background preloader

Dérèglement climatique : l’humanité à l’aube de retombées cataclysmiques, alerte un projet de rapport du GIEC

Dérèglement climatique : l’humanité à l’aube de retombées cataclysmiques, alerte un projet de rapport du GIEC
Pénurie d’eau, exode, malnutrition, extinction d’espèces… La vie sur terre telle que nous la connaissons sera inéluctablement transformée par le dérèglement climatique quand les enfants nés en 2021 auront 30 ans, voire plus tôt, alerte un projet de rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’Organisation des Nations Unies (ONU), dont le contenu a été dévoilé, mercredi 23 juin, par l’Agence France-Presse. Quel que soit le rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les impacts dévastateurs du réchauffement sur la nature et l’humanité qui en dépend vont s’accélérer, assurent des centaines de scientifiques rattachés au GIEC, et devenir douloureusement palpables bien avant 2050. « La vie sur terre peut se remettre d’un changement climatique majeur en évoluant vers de nouvelles espèces et en créant de nouveaux écosystèmes, note le résumé technique de 137 pages. Risque d’« impacts irréversibles » au-delà du seuil de 1,5 °C Related:  Réchauffement climatiqueécologie 3

Andreas Malm : « L’urgence climatique rend caduc le réformisme » 18 juin 2021 Entretien inédit pour le site de Ballast Il est l’une des nou­velles voix de l’é­co­lo­gie poli­tique. Né en Suède au mitan des années 1970, auteur d’une dizaine d’ou­vrages (tra­duits en fran­çais, pour les plus récents d’entre eux, aux édi­tions La Fabrique), Andreas Malm sou­tient l’i­dée que la social-démo­cra­tie est stric­te­ment inca­pable de faire face au défi cli­ma­tique. Regardons les Unes de la presse fran­çaise : « 2021 ou l’urgence cli­ma­tique », « 2021, une année cru­ciale pour accé­lé­rer la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique », « Sauver la pla­nète en 2021 ». Non seule­ment il n’y a pas de révo­lu­tion, mais il n’y a même plus de mou­ve­ment pour le cli­mat dans la rue. 2019 a été une année de mobi­li­sa­tion sans pré­cé­dent dans les pays du Nord glo­bal, notam­ment en Europe. Vous dénon­cez le « fata­lisme cli­ma­tique ». « L’idée que nous devrions vivre avec l’effondrement cli­ma­tique est for­mu­lée par des pri­vi­lé­giés du Nord. »

Les sécheresses intermittentes affectent bien plus de rivières qu’on ne le pensait La revue Nature a publié le 16 juin des chiffres étonnants. Plus de la moitié des 23 millions de kilomètres des 6 millions de cours d’eau du monde est sèche au moins un jour par an, les rivières – d’un débit supérieur à 0,1 mètre cube par seconde – s’arrêtant de couler. Et de 44 % à 51 % de cette longueur est sujette à des sécheresses au moins un mois chaque année. « Pour tout le monde, une rivière est quelque chose qui coule. Mais nous montrons que l’intermittence de l’écoulement est plus la règle que l’exception, dans toutes les régions du monde. C’est un changement complet de paradigme », résume Thibault Datry, de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) de Villeurbanne. Il est l’un des coauteurs de cette étude internationale, qui a aussi rassemblé des chercheurs de l’université McGill de Montréal (Canada) et de l’université Goethe de Francfort (Allemagne). Lire aussi Le Colorado, un fleuve en péril

Urgence climatique : la procrastination des gouvernements est un crime climatique (à relayer sur les réseaux sociaux si envie : Twitter, Facebook, Instagram) Le changement climatique se conjugue au présent. Pas un jour ne passe sans que nous n'en éprouvions la dure réalité : 54,4°C aux Etats-Unis, 49,6°C au Canada, 47°C au Maroc, surchauffe en Sibérie, canicule à New Delhi, feux de forêts en Californie et désormais, le tout en moins de trois semaines, des inondations destructrices en Allemagne, Belgique et Autriche. Des villes et villages sont peu ou prou rayés de la carte, des centaines, peut-être des milliers de personnes ont perdu la vie en tout, des millions de personnes affectées, des écosystèmes détruits ou transformés à jamais, sans même parler des dizaines ou centaines de milliards d'euros de dégâts ni de tout ce qui ne peut être réduit à de la menue monnaie. Territoires martyrs de la procrastination coupable des dirigeants Que ne comprenez-vous pas dans le terme « urgence climatique » ? Qu'attendez-vous donc ? La double-peine climatique La résultat est là.

"Canicule extrême" et meurtrière - Le Canada enregistre une température record de 49,6°C, une centaine de morts supplémentaires La province canadienne de Colombie-Britannique a connu pour une quatrième journée consécutive une "canicule extrême" ce mardi, avec une température ayant atteint un pic record de 49,6°C à Lyttona après 46,6° dimanche ont indiqué les autorités, sur fond de multiplication des décès qui seraient liés à cette vague de chaleur. Au moins 233 personnes sont mortes dans cette province de la côte Pacifique entre vendredi et lundi, soit une centaine de personnes de plus que le nombre traditionnel moyen de décès sur une période de quatre jours. Il est attendu que ce bilan s'alourdisse. Le service des médecins légistes de la province a indiqué lundi avoir enregistré une hausse significative du nombre de décès dont la canicule serait l'une des causes. Ecoles et universités de la province ont été fermées lundi suite à la nouvelle hausse des températures.

Les scientifiques du GIEC : « Le changement climatique s’accélère et s’intensifie » Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publie lundi 9 août le rapport sur l’état des connaissances sur le changement climatique, ainsi que son Résumé pour les décideurs (Summary for policymakers). Les discussions pour adopter le rapport du Giec se sont déroulées sur internet. Etabli par le groupe 1 rassemblant des climatologues [1], ce document dresse un état des lieux exhaustif en synthétisant des centaines d’études parues depuis huit ans dans les revues scientifiques. • Télécharger le Résumé pour les décideurs (en anglais) : • Lien vers une traduction en français, non officielle, du Résumé pour les décideurs • Lien vers le rapport complet du Groupe 1 Dans un langage technique et sans effet de manche, le Résumé pour les décideurs énonce un certain nombre de faits qui montrent la rapidité du bouleversement à l’oeuvre. De plus en plus d’événements climatiques extrêmes Le pyrocumulus causé par le Dixie Fire en Californie en juillet 2021. Soutenir Reporterre

Climat : la France n’est toujours pas dans les clous pour atteindre ses objectifs en 2030 Il y a fort à parier que le rapport annuel du Haut Conseil pour le climat (HCC) sera scruté de près. Ce document, publié mardi 29 juin par l’instance indépendante composée de treize experts, est le dernier du quinquennat, et donc pèsera pour dresser le bilan des politiques climatiques du gouvernement. Il paraît, en outre, dans un contexte de tension juridique : les décisions du Conseil d’Etat et du tribunal administratif de Paris, qui jugent l’Etat pour « inaction climatique » et « carence fautive », sont imminentes. Après deux précédents rapports annuels qui étrillaient l’action gouvernementale, la troisième édition produite par cette structure créée fin 2018 reste sévère. Le rythme de baisse des émissions s’est légèrement accentué en 2019 (− 1,9 % sur un an), soit davantage que l’objectif fixé pour cette année-là. Surtout, la France doit encore accélérer en raison du « retard accumulé ».

"Le film d’horreur ira jusqu’au paroxysme final" par Alain Accardo Pour un esprit bien informé des malheurs de notre temps, il devrait être clair que la probabilité d’y porter efficacement remède est désormais pratiquement inexistante. C’est là le résultat le plus certain de la dernière grande révolution structurelle de notre histoire : la mondialisation capitaliste, avec tous ses effets, que les théoriciens du social avaient commencé à subodorer au XIXe sans pouvoir encore les imaginer en vraie grandeur, comme nous en avons le triste privilège. La mondialisation capitaliste a mis fin à toute « primitivité » déclarée des uns par rapport aux autres, en homogénéisant toujours plus les modes de production, de gestion et d’existence dans tous les domaines et donc en provoquant une perte croissante de diversité anthropologique. Une réflexion sur l’état actuel du monde qui ne prendrait pas en compte le fait majeur que le point de non-retour a été dépassé dans des domaines déterminants, serait par là même privée de pertinence. Alain Accardo

Le Conseil d’Etat demande au gouvernement de « prendre toutes mesures utiles permettant d’infléchir la courbe des émissions de gaz à effet de serre » Le Conseil d’Etat a fixé un nouvel ultimatum au gouvernement : le 31 mars 2022. Dans une décision inédite rendue jeudi 1er juillet, la plus haute juridiction administrative lui donne neuf mois pour renforcer sa politique climatique. Elle enjoint au premier ministre de « prendre toutes mesures utiles permettant d’infléchir la courbe des émissions de gaz à effet de serre » afin de tenir ses objectifs. La France s’est engagée à diminuer ses émissions de 40 % d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990, et à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050, mais elle n’en prend pas le chemin. L’instance condamne également l’Etat à verser 5 000 euros à la ville de Grande-Synthe. A l’origine de ce premier « procès climatique » en France, la commune du Nord, qui s’estime particulièrement exposée au changement climatique, avait saisi le Conseil d’Etat, en janvier 2019, d’un recours visant « l’inaction climatique » de la France.

Pleurnicher le Vivant, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 29 septembre 2021) Rechercher dans la page : « capital » — Expression non trouvée. Pourtant avec capital on avait mot compte triple : capital, capitalistes, capitalisme. On fait des recherches dans l’article de tête de Nicolas Truong qui introduit une grande série d’été dans Le Monde : « Les penseurs du vivant ». Pas une occurrence. Enfin si, il faut être honnête, une : « Nous vivons un bouleversement capital ». Des penseurs concernés Lire aussi Guillaume Pitron, « Quand le numérique détruit la planète », Le Monde diplomatique, octobre 2021. Nous apprenons en tout cas qu’il y a maintenant des « penseurs du vivant ». « Grande conscience » est un segment parfaitement identifié de la division du travail culturel. On pourrait penser à un gag au moment où la planète part en morceaux, malheureusement tout est vrai Il n’y a pas que les arbres dont il faut se sentir solidaires : nous sommes invités à entrer en communion avec le monde entier. Attention : la radicalité rend sourd Le salut par les « liens »

Dans l’ouest du Canada et en Californie, une centaine d’incendies provoqués par la canicule Une centaine d’incendies continuaient de faire rage dans l’ouest du Canada et en Californie, vendredi 2 juillet, venus s’ajouter à une vague de chaleur inédite qui a fait des centaines de morts. Vendredi dans la soirée, le nombre d’incendies continuait d’augmenter en Colombie-Britannique, s’établissant à 152, dont 89 au cours des deux derniers jours. Ces incendies étaient notamment recensés au nord de la ville de Kamloops, située à 350 kilomètres au nord-est de Vancouver. Un millier de personnes ont été évacuées jeudi dans la province, où un incendie de forêt a brûlé près de 90 % du village de Lytton. Les experts estiment que cette vague de chaleur, qui a déclenché des alertes à la canicule dans des zones où habitent des millions de personnes et a fait près de 700 morts au Canada et au moins 16 aux Etats-Unis, a été provoquée par le réchauffement climatique. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Qu’est-ce que le dôme de chaleur qui étouffe le nord-ouest du continent américain ?

Les fuites du rapport du GIEC : une possible déclaration de guerre civile mondiale Article initialement publié dans la revue en ligne Ctxt Contexto y Acción et traduit avec leur autorisation et celle de l'auteur. Les fuites récentes du prochain rapport du GIEC, orchestrées par les scientifiques chargés de le préparer, pourraient conduire à l'événement politique le plus important, à l'échelle internationale, depuis au moins la fin de la Seconde Guerre mondiale. Une exagération ? Pensons-donc à ce qui se passera lorsque la version officielle du rapport sera publiée. Bien qu'il y ait eu aussi des fuites dans les rapports précédents, les implications de ce qui a été révélé cette fois-ci -il sera très difficile de les ignorer du fait de la vitesse à laquelle ces informations se répandent- nous placent devant une inconnue dont la résolution au moment de la sortie d’AR6 constituera un carrefour historique. Fondamentalement, deux scénarios lorsque le sixième rapport d'évaluation sera finalisé (après l'été 2022). Manuel Casal Lodeiro Père, activiste et vulgarisateur galicien.

NATURE. Naissance d'un aigle royal dans le Jura, 170 ans après la dernière nichée La naissance réjouit les amoureux de la nature. Début mai, un petit aiglon est enfin né en Bourgogne-Franche-Comté. L’espèce persécutée par l’homme, avait disparu du massif du Jura. Il est encore dans son nid. Quelque part dans le secteur de Saint-Claude sur une falaise inaccessible. Le petit aigle royal est né vers le 8 mai. Les naissances sont précieuses. L’aigle royal ne se reproduisait plus dans le département du Jura depuis près de deux siècles Ce carnet rose ne doit pas faire oublier l’histoire. Les derniers écrits portant traces de naissances d’aigles royaux dans le Jura remontent à 1867. Une lente reconquête du territoire Détruit, chassé, mis en difficulté, les aigles ont fini par recoloniser le pourtour des Alpes. “L’aigle est protégé depuis 1972, il revient seulement 50 ans après nicher dans le Jura” La naissance de cet aiglon royal au-delà de son symbole géographique, est une bonne nouvelle pour la faune.

Réchauffement climatique : voici à quoi il faut s'attendre avec la hausse estimée à 2,7 °C après la COP26 A Glasgow, la COP26 s'est achevée samedi 13 novembre sur un petit coup de marteau – l'adoption d'un "pacte climatique" – et un gros coup de blues. En dépit des promesses d'efforts renouvelées, voire rehaussées, par les 197 pays présents, en termes de réduction des gaz à effet de serre, la température globale devrait augmenter, d'ici à la fin du siècle, de 2,7 °C par rapport à l'ère préindustrielle, selon les calculs du Programme des Nations unies (PNUE). Un échec cuisant, puisqu'en vertu de l'accord de Paris, signé en 2015, il faudrait plutôt maintenir cette hausse "bien en deçà des 2 °C", de préférence à +1,5 °C. Ce scénario qui attend la planète a été qualifié de "catastrophe climatique" par le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Deux avantages à cette échéance : plus proche, elle est plus palpable et laisse moins de place à l'incertitude, forcément grandissante dès lors que l'on se projette loin. "Avec +2 °C, le seuil des 50 °C pourrait être franchi l'été en France.

Référendum climat : l’exécutif enterre la promesse d’Emmanuel Macron A quelques détails près, l’histoire était écrite d’avance. Sans accord avec le Sénat, la révision constitutionnelle en faveur du climat serait de fait impossible. En pleine séance de questions au gouvernement, le premier ministre, Jean Castex, a annoncé, mardi 6 juillet, l’enterrement du projet de loi visant à inscrire à l’article 1er de la Constitution la préservation de l’environnement et la lutte contre le dérèglement climatique. « Cette main tendue en faveur de la protection du climat n’a pas été saisie par le Sénat. Ce vote met hélas un terme au processus de révision constitutionnelle », a déclaré le locataire de Matignon devant des députés pris au dépourvu. La veille, le Sénat, dominé par la droite, avait rejeté pour la seconde fois la formulation du texte proposée par l’Assemblée nationale et issue des 149 propositions de la convention citoyenne pour le climat. Lire aussi Climat dans la Constitution : bataille sémantique et blocage au Sénat Cette déclaration de M.

Related: