arrive pas seul à accomplir tel travail ou tel engagement scolaire 3. Enfin, prenons un peu de hauteur de vue. [1]

Accompagner l'élève à l'école CDI, Learning centre, 3C (Centre de connaissances et de culture) : une réflexion sur l’accompagnement des élèves. La politique documentaire de l’académie de Toulouse, mise en place, sous l’autorité du Recteur, par l’Inspection Pédagogique Régionale Etablissements et Vie Scolaire avait cette année, dans son premier axe, "l’établissement, lieu de culture et de formation", l’objectif de conduire une réflexion sur l’organisation des espaces, hors salles de classe, en lieux d’apprentissage et d’auto-apprentissage pour les élèves. Il était précisé que ce travail s’appuyait sur le concept de learning-centre des pays anglo-saxons sur lequel une réflexion nationale a été développée, en particulier lors du séminaire "Du CDI au learning centre" organisé à l’ESEN de Poitiers du 23 au 25 mars 2011. Cette communication reprend les principaux éléments de constat qui accréditent cette réflexion. 1. Les élèves sont accueillis au collège ou au lycée entre 8h et 18h. 2. 3. 4.

Related:  bourdain