background preloader

Patrimonialisation

Patrimonialisation
Le patrimoine est ce qui est perçu par une société comme étant digne d’intérêt et devant de ce fait être transmis aux générations futures, qu’il s’agisse d’un patrimoine historique (un monument, un site…), d’un patrimoine paysager (par exemple une forêt, un massif montagneux, une perspective urbaine) ou d’un patrimoine immatériel (une musique, une cuisine…). Il s’agit donc d’une construction sociale, ce qui soulève la question des acteurs et de leurs valeurs culturelles : que choisit-on de préserver ? Que peut-on accepter de détruire ? Comme pour toute construction sociale, on constate des variations selon les époques (tel monument détruit au XIXe siècle, car « dépourvu d’intérêt » serait aujourd’hui sauvegardé) mais aussi les cultures qui n’accordent pas la même importance à tel ou tel site. Le phénomène de patrimonialisation désigne ce processus de création, de fabrication de patrimoine. Serge Bourgeat et Catherine Bras, décembre 2019. Références Voir aussi

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/patrimonialisation

Related:  Thème 4 Identifier, protéger et valoriser le patrimoineThème 4 – Identifier, protéger et valoriser le patrimoine : enjeux géopolitiquesAxe 2 Patrimoine, la préservation entre tensions et concurrences

Le patrimoine, une approche géopolitique Plus qu'un atout touristique, le patrimoine apparaît de plus en plus comme un instrument géopolitique et un élément clé du « soft power » des États. Les destructions des bouddhas de Bâmiyân par les talibans, des sites historiques de Syrie et d'Irak par Daech et l'incendie de Notre-Dame ont suscité une émotion particulière à l'échelle mondiale. Elle témoigne d'un intérêt particulier de l'opinion publique et de sa fascination pour des monuments pensés comme étant les symboles d'un patrimoine mondial. L'entretien, la protection et le financement du patrimoine apparaissent comme des éléments majeurs de la politique des États. Cela amène également nos sociétés à réfléchir sur ce qu'est, ou non, le patrimoine. Nonfiction.fr : En 1790, Talleyrand prononce un discours sur la préservation du patrimoine.

Nouveaux acteurs du patrimoine, nouvelles postures anthropologiques 1À l’heure où la participation des acteurs sociaux dans la mise en œuvre des politiques publiques est en train de s‘instituer comme une norme globale, et où le traitement expert du patrimoine doit par conséquent négocier sa place avec de nouveaux acteurs, Ethnologues et passeurs de mémoires offre une outil de réflexion essentiel tant pour les anthropologues que pour les professionnels du patrimoine. Complexe et controversé, ce tournant participatif, par lequel l’Unesco aspire à mettre les communautés au cœur du processus de patrimonialisation, interroge en effet l’ensemble des acteurs du patrimoine. Cet ouvrage, dirigé par Gaetano Ciarcia, revêt cependant un intérêt particulier pour les acteurs institutionnels, désormais appelés à dialoguer directement avec les passeurs de mémoire et à repenser par conséquent les fondements de leur mission, par ailleurs considérée comme éminemment technique. 4Qui sont ces passeurs ?

Fiche: l’élargissement de la notion – Patrimathèque Pourquoi dit-on que la notion de patrimoine a connu un élargissement ? Le patrimoine est une notion qui a beaucoup évolué avec le temps. Elle ne recouvre pas les mêmes objets selon l’époque. Il y a une une grande extension du périmètre de la notion, qui a intégré de plus en plus de types de créations. On dit qu’il y a eu un élargissement de la notion de patrimoine, ou que son périmètre s’est étendu.

"ENVOYE SPECIAL". Thaïlande : la plage de Maya Bay, un paradis désormais interdit #AlertePollution Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?Cliquez ici pour nous alerter ! Faut-il reconstruire le patrimoine ? Attaques terroristes, catastrophes naturelles, le patrimoine culturel mondial subit de lourdes pertes. Malgré l’opposition traditionnelle des professionnels, les décisions du Comité du patrimoine mondial et de l’UNESCO traduisent un changement d’attitude plus favorable à la question de la reconstruction des sites endommagés ou détruits. Par Christina Cameron La destruction planétaire du patrimoine culturel, qui prend actuellement une ampleur sans précédent, repose la question de savoir s’il faut ou non reconstruire les sites importants pour leur redonner sens.

Marseille : des sites de Le Corbusier désinscrits de l'Unesco à cause d'un projet autour de la Cité Radieuse ? Un projet d’urbanisme autour de la Cité Radieuse à Marseille pourrait entraîner le déclassement au patrimoine mondial de l’Unesco de 16 autres sites de Le Corbusier dans le monde. La Cité radieuse pourrait-elle être rayée de la liste du patrimoine mondial de l’Unesco ? Et avec elle 16 autres monuments signés Le Corbusier ? Les rumeurs suscite l'inquiétude autour de la Chapelle de Ronchamp :

Uluru, site sacré en terre aborigène C’est un symbole de l'Australie, une de ses représentations dans le monde entier : le rocher Uluru ou Ayers Rock dans le Territoire du Nord. Les touristes sont environ 300 000 à s’y presser chaque année, certains n’hésitant pas à escalader le mastodonte de près de 350 mètres de haut. Mais pour les peuples aborigènes présents dans cette région, ce site est avant tout sacré, témoin de leur histoire. À partir de ce samedi, l’ascension du rocher est donc interdite. Les autorités ont dénombré une trentaine de morts depuis les années 1950 lors de l’escalade du mont, réputée dangereuse, en raison de la difficulté physique de cette montée et de la chaleur qui y règne.

Culture, patrimoine et territoire - Histoire-géographie - Éduscol Retrouvez toute l'information sur le site education.gouv.fr Accueil Actualités Culture, patrimoine et territoire Actualités Culture, patrimoine et territoire UNESCO Centre du patrimoine mondial - Notre patrimoine mondial Le patrimoine est l’héritage du passé dont nous profitons aujourd’hui et que nous transmettons aux générations à venir. Nos patrimoines culturel et naturel sont deux sources irremplaçables de vie et d’inspiration. Des lieux aussi extraordinaires et divers que les étendues sauvages du parc national de Serengeti en Afrique orientale, les Pyramides d’Egypte, la Grande Barrière d’Australie et les cathédrales baroques d’Amérique latine constituent le patrimoine de notre monde. Enjeux géopolitiques et économiques du « patrimoine mondial » En 1972, l’Unesco a adopté la « convention du patrimoine mondial », qui a l’originalité de concevoir ensemble la protection de la nature et du patrimoine culturel. Cette convention a donné naissance à la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, qui comporte à ce jour plus de 1000 sites. Plus récemment, depuis 2003, l’organisation culturelle internationale a entrepris de mettre en valeur aussi le « patrimoine immatériel » avec la convention du même nom, entrée en vigueur en 2006.

Olivier Lazzarotti, Patrimoine et tourisme. Histoires, lieux, acteurs, enjeux 1L’ouvrage Patrimoine et tourisme, d’Olivier Lazzarotti, mène notamment un travail de déconstruction des lieux communs associés au phénomène touristique. La visée est ici de comprendre et d’expliquer les relations qui existent entre la réalité patrimoniale et le tourisme, conçu comme un “ensemble pratique”. L’auteur évite alors de céder à l’inflation des formules comme “tourisme patrimonial” ou “tourisme de patrimoine” qui viendraient encombrer un peu plus la définition du tourisme en extension. 2Comme nous l’explique l’auteur, malgré les rapports désormais ordinaires entretenus entre les deux phénomènes, cette dynamique reste finalement assez peu analysée. Si patrimoine et tourisme sont rapprochés, c’est aussitôt pour créer une distance infinie à travers la figure du touriste appréhendé d’abord comme un prédateur des objets patrimoniaux. 3C’est tout le travail d’O.

Qu’est-ce que le patrimoine culturel immatériel ? Ce que l’on entend par « patrimoine culturel » a changé de manière considérable au cours des dernières décennies, en partie du fait des instruments élaborés par l’UNESCO. Le patrimoine culturel ne s’arrête pas aux monuments et aux collections d’objets. Il comprend également les traditions ou les expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants, comme les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ou les connaissances et le savoir-faire nécessaires à l’artisanat traditionnel. Entre réclamations et restitutions — Orgueil et Patrimoine Depuis les années soixante-dix, de nombreux pays anciennement colonisés réclament la restitution de leur patrimoine culturel « pillé », ceci en raison de son importance dans la construction identitaire des nouveaux États. Ainsi, la question des objets « d’art premier », Africains par exemple, qui ont quitté leurs pays d’origine légalement ou illégalement, est parfois devenue la source de contentieux entre les États détenteurs et les États d’origines. L’ampleur de ces réclamations est telle que l’UNESCO a mis en place un instrument de lutte contre le trafic illicite de biens culturels et souhaite favoriser les restitutions. Dans cette étude, nous présenterons dans un premier temps cette convention, ainsi que ses limites, puis dans un second temps nous présenterons deux exemples de restitutions avant de nous intéresser en dernier lieu aux réclamations de restitution non abouties à l’instar des marbres du Parthénon. I – La convention de 1970 : une volonté limitée ?

La restitution des biens culturels : fondements j… – Ethnologies [1]Auteur de nombreux travaux sur le droit et le contentieux administratif, Pierre-Laurent Frier (1953-2005) fut un pionnier des études sur le droit de l’art. [2]Cicéron (106-43 avant J.-C.) fut l’un des plus brillants avocats de l’Antiquité.[3]Ces conventions visent à dicter des règles de conduite à adopter en période de conflits armés, notamment la protection des civils. [4]Les instructions pour les armées en campagne des États-Unis d’Amérique constituent un premier essai de codification du droit de la guerre.[5]Les États signataires sont : l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, Cuba, l’Équateur, les États-Unis, le Guatemala, Haïti, le Honduras, le Mexique, le Nicaragua, le Panama, le Paraguay, le Pérou, la République dominicaine, le Salvador, l’Uruguay, le Venezuela. [6]Selon Éric Michaud, « [l]’art ne fut pas sous le IIIe Reich un instrument de propagande au service d’un programme politique.

Related: