background preloader

» Comment attirer les jeunes adultes dans les musées

» Comment attirer les jeunes adultes dans les musées
La clientèle des jeunes adultes représente un marché important pour les musées. Plus d’un Canadien sur cinq âgé de 18 à 35 ans effectue au moins une visite par année dans un tel établissement (PMB 2011). Une étude récente s’est penchée sur ce qui intéresse ces adultes et a démontré qu’un marché potentiel latent pourrait bien se développer grâce aux efforts innovants des institutions. Voici les résultats de cette étude et des exemples d’initiatives de musées qui pourraient interpeller particulièrement la clientèle des jeunes adultes. Le marché des 18 à 35 ans n’est pas simple à conquérir. D’abord, il regroupe trois générations, soit les X, les Y et les C (lire aussi: Qui sont ces C?) Qu’est-ce qui les attire? Outre le thème de l’exposition, qui joue probablement le plus grand rôle dans l’intérêt suscité chez le visiteur potentiel, quelques caractéristiques complémentaires favorisent la venue des jeunes dans les musées, entre autres: Un marché latent? Des initiatives inspirantes Guggenheim

http://veilletourisme.ca/2012/01/26/comment-attirer-les-jeunes-adultes-dans-les-musees/

Related:  Etudestourisme et jeunes

» Regard sur 25 ans de présence des jeunes au musée Entre 1989 et 2013, Lucie Daignault, responsable de l’évaluation au Musée de la civilisation de Québec (MCQ), a étudié les habitudes de fréquentation du musée par les 18 à 34 ans en essayant de déterminer leur profil, leurs attentes et les moyens de communication à privilégier pour les joindre efficacement. Des visiteurs sociaux Les enquêtes effectuées auprès des Québécois âgés de 18 à 34 ans témoignent d’une légère baisse de fréquentation au MCQ.

Vacances : des agences de voyages pour les jeunes - Actualités - Start Eure Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vacances : des agences de voyages pour les jeunes L’idéal est de partir à plusieurs et de se répartir les frais. Mappy.fr Quand la réalité augmentée s'invite au musée Exposition en réalité augmentée au MoMA New-York (2010) Que vous aimiez aller au musée ou non, que vous visitiez des salles d’exposition toutes les semaines ou tous les deux ans, une chose est sûre : comme partout où vous allez, vous avez votre téléphone dans la poche, les lieux culturels ne font pas exception. Les musées l’ont bien compris et tentent depuis quelques années de développer au mieux leurs services aux nouveaux usages mobiles, notamment à travers des applications. A Paris, 54 musées possèdent une application permanente : plan des lieux, horaires d’ouverture, liste des expositions temporaires ou permanentes, parfois billetterie intégrée, catalogue de l’exposition voire audioguide complet (en version gratuite ou payante), etc. Les contenus sont nombreux, utiles, peu originaux et n’intègrent que trop peu souvent la réalité augmentée.

Sarkozy offre la gratuité des musées aux jeunes... les plus favorisés Accueil > Politiques > L’expérimentation de la gratuité des musées Bernard Hasquenoph | Louvre pour tous | 18/01/2009 | 11:14 | 2 commentaires Une bonne mesure, démagogique faute d’être pédagogique.

La réalité augmentée au musée, une médiation en expérimentation Les institutions culturelles font aujourd’hui preuve d’une certaine créativité dans le domaine de la médiation en ayant notamment de plus en plus recours aux technologies de l’information et de la communication. Les expériences ne manquent pas et la réalité augmentée en particulier n’est plus réservée aux seuls chercheurs en informatique ou aux pratiques publicitaires diverses mais pénètre l’ensemble des industries culturelles et espaces patrimoniaux, musées et centres d’interprétation compris. La réalité augmentée au musée, du champ des possibles… Déjà répandue dans le domaine de l’édition, et notamment dans la littérature jeunesse où elle bouscule les codes de la narration, cette technique envahit conséquemment les pratiques patrimoniales et muséographiques. … à l’expérimentation La réalité augmentée au musée, entre médiation documentaire et appropriation

Sociologie de la démocratisation des musées Notes Les musées nationaux sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication sont actuellement au nombre de 40, dont 37 ouverts à la visite en 2009 et 35 en 2010. Leur statut est soit celui d’un établissement public jouissant d’une certaine autonomie (tels les musées du Louvre, d’Orsay, du Quai Branly ou le domaine de Versailles), soit un service à compétence nationale géré par la Réunion des Musées nationaux (tels le Musée national du Moyen Âge, le musée-château de la Renaissance à Écouen ou le Musée Fernand Léger à Biot).

L'agence de voyages qui veut séduire les jeunes Des écrans géants sur tous les murs, quelques tablettes multimédias et smartphones à disposition, une musique entraînante concoctée par un DJ. On se croirait dans un bar lounge ou dans un concept store à la mode. Pas du tout. Le musée se réinvente à l'ère du numérique Cela fait maintenant plus de 15 ans que les nouvelles technologies et les nouveaux moyens de communication sont utilisés en faveur de l’innovation muséale. Les années 2000 ont été marquées par l’apparition de nouveaux outils qui permettent aujourd’hui de redéfinir l’expérience du visiteur. Applications mobiles, sites internet, réseaux sociaux ou encore expositions virtuelles sont autant de moyens qui permettent de rendre les expositions plus interactives et plus attractives. En 1975, le ministère de la culture signait la création d’une base de données des peintures des musées français.

Comment les jeunes utilisent Internet et le mobile : Les jeux, rois des applications mobile pour les jeunes Parmi la minorité de jeunes qui ont un téléphone multimédia, 61 % ont déjà téléchargé une application mobile. Les jeux font figure de catégorie la plus populaire, puisque 83 % des "téléchargeurs" disent en avoir installé au moins un. Viennent ensuite les réseaux sociaux (63 %) et les applications musicales (53 %). Près de la moitié des jeunes qui téléchargent des applications ne paient pas pour cela (47 %). 10 % disent dépenser moins d'1 euro par application, et autant de 1 à 2 euros. Dans 62 % des cas, ce sont les parents qui paient pour ces applications.

Tourisme des Jeunes En 2020, il y aura près de 300 millions de voyages de jeunes, selon les prévisions de l’Organisation Mondiale du Tourisme. Le tourisme des jeunes est l'un des secteurs qui connaît la plus rapide croissance dans le secteur du tourisme mondial. De 2000 à 2012, les arrivées internationales des jeunes sont passées de 136 millions à 187 millions, soit environ 20% des voyages internationaux. Le développement du tourisme des jeunes est porteur de deux enjeux: A court terme, le départ en vacances participe à la formation et à l'acquisition d'autonomie des jeunes. Episode 31 : les musées Afin de comprendre les problématiques rencontrées par les entrepreneurs sur les réseaux sociaux, j’ai décidé de consacrer une rubrique complète au décryptage de ces nouveaux outils par secteur d’activité. Vous pouvez retrouver les 30 premiers épisodes de cette série ici : Cette fois-ci, je vais m’intéresser à la communication social-média des musées. Problématiques du secteur Les musées ont tout intérêt à se servir des réseaux sociaux et cela pour plusieurs raisons :

Les pros se lancent à la difficile conquête des jeunes Même si les TO sont rares à leur proposer une offre dédiée, certains, comme Real Gap, font leur entrée sur le marché français, qui croit de plus en plus à l'influence prescriptrice de cette cible. Le tourisme des jeunes ressemble à un vrai casse-tête pour les professionnels. Avec un taux de départ en vacances des 18-25 ans compris entre 55 % et 70 %*, la cible devrait susciter l'appétit des TO. Pourtant, rares sont ceux à avoir investi le marché. Hormis quelques packages autour d'un événement, les voyagistes proposent peu d'offres ciblées. Le Club Med, qui a vécu un échec cuisant avec sa tentative de club Oyyo en 2001, persiste à vouloir attirer les jeunes avec son « Villages entre amis » où l'accent est mis sur la fête et sur les activités sportives, avec des réductions en aile de saison.

Avec son application en réalité augmentée, le musée d’histoire de Marseille invite ses visiteurs à emprunter la voie historique Quelques mois après sa réouverture, le musée d’histoire de Marseille propose dorénavant une application pour découvrir la ville à l’époque antique en réalité augmentée. Le nouveau musée d’histoire de Marseille, ouvert depuis septembre 2013, a décidé de miser largement sur les technologies numériques. Son parcours vivant et attrayant permettait déjà de découvrir les 26 siècles d’existence de la plus ancienne ville de France grâce à 4000 pièces exposées et à une centaine de dispositifs multimédias. Son application reprend ce principe, en ayant la particularité de sortir des murs du musée pour s’intéresser à la ville de Marseille. L’application Extension numérique, disponible gratuitement sur smartphone et tablette, permet à l’utilisateur de parcourir la cité phocéenne en superposant au paysage actuel celui de l’Antiquité grecque et romaine, grâce à la réalité augmentée.

Related: