background preloader

Dérèglement climatique : l’humanité à l’aube de retombées cataclysmiques, alerte un projet de rapport du GIEC

Dérèglement climatique : l’humanité à l’aube de retombées cataclysmiques, alerte un projet de rapport du GIEC
Pénurie d’eau, exode, malnutrition, extinction d’espèces… La vie sur terre telle que nous la connaissons sera inéluctablement transformée par le dérèglement climatique quand les enfants nés en 2021 auront 30 ans, voire plus tôt, alerte un projet de rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’Organisation des Nations Unies (ONU), dont le contenu a été dévoilé, mercredi 23 juin, par l’Agence France-Presse. Quel que soit le rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les impacts dévastateurs du réchauffement sur la nature et l’humanité qui en dépend vont s’accélérer, assurent des centaines de scientifiques rattachés au GIEC, et devenir douloureusement palpables bien avant 2050. « La vie sur terre peut se remettre d’un changement climatique majeur en évoluant vers de nouvelles espèces et en créant de nouveaux écosystèmes, note le résumé technique de 137 pages. Risque d’« impacts irréversibles » au-delà du seuil de 1,5 °C Newsletter Related:  Catastrophe climatiqueécologie 3

Andreas Malm : « L’urgence climatique rend caduc le réformisme » 18 juin 2021 Entretien inédit pour le site de Ballast Il est l’une des nou­velles voix de l’é­co­lo­gie poli­tique. Né en Suède au mitan des années 1970, auteur d’une dizaine d’ou­vrages (tra­duits en fran­çais, pour les plus récents d’entre eux, aux édi­tions La Fabrique), Andreas Malm sou­tient l’i­dée que la social-démo­cra­tie est stric­te­ment inca­pable de faire face au défi cli­ma­tique. Regardons les Unes de la presse fran­çaise : « 2021 ou l’urgence cli­ma­tique », « 2021, une année cru­ciale pour accé­lé­rer la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique », « Sauver la pla­nète en 2021 ». Non seule­ment il n’y a pas de révo­lu­tion, mais il n’y a même plus de mou­ve­ment pour le cli­mat dans la rue. 2019 a été une année de mobi­li­sa­tion sans pré­cé­dent dans les pays du Nord glo­bal, notam­ment en Europe. Vous dénon­cez le « fata­lisme cli­ma­tique ». « L’idée que nous devrions vivre avec l’effondrement cli­ma­tique est for­mu­lée par des pri­vi­lé­giés du Nord. »

L’énergie fossile, cette drogue dont nous n’arrivons pas à nous sevrer Notre opulence matérielle des 200 dernières années est directement imputable aux combustibles fossiles – charbon, pétrole et gaz. Mais, comme toutes les drogues, l’énergie fossile produit son lot d’effets secondaires, désormais trop visibles pour être ignorés. Boosté par ce cocktail charbon-pétrole-gaz, le rêve moderne s’est peu à peu transformé en cauchemar. En cause, une perturbation sans précédent du système Terre qui affecte déjà l’espèce humaine. D’après la communauté scientifique, cette menace aura dans le futur des conséquences encore plus désastreuses ; conséquences qui semblent pour l’instant inévitables au vu des maigres résultats des négociations climatiques. Laisser les fossiles là où ils sont Plus nous retardons le moment où nous amorcerons réellement la décarbonation de l’économie mondiale, plus les efforts nécessaires deviendront draconiens. L’inertie des infrastructures industrielles L’empilement des systèmes énergétiques 84 % de l’énergie primaire commercialisée

Réchauffement climatique : voici à quoi il faut s'attendre avec la hausse estimée à 2,7 °C après la COP26 A Glasgow, la COP26 s'est achevée samedi 13 novembre sur un petit coup de marteau – l'adoption d'un "pacte climatique" – et un gros coup de blues. En dépit des promesses d'efforts renouvelées, voire rehaussées, par les 197 pays présents, en termes de réduction des gaz à effet de serre, la température globale devrait augmenter, d'ici à la fin du siècle, de 2,7 °C par rapport à l'ère préindustrielle, selon les calculs du Programme des Nations unies (PNUE). Un échec cuisant, puisqu'en vertu de l'accord de Paris, signé en 2015, il faudrait plutôt maintenir cette hausse "bien en deçà des 2 °C", de préférence à +1,5 °C. Ce scénario qui attend la planète a été qualifié de "catastrophe climatique" par le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Deux avantages à cette échéance : plus proche, elle est plus palpable et laisse moins de place à l'incertitude, forcément grandissante dès lors que l'on se projette loin. "Avec +2 °C, le seuil des 50 °C pourrait être franchi l'été en France.

Les sécheresses intermittentes affectent bien plus de rivières qu’on ne le pensait La revue Nature a publié le 16 juin des chiffres étonnants. Plus de la moitié des 23 millions de kilomètres des 6 millions de cours d’eau du monde est sèche au moins un jour par an, les rivières – d’un débit supérieur à 0,1 mètre cube par seconde – s’arrêtant de couler. Et de 44 % à 51 % de cette longueur est sujette à des sécheresses au moins un mois chaque année. « Pour tout le monde, une rivière est quelque chose qui coule. Mais nous montrons que l’intermittence de l’écoulement est plus la règle que l’exception, dans toutes les régions du monde. C’est un changement complet de paradigme », résume Thibault Datry, de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) de Villeurbanne. Il est l’un des coauteurs de cette étude internationale, qui a aussi rassemblé des chercheurs de l’université McGill de Montréal (Canada) et de l’université Goethe de Francfort (Allemagne). Lire aussi Le Colorado, un fleuve en péril

Urgence climatique : la procrastination des gouvernements est un crime climatique (à relayer sur les réseaux sociaux si envie : Twitter, Facebook, Instagram) Le changement climatique se conjugue au présent. Pas un jour ne passe sans que nous n'en éprouvions la dure réalité : 54,4°C aux Etats-Unis, 49,6°C au Canada, 47°C au Maroc, surchauffe en Sibérie, canicule à New Delhi, feux de forêts en Californie et désormais, le tout en moins de trois semaines, des inondations destructrices en Allemagne, Belgique et Autriche. Des villes et villages sont peu ou prou rayés de la carte, des centaines, peut-être des milliers de personnes ont perdu la vie en tout, des millions de personnes affectées, des écosystèmes détruits ou transformés à jamais, sans même parler des dizaines ou centaines de milliards d'euros de dégâts ni de tout ce qui ne peut être réduit à de la menue monnaie. Territoires martyrs de la procrastination coupable des dirigeants Que ne comprenez-vous pas dans le terme « urgence climatique » ? Qu'attendez-vous donc ? La double-peine climatique La résultat est là.

Changement climatique : entre choc et indignation, le monde frappé par les nouvelles conclusions du rapport du Giec Des dirigeants de la planète aux militants climat, le nouveau rapport des experts climat de l'ONU a provoqué lundi 9 août une avalanche de réactions. Les messages, entre espoirs de ralentir le désastre par des actions immédiates et appels à la mobilisation citoyenne pour maintenir la pression, se sont multipliés toute la journée. >> Changement climatique : ce qu'il faut retenir du sixième rapport des experts du Giec publié aujourd'hui Le rapport "doit sonner le glas du charbon et des énergies fossiles, avant qu'ils ne détruisent la planète", a déclaré le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, qualifiant les mises en garde du Giec d'"alerte rouge pour l'humanité". Selon le constat des scientifiques de l'ONU, le réchauffement de la planète pourrait atteindre le seuil de +1,5°C autour de 2030, dix ans plus tôt qu'estimé, menaçant de nouveaux désastres "sans précédent" l'humanité. Les réactions politiques ont été nombreuses. Le rapport du GIEC est sans appel.

Ces dix lieux où les conséquences du changement climatique sont déjà dramatiques - Basta ! L’année 2016 est en passe de battre un nouveau record de chaleur. Sur les neuf premiers mois de l’année, la température à la surface de la planète a dépassé de près d’un degré la température moyenne du 20ème siècle, surpassant le précédent record enregistré... l’année dernière. C’est dans ce contexte que se tient la 22ème conférence internationale pour le climat, à Marrakech (Maroc), du 7 au 18 novembre. Et que l’accord conclu lors de la conférence de Paris s’apprête à être ratifié. Cercle arctique : la banquise se réduit, des villages déménagent, les caribous disparaissent Début septembre, la couche de glace dans l’océan Arctique a atteint son niveau le plus bas de l’année. Le niveau de 2012 – la plus faible étendue de banquise enregistrée jusqu’à présent avec 3,3 millions de km2 – n’a pas été atteint, précise la Nasa [1]. Au Canada voisin, dans les Territoires du Nord-Ouest qui bordent l’océan Arctique, ce sont les caribous qui sont menacés de disparition. Sophie Chapelle Photos :

"Canicule extrême" et meurtrière - Le Canada enregistre une température record de 49,6°C, une centaine de morts supplémentaires La province canadienne de Colombie-Britannique a connu pour une quatrième journée consécutive une "canicule extrême" ce mardi, avec une température ayant atteint un pic record de 49,6°C à Lyttona après 46,6° dimanche ont indiqué les autorités, sur fond de multiplication des décès qui seraient liés à cette vague de chaleur. Au moins 233 personnes sont mortes dans cette province de la côte Pacifique entre vendredi et lundi, soit une centaine de personnes de plus que le nombre traditionnel moyen de décès sur une période de quatre jours. Il est attendu que ce bilan s'alourdisse. Le service des médecins légistes de la province a indiqué lundi avoir enregistré une hausse significative du nombre de décès dont la canicule serait l'une des causes. Ecoles et universités de la province ont été fermées lundi suite à la nouvelle hausse des températures.

Les scientifiques du GIEC : « Le changement climatique s’accélère et s’intensifie » Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publie lundi 9 août le rapport sur l’état des connaissances sur le changement climatique, ainsi que son Résumé pour les décideurs (Summary for policymakers). Les discussions pour adopter le rapport du Giec se sont déroulées sur internet. Etabli par le groupe 1 rassemblant des climatologues [1], ce document dresse un état des lieux exhaustif en synthétisant des centaines d’études parues depuis huit ans dans les revues scientifiques. • Télécharger le Résumé pour les décideurs (en anglais) : • Lien vers une traduction en français, non officielle, du Résumé pour les décideurs • Lien vers le rapport complet du Groupe 1 Dans un langage technique et sans effet de manche, le Résumé pour les décideurs énonce un certain nombre de faits qui montrent la rapidité du bouleversement à l’oeuvre. De plus en plus d’événements climatiques extrêmes Le pyrocumulus causé par le Dixie Fire en Californie en juillet 2021. Soutenir Reporterre

Antarctique : baromètre du réchauffement climatique ? Lydie Lescarmontier est glaciologue de formation. Elle a navigué à bord de l’Astrolabe, navire mythique en Antarctique qui permet de rejoindre la base de recherche française Dumont-d’Urville en terre Adélie. Une expérience qu'elle relate dans son premier livre, L'Empreinte des glaces-carnet de voyage sur l'Astrolabe (avec Romain Garouste (Illustrateur), Isabelle Autissier (Préface), Elytis, 2018). Aujourd’hui, elle travaille pour The Office for Climate Education (OCE), une fondation d’éducation au changement climatique. Lydie y cible principalement les plus jeunes pour faire face à l'urgence climatique, valorisant ses expériences, ses savoirs et son désir de transmettre afin de sensibiliser un large public sur ces questions. Tout passe par l’éducation : (...) le changement climatique est un problème qui nous concerne tous, on vit tous ses impacts, on va les vivre de plus en plus intensément. Cette éducation concerne aussi les politiques. Extraits sonores:

Demain, des millions de réfugiés climatiques : le scénario catastrophe est hélas réaliste Les 100.000 personnes évacuées autour de Fort McMurray sont-elles des réfugiées climatiques ? (RCMP Alberta/Alberta RCMP/AFP) Cinq des îles Salomon sont aujourd'hui sous l'eau. Bien sûr, ce n'était pas des îles très grandes, entre un et cinq hectares, et elles n'étaient peuplées en tout "que" de quelques dizaines de personnes, mais elles existaient en 1947, et en 2014, elles étaient sous l'eau. C'est en comparant des photos aériennes et satellite prises entre ces deux dates et en examinant les archives locales que des chercheurs australiens ont pu mettre en évidence cette disparition, et constater que dans le même archipel six autres îles ont subi une régression sévère de leur ligne côtière, qui a détruit au moins deux villages et provoqué l'exil de leurs habitants. Le niveau des océans va monter Autre exemple, en Louisiane, l'île à Jean Charles, occupée par une communauté d'Indiens d'Amérique, était une bande de terre de 17,7 km de long et 8 km de large dans les années 1950.

Climat : la France n’est toujours pas dans les clous pour atteindre ses objectifs en 2030 Il y a fort à parier que le rapport annuel du Haut Conseil pour le climat (HCC) sera scruté de près. Ce document, publié mardi 29 juin par l’instance indépendante composée de treize experts, est le dernier du quinquennat, et donc pèsera pour dresser le bilan des politiques climatiques du gouvernement. Il paraît, en outre, dans un contexte de tension juridique : les décisions du Conseil d’Etat et du tribunal administratif de Paris, qui jugent l’Etat pour « inaction climatique » et « carence fautive », sont imminentes. Après deux précédents rapports annuels qui étrillaient l’action gouvernementale, la troisième édition produite par cette structure créée fin 2018 reste sévère. Le rythme de baisse des émissions s’est légèrement accentué en 2019 (− 1,9 % sur un an), soit davantage que l’objectif fixé pour cette année-là. Surtout, la France doit encore accélérer en raison du « retard accumulé ».

"Le film d’horreur ira jusqu’au paroxysme final" par Alain Accardo Pour un esprit bien informé des malheurs de notre temps, il devrait être clair que la probabilité d’y porter efficacement remède est désormais pratiquement inexistante. C’est là le résultat le plus certain de la dernière grande révolution structurelle de notre histoire : la mondialisation capitaliste, avec tous ses effets, que les théoriciens du social avaient commencé à subodorer au XIXe sans pouvoir encore les imaginer en vraie grandeur, comme nous en avons le triste privilège. La mondialisation capitaliste a mis fin à toute « primitivité » déclarée des uns par rapport aux autres, en homogénéisant toujours plus les modes de production, de gestion et d’existence dans tous les domaines et donc en provoquant une perte croissante de diversité anthropologique. Une réflexion sur l’état actuel du monde qui ne prendrait pas en compte le fait majeur que le point de non-retour a été dépassé dans des domaines déterminants, serait par là même privée de pertinence. Alain Accardo

« L’affaire du siècle » : l’Etat condamné pour « carences fautives » dans la lutte contre le réchauffement climatique « Une victoire historique pour le climat. » C’est peu de dire que le jugement rendu mercredi 3 février par le tribunal administratif de Paris a donné satisfaction aux associations de défense de l’environnement et à leurs avocats. Deux ans après avoir recueilli plus de 2 millions de signatures en moins d’un mois – une mobilisation sans précédent en France –, pour dénoncer l’« inaction climatique » de l’Etat, « L’affaire du siècle » avait rendez-vous avec la justice. Les quatre ONG à l’origine de la pétition (Notre affaire à tous, Greenpeace, Oxfam et la Fondation Nicolas Hulot) avaient déposé en mars 2019 un recours devant le tribunal administratif de Paris pour « carence fautive » de l’Etat. La France n’est en effet pas sur la bonne trajectoire. Lire aussi Article réservé à nos abonnés La France n’est toujours pas « à la hauteur des enjeux » climatiques Il vous reste 64.3% de cet article à lire.

Related: