background preloader

Les idées fausses, ça suffit !

Les idées fausses, ça suffit !
ATD Quart Monde vous offre un an d’abonnement à Feuille de Route, le mensuel d’actualités contre la misère. Pour bénéficier de cet abonnement d’un an, cliquez ici Commandez le livre "En finir avec les idées reçues sur les pauvres et la pauvreté" Nous vous invitons à déconstruire des préjugés et des stéréotypes répandus sur la pauvreté et les pauvres, afin que ceux-ci cessent d’être les boucs émissaires des maux de nos sociétés et qu’ils deviennent au contraire des partenaires à part entière dans la construction d’un monde plus juste. Voici quelques-unes de ces idées reçues. Travail réalisé par ATD Quart Monde et la MRIE, Mission Régionale d’Information sur l’Exclusion en Rhône-Alpes. 1) Sur la pauvreté en général « Les pauvres coûtent cher à la société » Oui, et plus que l’on ne pense (et ils rapportent aussi !). 2) Sur les minima sociaux « La France distribue des minima sociaux élevés. » Faux. « Il n’y a pas assez d’argent dans les caisses pour augmenter les minima sociaux » Faux. Faux. Faux. Related:  Salauds de pauvres !Anticapitalism & classSocial

Campagne contre les idées reçues sur la pauvreté Bonjour, J’ai pris connaissance de l’existence de vos actions via la campagne actuelle "Combattre la pauvreté, c’est combattre les préjugés". Aujourd’hui, mon mari et moi qui sommes actuellement chez mes parents avons entendu une discussion comme on en entend tous les jours, dans la pièce à coté de laquelle nous sommes : "de toutes façons, les allocations familiales, ceux qui en profitent ce sont ceux qui ont plein d’argent donc font plein d’enfants. Mon mari étant étranger, autant dire qu’il a le moral plombé pour la journée… même s’il n’est même pas concerné d’un poil (nous n’avons pas droit aux allocations puisque nous vivons dans son pays..). Ça m’a donné une idée. Bref, c’est juste une idée… en vous l’envoyant j’aurai au moins évacué ma déprime relative à ce petit évènement. Merci pour votre action et bon courage pour la suite, Répondre à ce message

Observatoire des inégalités 25 novembre 2016 - Près d’un tiers des étudiants sont enfants de cadres supérieurs alors que seulement un sur dix a des parents ouvriers. Les jeunes de milieu populaire sont très rarement présents dans les filières sélectives, en master ou en doctotat. Les jeunes de milieu ouvrier représentent 11 % des étudiants selon le ministère de l’Éducation nationale [1], soit trois fois moins que leur part parmi les jeunes de 18 à 23 ans. A l’opposé, les enfants de cadres supérieurs représentent 30 % des étudiants et 17,5 % des 18-23 ans. Les écarts selon les filières sont encore plus grands. Pour comprendre ce phénomène nous avons calculé le rapport entre la part d’enfants de cadres et celle d’enfants d’ouvriers selon le type d’études. C’est ailleurs que l’écart se creuse. A la fac, les enfants d’ouvriers disparaissent au fil des études L’accès des catégories populaires à l’enseignement progresse au fil de son développement. Photo / © WavebreakmediaMicro - Fotolia.com

Liste des organisations de solidarité internationale françaises Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nombre exact d’ organisations de solidarité internationale (OSI) en France n’est pas recensé. Nous [Qui ?] Les quatre premières OSI françaises en termes financiers (budget supérieur à 30-40 millions d’euros) sont Médecins sans frontières -France, Médecins du monde , Handicap International et Action contre la faim . Cette liste référence les organisations disposant d'un article Wikipédia. Références [ modifier ] ↑ Présentation du secteur des ONG françaises sur Coordination Sud Voir aussi [ modifier ] FRANCE • Les très bons comptes de l’immigration Les immigrés sont une excellente affaire pour l’Etat français : ils rapportent une grosse douzaine de milliards d’euros par an et paient nos retraites. Les immigrés sont une très bonne affaire pour l’économie française : ils reçoivent de l’Etat 47,9 milliards d’euros, mais ils reversent 60,3 milliards. Autant dire un solde positif de 12,4 milliards d’euros pour les finances publiques, qui ne représente pourtant que la part monétaire de transferts bien plus importants. Une équipe de chercheurs de l’université de Lille, sous la direction du Pr Xavier Chojnicki, a réalisé pour le compte du ministère des Affaires sociales une étude sur les coûts de l’immigration pour l’économie nationale. La comptabilité réalisée par les chercheurs de l’université de Lille fait ressortir aussi de profonds changements sociaux. Parallèlement, de nombreux métiers, en particulier dans les services, ne fonctionnent en France que grâce à l’immigration. Juan Pedro Quiñonero Statstiques INED

40% de revenus en plus pour les 0,01 % les plus riches - Inégalités Pendant que les pauvres – 8, 6 millions de personnes sous le seuil de pauvreté monétaire (964 euros/mois) – ne cessent de voir leur niveau de vie baisser, les plus riches continuent de s’enrichir. La dernière enquête Insee sur les revenus fiscaux et sociaux révèle ainsi qu’ « en 2010, le niveau de vie baisse ou stagne pour pratiquement toutes les catégories de population sauf pour les plus aisées ». Entre 1996 et 2010, le niveau de vie moyen des 10 % de personnes les plus aisées a augmenté d’environ 2,1 % chaque année, pour s’établir à 53 220 euros par an et par personne en moyenne. Le niveau de vie moyen de l’ensemble de la population n’a progressé que de 1,4 % pendant la même période. Les cadres de la finance encore plus riches Plusieurs raisons expliquent cette augmentation ininterrompue du niveau de vie des plus riches.

Roms, fraudes au RSA, montant des aides sociales... Dix clichés sur les pauvres Entre la surenchère rhétorique à l’encontre des Roms et les maux que certains responsables politiques prêtent aux personnes bénéficiaires d’aides sociales, quelques points sur les "i" s'imposent, afin de déjouer des clichés qui faussent les débats sur l'exclusion. Alors que s’ouvre la journée mondiale du refus de la misère, Youphil.com a donc sélectionné dix idées préconçues parmi les dizaines rassemblées par le mouvement ATD Quart Monde, dans son petit livre En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté, publié en septembre 2013. Des idées qui "perpétuent l’exclusion sociale", selon Bruno Tardieu, délégué national du mouvement. Extraits et éclairages. 1. "Les pauvres coûtent chers" "La pauvreté représente un coût pour la collectivité composé de coûts directs (aides sociales, programmes de lutte contre la pauvreté…) et indirects (manque à gagner sur la consommation, les recettes fiscales, conséquences de la pauvreté sur la santé…)". 2. "Faux. 3. 4. 5. 6. 7. 8. "Faux. 9.

Gentrification’s insidious violence: The truth about American cities A few years back, when I was still a paramedic, we picked up a white guy who had been pistol whipped during a home invasion in Williamsburg. “I can’t believe this happened to me,” he moaned, applying the ice pack I’d given him to a small laceration on his temple. “It’s like a movie!” Indeed. While film narratives of white folks in low-income neighborhoods tend to focus on how endangered they are by a gangland black or brown menace, this patient was singular in that he was literally the only victim of black on white violence I encountered in my entire 10-year career as a medic. “What is distinctively ‘American’ is not necessarily the amount or kind of violence that characterizes our history,” Richard Slotkin writes, “but the mythic significance we have assigned to the kinds of violence we have actually experienced, the forms of symbolic violence we imagine or invent, and the political uses to which we put that symbolism.” It’s easy to fixate on physical violence. We need a new mythology.

Action sociale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’ action sociale désigne l’ensemble des moyens par lesquels une société agit sur elle-même pour préserver sa cohésion , notamment par des dispositifs législatifs ou règlementaires et par des actions visant à aider les personnes ou les groupes les plus fragiles à mieux vivre, à acquérir ou à préserver leur autonomie et à s’adapter au milieu social environnant. Définitions [ modifier ] L'action sociale se structure suivant trois principes : l' assistance et l'aide aux plus défavorisés, en raison d'un droit à la solidarité nationale ou locale. En France la législation sur l'aide sociale est centralisée au sein du Code de l'action sociale et des familles l' assurance' afin de mutualiser les risques et qui est organisé par le droit social . L'action sociale est à l'expression de l' État-providence . Définitions alternatives [ modifier ] À l'image du mot social , le terme action sociale se rencontre également dans des acceptions différentes :

Le monde n’a jamais compté autant de millionnaires - Economie Selon le 15e rapport annuel publié par Merrill Lynch et Capgemini, le nombre de millionnaires en dollars dans le monde s’est accru de 8,3% en 2010. La planète compte aujourd’hui plus de 10,9 millions de millionnaires. Si plus de la moitié d’entre eux se trouve dans trois pays (Etats-Unis, Japon, Allemagne), leur nombre augmente de façon significative dans les pays émergents. Après avoir subi une nette érosion en 2008 en raison de la crise économique mondiale, le nombre de millionnaires en dollars vivant sur la planète a dépassé en 2010 son total le plus haut, qui datait de l’année 2007. C’est ce qui ressort du quinzième rapport annuel communiqué mercredi 22 juin 2011 par la banque d’investissement américaine Merrill Lynch et le cabinet français de conseil en management Capgemini. La zone Asie-Pacifique en flèche Alors qu’il était descendu de 10,1 millions d’individus en 2007 à 8,6 millions en 2008, le nombre de millionnaires sur la planète a repassé la barre des 10 millions en 2009.

Le Blog d'Olivier Berruyer sur les crises actuelles « Si un État veut éviter la désintégration sociale, il doit veiller à ne tolérer aucune augmentation de l’extrême pauvreté comme de l’extrême richesse dans quelque partie que ce soit du corps social, parce que l’une comme l’autre conduisent au désastre. C’est pourquoi le législateur doit veiller à fixer clairement les limites acceptables de la richesse comme de la pauvreté. » [Platon – Les Lois] « Il y a trente ans, le facteur multiplicatif entre le salaire moyen d’une entreprise et le salaire le plus élevé était de 20. Petite série sur la rémunération des dirigeants. Je précise tout d’abord très clairement que la cible visée ici est : 1/ les 50 ou 100 PDG des plus grandes entreprises françaises 2/ les premières centaines des dirigeants américains les mieux payés et encore, seule une partie a un comportement qui peut apparaître choquant. Mais en pratique, la carotte s’est révélée bien plus efficace. Rappelons ce que sont ces « options sur action ».

RSA : la moitié des bénéficiaires ne le réclame pas Alors que le Premier ministre a présenté, ce lundi 21 janvier le plan quinquennal de lutte contre la pauvreté, il apparaît que les plus modestes ne profitent déjà pas autant qu’il le pourraient des dispositifs d’aide existants. Il suffit pour s'en convaincre de lire L'Envers de la "fraude sociale". Le scandale du non-recours aux droits sociaux, de Philippe Warin, cofondateur de l’Odenore, l’observatoire public qui étudie le phénomène. La moitié des personnes éligibles au Revenu de solidarité active (RSA) instauré en 2009, n’en ferait pas la demande. Une proportion encore plus importante concernant le RSA activité, octroyée en complément d’un salaire pour qu’il ne soit pas plus avantageux pécuniairement de ne pas travailler. Ils seraient cette fois 68% à ne même pas le réclamer. 5,3 milliards de RSA non-versés "Plus les aides sont ciblées et contraignantes, moins on y a recours", avance Philippe Warin en guise d’explication. La dépense publique favorise la dépense privée

Working-Class Culture | Working-Class Perspectives So union density in United States has declined yet again. According to the Bureau of Labor Statistics, only 11.3% of American workers now belong to unions. This compares to 11.8% in 2011, and it’s a long way from the all-time high of 35% in the early 1940s. The “right to work” campaign is expanding – even to Michigan, of all states – along with “austerity” policies that target working people. Since Ronald Reagan launched his attack on labor in 1980, when union density was at 20%, real wages have declined along with union membership to a point where we now have a “gilded age” level of income inequality. In times like these, it is useful to be reminded of what unions can be good for. Bell’s book – subtitled “a novel of immigrant labor in America” when it was republished by the University of Pittsburgh Press in 1976 – follows three generations of a Slovak-American family from arrival in the 1880s up to the unionization of the steel mills in the New Deal era. Nick Coles

Related: