background preloader

La peur d'enseigner

La peur d'enseigner
Par François Jarraud "Et si la peur d'enseigner était normale ?", interroge Serge Boimare dans un nouvel ouvrage publié chez Dunod. Auteur de "L'enfant et la peur d'apprendre", Serge Boimare revient sur les difficultés du métier d'enseignant mais cette fois ci coté professeur. Psychopédagogue, longtemps instituteur, Serge Boimare a aussi des solutions à proposer. Un travail long, d'équipe chez les enseignants, à contre courant des postures rigides et des idées simples qui sont revenues à la mode. Serge Boimare, La peur d'enseigner, Dunod, 162 p., 2012. Boimare : "Il faut rompre avec l’idée que les difficultés d’apprentissage sont à interpréter en terme de manque" Dans cet entretien, S. La peur d’enseigner que vous évoquez dans votre ouvrage a-t-elle à voir avec la peur d’apprendre, sujet de votre livre de 2004 ? Il y a un rapport en ce que la peur d’apprendre provoque chez les enseignants cette peur d’enseigner. D’où vient la peur d’enseigner ? Alors comment faire ? Related:  CLIMAT SCOLAIRERESSOURCES GENERALISTESenseignement

Il est urgent de rendre le métier enseignant attractif Par Jean-Louis Auduc La session 2012 des concours de recrutement s'annonce catastrophique, prédit Jean-Louis Auduc, ancien directeur adjoint de l'IUFM de Créteil. Or sans recrutement toute transformation de l'Ecole s'avère impossible. A quelles conditions pourra-t-on trouver le nombre d'enseignants nécessaire ? Tous concours de recrutement confondus, la session 2011 s’était traduite par près de 1500 postes d’enseignants non pourvus. On sait déjà compte tenu des résultats de l’admissibilité qu’un certain nombre de sections de CAPES comme l’Anglais, les Mathématiques, les Lettres Classiques, l’Education Musicale ne pourront pas pourvoir tous leurs postes mis au concours, malgré leur diminution. Une telle crise de recrutement si elle n’est pas d’urgence combattue risque d’asphyxier pour longtemps notre système éducatif et de rendre impossible toute transformation en profondeur de celui-ci. En premier lieu, les pré recrutements. En dernier lieu, il y a les salaires. Jean-Louis Auduc

Le stress des enseignants Dur métier que d’enseigner aujourd’hui à en juger par les témoignages et les enquêtes ! Stress, malaise, souffrance… traduisent les difficultés d’une profession atteinte de plein fouet par les mutations sociales et les nouveaux fonctionnements de l’institution. Profs au bord de la crise de nerfs Les profs craquent, voilà ce que nous laisse à voir sans cesse l’actualité. Manque de reconnaissance et culpabilité En France, 67 % des enseignants estiment que le stress au travail est plus important dans leur métier que dans d’autres (enquête effectuée pour le Snes, 2002). Et pour couronner l’ensemble, d’après un sondage du CSA (mars 2008), 93 % des enseignants – davantage dans le secondaire que dans le primaire – jugent leur profession dévalorisée et près de la moitié désirerait changer de métier (tout en restant au sein de la fonction publique). Flora Yassine L'accumulation des missions Et puis, un matin, mon réveil a sonné et je n’ai pas pu me lever. Comment en est-on arrivé là ?

Retour au calme et rituels de transition : les brain breaks Dans le cadre du proposé par Sage, je fais remonter cet article (originalement publié le 07/11/2011) qui regroupe des petits rituels rigolos à mettre en place pour ramener son petit monde au travail. Pour découvrir les articles des autres bloggueurs cliquez -là : Les capacités d’attention et de concentration de mes élèves étant plutôt faibles, il est important de varier les tâches proposées et d’aménager des moments de transition entre elles. Un peu comme dans un morceau de musique, ces pauses aident à matérialiser le passage d’une activité à l’autre, à repérer que l’on change de domaine de travail ou d’organisation, et donc à structurer le temps, à catégoriser les apprentissages. En Clis, on peut avoir recours sans hésiter aux stratagèmes souvent utilisés en maternelle. Voici deux petits trucs rapportés des Etats-Unis : 2-Le « Donne moi 5 » (le « give me five » anglais sonne beaucoup mieux…) : quand je veux la plus grande attention du groupe je dis bien fort « donne-moi 5 !

Supprimer les notes à l’école? Est-ce que les mauvaises notes découragent ? Faut-il faire comme la Finlande qui a supprimé les notes en primaire ou la Suède qui a tenté l’expérience de la suppression totale? Par Jean-François MICHEL ( Auteur « Les 7 profils d’apprentissage » Ed.Eyrolles 2005, 2013 ) Mauvaises notes et démotivation Une mauvaise note n’a rien de motivant pour un élève, cela tombe sous le sens. Échec et apprentissage Il est impossible d’apprendre sans échouer, sans se tromper, sans faire d’erreur. Est-il impossible de se passer de notes à l’école ? Remplacer la notation par des commentaires ne serait-il pas la solution ? On a l’impression à avoir affaire à la quadrature du cercle. La clé est bien de donner une signification positive et motivante à la note. L’approche finlandaise : Climat de classe et individualisation Alors comment faire ? Faire découvrir à l’élève sa façon d’apprendre D’abord chaque élève doit comprendre que chacun append différemment.

Touche pas à mon prof Nathalie Côté, publié le 19 avril 2012 En 2010, un sondage réalisé par la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) indiquait que 85 % des enseignants se disaient victimes de violence psychologique ou verbale. La moitié affirmait avoir été victime de violence physique. « Nous sommes persuadés que cette mesure incitera davantage les enseignants à dénoncer les situations de violence et d’intimidation subies. Malgré le plan d’action lancé par le gouvernement en 2008 et l’annonce récente du projet de loi no 56 visant à lutter contre l’intimidation et la violence à l’école, la FAE estime qu’il reste beaucoup à faire. « Peu de choses ont été réalisées en matière de prévention ou en ce qui concerne les mesures d’aide, d’accompagnement ou de protection pour les victimes ou les témoins », indique-t-on dans un communiqué. Un concours La FAE lance aussi la campagne de sensibilisation Touche pas à mon prof pour « briser le mur du silence ». À lire aussi : Dix jours sans écrans

Climat scolaire - La méthode « climat scolaire » : une mise en œuvre pas à pas dans une école primaire Comment mettre en œuvre la méthode systémique « climat scolaire » ? Comment travailler tous ensemble sur cette question ? L'équipe de l'école Rucklin, à Belfort, a mis en place une stratégie systémique d'amélioration du climat scolaire. Pour travailler sur le climat scolaire, il est nécessaire de mettre en adéquation un style de management avec l'approche par le climat scolaire, à savoir un management collaboratif. La démarche proposée montre comment un directeur primaire et son équipe ont mise en place, pas à pas, une démarche pour toute l'école : élaboration d'une culture commune et partage d'une analyse et d'un diagnostic ;identification de l'existant et structuration de la compréhension de cet existant pour l'équipe, mais aussi pour les parents (cette école communique beaucoup avec les familles : discut café, blog, etc.) Le projet de stratégie de management de l'école détaillé est disponible en libre téléchargement. Ressource associée

Persée : Portail de revues en sciences humaines et sociales Faire ses premiers pas vers la classe inversée Un dossier conjoint Infobourg – Carrefour Éducation Peut-être avez-vous entendu parler dernièrement de la fameuse dynamique de « classe inversée »? Elle semble être sur toutes les lèvres! Mais tout d’abord, qu’est-ce que la classe inversée? Présentement, au primaire et au secondaire, on voit certains cas d’application du modèle « mixte », un contexte dans lequel une partie de l’année se déroule de façon « inversée » et, l’autre, de façon traditionnelle. Ce dossier conjoint de Carrefour Éducation et d’Infobourg propose de faire le tour de la question et de prendre connaissance de l’expérience de certains enseignants. Plan du dossier : 1. 2. 3. 4. À propos de l’auteur Audrey Miller Audrey est rédactrice en chef d’Infobourg.com et directrice de L’École branchée. Pour suivre l’auteur :

Quand les chercheurs s'intéressent au terrain : L'exemple d'ERGAPE Par Marcel Brun Former des enseignants c'est d'abord comprendre comment ils travaillent dans la classe, observer ce qu'est la "profession" enseignante. Christine Felix, au nom de l’équipe avec qui elle travaille dans le cadre de l’équipe marseillaise ERGAPE, notamment avec Laurence Espinassy et Jean-Claude Mouton, nous précisent les modalités d’intervention de leur équipe de recherche. L'ex-recteur de Marseille, M. De Gaudemar, fait référence dans son interview à l'OZP, à une démarche de recherche centrée sur les questions-clés de la pédagogie au quotidien. A quelles conditions la recherche peut-elle se préoccuper des conditions réelles de l'exercice professionnel ? On ne peut ignorer aujourd’hui combien les très nombreuses réformes en matière de politiques éducatives obligent à un renouvellement des conditions de travail, d’exercice et des finalités mêmes du métier enseignant. Concrètement, comment procédez-vous ? Et quels prolongements voyez-vous pour ce type de démarche ?

aménager les cours d'école Aménager les cours des écoles Le projet d’aménagement des cours d’école a pour objectif la promotion de l’activité physique à l’école et la lutte contre la sédentarité. Il relève plus globalement des missions attribuées à l’école pour l’éducation à la santé des élèves. Cliquez pour accéder en ligne aux documents du cédérom Cliquez pour télécharger une image ISO du cédérom Aménager une cour d’école Cliquer sur l’image pour accéder au site. Les objectifs visés par le projet sont les suivants : Augmenter le temps d’activité physique des élèves à l’école Contribuer à la construction de coordinations motrices simples Proposer aux élèves un environnement ludique et attrayant Prévenir les conduites à risques Le dispositif permet également l’acquisition de connaissances liées à l’éducation à la route ainsi que l’évaluation de l’état de forme des élèves (diagnoform kid). La réalisation des tracés : Un plan –type est proposé avec l’ensemble des tracés. Les fiches pédagogiques : L’éducation à la route :

Une école spécifiquement dédiée aux enfants "dys" inaugurée à Paris PARIS - L'école du Cerene, un établissement privé spécifiquement dédié aux enfants dyslexiques ou dyspraxiques ouvert depuis la rentrée, a été inaugurée vendredi dans le 5e arrondissement à Paris en présence de son directeur et fondateur, Hervé Glasel. Ouverte avec deux classes de cinq élèves de CM1 et 6e, cette école du Centre de référence pour l'évaluation neuropsychologique de l'enfant (Cerene) accueille des enfants rencontrant des troubles de l'apprentissage qui, de ce fait, sont souvent marginalisés et en échec scolaire. Comme il a constaté que dans les écoles classiques "la prise en charge n'est pas adaptée", M. Cinq matières sont enseignées (mathématiques, français, sciences de la vie et de la terre, histoire-géographie et anglais) à raison de 4h30 de cours par jour, deux autres heures étant consacrées à du tutorat individuel et du suivi paramédical. "On peut apprendre sans redoubler, on a notre place. Compte tenu de la demande, M.

Apprentissage par enquête et Pédagogie inversée | «C’est le rôle de la prospective que de ne pas minimiser les tensions et les dangers futursau nom d’un optimisme de convention. Mais l’anticipation se veut aussi une incitation à l’action. En cela, elle ne saurait non plus céder au pessimisme.»Vers les sociétés du savoir, Rapport mondial de l’UNESCO, 2005 Dernièrement, une personne dans mon entourage professionnel m’a fait grandement réfléchir à propos de la grande importance que l’on accorde en éducation au spécialiste, à l’expert à qui on accorde le monopole du savoir. Qu’on ne se méprenne pas! C’est ici que la notion de partage d’expertise et de réelle interactivité prend toute son importance. Comme l’a avoué si candidement Mark Prensky lors d’une présentation récente, Conférence Natif du numérique : «D’où viennent mes idées? AConstruire ses savoirs, ce n’est pas synonyme de recevoir LE savoir Dans le milieu de l’éducation, il est beaucoup question présentement de pédagogie inversée (Flipped Classroom). Source Wikipedia

L’Education Nationale se désintéresse de la santé au travail de ses personnels | Le Blog de Michel ABHERVE Le ministère du Travail vient de rendre publique avec une discrétion que ne justifie en rien la qualité du travail, les résultats de l’enquête SUMER dans une publication intitulée « L’évolution des risques professionnels dans le secteur privé entre 1994 et 2010 :premiers résullats de l’enquête SUMER » Nous apprenons avec intérêt que cette enquête centrée sur les risques professionnels, incluera à l’avenir les salariés du secteur public. A une exception près, de taille, mentionnée dans l’étude « L’Education nationale dont le réseau de médecine de prévention ne dispose pas de la couverture suffisante ». Difficile de mettre plus clairement en évidence le désintérêt du ministère de l’Education pour la santé au travail de ses personnels enseignants et non enseignants. Partagez ce billet ! Tags: DARES, Ministere de l'Education Leave a Reply

Related: