background preloader

Prêt à porter en Bourse : notre analyse des tendances du marché

Découvrez notre analyse du marché du prêt-à-porter européen : Quel avenir pour cette industrie fortement affectée par la crise relative au Covid-19 ? Quelles tendances du marché pour 2021 ? Qui sont les différents acteurs en présence ? Nous nous demanderons enfin s’il vaut mieux investir en Bourse dans Zara ou H&M. Retrouvez toutes nos explications pour mieux comprendre les enjeux de ce secteur d’activité. Prêt à porter : présentation du marché de la mode Chiffres-clé du secteur textile et vêtement Quelques éléments de taille de marché L’Europe abrite certains des marchés les plus lucratifs pour l’habillement dans le monde entier. Le marché du prêt à porter et de la mode en souffrance Selon une étude d’Euler Hermes en 2020, « le chiffre d’affaires des entreprises européennes du secteur du textile-habillement se contractera de -19 %. Analyse Porter du marché du prêt-à-porter européen Les évolutions du marché du prêt à porter européen Le marché du vêtement d’occasion se structure

https://www.cafedelabourse.com/actualites/marche-pret-a-porter-mode-analyse

Related:  ACTIVITÉ 7 : Marché du prêt à porter pour femmemarché vetements fémininAnalyse de marché (habillement)Marché du pret a porteranalyse du marché

Marché de la mode 2020 : analyse et perspective 2021 Selon l’Institut français de la mode (IFM), le marché de la mode a perdu environ 15 % de sa valeur depuis 2008. Les acteurs positionnés milieu de gamme ont quant à eux subi une baisse de leurs ventes de 5 % par an depuis 10 ans. En cause : la baisse de trafic, les arbitrages de budget ou encore la concurrence accrue. Sur un secteur en difficulté, choisir la franchise prend tout son sens, permettant de bénéficier de la mutualisation des coûts, ainsi que de la notoriété et de l’expertise de marques fortes. Ces dernières semaines, le monde de la mode a été bousculé par de nombreuses reprises d’acteurs historiques. Ainsi, en juillet dernier, La Halle entrait dans le giron du Groupe Beaumanoir.

Prêt-à-porter féminin : un recul contenu en France, les exportations au beau fixe - Actualité : business (#1064824) Auteur : Publié le today 6 févr. 2019 Le prêt-à-porter féminin français a été chahuté sur le marché national en 2018, mais il a finalement limité la casse. C'est du moins l'enseignement des chiffres annuels publiés ce 6 février par l'instance du secteur, la Fédération française du prêt-à-porter féminin (FFPAPF). Mais la meilleure nouvelle est venue de l’international. Sur les douze mois, le recul de la consommation d’habillement des Françaises a ainsi été chiffré à -2%, soit un peu mieux pour le marché féminin que les chiffres globaux énoncés par l’IFM, à savoir -2,9%.

Infographie : le marché de l’habillement, quels sont les chiffres du secteur ? Le prêt-à-porter est à la peine depuis plusieurs années, en témoignent les nombreuses fermetures de magasins et les difficultés de certains grands noms comme le groupe Vivarte. Certains créneaux restent toutefois porteurs. Un secteur qui séduit les créateurs d’entreprise Dans un pays où ont grandi un grand nombre de célèbres créateurs de mode comme Coco Chanel ou Yves Saint Laurent, il n’est pas étonnant de constater que les boutiques d’habillement ont fleuri aux quatre coins de la France. Analyse Pestel du marché de l'habillement Thèmes abordés Analyse Pestel du marché de l'habillement, FFPAPF Fédération Française du Prêt-à-Porter Féminin, Zara, H&M, Jules, PME Petite et Moyenne Entreprise, Auchan, Carrefour, Leclerc, La Halle, Styleco, vente à distance, commerce du prêt-à-porter, facteur politique, facteur économique, facteur sociologique, facteur technologique, facteur écologique, facteur légal, réseau de distribution, internet, France, enseignes, consommation, pouvoir d'achat des ménages, fast fashion, Espagne, Bangladesh, Euromonitor, Amancio Ortega, digitalisation, Inditex Résumé du document En 2017, le marché mondial de l'habillement a présenté une progression de +4 % à savoir 1 700 milliards de dollars. Cette performance a été le résultat de la bonne vente des vêtements de sport et ceux des enfants.

Le marché mondial de l'habillement va progresser de 3,9 % par an d'ici 2025 - Actualité : distribution (#1182400) Publié le today 7 févr. 2020 Spécialiste de l'analyse de marché et de prospective, Kantar vient de livrer ses prédictions et tendances pour le marché du retail à horizon 2025, après avoir analysé les performances de 1 500 des plus grands distributeurs mondiaux, tous secteurs confondus. Concernant l'habillement, le marché mondial devrait enregistrer une progression de 3,9 % chaque année d'ici 2025, et donc croître de 64 milliards de dollars au total en cinq ans. Selon Kantar, cette croissance sera générée pour près de la moitié par cinq grands acteurs : le japonais Fast Retailing (Uniqlo), l'espagnol Inditex, le suédois H&M et les américains TJX et Old Navy. Au global, le marché mondial de la distribution de mode est évalué en 2020 à environ 300 milliards de dollars. Un montant qui pourrait atteindre près de 360 milliards en 2025.

Le marché du prêt-à-porter féminin 1.1 Définition et périmètre de l'étude Le prêt-à-porter désigne l’ensemble des articles vestimentaires produits en série grâce à une standardisation des tailles. Il s’oppose donc au sur-mesure. Sont par ailleurs exclus de cette étude les chaussures et accessoires non textiles, ainsi que les produits destinés aux enfants. Le marché du prêt-à-porter féminin en recul "limité" en 2018 Le marché du prêt-à-porter féminin, qui avait connu une légère croissance en 2017 après dix ans de repli, a rechuté en 2018, en raison surtout d'une "météo exceptionnelle", le mouvement des "gilets jaunes" ayant eu des conséquences limitées, a annoncé mercredi sa fédération. Les Françaises ont acheté pour 12,4 milliards d'euros de vêtements en 2018, soit un repli de 2 pour cent en valeur et de 1,5 pour cent en volume, qualifié de "limité" par la Fédération française du prêt-à-porter féminin (FFPAPF). "L'année avait bien commencé avec un contexte international plutôt bon, mais elle a été plombée par la météo (inondations en hiver, neige au printemps, été indien) et un climat social qui a affecté le moral des Français et donc la consommation", a expliqué lors d'une conférence de presse le président de la FFPAPF, Pierre-François Le Louët. Perspectives prudentes

Nombre d'entreprises françaises fabriquant des textiles 2005-2017 Compte Standard Apprenez à connaître Statista Accès limité aux statistiques standard. Etude du marché du prêt-à-porter Le prêt-à-porter est un secteur qui a toujours eu le vent en poupe depuis plusieurs décennies. La France est en effet le pays du luxe et de l'élégance par excellence, reconnu comme tel par les pays du monde entier. Tous les ans, de nombreuses boutiques de prêt-à-porter ouvrent leurs portes, mais au vu de la concurrence très rude, elles sont également nombreuses à devoir déposer le bilan. Les coeurs de villes sont souvent engorgés de petites boutiques, mais le problème est que les consommateurs apprécient de plus en plus de pouvoir aller faire leurs achats dans les zones commerciales, qui regroupent au même endroit une grande quantité de magasins, avec aussi et surtout des grands parkings pour se garer plus facilement.

Marché du prêt-à-porter : le recul en 2020 "va être supérieur" à celui "observé entre 2007 et 2019", prévient l'Observatoire économique de l’Institut français de la mode Pour Gildas Minvielle, directeur de l’Observatoire économique de l’Institut français de la mode, le recul pour le marché du prêt-à-porter devrait être de 20% en 2020. À titre de comparaison, "entre 2007 et 2019, le marché a perdu 17%" précise-t-il. Article rédigé par Les dépenses des Français pour leur apparence physique - Insee Première - 1628 En 2015, les ménages dépensent en moyenne 3 000 euros pour leur apparence physique En 2015, les ménages ont dépensé 84 milliards d’euros pour leur budget « apparence physique », soit 3 000 euros en moyenne par ménage. Depuis 1960, ces achats ont augmenté en valeur de 5,9 % par an en moyenne ; ils ont progressé moins vite que la consommation totale (+ 7,2 %). La part de ces dépenses dans le budget total des ménages s’est ainsi réduite de moitié, passant de 14,1 % en 1960 à 7,3 % en 2015.

Related: