background preloader

Connectivisme (théorie de l'apprentissage)

Connectivisme (théorie de l'apprentissage)
Une page de Wikiversité. Notez qu'il existe aussi (#CCK09), les messages blog, et un . php ? id = 522 forum de discussion à ce sujet. Mashups du bétail comprennent: [1]. La théorie du connectivisme est similaire au néo-constructivisme (théorie élaborée par Lev Vygotski) qui exploite pleinement les ressources des nouvelles sciences & technologies de l'information et de la communication. Le Connectivisme est l'intégration des principes explorés par les théories du chaos, théories des réseaux (et la théorie de l'information), de la complexité (et la Systémique) et les théories de l'Auto-organisation. Souligné par Mergel sur Ertmer et Newby's : "cinq questions définitives pour distinguer les théories de l'apprentissage" (en distinguant la section apprentissage, ¶ 1 ) fournit un cadre pour organiser les différentes théories : Comment l'apprentissage se produit il ? Créez des blogs pour la classe ... Quelle est la différence entre Connectivisme et d'apprentissage en réseau? ((ancrage | blogues)) Related:  Penser l'école (dans une dynamique Education nouvelle)Avantages et objectifs

Lernen durch Lehren Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Élève enseignant le vocabulaire à ses camarades Lernen durch Lehren (LdL) (anglais: Learning by teaching) est la technique d'enseignement mutuel pratiquée en Allemagne depuis les années 1980. Pour faire face à une pénurie de professeurs, on demandait à des élèves de transmettre à leurs condisciples les connaissances qu'ils venaient d'assimiler. Histoire[modifier | modifier le code] En Suisse, le franciscain Grégoire Girard instaure des « cours gradués » basés sur le monitorat systématique en petits groupes. À partir du début du XXe siècle ces techniques sont utilisées pour des motifs pédagogiques pour arracher les élèves à leur passivité (pédagogie active). Cette méthode se répandit en Allemagne particulièrement à partir de 1987, lorsque Martin développa un réseau de plus de mille collègues qui utilisent la méthode dans toutes les matières[6]. La méthode d'après Martin (LdL)[modifier | modifier le code] LdL comporte deux volets : Avantages :

Quelle place pour le groupe dans le triangle pédagogique Faerber a présenté un tétraèdre pédagogique en ajoutant un nouveau pôle au triangle didactique : le groupe. Ce modèle très riche a nourri ma réflexion. Je propose ici quelques ajustements et une lecture de ses différentes faces. Je cherchais à confronter la vision pédagogique présentée dans ce blog au triangle pédagogique de Houssaye et je suis tombé sur un article pertinent de Richard FAERBER présentant l’outil ACOLAD – Apprentissage COLlaboratif A Distance (on n’est pas très loin des PROjets péDAgogiques GEOdistribués qui ont initiés ce blog…) Faerber y présente un tétraèdre pédagogique représenté ci-dessous intégrant un nouveau sommet : le groupe ! Tétraèdre pédagogique de Faerber Cette figure me porte à réfléchir (et ça, c’est bien !). 1 – Certains aspects me semblent très riches Le groupe est un facteur important de l’apprentissage. 2 – D’autres aspects me satisfont moins L’implication de l’apprenant dans le groupe doit être plus forte qu’une simple participation. J'aime :

Qu’est-ce que le web 2.0 Web 2.0. Voila le terme à la mode, la promesse d’un nouveau web, d’une révolution comme d’une nouvelle version de l’internet. Phénomène réel reposant sur un changement technologique et une rupture d’échelle liée la croissance du nombre d’utilisateurs ou récupération marketing de technologies anciennes rafraichies par un nouvel engouement public, comme le regrettent François Briatte, François Hodierne ou Olivier Meunier ? Le web 2.0 préfigure-t-il seulement une bulle 2.0 ? Difficile de comprendre également quel est ce web 2.0 dont tout le monde parle, tant les définitions semblent s’opposer. L’éditeur Tim O’reilly rappelle certainement le mieux d’où vient la formule : à son origine, le terme « web 2.0 » capturait le sentiment commun selon lequel il se passait quelque chose de qualitativement différent sur le web d’aujourd’hui. A qui s’adresse en définitive le Web 2.0, se demande alors le consultant en « usabilité » Peter Merholz ? Dannah Boyd, sociologue et chercheuse chez Yahoo !

Perrenoud : « Comprendre, c’est contester l’ordre des choses… » Par Marcel Brun Un nouvel ouvrage de Philippe Perrenoud est forcément un objet attendu, tant les travaux de l’universitaire genevois ont irrigué les milieux de la formation des enseignants, IUFM compris. Le titre est tout un programme, comme une preuve que le propos est pesé : « Quand l’école prétend préparer à la vie… Développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs ?» Il faut dire que ces derniers temps, les pédagos qui parlent des compétences ne sont pas sur une ligne unique. Il suffirait de comparer l’évolution du positionnement d’un autre Philippe célèbre, Meirieu, dont le dernier entretien croisé avec Marcel Gauchet, publié dans Le Monde (1), a donné un coup de pied dans la fourmilière. Où en est Perrenoud avec les compétences ? Du coup, pas étonnant que la construction de « référentiels » nécessaires en éducation tourne rapidement au dialogue de sourds : - « travailler par situations-problèmes » ne suffit pas pour développer automatiquement des compétences Notes : Liens :

François Taddei – Pour un nouveau modèle d’éducation François Taddei Chercheur en biologie des systèmes à l’INSERM Filmé à l'Espace Pierre Cardin le 30 janvier 2010 Ingénieur devenu généticien, François Taddei est chercheur en biologie des systèmes à l’Inserm. Diplômé de Polytechnique et des Eaux et Forêts, François Taddei est devenu biologiste et directeur d’une unité de recherche à l’Inserm. Application Web 2.0 Il est difficile de dresser une liste exhaustive des applications liées au Web 2.0 tant les nouveaux services apparaissent à une vitesse prodigieuse. Il ne se passe pas un jour sans qu'un nouveau venu fasse son apparition ou bien qu'un service connaisse une petite amélioration. Dans le cadre de ce dossier, nous avons fait le choix de nous arrêter sur les applications qui nous semblent les plus emblématiques du Web 2.0., des outils qui changent vraiment la vie de l'utilisateur. Nous invitons le lecteur à se reporter également à l'article suivant sur le Web 2.0 au service de la veille et de la recherche d'information, qui complète ce panorama. Nous avons choisi pour dans cet article, de présenter les applications dans l'ordre de leur popularité sur le net. Blog Les blogs (cf. ce mot dans notre lexique) sont des outils incontournables du Web 2.0. Partage de fichiers multimédia (photos, vidéos, audio) Encyclopédie collaborative en ligne Géo-localisation Bureautique en ligne

Contre l'idéologie de la compétence, l'éducation doit apprendre à penser Entretien croisé avec Philippe Meirieu, pédagogue et essayiste et Marcel Gauchet, historien et philosophe. Dans quelle mesure l'évolution de nos sociétés ébranle-t-elle les conditions de possibilité de l'entreprise éducative ? Marcel Gauchet : Nous sommes en proie à une erreur de diagnostic : on demande à l'école de résoudre par des moyens pédagogiques des problèmes civilisationnels résultant du mouvement même de nos sociétés, et on s'étonne qu'elle n'y parvienne pas... Quelles sont ces transformations collectives qui aujourd'hui posent à la tâche éducative des défis entièrement nouveaux ? Ils concernent au moins quatre fronts : les rapports entre la famille et l'école, le sens des savoirs, le statut de l'autorité, la place de l'école dans la société. A priori, famille et école ont la même visée d'élever les enfants : la famille éduque, l'école instruit, disait-on jadis. Aujourd'hui, la famille tend à se défausser sur l'école, censée à la fois éduquer et instruire. P. M. M. P. P. M. P.

L'APPRENTISSAGE ENTRE PAIRS : SE FORMER ENTRE NOUS, PAR NOUS ET POUR NOUS Savez-vous que la formation entre pairs comporte bien des attraits ? L'apprentissage entre pairs pourra entraîner une modification du rapport de l'apprenant au savoir, il favorisera également l'émergence des savoirs informels tout en renforçant les modalités de collaboration de l'individu dans un collectif, une équipe par exemple. Si vous êtes consultant, formateur, apprenant, vous pouvez expérimenter l'apprentissage entre pairs dans une formation en présentiel (tout le long de la formation ou sur des temps dédiés) ou dans une formation à distance. Un petit billet PedagoForm pour re-visiter ce mode d'apprentissage déjà bien connu et rôdé. On désigne par "apprentissage par les pairs" la modalité d'apprentissage entre les individus d'un même groupe ou d'une même entité. Mêlant mode participatif et mode collaboratif, l'apprentissage entre pairs comporte de nombreux avantages, même en mode présentiel. 1/ La légitimité du formateur "pair" pour les apprenants. Pour continuer :

Le cloud computing, l'informatique de demain ? Déjà lancés par Amazon, les services de stockage et de calcul en ligne pourraient révolutionner l'informatique d'entreprise d'ici à moins de cinq ans. Google et IBM sont sur le pont, et les DSI pourraient faire leurs valises. Qu'est ce que le cloud computing ? L' "informatique dans les nuages" est un concept apparu assez récemment, mais dont les prémices remontent à quelques années, notamment à la technologie des grilles de calcul, utilisée pour le calcul scientifique. Le cloud computing fait référence à l'utilisation de la mémoire et des capacités de calcul des ordinateurs et des serveurs répartis dans le monde entier, et liés par un réseau, tel Internet. Le cloud computing, un produit commercialisable ? Oui, cette technique est en passe de devenir un business. A l'image de la puissance électrique il y a un siècle, la puissance de calcul et de stockage de l'information serait proposée à la consommation par des compagnies spécialisées. Quels sont les avantages pour l'utilisateur ?

Meirieu : "Je ne peux accepter que l’idéologie des compétences devienne une « théorie de l’apprentissage" Peut-on être optimiste à cette rentrée ? Dans la nouvelle édition actualisée de sa "Lettre à une jeune professeur", Philippe Meirieu analyse le plaisir d'enseigner. L'ouvrage, accessible et optimiste, reconnaît les difficultés du métier mais en montre aussi la beauté intime. Cette publication est l'occasion pour le Café de l'interroger sur la rentrée et l'avenir de l'Ecole. Je suis dans un paradoxe pour démarrer cet entretien. Oui, bien sûr, cette rentrée est, à de très nombreux égards, catastrophique : le système est au bout du rouleau, étouffé par une politique de restriction insupportable. Mais, fort heureusement, les professeurs ne sont pas seulement les « employés » d’un ministère qui n’a plus aucune légitimité à se nommer « de l’Education nationale »… Ce sont aussi des hommes et des femmes qui sont mus par la passion de transmettre et je veux croire que les comportements de leur institution n’érodera pas trop leur enthousiasme. Il faut absolument y échapper. Oui, évidemment !

Partager le travail Il existe aujourd'hui bien peu de tâches professionnelles qui peuvent être accomplies par un seul individu. D'autant plus que la complexité des environnements, des processus et des réalisations nécessite désormais des compétences variées, difficiles à trouver en une seule personne. L'élévation du niveau général d'éducation et la mise à disposition d'outils et de ressources de plus en plus nombreux et relativement faciles à appréhender, provoquent pourtant un retour en force du "faire soi-même". Ce qui implique un changement profond de culture, bien visible dans les FabLabs, ces laboratoires propices à l'innovation auxquels s'intéressent aujourd'hui nombre d'entreprises. Partager le travail, c'est aussi s'appuyer sur des pairs pour conserver son engagement et sa motivation. Les enseignants ont la réputation d'aimer le travail autonome, voire solitaire. Partager, c'est s'alléger. Illustration : bikeriderlondon, Shutterstock.com Sous-titrer pour partager sa passion 17 mai 2014 19 mai 2014

Plus de 80 apps pour l'éducation La tablette numérique est une source quasi inépuisable d'outils et de ressources pour l'éducation. Le magasin d'applications Google Play comporte aujourd'hui des centaines de milliers d'applications. Toutefois la sélection des apps les plus appropriées pour nos activités en classe n'est pas toujours facile, surtout si l'on recherche des applications en français. Aussi, Eti-Education vous propose ici une sélection de quelques apps Android qui nous ont semblé mériter l'attention des enseignants. Bien souvent aussi l'application proposée dans une catégorie n'est qu'un exemple et il en existe d'autres qui sont similaires et peuvent être plus adaptées à vos besoins spécifiques. * Signale une interface en anglais mais tous les menus sont avec des icônes donc non problématique pour un usage avec des élèves francophones.

Edgar Morin : Réforme de pensée, transdisciplinarité, réforme de l'Université Réforme de pensée et transdisciplinarité Nous savons que le mode de pensée ou de connaissance parcellaire, compartimenté, monodisciplinaire, quantificateur nous conduit à une intelligence aveugle, dans la mesure même où l'aptitude humaine normale à relier les connaissances s'y trouve sacrifiée au profit de l'aptitude non moins normale à séparer. Car connaître, c'est, dans une boucle ininterrompue, séparer pour analyser, et relier pour synthétiser ou complexifier. Ces conditions se rappellent à nous d'autant plus que s'ouvre une ère planétaire d'inter-solidarité. Le système La première notion ou conception, qui est maintenant bien connue, c'est évidemment celle de système. La pensée complexe La réforme de pensée, c'est celle qui permet d'intégrer ces modes de reliance. La réforme de pensée rencontre des conditions favorables et des conditions défavorables. La révolution quantique Les conditions favorables, ce sont les deux grandes révolutions du siècle. Réforme de pensée et éducation

Pédagogie coopérative Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La pédagogie coopérative repose sur une philosophie de l'instruction qui place l'élève en tant qu'acteur de ses apprentissages, capable de participer à l'élaboration de ses compétences en coopération avec l'enseignant et ses pairs. L'acquisition des connaissances résulte alors d'une « collaboration du maître et des élèves, et des élèves entre eux, au sein d'équipes de travail »[1]. Il s'agit de mettre l'élève en situation vraie d'action, une situation où il peut exercer ses capacités, où avec le groupe il construit des réponses adaptées aux questions soulevées par la mise en œuvre de projets individuels ou collectifs. C'est en termes de contrat (avec l'enseignant, les autres et soi-même), que la démarche coopérative trouve son sens plein et entier. Origines et valeurs[modifier | modifier le code] La coopération est, à l'origine, un système économique et social, une réponse à un besoin, un manque ressenti dans une structure économique.

Related: