background preloader

« Les marques vont devoir redoubler d’efforts sur le contenu »

« Les marques vont devoir redoubler d’efforts sur le contenu »
Au nom d’une meilleure protection de la vie privée, quels problèmes pourrait poser la suppression des cookies « third party », voulue notamment par Google d’ici 2022 ? Fred Cavazza : Il y a eu, et il y a encore, des abus indéniables dans le recours aux cookies « third party ». Certains sites déposent ainsi jusqu’à 140 cookies pour tracer les internautes ! Sur la lancée du RGPD, le législateur européen est en train de finaliser une seconde version de la directive e-Privacy pour interdire le recours aux cookies tiers. Les travaux réglementaires sont en cours, Apple et Mozilla ont déjà mis en œuvre leur restriction dans leur navigateur respectif (Safari et Firefox). Quant à Google, le géant de la Silicon Valley a annoncé le blocage des cookies tiers sur Chrome au 1er janvier 2022. En effet, un éditeur de contenus vit de la publicité. La fin des cookies tiers sert-elle les intérêts de Google ? Mais n’oublions pas Apple. Google et Apple sont devenus incontournables.

https://lehub.laposte.fr/interviews/marques-vont-devoir-redoubler-efforts-sur-contenu

Related:  Terminale MANAGEMENT SCIENCES DE GESTION ET NUMERIQUECHAPITRE 11 CONNAISSANCE CLIENT/USAGER ET NUMERIQUEMarketing digitalDigitalisation

Et si la fin des cookies tiers renforçait les GAFA ? « Certains sites web déposent jusqu’à 140 cookies sur votre ordinateur », pointe dans l’interview qu’il nous a accordée Fred Cavazza, expert des usages numériques et de la transformation digitale. Ce type d’abus sera bientôt impossible, sous la double action de la Cnil et de Google. Mais s’il va permettre d’améliorer la protection de la vie privée, le monde post-cookie qui se prépare pourrait bien accélérer encore la domination des GAFA. Pourquoi ? Revenons au point de départ. Les cookies, ou témoins de connexion en français, sont des petits fichiers que les sites web installent sur votre navigateur, Google Chrome ou Microsoft Explorer par exemple. « Ce sont des traceurs qui remplissent la même fonction que le tampon que l’on vous met au dos de la main en boîte de nuit : pouvoir vous reconnaître si vous sortez et re-rentrez », illustre Fred Cavazza.

Interview : la stratégie social media de Val Thorens A l'occasion de la semaine spéciale community management, nous avons la chance d'avoir le retour d'expérience de Thibaut Loubère, responsable du marketing digital pour la célèbre station de sports d'hiver Val Thorens. Il nous détaille sa stratégie, ses actions opérationnelles, et les outils qu'il utilise au quotidien. Monitoring des performances de Val Thorens avec Agorapulse. Nous avons réalisé cet article en partenariat avec Agorapulse, qui est la solution utilisée pour le pilotage social media de Val Thorens. Si vous souhaitez en savoir plus sur cette solution française de référence, rendez-vous sur ce lien. Retrait en magasin, drive et click & collect : comment ça marche ? Information Coronavirus Covid-19 Dans le cadre du confinement instauré depuis le 30 octobre 2020 les commerces non essentiels sont fermés. Toutefois, les commerces fermés administrativement peuvent proposer le retrait de commande à leurs clients. Si vous effectuez un achat à retirer en boutique, cochez le motif « achat de première nécessité » sur l’attestation de déplacement dérogatoire.

De la lessive à la cendre : quand les circuits courts ne se limitent plus aux produits frais "C'est une sacrée histoire !" reconnaît-il. Pendant quinze ans, Gaël Perréon a été fauconnier. Avec ses oiseaux apprivoisés, il présentait des spectacles dans les châteaux d'Europe. Et puis, en août 2020, il s'est reconverti... dans la lessive. La signature électronique : un outil devenu incontournable Qu’est-ce que la signature électronique ? La signature électronique est un mécanisme permettant de garantir l'intégrité d'un document électronique et d'en authentifier l'auteur, par analogie avec la signature manuscrite d'un document papier. Elle a la même valeur légale qu’une signature manuscrite. Elle se différencie de la signature écrite par le fait qu'elle n'est pas visuelle, mais correspond à une suite de caractères. A l’inverse, la signature numérique (dessiné par le signataire ou l’insertion d’une image) et la signature scannée n’ont pas la même force probante, elle ne permet pas de rapporter la preuve du consentement.

Comment optimiser le SEO de son thème WordPress ? - SEO MAG L'optimisation SEO de son thème WordPress, est souvent un point souvent négliger lors de la conception d'un site Internet. Lors de l’élaboration d’un projet web, le choix du CMS et du thème utilisés est une problématique qui arrive très vite sur la table. Et pour cause, ces deux éléments conditionnent en grande partie la réussite de votre site notamment en termes de référencement naturel (SEO). Avec sa popularité qui n’est plus à démontrée, WordPress figure parmi les meilleurs CMS que vous pourriez choisir pour créer votre site vitrine ou votre blog. De grandes entreprises comme GDF Suez, Mozilla ou même Playstation utilisent WordPress pour leur site.

Paiement en ligne : 7 conseils pour éviter les risques de piratage * Source : Fevad 1. Choisissez la double sécurité avec votre banque Consigne, location, occasion… Les nouveaux services « verts » qui enrichissent la relation 1Decathlon teste en Belgique la location de presque tous ses produits Depuis la mi-novembre en Belgique, l’enseigne de sport propose à la location la quasi-totalité de ses références. « Tous les produits de plus de 25 €, hors chaussures de sport orthopédiques et matériel de sécurité, sont concernés », précise L’ADN. L’expérience est menée dans 6 des 37 magasins belges de Decathlon auprès d’un panel de 400 clients volontaires. Moyennant un abonnement de 5 € par mois, ils peuvent louer 40 000 références d’articles de sport. Le prix de la location est dégressif en fonction de la durée. Une tente de camping d’une valeur neuve de 300 € est par exemple louée 50 € le premier mois, puis 21,43 € du deuxième au sixième mois, et ainsi de suite.

RGPD : Orange épinglé par le juge européen sur sa collecte des données personnelles "par défaut" La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) rappelle, dans une décision rendue le 11 novembre, qu'une case pré-cochée ne permet pas de prouver le consentement d'une personne, qui doit être "libre, spécifique, éclairé et univoque", d'après le Règlement général sur la protection des données. L'affaire implique Orange Romania, la filiale locale du groupe français de télécommunications Orange. L'autorité de protection des données roumaine lui a infligé une sanction pécuniaire pour avoir collecté et conservé les copies des titres d'identité de ses clients sans leur consentement exprès. Une case pré-cochée par défaut ne suffit pas Dans le détail, les contrats de fourniture de services de télécommunication mobile contenaient une clause selon laquelle les clients étaient informés et consentaient à la collecte et à la conservation d'une copie de leur titre d'identité à des fins d'identification.

Related: