background preloader

D’où vient le coronavirus ? Comment s’en protéger ? Nos réponses à vos questions pour mieux comprendre l’épidémie

D’où vient le coronavirus ? Comment s’en protéger ? Nos réponses à vos questions pour mieux comprendre l’épidémie
Le Monde et des tiers selectionnés, notamment des partenaires publicitaires, utilisent des cookies ou des technologies similaires. Les cookies nous permettent d’accéder à, d’analyser et de stocker des informations telles que les caractéristiques de votre terminal ainsi que certaines données personnelles (par exemple : adresses IP, données de navigation, d’utilisation ou de géolocalisation, identifiants uniques). Ces données sont traitées aux fins suivantes : analyse et amélioration de l’expérience utilisateur et/ou de notre offre de contenus, produits et services, mesure et analyse d’audience, interaction avec les réseaux sociaux, affichage de publicités et contenus personnalisés, mesure de performance et d’attractivité des publicités et du contenu. Pour plus d’information, consulter notre politique de confidentialité. Vous pouvez consentir à l’utilisation de ces technologies en cliquant sur « accepter »

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/02/26/coronavirus-nos-reponses-a-vos-questions-pour-mieux-comprendre-l-epidemie_6030940_4355770.html

Related:  CoronavirusCoronaViruscomprendre le virusCoronavirusCovid19

Atoute.org-Coronavirus : La synthèse -D Dupagne Version du 27/05/2020 Quelle est la mortalité de la COVID-19 ? Voici le taux de létalité (mortalité chez les malades) comparé de la grippe et de la COVID-19 à partir de données chinoises : Cela signifie par exemple qu’en Chine, la grippe tue 2 adultes jeunes et 83 seniors sur 10.000 malades. Le COVID19 tue 20 adultes jeunes et 800 seniors de 70 à 79 ans sur 10.000 malades (ces chiffres chinois ont évolué et la létalité a baissé). Coronavirus : « Suis-je infecté ? Si oui, que faire ? Qui contacter ? » résumé en un graphique fléché Le Monde et des tiers selectionnés, notamment des partenaires publicitaires, utilisent des cookies ou des technologies similaires. Les cookies nous permettent d’accéder à, d’analyser et de stocker des informations telles que les caractéristiques de votre terminal ainsi que certaines données personnelles (par exemple : adresses IP, données de navigation, d’utilisation ou de géolocalisation, identifiants uniques). Ces données sont traitées aux fins suivantes : analyse et amélioration de l’expérience utilisateur et/ou de notre offre de contenus, produits et services, mesure et analyse d’audience, interaction avec les réseaux sociaux, affichage de publicités et contenus personnalisés, mesure de performance et d’attractivité des publicités et du contenu. Pour plus d’information, consulter notre politique de confidentialité. Vous pouvez consentir à l’utilisation de ces technologies en cliquant sur « accepter »

La destruction des écosystèmes par l'humain favorise l'émergence d'épidémies Courrier International et des tiers selectionnés, notamment des partenaires publicitaires, utilisent des cookies ou des technologies similaires. Les cookies nous permettent d’accéder à, d’analyser et de stocker des informations telles que les caractéristiques de votre terminal ainsi que certaines données personnelles (par exemple : adresses IP, données de navigation, d’utilisation ou de géolocalisation, identifiants uniques). Ces données sont traitées aux fins suivantes : analyse et amélioration de l’expérience utilisateur et/ou de notre offre de contenus, produits et services, mesure et analyse d’audience, interaction avec les réseaux sociaux, affichage de publicités et contenus personnalisés, mesure de performance et d’attractivité des publicités et du contenu. Pour plus d’information, consulter notre politique relative aux cookies.

Coronavirus : ce que la science ignore encore à l’heure du déconfinement La période de déconfinement s’ouvre en France, alors qu’un certain nombre d’incertitudes subsistent sur le comportement du nouveau coronavirus et notre capacité à enrayer l’épidémie hors d’un cadre très contraint de réduction des contacts interindividuels, facteurs de contamination. Depuis quatre mois, la machine scientifique tourne à plein régime pour comprendre les spécificités de cette pandémie, mais elle est loin d’en avoir percé tous les secrets. A l’heure où on s’apprête à baisser la garde face au SARS-CoV-2, passage en revue de questions scientifiques en suspens. Selon les chiffres de la direction générale de la santé, 8 674 nouveaux tests positifs au SARS-CoV-2 ont été officiellement enregistrés entre le 1er et le 9 mai, en France. Le constat est sévère.

Infection au nouveau Coronavirus (SARS-CoV-2), COVID-19, France et Monde Depuis l’émergence de cette nouvelle maladie, COVID-19, en janvier 2020, tous les agents de Santé publique France sont mobilisés et la complémentarité de leur métier s’exprime pleinement au service de la population. Leur action consiste à surveiller et comprendre la dynamique de cette épidémie, anticiper les différents scénarii et mettre en place des actions pour prévenir et limiter la transmission de ce virus sur le territoire national. La réserve sanitaire est fortement mobilisée depuis le début de l’épidémie. Les connaissances sur les caractéristiques du COVID-19 et de ce virus évoluant très rapidement jour après jour, la mobilisation est totale en coordination avec les instances françaises (Ministère des Solidarités et de la santé, Agences régionales de santé…) et internationales (Organisation mondiale de la santé, Centre européen de contrôle et de prévention des maladies). Tableau de bord : l'épidémie de COVID-19 en chiffres Information

Comment bien nettoyer son smartphone pour éviter la transmission du coronavirus Beaucoup de Français empoignent leur smartphone des dizaines de fois par jour, ce qui en fait un appareil particulièrement riche en microbes, comme l’ont démontré par exemple des chercheurs estoniens de l’université de Tartu. Ce geste quotidien est potentiellement dangereux en cas de manque d’hygiène, alors que de nombreux pays, dont la France, adoptent des mesures très sévères pour limiter la propagation du coronavirus. « Lors d’une pandémie, le smartphone est un vecteur de transmission plus dangereux qu’un trousseau de clefs, qu’on manipule beaucoup moins, selon Bruno Grandbastien, le président de la Société française d’hygiène hospitalière. Même si le principal mode de transmission du coronavirus semble aujourd’hui être la voie respiratoire, il apparaît raisonnable de nettoyer son smartphone régulièrement. » Lire aussi D’où vient le coronavirus ? Comment s’en protéger ?

Quand pourra t-on rouvrir les écoles ? JM Blanquer devrait faire connaitre en fin de semaine sa décision pour le bac. Ce sera un première indication sur la réouverture des écoles. Or celle-ci ne peut être prise qu'après avoir trouvé une réponse aux nombreux défis sanitaires, sociaux, économiques que pose l'épidémie. Loin d'être secondaire, la fermeture des écoles tient une position centrale dans la lutte contre la maladie. Covid-19 dans le monde : le Mexique devient le cinquième pays le plus endeuillé La pandémie de Covid-19 a fait au moins 527 241 morts dans le monde depuis que le bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon le dernier bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP), dans la soirée du samedi 4 juillet. Plus de 11 145 640 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires, dont au moins 5 727 400 sont aujourd’hui considérés comme guéris. Depuis le dernier bilan de l’AFP, vendredi soir, 4 376 décès et 180 827 cas supplémentaires ont été recensés dans le monde. Lire aussi le décryptage : visualisez les pays qui ont « aplati la courbe » de l’épidémie et ceux qui n’y sont pas encore parvenus

HCSP-COVID-19 : prise en charge des cas confirmés Le 30 janvier 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l’épidémie liée au virus SARS-CoV-2 constituait une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). Dans ce contexte, le HCSP émet des recommandations relatives à la prise en charge des cas d’infection confirmées au virus SARS-CoV-2. Le HCSP a fondé ses recommandations sur les connaissances actuellement disponibles en particulier les publications scientifiques relatives au COVID-19 mais aussi de recommandations relatives à la prise en charge des pneumonies post grippales, et des pneumonies sévères en réanimation. Cet avis du HCSP délivre également des indications sur la prise en charge non spécifique, et de possibles thérapeutiques antivirales, dans l’attente de la mise en place d’essais thérapeutiques académiques afin de progresser dans la connaissance de la maladie. Lire aussi :

Coronavirus COVID-19 : Informations, recommandations & mesures sanitaires / L'actu du Ministère / Actualités Depuis janvier 2020, une épidémie de Coronavirus COVID-19 (ex 2019-nCoV) s’est propagée depuis la Chine. Retrouvez toutes les réponses officielles aux questions que vous vous posez sur ce qu’est le Coronavirus COVID-19 et les recommandations pour votre santé sur la plateforme : gouvernement.fr/info-coronavirus Le 16 mars 2020, le Président de la République a décidé de prendre des mesures pour réduire les contacts et déplacements au strict minimum sur l’ensemble du territoire à compter du mardi 17 mars à 12h00, pour quinze jours minimum. Après une première prolongation de deux semaines, annoncée par le Premier ministre le 27 mars 2020, le Président de la République a annoncé le 13 avril 2020, la prolongation du confinement de la population jusqu’au 11 mai. Des dérogations sur attestation sont possibles dans le cadre de :

Contre la pandémie due au coronavirus, de nombreux pays misent sur la surveillance permise par le « big data » Utiliser les données personnelles pour juguler la pandémie de Covid-19 : l’idée fait peu à peu son chemin dans le monde entier. Que cela soit déjà mis en œuvre ou seulement envisagé, la logique est commune : puisque le coronavirus, très virulent, se propage avec les déplacements des populations, utiliser la masse de données personnelles numériques générées par nos smartphones peut aider à comprendre la manière dont le virus progresse, voire guider les décisions de mise en quarantaine. Lire aussi Rappel à l’ordre, conseil de défense, apéro aux fenêtres : revivez la 4e journée de confinement en raison de l’épidémie due au coronavirus Une application imaginée à Oxford Dans ce contexte, une équipe de chercheurs multidisciplinaire – épidémiologistes, virologues, mathématiciens notamment – de l’université britannique d’Oxford ont imaginé et commencé le développement d’une application qui, installée sur un smartphone, géolocalise en permanence son propriétaire. Données transmises aux autorités

Related: