background preloader

As Clemmie Wonders

As Clemmie Wonders
“Non mais qu'ils ne respectent pas les femmes chez eux, c'est leur problème, mais ici, on est en France” “ Je suis pas raciste, mais j'en ai marre de me faire draguer dans la rue! ” “ C'est dans leur culture, ils n'ont pas le même rapport à la séduction”. Ces déclarations n'ont pas particulièrement été tenues par des membres du FN ou même des personnes se disant (se pensant) racistes. Non. Parce que, comme en parlait récemment un article de rue89, c'est un fait : pour beaucoup de personnes, y compris les victimes de harcèlement de rue, les agresseurs de rue ne sont que des mecs de banlieue, de cité, de quartiers populaires. Non, elle me révolte, en fait. Parce qu'en ne parlant que d'un type très spécifique de harcèlement, mes copines Blanches et/ou bourgeoises invisibilisent totalement un autre type de harcèlement que, pourtant, les femmes racisées vivent aussi fréquemment et avec autant de violence. J'habite dans un quartier très bourgeois qui est aussi le quartier des putes de la ville.

http://clemmiewonder.tumblr.com/

Related:  féminisme et apparencefeminismJustice sociale & Féminisme

Le contrôle des femmes par le vêtement Saviez-vous qu’avant le 31 janvier 2013, le port du pantalon par les Parisiennes était passible d’emprisonnement ? Cette ordonnance vieille de 2 siècles interdisait ainsi aux femmes de « se travestir », avec une tolérance pour celles qui devaient « tenir un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval ». Le ministère des droits des femmes vient seulement de l’abroger. Points de vue sur le sexisme Sommaire : - L’ancrage du sexisme (Non Fides) - Le cas des chasses aux sorcières, deux siècles de sexocide (Non Fides) - La Grèce antique, une civilisation misogyne (Non Fides) - L’anarchisme et la question sexuelle (Emma Goldman) - Chaque fille, chaque garçon (APF) - Contre le publisexisme (Collectifs antipub & antipatriarcat) - Colères de femmes (Nancy Antisexist) - Resistance is fertile (Crimethinc) L’ancrage du sexisme (Non Fides)

PAYE TA SHNEK “Hé, psst, t’es bonne. J’me marie avec ton cul moi!” Lille — rue Gambetta. J'avais banni la jupe ce jour la pour éviter cela. “Toi t’as un corps magnifique, tu veux qu’on aille chez moi?” Lyon — place des Terreaux, 16h. Injonctions, poil au… En écrivant « je le fais pour moi-même » je me doutais qu’il y aurait polémique. Sans revenir sur les accusations de misogynie (parce qu’il n’y a strictement rien de misogyne dans ce que j’ai écrit, bien que je m’attendais à ce que ça puisse être interprété de travers), plusieurs choses ont été dites qui m’ont un peu surprise. Par exemple, que l’article affirmait que toutes les raisons qu’ont les femmes de se préoccuper de leur apparence sont des injonctions patriarcales; ou encore que j’étais contre le fait de porter des jupes ou des soutien-gorges. Dit comme ça, ça peut faire sourire.

Brigitte Lahaie, le devoir conjugal et les gènes Chroniques Créé le mercredi 8 juillet 2015 12:51 Écrit par Arnaud Bihel Dans le magazine Causeur, l'experte en sexualité livre sa vision d'un monde où les gènes expliquent les pulsions sexuelles masculines et l'attrait des femmes pour les hommes riches. La canicule faisant une pause, Les Nouvelles NEWS ont choisi de s'infliger un nouveau calvaire en lisant le dossier du magazine Causeur consacré à la « terreur féministe » (l'occasion pour le magazine Causette de rappeler qu'il ne partage avec le mensuel "conservato-polémico-provocateur "qu'une quasi-homonymie). Chrysalide - Nos Documents Un événement merveilleuxPMA & Transidentité20 pages, format A5 Devenir FlorenceUne vie dont vous êtes le héros84 pages, format A5 Travaille ton genre!Petit cahier d'exercices pratiques sur le genre36 pages, format A5

MONDE : Comment la beauté devient une tyrannie pour les femmes 02.04.2012Entretien avec Mona Chollet - Par Camille Sarret Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre ? C'est une très vieille préoccupation chez moi. Je me suis intéressée à cet univers de la mode et de la beauté dès mon adolescence - je lisais assidûment la presse féminine. J'ai toujours eu un rapport à la fois fasciné et perplexe. C'est une industrie sophistiquée qui a des moyens énormes et qui joue sur des ressorts assez profonds. BALLAST Clémentine Autain : « Rendre au féminisme son tranchant » Entretien inédit pour le site de Ballast « L'homme le plus opprimé peut opprimer un être, qui est sa femme ; la femme est la prolétaire du prolétaire même », écrivit un jour Flora Tristan, féministe, socialiste et militante internationaliste née en 1803. La phrase est plus que célèbre. Loin des espaces militants, on aurait parfois tendance à l'oublier : la tradition féministe compte bien des courants et des tendances — qui, comme tous les mouvements philosophiques et politiques, peuvent volontiers s'opposer (Nicole Van Enis préfère dès lors parler « des » féminismes).

Eclosion, le quotidien d'une femme transgenre Rectification importante sur le changement de prénom le 31 mars 2017 11h44 | par Lise | 11 commentaires Intense déception, et mauvaise nouvelle à vous annoncer. Je viens d’avoir un appel de la mairie de Rennes. Les vêtements et la police du genre Il paraît que, dans une dimension parallèle, il y aurait du machisme au Parlement de la République Française. Heureusement, il ne s’agit que d’une fiction colportée par des esprits mal tournés. Une fiction qui a cependant bien alimenté la presse ces derniers jours. Rappelons les faits, d’une importance fondamentale: Cécile Duflot, ministre EELV de l’Egalité des territoires et du Logement (dans cette dimension parallèle, bien sûr), a osé se présenter à l’Assemblée Nationale pour la sessions des questions au gouvernement du 17 juillet vêtue d’une ROBE.

Les courants de pensée féministe : résumé « Les courants de pensée féministe », Louise Toupin, Version revue du texte Qu'est-ce que le féminisme? Trousse d'information sur le féminisme québécois des 25 dernières années, 1997. Louise TOUPIN Chargée de cours en études féministes Prospérité de la potiche En librairie aujourd’hui, Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine (Zones / La Découverte, 250 pages, 18 euros) reprend et approfondit des analyses ébauchées soit ici-même, soit dans Le Monde diplomatique. Nous vous en proposons l’introduction ci-dessous. Le texte intégral est en libre accès sur le site de l’éditeur.

A chacune son féminisme Elisabeth Badinter est une féministe qui excite et énerve les autres. Pas un de ses opus qui ne fasse polémique. Déjà dans Fausse route, publié en 2003 chez Odile Jacob elle reprochait au féminisme d’avoir inventé la victimisation de la femme, provoquant aussitôt un tollé. Elle récidive avec le Conflit, paru le mois dernier chez Flammarion, et qui analyse les nouvelles normes tissées autour de la figure de la «bonne mère».

Related: