background preloader

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages
Jusqu’ici, le trouble spécifique des apprentissages avec déficit en lecture (dyslexie) est le trouble le plus étudié par les chercheurs. Des études génétiques et d’imagerie cérébrale sont toujours en cours. L’existence d’une susceptibilité génétique a été démontrée et, à ce jour, quelques gènes de prédisposition ont été identifiés : ils sont impliqués dans la migration neuronale. Certains sont en outre associés aux troubles du langage oral, dans le cadre de syndromes souvent plus complexes. L’imagerie cérébrale anatomique et fonctionnelle permet quant à elle de mieux comprendre les mécanismes associés aux troubles de l’apprentissage. Les chercheurs observent de mieux en mieux les aires cérébrales affectées aux différentes fonctions. Les processus de contrôle cognitif, véritables outils de l’apprentissage Les efforts de recherche se concentrent actuellement vers le développement de méthodes de remédiation innovantes.

https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/troubles-specifiques-apprentissages

Related:  DysgraphieapprentissageLES DYSNeurodiversitéDyslexie - Dysorthographie

Troubles « dys » – Vers un parcours de santé gradué et coordonné La HAS a publié un guide destiné à organiser l’intervention des professionnels de santé dans la prise en charge graduée et coordonnée des enfants avec troubles spécifiques du langage et des apprentissages. Environ 8 % des enfants sont atteints de troubles spécifiques du langage et de l’apprentissage (TSLA). Ces troubles, appelés communément « troubles dys », peuvent concerner une ou plusieurs fonctions cognitives : le langage oral, le langage écrit (la lecture, l’orthographe), le calcul, les fonctions praxiques gestuelles et/ou visuospatiales, et les fonctions transversales (attention, mémoires, fonctions exécutives). Ces troubles sont durables.

[INFOGRAPHIE] Neurosciences : apprendre en 4 temps S’il existe plusieurs méthodes d’enseignement valables, les dernières découvertes en neurosciences ont permis d’identifier 4 facteurs nécessaires à un apprentissage réussi. Conciliables avec la liberté et l’expérimentation qui restent importantes en pédagogie, ces principes directeurs peuvent être intégrés à des approches diverses. 1. L’attention TSLA : les troubles spécifiques du langage et des apprentissages Aller au contenu principal TSLA : les troubles spécifiques du langage et des apprentissages Vous êtes ici INS HEA / Ressources avec Navigation / TSLA : les troubles spécifiques du langage et des apprentissages Bienvenue sur le site pôle TSLA consacré aux troubles spécifiques du langage, des praxies, de l'attention et des apprentissages.

Les tests de QI Temps de lecture: 4 min Avec Tests de QI: et que faire après?, le psychopraticien Sébastien Vaumoron propose la première étude comparative des trois tests de QI (échelles d'intelligence de Wechsler) qui sont utilisés dans l'Éducation nationale, mais aussi par les personnels paramédiaux et médicaux pour contribuer au diagnostic des troubles des apprentissages, du haut potentiel intellectuel (HPI), des troubles «dys», du trouble du déficit de l'attention avec/sans hyperactivité (TDA/H), et des troubles du spectre autistique (TSA). Destinée au grand public (familles, patient·es, enseignant·es), cette étude présente dans le détail ces trois tests actuellement en vigueur (WPPSI 4, WISC 5 et WAIS 4) pour le diagnostic de populations allant de l'âge de 2 ans et demi pour le premier, à la veille des 80 ans pour le dernier.

www.dyslexie.fr - www.dysproprioception.fr - Site sur le traitement proprioceptif de la dyslexie de développement Un enfant dyslexique présente un « trouble de l’apprentissage de la lecture survenant en dépit d’une intelligence normale, de l’absence de troubles sensoriels ou neurologiques, d’une instruction scolaire adéquate, et d’opportunités socioculturelles suffisantes ». Il s’agit donc bien d’une difficulté d’apprentissage de la lecture qui n’est due ni à un défaut d’intelligence ou à de la paresse, ni à une inaptitude de l’enseignant ou des programmes pédagogiques. L’origine exacte de la dyslexie est inconnue et les tenants de telle ou telle théorie s’affrontent parfois violemment. Le traitement proprioceptif se positionne comme un complément de la prise en charge orthophonique et des aides pédagogiques. Il se situe en amont: « il met l’enfant sur les rails et l’orthophonie le pousse ».

La rééducation de l’écriture chez l’adulte L’écriture est un geste acquis qui exige certaines habilités motrices. Le geste réussi, efficace et abouti est souvent machinal. L’écriture s’organise presque à l’insu de son auteur et seul son but est soumis à la volonté consciente. Mais pour celui dont l’écriture se dégrade, le geste ne se soumet plus, il résiste, il fait souffrir et c’est là tout l’enjeu d’une rééducation de l’écriture. La difficulté graphique ne s’installe pas brusquement du jour au lendemain (sauf dans les cas d’accidents cérébraux vasculaires ou autres) mais de façon insidieuse. D’abord, on n’y prête pas attention, on pense qu’il s’agit de maladresses passagères que l’on tente de corriger.

Ce 23 avril, j'offre un livre à un enfant Jay Ryness, CC BY 2.0 L’opération « J’offre un livre à un enfant » a été initiée en partenariat avec l’Association des Éditeurs Belges (ADEB), la Foire du livre de Bruxelles et le Centre de littérature de jeunesse de Bruxelles. Mais pourquoi, originellement, cette mobilisation des acteurs ? Si l’on se réfère aux résultats en matière de compréhension à la lecture révélés par l’enquête internationale PIRLS 2016 (Progress in Reading Literacy Study), les élèves de 4e année primaire de Belgique sont les plus faibles lecteurs de l’Union européenne et des pays membres de l’OCDE : seulement 1 élève sur 5 dispose de capacités de lecture suffisantes qui lui permettent d’interpréter et d’intégrer des informations contenues dans un texte : à titre de comparaison, la moyenne européenne s’établit à 1 élève sur 2. D’autres études, moins récentes, confirment ce triste constat. Les éditeurs estiment donc qu’il est de leur responsabilité de profiter de cette journée pour lancer un appel à l’action.

Des logiciels pour les dys Un petit inventaire non exhaustif de logiciels pouvant aider les dyspraxiques en classe ou à la maison : * Balabolka : Balabolka est un logiciel de synthèse vocale qui permet de transposer un texte donné en fichier audio : l'enseignant rentre le texte (ou pourquoi pas l'enfant selon l'âge), l'ordinateur lit. Il permet aux élèves en difficulté en lecture d'écouter un texte écrit. Il est simple d'utilisation, en suivant le lien, vous aurez toutes les explications nécessaires pour l'installation (site de l'académie de Poitier). Les outils de contournement pour la scolarité des Dys TDA TSA Les élèves à troubles des apprentissages utilisent des outils de compensation pour contourner les troubles. Ces outils, préconisés par les rééducateurs, conseillés par des associations, des amis, ou encore trouvés sur le net, sont un moyen de soulager la charge cognitive de l’enfant pour qu’il se concentre sur ses apprentissages. Ainsi, ils permettent de réaliser des tâches techniques pendant qu’il se consacre à comprendre l’exercice ou la leçon. Il s’agit donc d’outils de travail qu’il doit apprendre à utiliser en s’entrainant régulièrement.

Dysorthographie - DYS-POSITIF Comment aider un enfant dysorthographique ? La dysorthographie est un trouble persistant de l’acquisition et de la maîtrise de l’orthographe. Il affecte principalement l’apprentissage et l’automatisation de la correspondance phonème‑graphème.

Related: