background preloader

Connectivisme (théorie de l'apprentissage)

Connectivisme (théorie de l'apprentissage)
Une page de Wikiversité. Notez qu'il existe aussi (#CCK09), les messages blog, et un . php ? id = 522 forum de discussion à ce sujet. Mashups du bétail comprennent: [1]. La théorie du connectivisme est similaire au néo-constructivisme (théorie élaborée par Lev Vygotski) qui exploite pleinement les ressources des nouvelles sciences & technologies de l'information et de la communication. Le Connectivisme est l'intégration des principes explorés par les théories du chaos, théories des réseaux (et la théorie de l'information), de la complexité (et la Systémique) et les théories de l'Auto-organisation. Souligné par Mergel sur Ertmer et Newby's : "cinq questions définitives pour distinguer les théories de l'apprentissage" (en distinguant la section apprentissage, ¶ 1 ) fournit un cadre pour organiser les différentes théories : Comment l'apprentissage se produit il ? Créez des blogs pour la classe ... Quelle est la différence entre Connectivisme et d'apprentissage en réseau? ((ancrage | blogues))

http://fr.wikiversity.org/wiki/Connectivisme_(th%C3%A9orie_de_l%27apprentissage)

Related:  Penser l'école (dans une dynamique Education nouvelle)Avantages et objectifs

Perrenoud : « Comprendre, c’est contester l’ordre des choses… » Par Marcel Brun Un nouvel ouvrage de Philippe Perrenoud est forcément un objet attendu, tant les travaux de l’universitaire genevois ont irrigué les milieux de la formation des enseignants, IUFM compris. Le titre est tout un programme, comme une preuve que le propos est pesé : « Quand l’école prétend préparer à la vie… Développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs ?» Il faut dire que ces derniers temps, les pédagos qui parlent des compétences ne sont pas sur une ligne unique.

Quelle place pour le groupe dans le triangle pédagogique Faerber a présenté un tétraèdre pédagogique en ajoutant un nouveau pôle au triangle didactique : le groupe. Ce modèle très riche a nourri ma réflexion. Je propose ici quelques ajustements et une lecture de ses différentes faces. Je cherchais à confronter la vision pédagogique présentée dans ce blog au triangle pédagogique de Houssaye et je suis tombé sur un article pertinent de Richard FAERBER présentant l’outil ACOLAD – Apprentissage COLlaboratif A Distance (on n’est pas très loin des PROjets péDAgogiques GEOdistribués qui ont initiés ce blog…) Faerber y présente un tétraèdre pédagogique représenté ci-dessous intégrant un nouveau sommet : le groupe ! Tétraèdre pédagogique de Faerber Cette figure me porte à réfléchir (et ça, c’est bien !).

Conférence / connectivisme : George Siemens Le premier volet de la conférence en ligne sur le connectivisme a été une expérience fascinante. On oublie facilement, aujourd’hui, l’extraordinaire technologie qui permet à un conférencier de se faire entendre aux quatre coins du globe, pendant que l’auditoire dispersé mitraille la scène de ses réflexions. Dans ces conditions, on ne s’étonnera pas que quelques-uns aient perdu la communication, comme ce fut malheureusement le cas pour Djeault. Par contre, Jacques Cool a eu la présence d’esprit de sauvegarder quelques bribes de la conversation qui méritent d’être retenues. Quant à moi, j’ai été saisi du contraste dans la transmission des idées par rapport à une conférence traditionnelle. George Siemens n’allait se contenter d’une conférence unidirectionnelle sur le connectivisme.

Contre l'idéologie de la compétence, l'éducation doit apprendre à penser Entretien croisé avec Philippe Meirieu, pédagogue et essayiste et Marcel Gauchet, historien et philosophe. Dans quelle mesure l'évolution de nos sociétés ébranle-t-elle les conditions de possibilité de l'entreprise éducative ? Marcel Gauchet : Nous sommes en proie à une erreur de diagnostic : on demande à l'école de résoudre par des moyens pédagogiques des problèmes civilisationnels résultant du mouvement même de nos sociétés, et on s'étonne qu'elle n'y parvienne pas...

François Taddei – Pour un nouveau modèle d’éducation François Taddei Chercheur en biologie des systèmes à l’INSERM Filmé à l'Espace Pierre Cardin le 30 janvier 2010 Ingénieur devenu généticien, François Taddei est chercheur en biologie des systèmes à l’Inserm. Il est également un spécialiste reconnu de l’évolution et milite pour des approches interdisciplinaires notamment sur les questions du vieillissement et de la longévité. Diplômé de Polytechnique et des Eaux et Forêts, François Taddei est devenu biologiste et directeur d’une unité de recherche à l’Inserm.

Connectivisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sugata Mitra a mené une étude durant dix ans et démontre que les enfants sont capables d'apprendre (de coapprendre), seuls, sans professeur, c'est-à-dire par eux-mêmes avec un ordinateur, internet et/ou des supports de cours. Il conclut que l'éducation est un système qui s'auto-organise et où l'apprentissage est le phénomène émergent[2],[3]. Donald G. Edgar Morin : Réforme de pensée, transdisciplinarité, réforme de l'Université Réforme de pensée et transdisciplinarité Nous savons que le mode de pensée ou de connaissance parcellaire, compartimenté, monodisciplinaire, quantificateur nous conduit à une intelligence aveugle, dans la mesure même où l'aptitude humaine normale à relier les connaissances s'y trouve sacrifiée au profit de l'aptitude non moins normale à séparer. Car connaître, c'est, dans une boucle ininterrompue, séparer pour analyser, et relier pour synthétiser ou complexifier. La prévalence disciplinaire, séparatrice, nous fait perdre l'aptitude à relier, l'aptitude à contextualiser, c'est-à-dire à situer une information ou un savoir dans son contexte naturel. Nous perdons l'aptitude à globaliser, c'est-à-dire à introduire les connaissances dans un ensemble plus ou moins organisé.

Partager le travail Il existe aujourd'hui bien peu de tâches professionnelles qui peuvent être accomplies par un seul individu. D'autant plus que la complexité des environnements, des processus et des réalisations nécessite désormais des compétences variées, difficiles à trouver en une seule personne. L'élévation du niveau général d'éducation et la mise à disposition d'outils et de ressources de plus en plus nombreux et relativement faciles à appréhender, provoquent pourtant un retour en force du "faire soi-même". Ce qui implique un changement profond de culture, bien visible dans les FabLabs, ces laboratoires propices à l'innovation auxquels s'intéressent aujourd'hui nombre d'entreprises. Partager le travail, c'est aussi s'appuyer sur des pairs pour conserver son engagement et sa motivation. Les tâches à accomplir dans le cadre d'un apprentissage pratique ou intellectuel sont nombreuses, souvent ingrates et exigent du temps.

Le connectivisme : une théorie socio-informatique de l’apprentissage Le connectivisme est une théorie de l’apprentissage proposée par Siemens (2005). Elle s’intéresse à l’apport des nouvelles technologies dans l’apprentissage et plus particulièrement à l’interaction des communautés humaines en réseau. Le connectivisme se présente comme une synthèse et une critique de trois théories souvent mises en avant pour décrire des interventions sur des environnements d’apprentissage: le behaviorisme et son modèle de la boite noire qu’il serait impossible de pénétrer. Dans cette théorie il s’agit moins de savoir comment l’individu apprend et plus de chercher à influencer son comportement, le cognitivisme s’appuie sur l’analogie du cerveau et de l’ordinateur. Des données externes à l’individu seraient encodées par un travail de construction de la mémoire.

L’école transformée en machine à désintégrer Dans le petit jeu des annonces gouvernementales qui s’emballent à l’approche des élections, le repérage des enfants «à risque» et «à haut risque» en maternelle est très représentatif d’une conception tout à fait cohérente de l’enseignement fondée sur des principes simples : médicalisation, détection et dérivation. Longtemps, la métaphore médicale a joué un rôle critique en éducation. En 1967, les enfants de Barbiana écrivaient dans leur «Lettre à une maîtresse d’école» que «l’école se comport[ait] comme un hôpital qui soignerait les bien portants et exclurait les malades». Le caractère subversif de la formule s’est émoussé : avec la gestion libérale du système de santé, quand le management l’emporte sur le soin et que le «pilotage par les résultats» permet tout naturellement d’arroser là où c’est déjà mouillé, la médecine n’a plus rien à envier à l’école !

Pédagogie coopérative Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La pédagogie coopérative repose sur une philosophie de l'instruction qui place l'élève en tant qu'acteur de ses apprentissages, capable de participer à l'élaboration de ses compétences en coopération avec l'enseignant et ses pairs. L'acquisition des connaissances résulte alors d'une « collaboration du maître et des élèves, et des élèves entre eux, au sein d'équipes de travail »[1].

2013 — Université d'été de la e-éducation et des applications ludo-éducatives - 10ème édition Eric Patureau, dessinateur Né en 1971, Eric Patureau, dit CIRE a commencé à dessiner très tôt dans les marges de ses cahiers. A dix-huit ans, il débute des études d’Architecture. Diplômé en 1998, il travaille pendant deux ans en cabinet d’Architecture. Puis l’occasion se présente à lui de se mettre à son … lire Meirieu : Un pédagogue dans la Cité Par François Jarraud Attention : ce livre n'est ni une biographie officielle, ni des mémoires, encore moins un testament ! Avec "Un pédagogue dans la Cité", Philippe Meirieu revient dans le débat éducatif avec des propositions et pas seulement des souvenirs.

Former à et par la collaboration numérique : 1Le développement des outils collaboratifs, issus du web social, tels que les réseaux sociaux, les blogues, les wikis ou les forums traverse et recompose différentes sphères professionnelles. Nous proposons de nous questionner sur les contextes et les enjeux de l’introduction de ces technologies dans le domaine de l’enseignement universitaire en communication. Nous partons du constat que les expérimentations pédagogiques des outils du web social dans les formations de cette discipline sont encore peu exploitées par les enseignants, alors que ces technologies collaboratives présentent l’opportunité de reconfigurer les dispositifs d’apprentissage. Certes, les étudiants sont formés à la communication numérique et maitrisent les logiciels d’infographie, de conception de sites multimédia ou la production de contenus pour des dispositifs numériques. 1.1.

Related: