background preloader

La vie privée en contexte ou la vertu de la réciprocité

La vie privée en contexte ou la vertu de la réciprocité
Helen Nissenbaum est chercheuse à l’université de New York. Elle intervenait récemment dans un séminaire du programme des Technologies de libération de l’université de Stanford (blog, @Liberationtech) dans une petite salle à moitié vide, raconte Alexis Madrigal pour The Atlantic. Pourtant, Helen Nissenbaum n’est pas n’importe qui. Elle est l’auteur de La vie privée en contexte ainsi que d’autres articles sur le sujet comme “Une approche contextuelle à la vie privée en ligne (.pdf)“. Mais surtout, elle a joué un rôle essentiel dans la récente déclaration des droits pour protéger la vie privée des consommateurs en ligne récemment publiée par la Maison Blanche. Compte tenu de l’influence intellectuelle dont elle dispose, il est important de comprendre comment ce qu’elle dit sur la vie privée est différent de ce que disent d’autres théoriciens, estime avec raison Alexis Madrigal. Vous vous souvenez des polémiques liées au lancement de Google Street View en Europe. Hubert Guillaud

http://www.internetactu.net/2012/04/05/la-vie-privee-en-contexte-ou-la-vertu-de-la-reciprocite/

Related:  PROTECTION des données personnellespolitique et économie numérique

Bientôt des lunettes pour tout savoir des gens que vous croisez ? Lorsque l'on voit à quelle vitesse l'évolution technologique balaye des siècles de protection de la vie privée de millions de citoyens, on ne peut s'empêcher de mesurer à quel point le gouvernement est à mille lieux des priorités qui devraient être les siennes lorsqu'il accorde à la CNIL un budget à peine supérieur à celui de l'Hadopi... En voici encore un exemple, avec les travaux à la fois très excitants et effrayants de chercheurs de l'Université d'Aalto, en Finlande. Les étudiants de cette toute récente Université - née en 2010 de la fusion de l'Ecole d'Economie, l'Université des Technologie, et l'Université des Arts et du Design d'Helsinki -, travaillent sur un projet baptisé UI-ART, de réalité augmentée. Le but est de fournir à l'utilisateur des informations pertinentes sur son environnement, par un système automatisé de reconnaissance des objets qui l'entourent, et de récupération des données à afficher.

"La deuxième vague numérique arrive et la France a toutes ses chances", affirme Benoît Thieulin L'Usine Digitale - La notion de filière numérique a-t-elle un sens ? Benoît Thieulin - Dans un premier temps, le numérique a été pensé et discuté au sein de petites communautés de geeks, de développeurs… Et s’il a touché de grands secteurs, comme les médias ou la culture, il avait un faible poids économique. En parallèle, on a assisté à l’émergence de gros acteurs "pure players", qui créent leurs propres usages. Aujourd’hui, on est à un point de bascule. La seconde onde de choc de la révolution numérique frappe le reste de l’économie.

Geekli.st, un réseau social construit par des geeks pour des geeks + invitations Mardi 3 avril Réseaux sociaux - 3 avril 2012 :: 17:00 :: Par Louis-Carle Fondée à San Francisco en avril 2011 par Reuben Katz et Christian Sanz, Geekli.st s’est lancé en bêta privée en Septembre 2011. Peut-on être anonyme sur le Net ? Du mot « anonyme » et des notions aussi mal comprises d’appellation et d’identifiabilité en marge de la révélation de l’identité de Noisette Sociale. Notions abordéesNotion abordée : Le niveau d’identifiabilité d’une personne décrite par un ensemble d’informations ne résulte pas nécessairement de l’usage ou non d’identificateurs. Un fait divers presque banal sur le Web, dont voici la version de la journaliste Josianne Massé de Branchez-Vous ! : « Noisette Sociale a blogué sous un pseudonyme pendant deux ans. (…) Au milieu d’un conflit entre blogueurs, sous la forme d’un commentaire anonyme, la véritable identité de Noisette Sociale a été dévoilée.“Je n’avais pas de personnage, je n’inventais rien.

L'avenir numérique de l'Université Le numérique constitue une nouvelle épistémè : c’est la nature même des savoirs sous toutes leurs formes qui s’en trouve affectée. Cette technologie fait à notre époque ce que l’écriture fit à l’Antiquité (et dont on peut dire qu’elle fit l’Antiquité en la défaisant). C’est ce que soulignait déjà L’informatisation de la société il y a trente cinq ans : « Lorsque les Sumériens inscrivaient les premiers hiéroglyphes sur des tablettes de cire, ils vivaient, sans probablement la percevoir, une mutation décisive de l'humanité : l'apparition de l'écriture. Facebook ne rend pas toutes les données personnelles Établi à Dublin pour des raisons fiscales, le siège européen de Facebook est fortement sollicité sur les questions de vie privée. Le réseau social doit en effet répondre aux multiples interrogations de la CNIL irlandaise, qui a été saisie à de nombreuses reprises depuis l'été 2011 par Max Schrems, un étudiant autrichien particulièrement sourcilleux à l'égard de la protection des données personnelles. À l'origine d'une vingtaine de plaintes, le jeune homme a abattu un travail considérable - et qui paie. La CNIL irlandaise a produit fin 2011 un premier rapport de 150 pages sur Facebook dans lequel elle demande notamment à ce que la fonctionnalité permettant de récupérer ses données (paramètres du compte > Télécharger une copie de vos données sur Facebook) soit plus fournie. Quatre mois plus tard, le site communautaire a répondu partiellement aux demandes de l'autorité de contrôle. Pour Max Schrems, il s'agit-là d'une petite victoire.

Vie privée : le point de vue des “petits cons” Nombreux sont ceux qui pensent que les jeunes internautes ont perdu toute notion de vie privée. Impudiques, voire exhibitionnistes, ils ne feraient plus la différence entre vie publique et vie privée. Et si, a contrario, ils ne faisaient qu’appliquer à l’internet ce que leurs grands-parents ont conquis, en terme de libertés, dans la société ? Dans “La vie privée, un problème de vieux cons ?

Internet : les héros sont fatigués A force de lire les tribunes des uns et des autres, on finirait par y croire : c’est la fin de l’utopie numérique, la mort de l’Internet collaboratif, le déclin du village global au profit des megacorps planétaires. Nous nous «sommes trompés de bonne foi», la «longue traîne» n’était qu’utopie, «l’autorégulation du temps des pionniers n’est plus de mise», «notre mai 1968 numérique est devenu un grille-pain fasciste» : ce ne sont là que quelques-uns des titres récents. N’en jetez plus, la coupe est pleine : l’hypercentralisation des géants du Web est irrémédiable. C’est foutu, c’est trop tard et on va tous mourir.

Réseaux sociaux et rumeurs : un cocktail détonnant ! Comme vous l’avez peut-être constaté, l’article que nous avons publié en début de semaine s’intitulant « [exclu]comment activer la timeline pour les pages ? » a suscité de nombreuses et vives réactions. Ce billet au titre volontairement alléchant était une supercherie destinée à dénoncer certains phénomènes dans la diffusion de l’information sur internet et notamment sur les réseaux sociaux. Il ne s’agit absolument pas d’un mea culpa mais toute expérience amène des résultats que nous souhaitons proposer dans cet article. La vie privée, un problème de vieux cons MaJ : au vu de son succès, cet article est devenu un livre, au titre éponyme, La vie privée, un problème de « vieux cons » ?, qui peut être commandé sur Amazon, la Fnac, l’AppStore (pour iPhone & iPad), et dans toutes les bonnes librairies… Sommes-nous aussi coincés et procéduriers au regard de notre vie privée que la société de nos grands-parents l’était en matière de sexualité ?

Comment les sites de commerce nous manipulent LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Par Yves Eudes Tout a commencé avec une géniale invention, celle du cookie. Une simple ligne de code – par exemple MC1:UID = 6daa554691bd4 f9089dc9d92e5cdadf4 – déposée sur votre navigateur par les sites Web que vous visitez, et des publicités ciblées s’affichent sur votre écran.

Related: