background preloader

Denis Diderot

Denis Diderot
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. « Jeune homme, prends et lis. Si tu peux aller jusqu'à la fin de cet ouvrage, tu ne seras pas incapable d'en entendre un meilleur. Comme je me suis moins proposé de t'instruire que de t'exercer, il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes, pourvu qu'elles emploient toute ton attention. Un plus habile t'apprendra à connaître les forces de la nature ; il me suffira de t'avoir fait essayer les tiennes. » Mal connu de ses contemporains, tenu éloigné des polémiques de son temps, peu enclin à la vie des salons et mal reçu par la Révolution, Diderot devra attendre la fin du XIXe siècle pour recevoir enfin tout l'intérêt et la reconnaissance de la postérité dans laquelle il avait placé une partie de ses espoirs. Biographie Jeunesse (1713-1728) Ses parents mariés en 1712 eurent six enfants dont seulement quatre atteignirent l'âge adulte. De 1723 à 1728, Denis suit les cours du collège jésuite, proche de sa maison natale. Related:  Critiques, polémistes, essayistes

Albert Thibaudet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Maison natale d'Albert Thibaudet à Tournus. Albert Thibaudet, né à Tournus (Saône-et-Loire) le 1er avril 1874 et mort à Genève le 16 avril 1936, est un critique littéraire français très apprécié de l'entre-deux-guerres, qui écrit pour La Nouvelle Revue française de 1912 à sa mort. Biographie[modifier | modifier le code] Ancien élève d'Henri Bergson, il fut influencé par le bergsonisme. René Rémond voit en lui « le fondateur de l'histoire des idées politiques ». C'est aussi un européiste convaincu. Le centre Thucydide (institut de recherche de l'université Panthéon-Assas (Paris II)) a mis en place en 2008 un prix Albert-Thibaudet qui honore l'auteur d'un ouvrage francophone sur les relations internationales. Œuvres[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code]

William Shakespeare Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. William Shakespeare Unique portrait reconnu de William Shakespeare. Œuvres principales Signature William Shakespeare, né probablement le à Stratford-upon-Avon et mort le [N 1] dans la même ville, est considéré comme l'un des plus grands poètes, dramaturges et écrivains de la culture anglaise[1]. Figure éminente de la culture occidentale, Shakespeare continue d’influencer les artistes d’aujourd’hui. Shakespeare écrivit trente-sept œuvres dramatiques, entre les années 1580 et 1613. On mesure l’influence de Shakespeare sur la culture anglo-saxonne en observant les nombreuses références qui lui sont faites, que ce soit à travers des citations, des titres d’œuvres ou les innombrables adaptations de ses œuvres. Biographie La plupart des spécialistes[5],[6],[7] s’accordent à dire qu’il existe désormais suffisamment de traces historiques pour définir globalement la vie de Shakespeare. Premières années Londres et le théâtre Retraite et fin de vie

Michel de Montaigne Signature Probablement dès la fin mars 1578, il constate qu'il est victime de petits calculs urinaires, et en dix-huit mois, la gravelle, maladie responsable de la mort de son père, s'aggrave et s'installe durablement. Désormais, le plus souvent souffrant ou malade, il cherche à hâter ses écrits et à combler ses curiosités : il essaie ainsi de guérir en voyageant vers des lieux de cure, puis voyage vers les contrées qui l'ont fasciné durant sa jeunesse. S'il proclame que son livre « ne sert à rien » (« Au lecteur »), parce qu'il se distingue des traités de morale autorisés par la Sorbonne, Montaigne souligne tout de même que quiconque le lira pourra tirer profit de son[8] expérience. Appréciée par les contemporains, la sagesse des Essais s'étend hors des barrières du dogmatisme, et peut en effet profiter à tous, car « chaque homme porte la forme entière de l’humaine condition[9]. » Origines familiales[modifier | modifier le code] Famille paternelle : les Eyquem[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Rousseau Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jean-Jacques Rousseau, né le à Genève et mort le (à 66 ans) à Ermenonville, est un écrivain, philosophe et musicien genevois francophone. La vie de Jean-Jacques Rousseau est une vie d'indépendance et d'instabilité. Il quitte d'abord Genève à seize ans pour la Savoie, où il reçoit un complément d'éducation et une initiation à l'amour par Mme de Warens avant de gagner Paris en 1742, pensant faire carrière dans la musique. Il mène alors une existence difficile, cherchant divers protecteurs et vivant avec Thérèse Levasseur, qui lui donnera cinq enfants, tous confiés à l'Assistance publique. Rousseau entre dans l'histoire des idées avec ses brefs essais : Discours sur les sciences et les arts (1750) et Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes (1755), en opposant l'état de nature qui faisait le bonheur de l'humanité, à l'état social, source des insatisfactions générales. Biographie Famille et enfance Débuts difficiles

Charles-Augustin Sainte-Beuve Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sainte-Beuve Sainte-Beuve dans les années 1860. Œuvres principales Tableau historique et critique de la poésie française et du théâtre français au xvie siècle (1828)Port-Royal (1840-1859)Causeries du lundi (1851-1881)Nouveaux lundis (1863-1870)Chroniques parisiennes (1843-1845, 1876)... Charles-Augustin Sainte-Beuve est un critique littéraire et écrivain français, né le 23 décembre 1804 à Boulogne-sur-Mer et mort le 13 octobre 1869 à Paris. La méthode critique de Sainte-Beuve se fonde sur le fait que l'œuvre d'un écrivain serait avant tout le reflet de sa vie et pourrait s'expliquer par elle. Cette controverse entre Sainte-Beuve et Proust peut aussi se comprendre comme un renversement de perspective de la critique littéraire. Biographie[modifier | modifier le code] Inscription de la tombe de Sainte-Beuve Le 2 et le 9 janvier 1827, il publie une critique élogieuse des Odes et ballades de Victor Hugo, et les deux hommes se lient d'amitié.

Lumières (philosophie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Image de couverture de l'interprétation par Voltaire de l'œuvre d'Isaac Newton, Éléments de la philosophie de Newton, mis à la portée de tout le monde (1738). Le manuscrit du philosophe assis, qui traduit l'œuvre de Newton, semble « éclairé » par une « lumière » quasi-divine venant de Newton lui-même, lumière réfléchie par le miroir tenu par une muse, en réalité la traductrice de l'œuvre de Newton, Émilie Du Châtelet, maitresse et collaboratrice de Voltaire. Les Lumières sont un mouvement culturel, philosophique et intellectuel qui émerge dans la moitié du XVIIe siècle sous les philosophes comme Spinoza, Locke, Bayle et Newton, avant de se développer dans toute l'Europe, notamment en France, au XVIIIe siècle. Par extension, on a donné à cette période le nom de siècle des Lumières. Baruch Spinoza prit parti pour Descartes, surtout dans son Éthique[2]. Dans son célèbre essai Was ist Aufklärung? Jean-Jacques Rousseau. — Montesquieu[5]

Paul Nizan Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Paul-Yves Nizan Œuvres principales D'abord tenté par l'extrême-droite en raison de traditions familiales, il s'engage dans le Parti communiste français, dont il devient l'un des principaux intellectuels dans les années 1930, et qu'il quitte en 1939 en raison du pacte germano-soviétique, ce qui lui vaut les foudres du Parti, qui pendant très longtemps l'accuse de toujours avoir été un traître, ce qui empêche pendant une vingtaine d'années la réception de son œuvre, jusqu'à une « réhabilitation » grâce au travail de son ancien ami Jean-Paul Sartre. Agrégé de philosophie, il obtient surtout du succès pour ses romans, mais aussi pour son pamphlet Les Chiens de garde. Son œuvre comporte également de nombreux critiques littéraires qui paraissaient chaque semaine dans le journal L'Humanité, ainsi qu'un ouvrage de vulgarisation philosophique et des traductions de l'anglais et de l'allemand. Biographie[modifier | modifier le code]

Récupéré: Littérature baroque Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La littérature baroque appartient à un grand mouvement européen, non seulement littéraire mais plus généralement artistique, le baroque. Historique[modifier | modifier le code] Le mouvement baroque apparaît à la fin du XVIe siècle et se termine autour du milieu du XVIIe siècle. Bien que lié dès l'origine à la Contre-Réforme, le mouvement littéraire baroque trouve une sphère d'influence plus large, notamment en France. Mais si le style baroque fut réputé de son temps, on ne le redécouvrit que vers la fin de la Seconde Guerre mondiale pour l’art, et dans les années 1930 pour la littérature, avec le livre d'Eugenio d'Ors, Du baroque[1], puis dans son sillage avec les travaux de nombreux historiens de la littérature[2] comme ceux de Jean Rousset dans les années 1950[3]. Le baroque littéraire[modifier | modifier le code] Une sélection d'écrits baroques en français[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

Alexis de Tocqueville Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Alexis de Tocqueville Sociologue occidental Époque contemporaine Alexis de Tocqueville par Théodore Chassériau (1850). Alexis-Henri-Charles Clérel, vicomte de Tocqueville, généralement appelé par convenance Alexis de Tocqueville, né à Paris le 29 juillet 1805 et mort à Cannes le 16 avril 1859[1], est un philosophe politique, homme politique, historien, précurseur de la sociologie et écrivain français. Raymond Aron et Raymond Boudon entre autres, ont mis en évidence son apport à la sociologie[2],[3]. Biographie[modifier | modifier le code] Né à Paris le 29 juillet 1805 dans une famille légitimiste de la noblesse normande, Alexis de Tocqueville compte plusieurs aïeux illustres de la noblesse normande. Après un exil en Angleterre, ils rentrent en France durant l'Empire, et Hervé de Tocqueville devient pair de France et préfet sous la Restauration. Alexis Charles Henry de Tocqueville, Représentant du Peuple

Nicolas de Condorcet La bibliothèque libre. Nicolas de Condorcet Condorcet Condorcet.jpg Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet, philosophe, mathématicien et politologue français 1743 1793 Œuvres, Didot, 1847, volume 7 Œuvres[modifier] Œuvres posthumes[modifier] Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain (1795) Voir aussi[modifier]

Related: